Navigation – Plan du site

La répression de la sorcellerie aux marges du royaume de France à la fin du Moyen Âge

Le diable à Lisieux ?

Fragments retrouvés d’un sabbat sous l’épiscopat de Thomas Basin (1463)
Franck Mercier
p. 256-278

Résumés

À première vue, la Normandie, et avec elle plus largement les franges les plus occidentales du royaume de France, ne semblent guère concernées, au XVe siècle, par le phénomène naissant de la grande chasse aux sorcières. L’examen critique d’un document injustement oublié de l’érudition savante du XIXe siècle permet de nuancer ce point de vue historiographique. Il nous semble en effet possible, à la lumière de cette nouvelle source, de démontrer qu’une véritable persécution fondée sur le stéréotype moderne du sabbat se déroula à Lisieux, en 1463, sous l’épiscopat de Thomas Basin. Par-delà la recherche et l’établissement des sources, l’article s’interroge également sur le rôle exact joué dans cette affaire par Thomas Basin, non seulement en tant qu’évêque et comte de Lisieux, mais aussi comme conseiller du roi de France.

Texte intégral

« En tout cas, pensez aux Grégoriens, aux problèmes de nomination des évêques et abbés, à Valdo, à la confession et au Diable. À ce dernier, notamment. Il est, vous le savez, orgueilleux et vindicatif. »
Marc Bloch à Lucien Febvre, 26 juin 1934, Correspondance, éd. B. Müller, t. 2, Paris, Fayard, 2003, p. 106.

  • 1  Sur la nature de ce type de publications en plein essor au début du XIXe siècle, voir F. Guillet, (...)
  • 2  L. Du Bois reprendra plus tard la teneur de cet échange polémique sous la forme d’une petite broch (...)
  • 3  Il convient sur ce point de rectifier la date (4 juillet 1463) proposée par L.-F. Du Bois.

1À l’automne 1834, une éphémère brochure érudite fondée par Arcisse de Caumont1, le Journal de Falaise,consacre ses colonnes à une vive polémique portant sur l’évaluation du rôle de l’Inquisition dans l’histoire de France. L’un de ses protagonistes, l’érudit Louis Du Bois, s’attache à démontrer, « faits » documentaires à l’appui, l’étendue de l’action inquisitoriale jusque dans la France médiévale profonde2. À bout d’arguments, ce dernier finit par exhumer de ses archives personnelles, ou plus exactement d’un « recueil de notes manuscrites fort curieuses », la copie partielle d’une pièce judiciaire en forme de sentence prétendument rendue à Lisieux, le 2 juillet3 1463, contre trois « hérétiques ». Voici le passage en latin tel que restitué par L. Du Bois :

  • 4  Le texte latin a également été versé par Jules Quicherat au dossier des pièces justificatives rela (...)

[…] Quod ipsum daemonem sub speciem hirci nigri cum reverenti prostratione et osculo adorastis, candelas nigras et parum lucentes obtulistis ; vos ipsos donastis […] fructus arborum et terrae nascentes impie devastando. Constat etiam te, Catharinam praedictam parvulum, ex utero tuo natum, daemoni, qui eum jugulavit et rapuit quasi in tributum et censum, vivum dedisse, et ipsum daemonem incubum frequenter habuisse, in te genuisse, Valentinum synagogum per decem et octo annos frequentasse. Liquet insuper vos Johannem Le Prieur et Joannem Hesbert cum multis complicibus vestris, assumpta belluarum pessimarum ferocitate, plures infantes et parvulos crudeliter occidisse, in partes et frustra eos dividisse, retento corde et cerebro eorum ad vestra veneficia facienda. Constat enim quod carnes eorumdem edere on formidastis. Constat etiam te, Johannem Hesbert, a tuo demone eductum, pulveres infectos ad vultus hominum, callide insufflasse etc., etc. Anno Domini MCCCCLXIII, die sabbati post festum SS. Petri et Pauli apostolorum4.

2De ce passage, l’érudit normand propose la traduction linéaire suivante :

« Cet arrêt porte qu’ils étaient accusés d’avoir adoré un bouc noir, de l’avoir embrassé à la lueur de flambeaux noirs et peu brillans (sic), de s’être donnés au démon, et d’avoir détruit avec impiété les fruits naissans (sic) de la terre et des arbres. Quant à la femme Le Bouguignon, il fut déclaré constant qu’elle avait livré son enfant, nouveau né et vivant encore, au démon qui l’avait égorgé et enlevé comme un tribut qui lui appartenait ; que le dit démon avait été fréquemment son incube, et qu’elle avait pendant dix-huit ans vécu avec un juif nommé Valentin. Le Prieur et Hébert furent déclarés évidemment convaincus d’avoir égorgé un grand nombre d’enfants, de les avoir mis en pièces afin d’en conserver le cœur et la cervelle pour commettre des maléfices, et d’avoir mangé leurs chairs. Parmi les griefs imputés à Hébert, on trouve l’accusation d’avoir soufflé à la figure de quelques personnes certaines poudres de sortilège. »

  • 5  Voir les pièces justificatives jointes à cette contribution.
  • 6  À un stade antérieur de la polémique, L. Du Bois avance le nom de Robert Gauthier !
  • 7  Nos diverses tentatives pour retrouver l’acte original aux Archives départementales du Calvados ai (...)

3À défaut de citer intégralement et même, nous le verrons, correctement sa source5, l’auteur délivre parallèlement d’autres bribes d’information qui permettent de se faire une idée plus précise du procès : l’identité de la femme est ainsi précisée (« Catherine, veuve de Pierre le Bourguignon Catalend, du diocèse de Sainte-Menehould »), de même que l’origine normande de ses compagnons d’infortune (l’un serait de Rotours au diocèse de Séez, l’autre de Cretteville, au diocèse de Coutances). Un succinct commentaire souligne également le caractère mixte du tribunal ecclésiastique qui aurait associé Guillaume Aubey, vicaire général de l’évêque de Lisieux, à l’inquisiteur dominicain Robert Vattier6. Notre informateur ajoute enfin que l’évêque Thomas Basin en personne « décréta l’abandon au bras séculier le jour même où fut prononcée la sentence » et que « le bûcher fut allumé entre le faubourg Saint-Desir et la ferme connue sous le nom de Belle-Croix, sur le chemin qui conduit de Lisieux à Pommeraie-en-Auge ». De ce procès fantomatique, aux contours encore assez flous, et dont ne subsiste probablement7 que cette épave documentaire échouée dans un journal savant de province, se dégage cependant une certitude que nous souhaiterions exposer ici ; celle d’être en présence de l’une des très rares et plus anciennes attestations du sabbat des sorciers et des sorcières en Normandie.

  • 8  Initialement suggérée par A. Blauert et C. Ginzburg, l’hypothèse alpine a depuis lors été consolid (...)
  • 9  Voir en particulier, du Nord au Sud : F. Mercier, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à (...)
  • 10  Quelques mentions éparses en 1426/27, 1428 et 1450 dans N.-J. Chaline (dir.), Histoire du diocèse (...)
  • 11  Voir notamment la démonstration précise et convaincante de C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perri (...)
  • 12  Le cas Adeline a bien été analysé par M. Ostorero, « Un prédicateur au cachot : Guillaume Adeline (...)
  • 13  Sur ce point, R. Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle. Une analyse de psychol (...)
  • 14  Sur Thomas Basin, voir notamment la biographie précise que lui a consacré B. Guenée, Entre l’Églis (...)

4Si l’hypothèse selon laquelle le monde alpin constitue l’épicentre originel de la grande chasse aux sorcières est aujourd’hui largement admise8, la question de son extension ultérieure, à partir surtout de 1440, vers les terres d’Empire ou les marges du royaume de France, reste en grande partie inexplorée. Esquissée à grands traits, la géographie de la première diffusion « française » du concept de sabbat souligne bien la prééminence des régions périphériques du royaume : de l’Artois au Poitou, en passant par la Bourgogne, le Toulousain et la Gascogne, se dessine un vaste arc de cercle répressif qui semble contourner le cœur du royaume de France9. Dans ce schéma, la Normandie, mais aussi la Bretagne, brillent par leur absence. Un certain nombre de sources littéraires, annalistiques ou judiciaires tardives conservent bien parfois le souvenir d’actions sporadiques contre la sorcellerie de village, mais rien qui ressemble vraiment, de près ou de loin, à une authentique chasse aux sorcières10. Il est vrai que certaines affaires célèbres liées à la sorcellerie défrayent la chronique normande au XVe siècle, mais celles-ci, tout en demeurant circonscrites à des cas individuels, ne sont pas toutes nécessairement contaminées par l’imaginaire du sabbat. On sait bien, par exemple, que le premier procès de Jeanne d’Arc, celui de la condamnation en 1431, ignore, pour l’essentiel, le mythe sabbatique. Si les juges ecclésiastiques de Rouen sont effectivement disposés à voir dans la Pucelle une magicienne, ils ne poussent pas la diabolisation jusqu’à la confondre avec la figure moderne de la sorcière. Le procès de 1431 comporte bien, ici ou là, quelques allusions à des éléments de croyance, comme le vol magique, susceptibles de contribuer, en d’autres lieux, à la formation du stéréotype du sabbat, mais ce dernier n’informe pas fondamentalement le questionnement des juges de Jeanne d’Arc. Ces derniers ont, à l’évidence, autre chose en tête que le sabbat des sorcières11. Force est de constater que le seul épisode normand avéré de sorcellerie moderne reste jusqu’à présent celui de Guillaume Adeline12. Ce maître en théologie de l’université de Caen fut, en effet, non seulement accusé d’être affilié à une secte diabolique mais encore et peut-être surtout d’avoir utilisé ses réels talents de prédicateur pour contester la réalité du sabbat. Jugé et condamné à Évreux, en décembre 1453, devant la double juridiction de l’évêque Guillaume Flocques et du vice-inquisiteur du royaume de France, Enguerrand Signard, Guillaume Adeline devait, moins de quatre ans plus tard, achever son existence en prison. Il reste qu’en dehors de ce cas unique, et à bien des égards exceptionnel, l’imaginaire du sabbat ne semble guère avoir rencontré d’écho dans les régions les plus occidentales du royaume de France. La Normandie conserve ainsi la réputation d’avoir échappé à la contagion anti-sorcière, du moins jusqu’à ce que le Parlement de Rouen, à l’extrême fin du XVIIe siècle, ne relance paradoxalement la persécution à la veille de sa décriminalisation par le pouvoir royal13. La découverte, ou plus exactement, la relecture critique de ce fragment de procès en sorcellerie de Lisieux en 1463 permet de nuancer cette vision d’ensemble, tout en éclairant de façon inattendue un versant méconnu et plutôt sombre de l’épiscopat du célèbre Thomas Basin14.

Un faux d’érudition ?

  • 15  N. Cohn, Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Âge, Paris, Payot, 1982, p. 159-182.

5Revenons donc au document partiellement transmis par L. Du Bois. En dépit de sa brièveté, celui-ci s’avère assez suggestif. Certains des crimes évoqués par la sentence de condamnation, par exemple l’intimité des relations avec le diable qui, dans le cas de l’accusée, va jusqu’à la possession d’un démon incube attitré, ou encore l’anthropophagie rituelle, évoquent irrésistiblement l’atmosphère du sabbat des sorciers et des sorcières. D’un autre côté, il est difficile de ne pas s’interroger sur l’authenticité de ce passage. L’auteur aurait-il forgé, pour les besoins évidents de sa cause, un faux d’érudition ? On connaît aujourd’hui les ravages historiographiques occasionnés par de telles falsifications, particulièrement nombreuses au XIXe siècle. Le spectre de Lamothe-Langon, le célèbre « inventeur » des pseudo-sabbats toulousains de 1335, dont la supercherie ne fut démasquée que vers le milieu des années 1970, continue de hanter les études historiques sur la sorcellerie15… Bien des raisons cependant nous conduisent à prendre au sérieux le document fourni par Louis Du Bois, quitte à le rectifier sur certains points.

  • 16  Sur L. Du Bois en général, voir J. Travers, Biographie de M. Louis Du Bois, Caen, Hardel, 1856 ; e (...)
  • 17  On peut se faire une idée de son œuvre prolifique en consultant le Manuel du bibliographe normand, (...)
  • 18  Profondément enraciné à Lisieux, Du Bois s’y installera définitivement à la fin de sa carrière pré (...)
  • 19  Orderic Vital, Histoire de la Normandie, traduction L. Du Bois, Paris, L. J. Brière, 1825-1827. Pr (...)
  • 20  N. Cohn, op. cit.,p. 166.

6La première raison tient à la personnalité de son auteur. Louis Du Bois (1773-1855) n’est pas le premier érudit de province venu16. Né au siècle des Lumières, ancien bibliothécaire de l’école centrale de l’Orne, il appartient, au moment considéré, à cette génération de notables provinciaux passionnés d’histoire et d’érudition qui a contribué au renouvellement des études savantes dans la première moitié du XIXe siècle. Successivement sous-préfet de Bernay, de Vitré, puis de Châteaulin, il s’impliqua fortement dans la vie érudite normande en collaborant régulièrement aux diverses revues éditées par les sociétés savantes locales (telles l’Académie celtique ou encore, justement, le Journal de Falaise) ou en publiant des ouvrages généraux sur l’histoire de la Normandie. Son intégration dans le milieu académique normand est cependant restée incomplète. Son goût prononcé pour la polémique, qui ira cependant s’atténuant avec l’âge, son anticléricalisme manifeste, autant que son admiration sans bornes pour Voltaire, ont sans doute contribué à le singulariser, sinon à le marginaliser, dans le contexte savant local imprégné de catholicisme. Il n’en demeure pas moins une figure importante de l’érudition régionale, tant par la prolixité de son œuvre que par la richesse de son apport documentaire. Son abondante bibliographie reflète l’importance de son intérêt pour sa région d’origine17. Fin connaisseur des archives locales, publiques et privées, Du Bois, on le voit, était bien placé pour recueillir et transmettre les vestiges documentaires d’une histoire normande et plus particulièrement lexovienne dont il était alors reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes18. Ainsi n’est-ce pas par hasard si François Guizot confia à cet auteur « profondément versé dans les antiquités » la traduction française de l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital pour enrichir les débuts de ce qui devait devenir la prestigieuse Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France (volumes XXV XXVIII)19. Le profil scientifique de L. Du Bois coïncide mal ainsi avec celui des mystificateurs de son temps, tels son exact contemporain (il était né en 1786), Étienne-Léon de Lamothe-Langon qui, comme l’a bien montré N. Cohn, « n’avait rien d’un historien » et tout de l’écrivain mythomane20. Si tout laisse penser que notre érudit normand n’a pas fabriqué de toutes pièces son témoignage sur le sabbat de Lisieux, la question de sa provenance reste posée.

  • 21  Un brouillon autographe de l’article en question retrouvé dans les papiers personnels de l’érudit (...)
  • 22  Orderic Vital, op. cit., t. 1, p. 4.
  • 23  Excommunicatos duos homines et unam foeminam saeculari curiae dimisit post festum SS. Apostolorum (...)
  • 24  N. Deshay, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux, 1754, publiées dans le (...)
  • 25  N. Deshay, par exemple, tout en relevant le laconisme de dom Étienne Brice, en éclaire peut-être l (...)

7La brève présentation du document dans le Journal de Falaise suggère que Du Bois disposait de la copie intégrale de l’acte, ou à tout le moins d’une version plus complète que sa seule restitution de 1834. L’érudit qui prétend avoir « la sentence latine sous les yeux » ne disposait probablement pas de l’original, mais seulement d’une copie extraite de ce fameux « recueil de notes manuscrites fort curieuses sur notre histoire lexovienne » déjà mentionné21. Il pourrait s’agir de notes de travail prises au XVIIIe siècle par quelques bénédictins de la congrégation de Saint-Maur à l’occasion de leurs campagnes de transcription dans les archives de la cathédrale de Lisieux. Guizot, dans sa préface à la traduction française de l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital, affirme ainsi que Du Bois disposait « de travaux inédits de quelques savants bénédictins22 ». Le fait est que l’un des principaux promoteurs de la nouvelle édition des Gallia Christiana, le mauriste dom Etienne Brice, a probablement consulté, vers le milieu du XVIIIe siècle, le document en question pour établir sa notice consacrée à l’évêque Thomas Basin. Celle-ci signale en effet laconiquement que l’évêque de Lisieux excommunia deux hommes et une femme avant de les remettre au bras séculier après la fête des saints apôtres Pierre et Paul23. On devine également que les mauristes, et notamment dom Étienne Brice, avaient laissé derrière eux, en particulier à Lisieux, des traces manuscrites de leur passage dans les archives. L’auteur scrupuleux et généralement bien informé des Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux, le curé Noël Deshay (1694-1763), déclare, en 1754, avoir fait bon usage des travaux des mauristes et manifeste sa reconnaissance à l’abbé Fréard (1701-1761) pour lui avoir donné accès à « la copie de ce que le savant et laborieux dom Étienne Brice (…) a fait sur nos évêques24 ». Quoi qu’il en soit, l’antériorité de la mention de cet épisode par les érudits ecclésiastiques du XVIIIe siècle, autant que leur réticence sensible à l’évoquer en tant qu’elle pouvait ternir l’image d’un prélat réputé bienveillant25, militent fortement en faveur de l’authenticité de la pièce. On regrettera ainsi d’autant plus la sobriété de la présentation de L. Du Bois. Pur produit de l’érudition savante de son temps, son intervention dans le Journal de Falaise en manifeste aussi les limites : l’exhibition même partielle d’une pièce historique suffit à faire preuve et dispense son auteur d’un trop long commentaire.

  • 26  Voir les exemples donnés par M. Ostorero dans L’imaginaire, op. cit., p. 332.
  • 27  Sur l’ensemble de cette littérature, voir M. Ostorero, Le diable au sabbat, op. cit.
  • 28  Voir l’édition partielle du texte dans J. Hansen, Quellen, op. cit.,p. 133-145.
  • 29  J. Hansen, op. cit., p. 468.

8Un autre motif, peut-être plus essentiel, nous incite à valider ce témoignage dans la perspective de la diffusion du concept de sabbat en Normandie. Une importante erreur de transcription s’est manifestement glissée, parmi d’autres, dans la copie de l’acte transmise par L. Du Bois. Selon toute vraisemblance, ce dernier s’est en effet mépris sur la transcription du terme Valentinum synagogam qu’il convient de rétablir en Valdensium synagogam, soit la « synagogue des Vaudois ». Une telle correction permet en effet de lever toute ambiguïté sur le sens du crime reproché aux accusés. Aisément concevable vers 1830, la première leçon est devenue aujourd’hui irrecevable eu égard aux travaux récents sur la genèse médiévale de la chasse aux sorcières. La présence d’une « synagogue des vaudois » dans une sentence de condamnation de 1463 ne saurait surprendre dans la mesure où elle renvoie à une terminologie assez usuelle dans le domaine de la lutte contre la sorcellerie démonolâtre. Dans bon nombre de procès en sorcellerie instruits dès les années trente du XVe siècle, le terme de « synagogue » est volontiers utilisé pour désigner les assemblées nocturnes des sorciers et des sorcières26. C’est aussi le terme privilégié dans la littérature démonologique spécialisée dans la dénonciation du péril sorcier en plein essor au XVe siècle. Qu’il s’agissent des traités de première génération (Errores Gazariorum, vers 1435-1438, Ut magorum maleficiorum, vers 1436) ou de la suivante (Flagellum fascinariorum,1458, Recollectio, 1460), la plupart des textes savants reprennent le mot de « synagogue » en le combinant parfois à d’autres noms ou adjectifs27 : l’auteur du Flagellum fascinariorum, par exemple, Nicolas Jacquier, l’emploie soit isolément, soit doublé de l’adjectif « diabolique » (diabolica synagoga), ou encore associé aux jeteurs de sorts (synagoga fascinariorum)28. On sait aussi que le terme de « vaudois » est alors depuis longtemps, aussi bien en latin qu’en français, devenu pratiquement synonyme de sorcier, en particulier en France de l’Est et en Bourgogne. Plus près de Lisieux, les pièces fragmentaires conservées du procès de Guillaume Adeline (1453) utilisent à deux reprises et exclusivement sous sa forme latine l’expression de Valdensium synagoga : les aveux du prédicateur soi-disant aliéné au diable indiquent en effet qu’il se serait rendu à pied « à la très maudite synagogue des Vaudois » (in dampnatissima Valdensium synagoga)29. C’est donc bien la même formule que l’on retrouve intacte, dix ans plus tard, dans cette sentence émanant de l’officialité de Lisieux.

  • 30  Voir, pour ne prendre qu’un seul exemple, la description que Claude Tholosan (1436) donne d’une pa (...)

9L’étrange méprise de L. Dubois constitue peut-être, paradoxalement, la meilleure preuve de la sincérité de l’acte et de son transmetteur car celui-ci n’aurait assurément pu l’inventer de sa propre initiative. La résolution de celle-ci engage toute l’interprétation du document puisqu’elle autorise à l’identifier comme l’une des plus anciennes attestations de la diffusion de l’imaginaire du sabbat au cœur de la Normandie. Le rétablissement de la formule modifie sensiblement le sens du texte : contrairement à l’interprétation ingénue de L. Du Bois, la justice ne reprocherait donc pas à Catherine Le Bourguignon d’avoir pendant dix-huit ans partagé la vie d’un juif prénommé Valentin, mais bien plutôt d’avoir fréquenté, pendant la même durée, la « synagogue des Vaudois », c’est-à-dire la secte ou l’assemblée des sorciers démonolâtres. La révision de l’acte permet ainsi d’établir le bilan suivant : un tribunal ecclésiastique mixte, conjuguant, conformément au droit canonique, l’autorité épiscopale et celle de l’inquisiteur, a bien, le 2 juillet 1463, soit un peu moins de dix ans après le procès de Guillaume Adeline, livré à la justice civile, autrement dit à Thomas Basin lui-même en tant que comte de Lisieux, un petit groupe de condamnés, majoritairement masculins, en raison de leur appartenance à la secte des vaudois-sorciers. L’adoration collective du diable sous la forme d’un bouc noir se complique, dans le cas de la femme, d’une accusation d’infanticide rituel et de relation sexuelle avec un démon incube, et pour ses deux complices, de meurtre et d’anthropophagie, sans oublier les maléfices infligés aux personnes par le moyen de poudres toxiques. Ainsi reconstituée, la physionomie générale de l’accusation ressemble de près à celle imputée aux sorciers et aux sorcières adorateurs du diable30.

  • 31  V. Tabbagh, « Établissement et rayonnement des frères mendiants à Rouen (XIIIe-XVe siècle) », Gens (...)
  • 32  Sur G. Aubery, voir, pour ce qui concerne son insertion dans le milieu canonial et l’administratio (...)
  • 33  H. Denifle et E. Chatelain, Chartularium Universitatis parisiensis, t. IV, Paris, 1897. On le trou (...)
  • 34  Il s’avère impossible, pour le moment, de retrouver trace de ce dominicain. On retrouve bien la me (...)

10Une fois pleinement rétablie l’identité de ce texte, la question reste entière de savoir comment interpréter cette résurgence de la sorcellerie moderne sur les terres réputées si placides de l’évêque Thomas Basin. Le caractère mixte du tribunal ne doit pas en effet diluer les responsabilités de l’évêque. Rendue obligatoire par le droit canonique, la présence d’un inquisiteur de la foi, le dominicain Robert Vattier, aux côtés du représentant de l’évêque, ne signifie pas que l’Inquisition dirigeait et inspirait le procès. Dans le contexte normand du XVe siècle, le pouvoir épiscopal possède généralement l’initiative des poursuites et garde la prépondérance dans le déroulement des procès pour hérésie. L’Inquisition dominicaine, n’en déplaise à L. Du Bois, fait encore localement « figure d’institution épisodique31 ». Comme à l’archevêché de Rouen dont dépend le diocèse de Lisieux, il revient en principe au grand inquisiteur du royaume de France de désigner un vicaire pour s’adjoindre à l’official de l’évêque afin d’instruire les procès en cas d’hérésie. En l’occurrence, ce dernier doit sans doute être identifié avec Guillaume Aubery, un chanoine de Lisieux, docteur en théologie, qui exerça effectivement cette fonction vers le milieu du siècle, de manière épisodique d’abord, puis de façon plus régulière, après la mort de l’official en titre, maître Guillaume Myée (vers 1460)32. D’origine lexovienne, Guillaume Aubery avait fait ses études à l’université de Paris où il est possible de reconstituer son parcours entre janvier 1431 et septembre 1452, date à laquelle il enseigne la théologie33. Intégré depuis longtemps à l’équipe des vicaires généraux, c’est-à-dire au moins depuis le milieu des années 1450, Aubery représenta l’évêque à diverses reprises, aussi bien dans le cadre de ses prérogatives temporelles que spirituelles. Que l’évêque de Lisieux ait confié à ce docteur en théologie respecté la direction d’un procès en matière de foi semble assez logique. On ne doit pas oublier que Guillaume Aubery n’opère ici qu’en tant que représentant de Thomas Basin, dont on sait par ailleurs, si l’on en croit L. Du Bois, qu’il prononça lui-même la remise au bras séculier des trois hommes et femmes condamnés comme hérétiques. Enfin, l’impossibilité actuelle de trouver davantage de renseignements sur Robert Vattier34 – en admettant que L. Du Bois, ou le copiste dont il dépend peut-être, aient correctement transcrit son nom – nous pousse encore davantage à explorer la piste de Thomas Basin.

La face cachée de Thomas Basin

  • 35  C’est à l’été 1471, par exemple, que l’on fait copier au couvent bénédictin de Sainte-Marie ad Mar (...)
  • 36  Dans son Breviloquium (1488) qui prétend retracer en quarante-deux stations les principales étapes (...)
  • 37  G. Bessin, Concilia Rotomagensis provinciae, Rouen, 1717, I, p. 481-487.
  • 38  Synodi lexovienses, c. 9 : Praecipimus et injungimus omnibus presbyteris, curam animarum habentibu (...)

11La première tentation qui était déjà celle des mauristes serait de prendre l’épisode à la légère, en considérant que celui-ci ne constitue qu’un épiphénomène dans le parcours de Thomas Basin. Lui-même semble l’avoir complètement effacé de sa mémoire officielle : l’évêque de Lisieux, on le sait, a beaucoup écrit, y compris et même surtout sur lui-même, ne serait-ce que pour se justifier d’avoir délibérément déserté son diocèse, en 1466, pour échapper à la vindicte de Louis XI. Force est de constater pourtant que nulle part dans son œuvre on ne trouve trace de l’affaire en question. Ce silence absolu est d’autant plus surprenant que Thomas Basin composa l’essentiel de son œuvre historique et autobiographique en exil, au-delà des frontières du royaume de France, en un lieu (à Louvain, puis à Trèves) et un temps (les années 1470-1480) où la question de la sorcellerie moderne commençait de se poser sérieusement35. Il faut dire que l’évêque en exil avait la mémoire sélective et la période qui s’étend précisément entre la mort de Charles VII (22 juillet 1461) et sa fuite éperdue à Louvain (5 janvier 1466) apparaît bien comme l’une des plus lacunaires de sa biographie arrangée36. Le silence rétrospectif du prélat déchu ne signifie pourtant pas que ce dernier, au moment des faits, se soit désintéressé d’un problème judiciaire qui touchait d’aussi près que possible son autorité diocésaine. Le fait est qu’à peine après avoir été investi de sa charge épiscopale en 1447, au temps où la Normandie était encore « anglaise », Thomas Basin avait convoqué, en mai 1448, une assemblée du clergé pour remanier la législation synodale. Probablement inspiré par le synode de Rouen de 1445, il avait ainsi ajouté un certain nombre de canons qui prenaient explicitement pour cibles les blasphémateurs, mais aussi les sorciers et les devins37. Le canon 9, en particulier, fait obligation aux curés de paroisse d’excommunier publiquement, à l’occasion de leur prône, les « usuriers », les « superstitieux », ainsi que les devins (divinatores) et les sorciers (sortilegos)38. De façon significative, Thomas Basin, dans ce même canon, relie étroitement la condamnation publique de la pratique des sortilèges et de la divination à la défense des prérogatives du for ecclésiastique : l’excommunication doit en effet s’étendre à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, entravent l’exercice de la justice ecclésiastique ou qui portent devant des tribunaux incompétents des causes qui relèvent, « de droit ou selon la coutume », du for de l’Église. La magie divinatoire, l’usage des sortilèges se trouvent ainsi implicitement inclus dans le périmètre juridictionnel de l’évêque.

  • 39  V. Tabbagh, Gens d’Église, op. cit.,p. 130, qui relève avec justesse que « ces textes ne sont (...)
  • 40  Pour la Bretagne, voir A. Chauou, « La religion souterraine à Saint-Malo en 1434 », Annales de Bre (...)

12Certes, il y a loin de cette vigilance somme toute assez commune, quasi routinière, à l’égard des pratiques « superstitieuses » au déclenchement d’une véritable chasse aux sorcières. La législation synodale de Lisieux se révèle finalement assez conformiste et s’inscrit dans une tendance plus large au resserrement du contrôle pastoral sur les fidèles. D’une façon générale, la législation synodale dans l’Ouest du royaume de France, Bretagne incluse, se révèle par essence assez conservatrice39. Avant tout liée à l’administration ordinaire du diocèse, elle demeure imperméable à l’imaginaire du sabbat et toutes les tentatives récentes pour retrouver trace de la sorcellerie moderne dans ce type de sources ont pour le moment échoué40. Autrement dit, si le synode de 1448 dénote incontestablement le sérieux et la volonté de l’évêque de Lisieux d’extirper de son diocèse les formes de déviance les plus communes, il ne rend pas nécessairement compte de la sensibilité particulière de Thomas Basin à l’égard du péril sorcier. De fait, ce n’est pas, nous semble-il, sur ce versant trop ordinaire de l’administration du diocèse qu’il convient d’orienter les recherches. La nature particulière du crime de sorcellerie, devenu incontestablement au XVe siècle le crime absolu, le plus élevé dans la hiérarchie pénale, incite davantage à tourner son attention vers ce qui participe justement de l’extraordinaire, au sens procédural et politique du terme.

  • 41  P. Duparc, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, t. 2, Paris, éd. Klincksieck, (...)

13Si rien, dans la législation synodale ou même la gestion ordinaire du diocèse de Lisieux, n’annonce véritablement la brusque poussée de fièvre anti-sorcière de 1463, d’où vient dès lors cette référence à la « synagogue des Vaudois » ? À considérer plus attentivement l’ensemble de l’œuvre littéraire, historique et savante de Thomas Basin, on s’aperçoit que celui-ci avait déjà eu l’occasion de mentionner ponctuellement mais sans équivoque possible la secte des vaudois-sorciers. On ne s’étonnera pas de trouver cette référence dans un traité que l’évêque de Lisieux composa en 1453 dans le cadre d’une affaire judiciaire exceptionnelle, sinon à proprement parler « extraordinaire » : le procès en nullité de Jeanne d’Arc. Initiées par le roi Charles VII, dès le mois de février 1450, les démarches en vue d’obtenir une révision du procès de condamnation franchirent une étape décisive, en avril 1452, lorsque le légat du pape Nicolas V, Guillaume d’Estouteville, fut habilité, de concert avec l’inquisiteur de France, Jean Bréhal, à ouvrir une nouvelle procédure d’enquête. Celle-ci débuta, comme il se doit, par une information préalable sur la fama de la Pucelle. C’est lors de cette phase encore préliminaire du procès en nullité que l’évêque de Lisieux, avec d’autres théologiens et jurisconsultes, fut amené, sur commande royale, à rédiger un savant petit traité dont l’objectif principal consistait à déceler toutes les failles juridiques du premier procès de condamnation41. Fait remarquable : de tous les théologiens et autres spécialistes du droit canonique consultés à titre d’expert par les juges en charge du second procès, Thomas Basin est le seul à tenter, pour mieux l’écarter aussitôt, une comparaison entre le cas de Jeanne d’Arc et celui des adeptes du sabbat démonolâtre. À la question, évidemment cruciale dans la perspective de la « réhabilitation », de déterminer l’origine démoniaque ou divine des « apparitions » et « révélations » de Jeanne d’Arc, Thomas Basin répond par une savante réflexion dont le premier argument consiste à établir la haute valeur morale et religieuse des injonctions transmises à Jeanne par ses voix ou ses visions :

  • 42  P. Duparc, op. cit., p. 193 : Primo ex bona et salutari admonitione spiritum sive vocum a quibus (...)

En premier lieu du fait de la bonne et salutaire admonestation des esprits ou des voix dont elle tenait ses révélations. Le fait est qu’elles ne délivraient à ladite Jeanne pas d’autres admonestations que de se bien gouverner, de fréquenter l’église, d’être une bonne jeune fille, de souvent confesser ses péchés, de garder la virginité de son corps et de son esprit. Ce que l’on ne doit pas présumer comme émanant d’un esprit mauvais42.

14C’est alors qu’il oppose la perfection du modèle de comportement religieux préconisé par les voix de Jeanne, à l’apostasie encouragée par les démons que les juges ont l’habitude de rencontrer dans les procès des vaudois sorciers :

  • 43  Ibid., p. 193 : Cum, ut satis compertum est apud illos qui examinaverunt processus istorum sortile (...)

Ainsi qu’il a été établi par ceux qui ont instruit les procès de ces sorciers Vaudois (sortilegorum Valdensium), avec les individus auxquels les malins esprits ont coutume d’apparaître, le premier point sur lequel les esprits malins de cette sorte les exhortent concerne le reniement de la foi chrétienne et du nom du Christ, cela afin qu’ils n’entrent pas dans les églises catholiques, qu’ils méprisent les sacrements de l’Église de Dieu, qu’ils ne s’aspergent pas d’eau bénite, qu’ils leur rendent les honneurs divins, qu’ils leur présentent des offrandes ou certains exécrables sacrifices, toutes choses que les démons, en raison de leur orgueil, désirent vivement leur être manifestées, comme le montre Augustin dans la Cité de Dieu, livre II, chapitre III43.

  • 44  Le septième article du procès-verbal, tel qu’il est partiellement conservé dans le manuscrit latin (...)

15Thomas Basin, à en croire ce passage, ne revendique pas lui-même une expérience procédurale dans la persécution de « ces vaudois sorciers », mais il en sait assez pour esquisser une rapide description du contenu de l’accusation. Celle-ci correspond sur de nombreux points à l’image stéréotypée du sabbat moderne, telle qu’on la rencontre sur le versant occidental des Alpes, par exemple, dans le traité du juge-mage Claude Tholosan, ou même, beaucoup plus près de Lisieux, dans le procès de Guillaume Adeline instruit à Évreux au moment même où Thomas Basin élabore son traité. L’évêque de Lisieux avait nécessairement entendu parler de Guillaume Adeline, non seulement en raison de leur commun attachement à l’université de Caen (l’évêque de Lisieux y avait enseigné le droit canon tandis qu’Adeline y était encore, en 1453, maître régent), mais aussi du fait que le soi-disant agent double du diable avait été inquiété, peu de temps avant son arrestation, pour une prédication hétérodoxe dans les limites du diocèse de Lisieux, à Orbec44. Faut-il en déduire que Thomas Basin, informé de l’affaire Adeline, a aussitôt recyclé son savoir fraîchement acquis sur les vaudois-sorciers dans le procès en nullité de Jeanne d’Arc ? Quoi qu’il en soit, il est certain que l’imaginaire du sabbat qui, comme on l’a vu précédemment, n’inspire pas le premier procès de la Pucelle en 1431, se situe bien désormais à l’horizon intellectuel de la nouvelle génération des jurisconsultes appelés en renfort au moment d’engager le second procès. Il demeure que Thomas Basin est le seul expert à mentionner explicitement le cas des vaudois-sorciers. La comparaison ne sera d’ailleurs pas retenue par l’inquisiteur Jean Bréhal dans sa synthèse conclusive. Mais Thomas Basin n’a peut-être pas attendu le procès Adeline pour se familiariser avec les éléments culturels du sabbat. Le fait est que l’évêque de Lisieux avait eu l’occasion lors de sa formation intellectuelle dans la vallée du Rhin et surtout en Italie de découvrir certains aspects de la sorcellerie moderne.

  • 45  De la fin juillet 1439 à la fin mars 1440, il accompagna en Hongrie une ambassade dirigée par l’ar (...)
  • 46  Sur le double séjour italien de Th. Basin, voir B. Guenée, op. cit., p. 328-334 et surtout G. de (...)
  • 47  G. Hofmann éd., Epistolae pontificiae ad concilium Florentinum spectantes, vol. 1, pars 3, Rome, 1 (...)
  • 48  Voir en dernier lieu K. Utz Tremp, Von der Häresie zur Hexerei. ‘Wirkliche’ und imaginäre Sekten (...)
  • 49  Enea Silvio Piccolomini, Papa Pio II, I Commentari, Milan, 1984, p. 1399-1405. Le passage est égal (...)

16L’hypothèse d’un contact personnel précoce avec certains aspects de l’imaginaire du sabbat est envisageable dans le contexte du double séjour italien de Thomas Basin au début de sa carrière. On sait qu’à deux reprises, le futur évêque de Lisieux s’attarda dans la péninsule italienne, la première fois, entre mai et décembre 1437, notamment à Bologne auprès du pape Eugène IV, la seconde de juillet 1438 à avril 1441, avec un intermède hongrois de huit mois45. À chaque fois, Thomas Basin, parallèlement à ses études de lettres et de droit, fréquenta assidûment la cour pontificale où la protection de l’influent cardinal, Brenda Castiglioni, lui ménageait de nombreuses entrées46. Durant les deux ans que dura son second séjour en Italie, à Pise, Ferrare puis Florence, Thomas Basin eut sans doute l’occasion de recueillir certaines informations liées à la sorcellerie moderne au moment où celle-ci devenait une arme polémique dans le conflit de légitimité qui opposait le concile de Bâle à la papauté. C’est ainsi, par exemple, que le 23 mars 1440, le pape Eugène IV dénonçait publiquement, à Florence, les connivences du duc de Savoie et anti-pape Amédée VIII-Félix V avec les « petites sorcières » (stregulae), les « sorciers » (stregones) et les « vaudois » (Waudenses) qui, affirmait-il, proliféraient sur ses terres47. Pour la première fois peut-être, l’assimilation terminologique en cours depuis le début du XVe siècle entre les « vaudois » et les « sorciers » trouvait sa confirmation au sommet de la hiérarchie ecclésiastique48. On peut raisonnablement supposer qu’au retour de sa mission diplomatique en Hongrie, le 26 mars 1440, Thomas Basin avait pris connaissance des accusations que le pape venait tout juste de lancer, trois jours auparavant, contre son rival Félix V. En tout état de cause, ce genre de rumeurs et d’allégations malveillantes circulait rapidement dans les milieux de la curie romaine, comme en témoignent encore, quelques années plus tard, les Commentarii d’Ænas Silvius Piccolomini, le futur pape Pie II, qui se font encore l’écho de la mauvaise réputation acquise par le duc de Savoie dans le domaine de la sorcellerie49.

17Si l’hypothèse d’une empreinte personnelle de Thomas Basin sur le procès de juillet 1463 ne saurait donc être négligée, l’inspiration culturelle n’explique pas tout et il resterait notamment à comprendre les raisons qui ont pu conduire l’évêque de Lisieux à entreprendre, précisément à ce moment-là, une chasse aux sorcières.

  • 50  « Délai obtenu par Thomas Basin pour produire le dénombrement des biens de son église conformément (...)
  • 51  Th. Basin, « Advis de monseigneur de Lysieux », Histoire, op. cit., t. 4, p. 73-90.
  • 52  B. Guenée, op. cit.,p. 303.

18On peut en en effet s’étonner de voir un évêque comme Thomas Basin se lancer dans une répression de cette nature à la veille de quitter son diocèse pour prendre subrepticement le chemin de l’exil (5 janvier 1466). Au premier abord, le caractère exceptionnel de l’affaire semble mal coïncider avec l’image d’un prélat sur le déclin, voire déjà sur le départ. C’est ici cependant qu’il faut particulièrement se méfier de la lecture rétrospective que Thomas Basin a imposé de son parcours personnel. À en croire l’évêque de Lisieux réfugié à Louvain, puis à Trèves, ce dernier serait déjà, au début des années 1460, en butte à l’hostilité du roi Louis XI. Avec le recul, Thomas Basin fera même remonter la « haine » du roi à son encontre en 1460, au moment où celui-ci, encore dauphin, tenta vainement de se faire promouvoir à la tête du duché de Normandie ; l’hostilité de Louis XI ne faisant ensuite qu’empirer. Il s’agit là cependant d’une interprétation a posteriori qui permet à son auteur de mieux justifier son départ précipité du royaume en 1466. En réalité, l’évêque de Lisieux, jusqu’à la guerre dite du Bien-Public (1465) qui entraînera effectivement sa chute, multiplia les tentatives pour trouver grâce aux yeux du nouveau roi. Sa marginalisation relative à la fin du règne de Charles VII, dont témoigne la baisse significative de sa pension de conseiller du roi, constituait paradoxalement un atout lors de l’avènement de son successeur (1461). C’est peut-être même celle-ci qui le prémunit contre la vindicte de Louis XI à l’égard des plus proches conseillers de son père. On sait que l’esprit de revanche du nouveau roi se focalisa sur d’autres personnages plus exposés, tels Pierre de Brézé, grand sénéchal de Normandie, obligé de se cacher sur ses terres, avant de s’exiler en Écosse. Rien de tel à l’évidence pour l’évêque de Lisieux qui s’empressa, en 1461, de faire le voyage à Reims pour saluer le nouveau roi à l’occasion de son couronnement. Il est vrai qu’il dut alors faire face aux tracasseries administratives des officiers royaux qui l’obligèrent, par exemple, à produire en 1463, un nouveau recensement de son temporel, mais, outre que celles-ci n’étaient que la conséquence légale de son empressement à prêter allégeance au nouveau roi de France, il bénéficia dans cette affaire du soutien de Louis XI qui temporisa l’ardeur de ses officiers50. À cet égard, il convient sans doute de nuancer le portrait que Thomas Basin a brossé de lui-même en ces premières années 1460, à savoir celui d’un évêque dévoué à la seule cause de l’Église de France, déjà confiné, d’une certaine façon, dans sa tour d’ivoire pour s’adonner aux délices de l’otium. Ce serait une erreur, en effet, de précipiter son déclin politique en le considérant, dès le début des années 1460, comme un évêque déjà dépassé par les événements, peu conscient des nouvelles réalités du pouvoir. À regarder la carrière de cet évêque de plus près et sans préjuger des événements ultérieurs, l’impression prédomine que ce dernier est encore loin, au tout début du règne de Louis XI, d’avoir fait le deuil de ses ambitions. Bien des éléments donnent au contraire à penser que l’évêque de Lisieux se situe encore dans une dynamique de conquête ou plutôt de reconquête de son influence politique perdue. Il est ainsi significatif qu’en 1464 Thomas Basin adresse encore au roi un « advis » par lequel il s’efforce de justifier le projet de Louis XI de revenir sur sa promesse faite au pape Pie II d’abroger la Pragmatique sanction de Bourges (1462), véritable charte du gallicanisme royal51. À l’évidence, le temps de la désillusion n’est pas encore venu. Il est alors bien davantage, comme l’écrit judicieusement Bernard Guenée, celui des « efforts du courtisan empressé52 ».

Le garant d’une souveraineté positive et naturelle ?

  • 53  Cf. les pièces justificatives rassemblées par J. Quicherat à propos des conflits de juridiction e (...)
  • 54  H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, Cerf, 1988, p. 1 (...)
  • 55  Sur ce point, voir essentiellement F. Neveux, op. cit.,p. 199-231.
  • 56  Bibliothèque Municipale de Lisieux, Ms. 5, Cartulaire de l’Évêché de Lisieux, dit « Cartulaire de (...)

19Au plan local, il semble bien que le procès en sorcellerie de 1463 coïncide avec un regain d’intérêt de Thomas Basin pour l’administration de son diocèse ainsi que la défense de ses prérogatives en tant qu’évêque-comte de Lisieux53. La grande renommée littéraire et historique ultérieurement acquise par Thomas Basin a quelque peu éclipsé son rôle pastoral à Lisieux. Ce dernier n’a pourtant pas négligé ses obligations. Le début des années 1460 correspond même à sa période de plus haute activité dans le domaine de la prédication : c’est à ce moment-là, entre septembre 1461 et février 1462, qu’il se préoccupa de faire rassembler deux recueils d’homélies54. Habilité à conduire des procès pour la foi en tant qu’évêque, Thomas Basin occupait aussi de fortes positions temporelles et seigneuriales à Lisieux en tant que comte. Il importe en effet de rappeler que l’évêque, en sa qualité de « comte de Lisieux », exerce aussi une juridiction temporelle qui s’étend principalement sur la ville et sa périphérie immédiate, soit une petite dizaine de paroisses55. Dans la configuration complexe de l’espace judiciaire lexovien, l’évêque, s’il détient le plus souvent la haute justice, doit cependant partager le reste de l’autorité avec d’autres pouvoirs ecclésiastiques, notamment le Chapitre. Principal concurrent et partenaire de l’évêque dans l’administration de la ville, le Chapitre de Lisieux campe sur ses multiples prérogatives, judiciaires, bénéficiales ou même liturgiques, qu’il s’attache, tout au long du XVe siècle, à défendre, voire, dès que l’occasion s’en présente, à élargir. Il reste qu’en l’absence de représentant direct du roi à Lisieux, l’évêque, pour peu qu’il s’en donne les moyens, exerce une forte emprise sur la cité et la banlieue. Dans cette perspective, la maîtrise du titre comtal représente un enjeu conséquent. Or, ce titre apparaît relativement fragile dans la mesure où ses fondements historiques sont incertains et sans doute plus récents que ne le prétendent les évêques. Ils sont d’ailleurs les seuls à l’invoquer face à une administration royale beaucoup plus réticente à l’employer elle-même. Thomas Basin, au lendemain de la reddition de Lisieux à Charles VII (1449), avait significativement mis ce titre en sourdine : celui-ci, par exemple, n’est pas mentionné dans la déclaration de son temporel en 1452. Mais dix ans après le « recouvrement » de la Normandie, l’évêque de Lisieux n’hésite plus à brandir de nouveau ce titre comtal. Sans doute n’est-ce pas un hasard si Thomas Basin fait alors réaliser un splendide cartulaire, synthèse de ses titres et prérogatives, qui commence par une charte de Jean sans Terre de 1199 ; un texte qui tient lieu, non sans accommodements avec la réalité, d’acte fondateur du statut comtal56.

  • 57  L. Du Bois, qui en savait plus que nous, précise, en effet, que les trois condamnés furent supplic (...)
  • 58  D. Fournier, Dictionnaire historique et étymologique des noms de rues et lieux-dits anciens et mod (...)
  • 59  Sur tous ces points, voir F. Neveux, op. cit.,p. 234-235. Les nombreux conflits de type seigneuri (...)

20L’année 1463 coïncide également avec une volonté manifeste de l’évêque-comte de Lisieux de rétablir l’ensemble de ses prérogatives, notamment judiciaires, dans l’espace urbain et suburbain. L’évêque se sent alors suffisamment fort pour imposer au Chapitre un accord général supposé résoudre tous les conflits en suspens. Il n’est sans doute pas non plus anodin que le bûcher des sorciers et des sorcières soit élevé, en juillet 1463, au sud-ouest de la ville, hors les murs, aux confins de la paroisse Saint-Désir57. Le lieu est certes traditionnellement consacré, parmi d’autres, à l’accomplissement des exécutions58 ; mais il se trouve aussi implanté au cœur de l’une des principales zones de tension et de rivalités entre les juridictions ecclésiastiques qui se partagent, pour l’essentiel, l’espace seigneurial et juridictionnel local. Le Chapitre de Lisieux y défend alors âprement ses droits dans le domaine bénéficial contre les prétentions concurrentes de l’abbaye féminine Notre-Dame du Pré. Vulnérable du fait de sa position suburbaine, l’abbaye se place volontiers sous la sauvegarde royale, tout en recherchant et obtenant le plus souvent l’appui de l’évêque qui exerce localement, au temporel comme au spirituel, la haute justice. Les dernières années de la décennie 1450 sont d’ailleurs caractérisées par un regain de tensions entre l’abbaye et le Chapitre, ce dernier n’hésitant pas, en 1457, à faire appel devant l’archevêque de Rouen d’une décision de Thomas Basin jugée trop favorable aux moniales59.

  • 60  F. Neveux, op. cit.,p. 240.

21Le procès pour la foi de 1463 fut-il pour l’évêque un moyen, parmi d’autres, de réaffirmer localement sa puissance et son autorité en tant que détenteur de la haute justice ? Quoi qu’il en soit, ce ne serait pas la première fois que Thomas Basin instrumentaliserait la lutte contre l’hérésie pour intimider ses chanoines. Le seul précédent connu d’un procès pour la foi sous son épiscopat, situé en 1448, concerne précisément quatre officiers du Chapitre de Lisieux. L’évêque les avait momentanément fait emprisonner sous l’accusation d’hérésie pour mieux faire pression, semble-t-il, sur le Chapitre60. Le recours à l’arme de l’hérésie fait aussi partie de ces coups de force qui permettent ponctuellement de faire avancer une cause ou de conclure un conflit interminable. Il reste qu’en 1463, le procès en sorcellerie vise bien d’abord des étrangers au diocèse de Lisieux et la nature particulière de l’accusation, fondée sur le nouveau concept de sabbat, participe sans doute aussi d’une autre logique. L’épisode des trois sorciers de 1463 n’est sans doute pas entièrement réductible à des enjeux de pouvoir strictement locaux, même s’il importe, bien sûr, de les garder à l’esprit.

  • 61  Voir en dernier lieu, Ph. Contamine, « Le premier procès de Jean II, duc d’Alençon (1456-1458) : q (...)
  • 62  M. Ostorero, Le diable au sabbat, op. cit.,p. 43-44.
  • 63  J. Chiffoleau, « Amédée VIII ou la Majesté impossible ? », Amédée VIII-Félix V, premier duc de Sav (...)
  • 64  Comme dans le traité de Claude Tholosan (1436) qui propose une vision très politisée de la « synag (...)
  • 65  Le trait revient fréquemment dans les descriptions de la « société » des sorciers : voir, par exem (...)
  • 66  P. Boucheron, « De la cruauté comme principe de gouvernement. Les princes ‘scélérats’ de la Renais (...)
  • 67  Imago quaedam divinitatis est princeps, et tyrannus est adversariae fortidudinis et Luciferianae (...)

22Il se pourrait bien, en effet, que ce prélat encore actif, d’autant plus zélé peut-être qu’il lui importait de faire oublier un passé politique équivoque, ait trouvé dans la chasse aux sorcières de 1463 le moyen d’affirmer localement son autorité vis-à-vis de toutes les autres juridictions, en même temps qu’elle lui permettait de se poser en défenseur du nouvel ordre politique instauré en Normandie par les Valois. Longtemps dominée par les Anglais – Thomas Basin en savait quelque chose, lui qui devait son siège épiscopal à la protection d’un éminent conseiller ecclésiastique d’Henri VI, Zenone Castiglioni – la Normandie constituait une province de conquête ou, si l’on préfère, de reconquête récente (1449-1450), et la question de sa soumission à la nouvelle souveraineté des Valois se posait avec une réelle acuité. L’éventualité d’une nouvelle campagne militaire anglaise en Normandie était prise très au sérieux par le pouvoir royal. Rappelons seulement qu’un tel projet d’alliance militaire avec l’ennemi anglais se trouve encore au cœur de l’accusation portée contre Jean d’Alençon en 1456-145861. Il est évident que la Normandie, vers 1460, est une zone politique fragile, éminemment stratégique, dont l’incorporation au royaume ou pour reprendre le mot des chroniqueurs pro-Valois, le « recouvrement », sont encore très récents. La menace d’une résistance à l’autorité royale ne vient d’ailleurs pas que de l’extérieur. La Normandie sera ainsi le premier maillon du royaume de Louis XI à céder, lors de la guerre du Bien-Public, en 1465, obligeant le roi à négocier avec ses adversaires. Or, c’est aussi la peur de la rébellion, de l’hostilité au pouvoir légitime qui, souvent, nourrit l’imaginaire du sabbat et favorise sa diffusion aux frontières du royaume de France, dans le Valais suisse62, en Savoie63 ou dans le Dauphiné. Dans les descriptions du sabbat que l’on rencontre aussi bien dans les traités savants que dans les actes de la pratique, la figure satanique endosse souvent les traits caractéristiques du pouvoir tyrannique : c’est au diable, éventuellement assis sur un trône64, qu’il convient de rendre hommage selon les formes de l’engagement vassalique. C’est le diable encore qui, après l’hommage, exerce sur ses nouveaux fidèles un pouvoir de nature religieuse, mais aussi politique, fondé sur la peur et la répression65. Comportement terrorisant, sexualité débridée, cruauté sans limites : telles sont parallèlement les caractéristiques depuis longtemps attribuées par la tradition littéraire et savante à la figure politique du tyran66 dont Jean de Salisbury, dans son célèbre Policraticus (1159), faisait déjà « l’image de la perversité luciférienne67 ».

  • 68  R. Blondel, Œuvres, II, p. 76-78. Voir aussi B. Guenée, op. cit.,p. 359.
  • 69  B. Guenée, op. cit.,p. 354-365.
  • 70  Th. Basin, Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 106-107.

23Dans cette perspective, il vaut la peine de considérer la justification fort argumentée que Thomas Basin donna de son revirement politique au moment de la conquête de la Normandie par les armées de Charles VII. Selon Robert Blondel, un noble d’origine normande indéfectiblement attaché à la cause des Valois, l’évêque de Lisieux aurait convaincu la garnison anglaise de se rendre sans combattre en lui tenant le langage suivant : « la ville a toujours fidèlement obéi (fideli obsequio) à votre prince, elle a infiniment respecté (summa reverentia) la suprême majesté de son seigneur (supremam sui domini majestatem) qu’elle devait à sa défaite (haec urbs subacta)68 ». Thomas Basin avait tenu un rôle important lors du « recouvrement » de la Normandie, sans doute le plus beau rôle politique de sa vie, non seulement en négociant habilement la reddition de sa propre cité, lui évitant ainsi le pillage (16 août 1449), mais encore en encourageant l’ensemble du haut-clergé normand à le suivre sur la voie de la trahison à l’égard du souverain anglais69. Un peu plus tard, vers 1470, l’évêque exilé, dans son Histoire de Charles VII, décrira ce basculement de la fidélité des normands du côté des Valois en affirmant qu’une fois libérés de la « peur » des Anglais et « dès qu’ils avaient aperçu la voie par où ils pouvaient briser la rude servitude de la crainte et de la violence, comme joyeusement poussés par un mouvement naturel, ils s’efforçaient non seulement d’accueillir mais encore d’appeler et d’invoquer leur royaume naturel, le plus vieux de la terre, à savoir l’empire (naturale et vetustissimum terre Francorum scilicet imperium), et ils se hâtaient vers lui, comme au siège de leur tranquillité naturelle70 ». Selon Thomas Basin, la domination anglaise s’était d’autant plus facilement et justement effondrée qu’elle reposait sur la force et la peur :

  • 71  Ibid., p. 106 : Verissimum enim esse illud Ciceronianum tum luculentissime constabat, quod « nulla (...)

La très juste parole de Cicéron se vérifiait alors très clairement, qui disait qu’aucune souveraineté (imperium) fondée sur la force (vis) et sur la peur (metus) ne peut durer longtemps. Les Anglais avaient conquis la Normandie par la force (vis). Leur souveraineté (imperium) avait tenu par la peur (metus)71

  • 72  J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France (XIIIe-XVe siècle), Paris, (...)
  • 73  Selon l’expression de B. Guenée, op. cit., p. 365 : « Pour Thomas Basin, c’était la fin d’un pouv (...)

24De ce passage crucial de l’Histoire de Charles VII, Bernard Guenée déduisait qu’aux yeux de Thomas Basin « la souveraineté anglaise », bien qu’ayant été établie par la force, « était parfaitement légitime ». On hésite cependant à suivre, au moins sur ce point, cette analyse en considérant que Thomas Basin, après et seulement après avoir changé de camp, s’attache plutôt à décrire ici une autorité tyrannique, assez comparable finalement à celle que le diable est supposé exercer sur ses propres sujets. La description autant que la compréhension que Basin donne ultérieurement de l’imperium anglais sur la Normandie assimile en effet ce dernier à une autorité contraire à la nature, fondée sur la peur et la crainte, qui s’oppose radicalement à l’ordre légitime des Valois doublement enracinée dans la nature et un passé immémorial. Ainsi, comme Jacques Krynen l’a noté, la justification de Thomas Basin participe entièrement de ce puissant discours naturaliste qui fait du souverain naturel « l’exact antithèse du tyran72 ». Non seulement l’imperium anglais est vicié dès l’origine par la violence (vis) nécessaire à la conquête, mais il confirme son caractère tyrannique en ce qu’il implique, pour se maintenir dans la durée, l’exercice d’un pouvoir contraignant qui s’effectue contre la volonté des sujets maintenus dans « la rude servitude de la crainte et de la violence » (duram metus atque violencie servitutem). La description par Thomas Basin du pouvoir anglais sur la Normandie se révèle ainsi tributaire d’une conception déjà ancienne de la tyrannie qui associe la tyrannie d’origine ou d’usurpation à la tyrannie d’exercice. La victoire des Valois en Normandie ne signifierait donc pas simplement, pour Thomas Basin, « la substitution d’une légitimité à une autre73 », mais bien le triomphe d’une souveraineté positive et « naturelle » sur une domination négative doublement disqualifiée selon les critères savants de la tyrannie.

  • 74  Voir l’« Advis de monseigneur de Lysieux », op. cit.
  • 75  P. Mamoris, Flagellum maleficarum, c. 1 : Quoniam tempore multo nimis Anglorum invasionibus nobile (...)

25Avec le procès en sorcellerie de 1463, tout se passe comme si cette pseudo-souveraineté anglaise, fondée, comme celle du tyran dans toute la pensée politique médiévale, sur la peur et la force contraignante (vis), s’était effondrée, tout en laissant cependant subsister derrière elle d’autres formes, plus souterraines, de résistance et d’opposition à l’imperium des Valois. Au seul pouvoir légitime « naturel » qui compte ‒ celui de Dieu bien sûr, mais aussi celui du « très chrétien » roi de France, cet autre Princeps garant, selon Thomas Basin, des libertés de l’Église du royaume74 ‒ s’oppose désormais un contre-pouvoir occulte, une société diabolique dont la répression s’avère indispensable à l’établissement de l’ordre nouveau. D’une certaine façon, l’évêque de Lisieux, en déclenchant une chasse aux sorciers et aux sorcières dans son diocèse en 1463, ne faisait peut-être que poursuivre sur le terrain judiciaire l’œuvre théorique et technique accomplie, quelques années auparavant, dans le cadre du procès en nullité de Jeanne d’Arc. De même qu’il importait d’immuniser la monarchie des Valois contre tout soupçon d’hérésie, il était aussi nécessaire de purifier les marges du royaume en éliminant tous les ferments de rébellion laissés derrière eux par les Anglais. N’est-ce pas le théologien de l’université de Poitiers, Pierre Mamoris qui, dans son Flagellum maleficorum, le traité anti-sorcier géographiquement et chronologiquement (1462) le plus proche de Lisieux, imputait aux soldats anglais la responsabilité historique de l’introduction et de la propagation des « maléfices » et « sortilèges » dans le royaume75 ? En ce sens, la chasse aux sorcières de Lisieux, en 1463, aussi circonscrite soit-elle (car on peut supposer, au vu de sa discrétion documentaire, qu’elle ne s’est pas transformée en procès de masse) représenterait l’envers de la Raison d’État à laquelle Thomas Basin, sans être pourtant lui-même un « mystique de l’obéissance », était peut-être tenté de sacrifier pour parfaire son retour dans le giron du royaume des Valois. On sait que ce projet échoua définitivement lors de la guerre du Bien Public, mais le destin politique de l’évêque de Lisieux n’était nullement scellé en 1463. Une fois réfugié à Louvain, puis à Trèves, Thomas Basin aura tout loisir de méditer sur les causes de son échec et la fin de sa carrière politique. Il reste que le prélat exilé restait très conscient du fait que la rupture du service royal, en même temps que l’abandon de sa charge épiscopale, signifiait d’abord pour lui la fin du temps des procès :

  • 76  Thomas Basin, Apologie ou plaidoyer pour soi-même, éditée et traduite par Ch. Samaran et G. de Gr (...)

Maintenant, par l’effet de la miséricorde de Dieu, je reste seul ; je ne suis mêlé ni aux procès, ni aux plaintes, ni aux affaires judiciaires, quelles qu’elles soient. Soulagé de ce fardeau, je peux me livrer plus librement et plus tranquillement à la lecture, à la prière, au loisir si doux de la méditation et aux exercices spirituels76.

26On admettra ainsi que les faits recueillis auprès de L. Du Bois, même s’ils ne nous sont connus que de manière fragmentaire, sont suffisamment probants pour poser un nouveau jalon normand dans le processus de diffusion de l’imaginaire du sabbat. Le cas de Lisieux invite également à souligner, à côté de l’influence des milieux dominicains, le rôle de l’inquisition épiscopale dans la diffusion du modèle démonologique du sabbat. Dans cet exemple précis, en effet, la volonté de poursuivre les prétendus suppôts humains du diable émane davantage de l’évêque que de l’inquisiteur dominicain dont la présence au procès semble très formelle. La persécution de 1463 doit ainsi être replacée dans une conjoncture particulière qui voit l’évêque de Lisieux essayer de conforter son pouvoir spirituel et temporel à l’échelon local. Si l’impact quantitatif de la répression reste limité, sa signification politique n’en demeure pas moins importante. Il est ainsi permis de penser que le souci manifeste de Thomas Basin d’extirper de son diocèse les formes les plus redoutables de l’hérésie au XVe siècle n’était pas dépourvu de considérations politiques. Bien loin d’avoir encore renoncé à jouer un rôle de premier plan auprès du nouveau roi de France, le « courtisan empressé » qu’était alors Thomas Basin crut peut-être qu’en brûlant quelques sorciers et sorcières, il faciliterait l’intégration d’une province longtemps disputée par les Anglais à un royaume réputé « plus chrétien » que les autres…

Annexe

  

Pièces justificatives

Document 1. – Extrait de la sentence latine prononcée le 2 juillet 1463. Première version non rectifiée.

Éd. Thomas Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI, édition de la Société de l’Histoire de France établie par Jules Quicherat, t. 4, 1859, p. 239-240. Texte n° 40 inséré dans « Pièces concernant les affaires ou la famille de Thomas Basin » d’après l’ouvrage de Louis Du Bois, « De l’inquisition française, notamment en Normandie », Recherches archéologiques, historiques, biographiques et littéraires sur la Normandie, Paris, éd. Dumoulin, 1843, p. 79-103, citation p. 99-101.

[…] Quod ipsum daemonem sub speciem hirci nigri cum reverenti prostratione et osculo adorastis, candelas nigras et parum lucentes obtulistis ; vos ipsos donastis […] fructus arborum et terrae nascentes impie devastando. Constat etiam te, Catharinam praedictam parvulum, ex utero tuo natum, daemoni, qui eum jugulavit et rapuit quasi in tributum et censum, vivum dedisse, et ipsum daemonem incubum frequenter habuisse, in te genuisse ; Valentinum synagogum per decem et octo annos frequentasse. Liquet insuper vos Johannem Le Prieur et Johannem Hesbert cum multis complicibus vestris, assumpta belluarum pessimarum ferocitate, plures infantes et parvulos crudeliter occidisse, in partes et frustra eos dividisse, retento corde et cerebro eorum ad vestra veneficia facienda. Constat enim quod carnes eorumdem edere non formidastis. Constat etiam te, Johannem Hesbert, a tuo daemone eductum, pulveres infectos ad vultus hominum callide insufflasse, etc. Anno Domini MCCCCLXIII, die sabbati post festum SS. Petri et Pauli apostolorum.

Document 2. – Lecture interprétative proposée par L. Du Bois, op. cit., p. 99-100.

« Cet arrêt porte qu’ils étaient accusés d’avoir adoré un bouc noir, de l’avoir embrassé à la lueur de flambeaux noirs et peu brillans (sic), de s’être donnés au démon, et d’avoir détruit avec impiété les fruits naissans (sic) de la terre et des arbres. Quant à la femme Le Bourguignon, il fut déclaré constant qu’elle avait livré son enfant, nouveau né et vivant encore, au démon qui l’avait égorgé et enlevé comme un tribut qui lui appartenait ; que le dit démon avait été fréquemment son incube, et qu’elle avait pendant dix-huit ans vécu avec un juif nommé Valentin. Le Prieur et Hébert furent déclarés évidemment convaincus d’avoir égorgé un grand nombre d’enfants, de les avoir mis en pièces afin d’en conserver le cœur et la cervelle pour commettre des maléfices, et d’avoir mangé leurs chairs. Parmi les griefs imputés à Hébert, on trouve l’accusation d’avoir soufflé à la figure de quelques personnes certaines poudres de sortilège. »

Document 3. - Version latine rétablie

[…] Quod ipsum daemonem sub speciem hirci nigri cum reverenti prostratione et osculo adoravistis, candelas nigras et parum lucentes obtulistis ; vos ipsos donastis […] fructus arborum et terrae nascentes impie devastando. Constat etiam te, Catharinam praedictam parvulum, ex utero tuo natum, daemoni, qui eum jugulavit et rapuit quasi in tributum et censum, vivum dedisse, et ipsum daemonem incubum frequenter habuisse, [inservisse ?] ; Valdensium synagogam per decem et octo annos frequentasse. Liquet insuper vos Johannem Le Prieur et Johannem Hesbert cum multis complicibus vestris, assumpta belluarum pessimarum ferocitate, plures infantes et parvulos crudeliter occidisse, in partes et frustra eos dividisse, retento corde et cerebro eorum ad vestra veneficia facienda. Constat enim quod carnes eorumdem edere non formidastis. Constat etiam te, Johannem Hesbert, a tuo daemone eductum, pulveres infectos ad vultus hominum callide insufflasse, etc. Anno Domini MCCCCLXIII, die sabbati post festum SS. Petri et Pauli apostolorum. 

Document 4. - Traduction

« […] Que vous avez adoré ce démon sous la forme d’un bouc noir, avec prosternation et baiser révérencieux, que vous lui avez offert des chandelles noires et peu lumineuses ; que vous vous êtes donnés […] en dévastant de façon impie les fruits naissants des arbres et de la terre. Il est aussi établi que toi, la susdite Catherine, tu as donné vivant le nourrisson, né de ton ventre, au démon qui l’égorgea et qui s’en empara presque comme un tribut et un cens, et que tu as fréquemment connu ce démon incube, [auquel tu t’es asservie ( ?)] ; que tu as fréquenté la synagogue des Vaudois pendant dix-huit ans. De plus, il est évident que vous, Jean Le Prieur et Jean Hesbert, avec nombre de vos complices, assumant la férocité des pires bêtes sauvages, vous avez cruellement tué plusieurs enfants et nourrissons, que vous les avez frauduleusement découpés en morceaux, en retenant leur cœur et leur cervelle pour confectionner vos poisons. Il est en effet établi que vous n’avez pas craint de manger leur chair. Il est aussi établi que toi, Jean Hesbert, conduit par ton démon, tu as habilement soufflé au visage des hommes des poudres toxiques, etc. En l’An du seigneur 1463, le jour de samedi après la fête des saints apôtres Pierre et Paul. »

Notes

1  Sur la nature de ce type de publications en plein essor au début du XIXe siècle, voir F. Guillet, Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, 2000, notamment p. 273.

2  L. Du Bois reprendra plus tard la teneur de cet échange polémique sous la forme d’une petite brochure publiée à deux reprises : « De l’Inquisition française, notamment en Normandie », Recherches archéologiques, historiques, biographiques et littéraires sur la Normandie, Paris, Dumoulin 1843, p. 79-103. Il existe une deuxième édition contemporaine du même titre chez Raynal, Rambouillet, 1843.

3  Il convient sur ce point de rectifier la date (4 juillet 1463) proposée par L.-F. Du Bois.

4  Le texte latin a également été versé par Jules Quicherat au dossier des pièces justificatives relatives à Thomas Basin dans le tome 4 de l’Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI, Paris, Jean Renouard et Cie, 1859, n° 40, p. 239-240. Le document se trouve assorti d’un bref commentaire qui reproduit quasi textuellement les propos de L. Du Bois.

5  Voir les pièces justificatives jointes à cette contribution.

6  À un stade antérieur de la polémique, L. Du Bois avance le nom de Robert Gauthier !

7  Nos diverses tentatives pour retrouver l’acte original aux Archives départementales du Calvados ainsi que dans le riche fonds archivistique de la Société Historique de Lisieux (SHL) ‒ où devrait, selon toute logique, se trouver le document en question ‒, sont demeurées, pour le moment, infructueuses. Il est vrai que la tourmente révolutionnaire a entraîné un démantèlement partiel des archives de l’évêché et du chapitre de Lisieux. Un certain nombre de pièces importantes ont ainsi échoué entre des mains privées.

8  Initialement suggérée par A. Blauert et C. Ginzburg, l’hypothèse alpine a depuis lors été consolidée par les nombreux travaux de l’« école de Lausanne » autour d’A. Paravicini Bagliani. Voir notamment L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430c.-1440c.), réunis par M. Ostorero, A. Paravicini Bagliani, K. Utz Tremp, avec la collaboration de C. Chène, Lausanne, 1999, (CLHM, 26). Les quelques tentatives récentes pour remettre en cause ce « modèle » ne sont guère convaincantes, en raison notamment de leur flou chronologique entretenu par une approche essentiellement ethnographique. Voir en dernier lieu, N. Ghersi, « Poisons, sorcières et lande de bouc », Cahiers de Recherches Médiévales, 17, 2009, p. 103-120.

9  Voir en particulier, du Nord au Sud : F. Mercier, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’Automne du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2006 ; M. Ostorero, Le diable au sabbat. Littérature démonologique et sorcellerie (1440-1460), Florence, Edizioni del Galluzzo, 2011 (Micrologus’ Library, 38), et P. Prétou, Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010, p. 268-277.

10  Quelques mentions éparses en 1426/27, 1428 et 1450 dans N.-J. Chaline (dir.), Histoire du diocèse de Rouen-Le Havre, collection Histoire des diocèses de France, 5, Paris, Beauchesne, 1976, p. 60. Voir aussi le cas de ce chapelain de la cathédrale de Rouen reconnu coupable en 1429 d’avoir « recopié de sa main des livres divinatoires » : cf. V. Tabbagh, « Croyances et comportements du clergé paroissial en France du Nord à la fin du Moyen Âge », Le Clergé délinquant (XIIIe-XVIIIe siècle), B. Garnot (dir.), Publications de l’Université de Bourgogne, LXXX, série du Centre d’Études Historiques, 4, EUD, 1995, p. 11-64, spécialement p. 20-21. Signalons aussi ce chartreux normand anonyme qui, vers le milieu des années 1480, croit se souvenir que, du temps de son adolescence, plusieurs sorciers, appelés vulgairement « scobaces » (le terme inventé pour l’occasion semble venir du mot balai), furent arrêtés et brûlés « dans notre province » : cf. Dialogus Anonymi monachi Cartusiensis Vallis Dei (vers 1485-1489), édité dans J. Hansen, Quellen und Untersuchungen zur Geschichte des Hexenwahns und der Hexenverfolgung im Mittelater, Bonn, 1901 (reprint Hildesheim 1963), p. 240-242, citation p. 240 : Memini me, mater, in adolescentia, antequam hunc ordinem ingrederer, multa de huiusmodi sortilegis, qui vulgo ‘scobaces’ dicuntur, audisse. Nam tunc et deinceps plures capti fuerunt in nostra provincia et combusti, qui prius in arcta positi quaestiones horrenda fatebantur.

11  Voir notamment la démonstration précise et convaincante de C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 333-367. Voir aussi J.-P. Boudet, Entre science et nigromance. Astrologie, divination et magie dans l’Occident médiéval (XIIe-XVe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 479.

12  Le cas Adeline a bien été analysé par M. Ostorero, « Un prédicateur au cachot : Guillaume Adeline et le sabbat », Médiévales, 44, 2003, p. 73-96.

13  Sur ce point, R. Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle. Une analyse de psychologie historique, Paris, Seuil, 1968, rééd. 1980, p. 449-458.

14  Sur Thomas Basin, voir notamment la biographie précise que lui a consacré B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 301-435.

15  N. Cohn, Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Âge, Paris, Payot, 1982, p. 159-182.

16  Sur L. Du Bois en général, voir J. Travers, Biographie de M. Louis Du Bois, Caen, Hardel, 1856 ; et plus particulièrement sur sa carrière politique, E. Létang, « Louis Du Bois », Dictionnaire de biographie française, fasc. LXI, Paris, 1965, c. 955-956. Sur sa place au sein de l’érudition normande de son temps, voir F. Guillet, Naissance de la Normandie, op. cit.,p. 237-239.

17  On peut se faire une idée de son œuvre prolifique en consultant le Manuel du bibliographe normand, t. 1, Rouen, 1858, p. 377-381.

18  Profondément enraciné à Lisieux, Du Bois s’y installera définitivement à la fin de sa carrière préfectorale. On lui doit notamment une vaste monographie sur Lisieux, publiée en 1845, qui reprend presque textuellement l’épisode de 1463 présenté dix ans plus tôt dans le Journal de Falaise, L. Du Bois, Histoire de Lisieux, Lisieux, Durand, 1845, p. 136-138.

19  Orderic Vital, Histoire de la Normandie, traduction L. Du Bois, Paris, L. J. Brière, 1825-1827. Préface de F. Guizot, citation, t. 1, p. 3.

20  N. Cohn, op. cit.,p. 166.

21  Un brouillon autographe de l’article en question retrouvé dans les papiers personnels de l’érudit normand porte une étrange correction. Au lieu de « la sentence latine que j’ai sous les yeux », Du Bois avait préalablement commencé d’écrire : « dont le manuscrit est… », avant de raturer la formule. ADC – « Papiers Louis Du Bois », F. 5980, feuillet indépendant, non numéroté, rédigé recto-verso.

22  Orderic Vital, op. cit., t. 1, p. 4.

23  Excommunicatos duos homines et unam foeminam saeculari curiae dimisit post festum SS. Apostolorum Petri et Pauli, Gallia Christiana, t. XI, col. 795. Le onzième volume de la fameuse collection supervisée par les bénédictins de la congrégation de Saint-Maur a finalement été publié en 1759. Moins connu que dom Le Noir qui a pourtant attaché son nom à l’enquête des mauristes sur le clergé normand, dom Brice († 1755) a été l’une des principales chevilles ouvrières de ce volume consacré aux diocèses de Normandie. Sur ses liens avec le petit monde érudit lexovien, cf. G.-A. Simon, « La formation des anciennes listes des évêques de Lisieux », Bulletin de la Société Historique de Lisieux, 1920-1923, n° 25, p. 3-30.

24  N. Deshay, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux, 1754, publiées dans le tome 2 de H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, 1873, citation, p. 193. Manifestement gêné par cet épisode répressif qui jetait une ombre sur son portrait édifiant de Thomas Basin, N. Deshay n’en savait cependant guère plus que ce que nous apprend la notice des Gallia Christiana. Le curé de Champigny est pourtant considéré comme l’une des valeurs sûres de l’érudition locale au XVIIIe siècle.

25  N. Deshay, par exemple, tout en relevant le laconisme de dom Étienne Brice, en éclaire peut-être les raisons car il éprouve le besoin d’ajouter qu’il « fallait que [le sujet] fut extrêmement grave pour avoir forcé un évêque aussi charitable à exposer ces malheureux au supplice du feu », op. cit., p. 193.

26  Voir les exemples donnés par M. Ostorero dans L’imaginaire, op. cit., p. 332.

27  Sur l’ensemble de cette littérature, voir M. Ostorero, Le diable au sabbat, op. cit.

28  Voir l’édition partielle du texte dans J. Hansen, Quellen, op. cit.,p. 133-145.

29  J. Hansen, op. cit., p. 468.

30  Voir, pour ne prendre qu’un seul exemple, la description que Claude Tholosan (1436) donne d’une partie des activités criminelles du sabbat : « De même, tout de suite et sur place, ils s’agenouillent et baisent le diable qui leur apparaît habituellement sous la forme d’un homme ou de nombreux animaux différents, et ils le baisent sur la bouche ; ils lui donnent leur corps et leur âme, ainsi que l’un de leurs enfants, généralement le premier-né, qu’ils immolent et lui offrent en sacrifice à genoux, tenant l’enfant nu par dessous les bras et les épaules, puis ils le tuent ; après l’ensevelissement, ils le déterrent et font de lui une poudre, avec d’autres substances (…). », L’imaginaire du sabbat, op. cit., p. 364-367.

31  V. Tabbagh, « Établissement et rayonnement des frères mendiants à Rouen (XIIIe-XVe siècle) », Gens d’Église, gens de pouvoir (France, XIIIe-XVe siècle), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2006, p. 9-51, spécifiquement p. 35-36. Les rares procès en matière de foi conservés pour Lisieux au XVe siècle confirment ce rapport déséquilibré entre l’évêque et l’inquisiteur. Voir, par exemple, le cas de 1437 sous l’épiscopat de P. Cauchon, cf. R. Neveux, op. cit., p. 239-240.

32  Sur G. Aubery, voir, pour ce qui concerne son insertion dans le milieu canonial et l’administration épiscopal de Lisieux, F. Neveux, op. cit., p. 235-236, 321, 339. Il serait mort à un âge avancé, en 1489, voir E. Deville, Obits et fondations pieuses à Lisieux (1390-1546), Lisieux, 1920, p. 33 et notice 11, p. 48. Une copie de la fondation « pour l’âme du défunt Maître Guillaume Aubery, en son vivant prêtre, docteur en théologie et chanoine dudit Lisieux » se trouve à la SHL dans le Fonds Devilles, 9 FB.

33  H. Denifle et E. Chatelain, Chartularium Universitatis parisiensis, t. IV, Paris, 1897. On le trouve mentionné pour la première fois en janvier 1431 alors qu’il débute sa formation à la faculté de théologie (n° 2393, p. 528). Il devient bachelier sententiaire en septembre 1436 (n° 2490, p. 592). Signalé comme licencié en théologie en 1442 (n° 2558, p. 624), puis comme maître en mai 1442 (Ibid.), il est encore désigné comme magister regens en théologie en septembre 1452 (p. 738).

34  Il s’avère impossible, pour le moment, de retrouver trace de ce dominicain. On retrouve bien la mention à l’université de Paris d’un certain Roberto Vatier, maître es arts, originaire de Normandie (diocèse de Sées), mais la date de celle-ci (1403) semble un peu précoce pour autoriser le rapprochement (cf. Chartularium, op. cit., p. 104, n° 1796). Un autre rapprochement possible avec le Jean Le Vautier, bachelier en théologie, clerc de l’ordre des Augustins, qui assista au procès de condamnation de Jeanne d’Arc en 1431, à partir du 27 février 1421, semble encore plus aléatoire.

35  C’est à l’été 1471, par exemple, que l’on fait copier au couvent bénédictin de Sainte-Marie ad Martyres de Trèves un ensemble de textes in materia Valdensium dont plusieurs proviennent de l’espace francophone. Voir M. Ostorero, Le diable au sabbat, op. cit., p. 110-111.

36  Dans son Breviloquium (1488) qui prétend retracer en quarante-deux stations les principales étapes de sa vie, Thomas Basin évoque très rapidement les années 1461-1465 et passe notamment sous silence tout ce qui pourrait rappeler ses efforts manifestes en vue de se concilier Louis XI avant la rupture définitive de 1466 (comme, par exemple, le voyage qu’il effectua à Reims en 1461 pour le sacre du nouveau roi). C’est pourtant de cet ouvrage que les auteurs de la Gallia Christiana ont tiré l’essentiel de leur information pour composer la notice biographique de l’évêque de Lisieux. Cf. Th. Basin,s Breviloquium peregrinationis et mansionum XLII quae in deserto hujus saeculi nequam habuit Thomas, éd. J. Quicherat, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI par Thomas Basin, Paris, 1859 (SHF), t. 4, p. 7-25.

37  G. Bessin, Concilia Rotomagensis provinciae, Rouen, 1717, I, p. 481-487.

38  Synodi lexovienses, c. 9 : Praecipimus et injungimus omnibus presbyteris, curam animarum habentibus, quatenus ipsi omnibus diebus Dominicis et festivis in pronis suarum ecclesiarum palam, publice, et alta voce, omnes usurarios, necnon superstitiosos, divinatores, et sortilegos, denuntient excommunicatos. Et etiam quoscumque jurisdictionem nostram, et libertatem ecclesiasticam impedientes, et qui procurant causas, quae de jure vel consuetudine spectant ad forum ecclesiasticum impedientes, et qui procurant causas, quae de jure vel consuetudine spectant ad forum ecclesiasticum, tractari coram judice vetito, prout in Statutis Provincialibus continetur. Quos omnes et singulos jurisdictionem ecclesiasticam, ut praefertur, ompedientes ac perturbantes, sententiam excommunicationis a canone latam declaramus incurrisse. Bessin, op. cit., p. 482.

39  V. Tabbagh, Gens d’Église, op. cit.,p. 130, qui relève avec justesse que « ces textes ne sont pas souvent des élaborations originales, mais insistent plutôt sur leur inscription dans la continuité ».

40  Pour la Bretagne, voir A. Chauou, « La religion souterraine à Saint-Malo en 1434 », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, vol. 102, n° 2, 1995, p. 107-112. L’identification hypothétique d’un sabbat dans un statut synodal du diocèse de Saint-Malo sous l’épiscopat d’Amaury de la Motte n’a finalement pas résisté à l’examen. Voir la relecture critique décisive d’A. Croix, « Sabbat et fest noz », Mélanges Michel Vovelle. Sociétés, mentalités, cultures, France (XVe-XXe siècles), Aix-en-Provence, Université de Provence, 1997, p. 155-162.

41  P. Duparc, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, t. 2, Paris, éd. Klincksieck, 1979, p. 157-219.

42  P. Duparc, op. cit., p. 193 : Primo ex bona et salutari admonitione spiritum sive vocum a quibus revelationes habuit. Nam nihil aliud ipsam Johannam admonebant, nisi quod se bene regeret, ecclesiam frequentaret, esset bona juvenis, sepe confiteretur peccata sua, virginitatem corporis et spiritus custodiret, quod non est presumendum a maligno spiritu processise.

43  Ibid., p. 193 : Cum, ut satis compertum est apud illos qui examinaverunt processus istorum sortilegorum Valdensium, quibus maligni spiritus solent apparere, primum de quo hujusmodi maligni eos commoneant est de abnegatione fidei christiane et nominis Christi, quod ecclesias catholicas non intrent, sacramenta Ecclesie Dei contemnant, aqua benedicta se non aspergant, ipsis divinos honores exhibeant, oblationes et execrabilia quedam sacrificia eis offerant, que demones ex superbia sua maxime appetunt, sibi exhiberi, ut patet Augustinum II° et IIIe De Civitate Dei, et cetera talia.

44  Le septième article du procès-verbal, tel qu’il est partiellement conservé dans le manuscrit latin 3446 de la BnF, précise que G. Adeline fut aussi inquiété pour avoir tenu « en chaire de vérité près d’Orbec dans le diocèse de Lisieux » (in cathedra veritatis apud Auribecum Lexioviensis dyocesis) des propos jugés hétérodoxes sur les femmes adultères. Cf. J. Hansen, op. cit., p. 469. Orbec est situé à moins de 20 km de Lisieux. Il s’agit peut-être du prétexte utilisé par les autorités pour provoquer sa chute, cf. M. Ostorero, « Un prédicateur… », op. cit.,p. 84.

45  De la fin juillet 1439 à la fin mars 1440, il accompagna en Hongrie une ambassade dirigée par l’archevêque de Tarente, Giovanni Tagliacozzo.

46  Sur le double séjour italien de Th. Basin, voir B. Guenée, op. cit., p. 328-334 et surtout G. de Groër, « La formation de Thomas Basin en Italie et le début de sa carrière », Bibliothèque de l’École des Chartes, 142, 1984, p. 271-285. Sur la chronologie de ce séjour, voir aussi Ch. Samaran, « Documents inédits sur la jeunesse de Thomas Basin », Bibliothèque de l’École des Chartes, 94, 1933, p. 46-57.

47  G. Hofmann éd., Epistolae pontificiae ad concilium Florentinum spectantes, vol. 1, pars 3, Rome, 1946, et J. Hansen, Quellen, op. cit., Bonn, 1901, p. 18.

48  Voir en dernier lieu K. Utz Tremp, Von der Häresie zur Hexerei. ‘Wirkliche’ und imaginäre Sekten im Spätmittelalter, Hannover, 2008 (MGHSchriften, 59), p. 435-437.

49  Enea Silvio Piccolomini, Papa Pio II, I Commentari, Milan, 1984, p. 1399-1405. Le passage est également cité en traduction dans Mémoires d’un pape de la Renaissance. Les Commentarii de Pie II, texte abrégé et annoté par V. Castiglione Minischetti et I. Cloulas, Paris, Tallandier, 2001, livre I, p. 48.

50  « Délai obtenu par Thomas Basin pour produire le dénombrement des biens de son église conformément à l’ordonnance du 20 juillet 1463 », pièce justificative n° 41 produite par J. Quicherat, Th. Basin, Histoire, op. cit., t. 4, p. 241-244. Voir à ce sujet B. Guenée, op. cit.,p. 380-381.

51  Th. Basin, « Advis de monseigneur de Lysieux », Histoire, op. cit., t. 4, p. 73-90.

52  B. Guenée, op. cit.,p. 303.

53  Cf. les pièces justificatives rassemblées par J. Quicherat à propos des conflits de juridiction entre l’évêque et son chapitre, Histoire, op. cit., t. 4, p. 235.

54  H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, Cerf, 1988, p. 133.

55  Sur ce point, voir essentiellement F. Neveux, op. cit.,p. 199-231.

56  Bibliothèque Municipale de Lisieux, Ms. 5, Cartulaire de l’Évêché de Lisieux, dit « Cartulaire de Thomas Basin ».

57  L. Du Bois, qui en savait plus que nous, précise, en effet, que les trois condamnés furent suppliciés « entre le faubourg Saint-Desir et la ferme connue sous le nom de Belle-Croix ».

58  D. Fournier, Dictionnaire historique et étymologique des noms de rues et lieux-dits anciens et modernes de Lisieux, Supplément au Bulletin n° 41 du mois d’avril 1998, 3e éd., Lisieux, Société Historique de Lisieux, 2005, p. 11.

59  Sur tous ces points, voir F. Neveux, op. cit.,p. 234-235. Les nombreux conflits de type seigneurial autour de Saint-Désir ont engendré d’interminables procédures judiciaires qui font de cette paroisse suburbaine l’une des mieux documentées du Lisieux médiéval et moderne.

60  F. Neveux, op. cit.,p. 240.

61  Voir en dernier lieu, Ph. Contamine, « Le premier procès de Jean II, duc d’Alençon (1456-1458) : quels enjeux, quels enseignements politiques ? », Power and Persuasion. Essays on the Art of State Building in Honour of W. P. Blockmans, Turnhout, Brepols, 2010, p. 103-122, et F. Mercier, « Un prince du sang devant le ‘‘tribunal de l’opinion publique’’? Le procès pour crime de lèse-majesté de Jean d’Alençon (1456-1458) », Colloque international Conflits et opinion(s), XIIIe-XIXe siècle, Université du Maine (4-6 mai 2009), à paraître.

62  M. Ostorero, Le diable au sabbat, op. cit.,p. 43-44.

63  J. Chiffoleau, « Amédée VIII ou la Majesté impossible ? », Amédée VIII-Félix V, premier duc de Savoie et pape (1383-1451), éd. B. Andenmatten et A. Paravicini Bagliani avec la collaboration de N. Pollini, Lausanne, 1992 (Bibliothèque historique vaudoise, 103), p. 19-49.

64  Comme dans le traité de Claude Tholosan (1436) qui propose une vision très politisée de la « synagogue » de Satan. Ce dernier y est, par exemple, présenté comme le « maior dyabolus et princeps provincie », L’imaginaire, op. cit., p. 368-369.

65  Le trait revient fréquemment dans les descriptions de la « société » des sorciers : voir, par exemple, le traité anonyme des Errores gazariorum (vers 1437) : « les aveux révèlent que quand quelqu’un agit à l’encontre des statuts de la secte, il est magistralement fouetté par un membre de la secte, sur l’ordre du maître et de nuit, et c’est pourquoi ils craignent étonnamment d’offenser le maître ou les complices de la secte », L’imaginaire, op. cit., p. 297.

66  P. Boucheron, « De la cruauté comme principe de gouvernement. Les princes ‘scélérats’ de la Renaissance italienne au miroir du romantisme français », Médiévales, 27, 1994, p. 95-105.

67  Imago quaedam divinitatis est princeps, et tyrannus est adversariae fortidudinis et Luciferianae pravitatis imago, Jean de Salisbury, Policraticus, livre VIII, ch. 17, éd. C. C. J. Webb, Oxford, 1909, t. 2, p. 778b.

68  R. Blondel, Œuvres, II, p. 76-78. Voir aussi B. Guenée, op. cit.,p. 359.

69  B. Guenée, op. cit.,p. 354-365.

70  Th. Basin, Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 106-107.

71  Ibid., p. 106 : Verissimum enim esse illud Ciceronianum tum luculentissime constabat, quod « nulla vis tanta est imperii que, permente metu, possit esse diuturna ». Unde, cum ea qua conquisierant vi Angli Normannie imperium, metu eciam gravissimo provincialium animos premente, tenuissent [...].

72  J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France (XIIIe-XVe siècle), Paris, Gallimard, 1993, p. 333.

73  Selon l’expression de B. Guenée, op. cit., p. 365 : « Pour Thomas Basin, c’était la fin d’un pouvoir légitime, le retour à une plus vieille souveraineté, la substitution d’une légitimité à une autre. »

74  Voir l’« Advis de monseigneur de Lysieux », op. cit.

75  P. Mamoris, Flagellum maleficarum, c. 1 : Quoniam tempore multo nimis Anglorum invasionibus nobile et omni sapientia plenum Deo permittente multipliciter vastatum regnum Francie fuit […] he siquidem bellicose gentes carminationes varias et artium magicarum multa praestigia, immo incantationes et maleficia, […] multos e populo Francorum docuere perniciter, qui prius talia sortilegia vel maleficia nesciebant, ex quo factum est, ut plures in regno Francie utriusque sexus homines indicibilia nephandaque mala quasi a seculo christianis inaudita machinati fuerunt. J. Hansen, op. cit.,p. 209.

76  Thomas Basin, Apologie ou plaidoyer pour soi-même, éditée et traduite par Ch. Samaran et G. de Groër, Paris, Belles Lettres, 1974, p. 265.

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Mercier, « Le diable à Lisieux ?  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 256-278.

Référence électronique

Franck Mercier, « Le diable à Lisieux ?  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/12547 ; DOI : 10.4000/crm.12547

Auteur

Franck Mercier

Université de Rennes 2 / Haute Bretagne
CERHIO-CNRS (UMR 6258)

Articles du même auteur

  • Membra diaboli [Texte intégral]
    Remarques sur le statut et l’imaginaire du corps sorcier au XVe siècle
    article
    Paru dans Cahiers de recherches médiévales, 13 | 2006

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes