Navigation – Plan du site

Crimes, Misdemeanors, and Conflict Resolution in the Works of Philippe de Vigneulles (1471-c. 1528)

Ruses, finesses, bons tours

Philippe de Vigneulles and the Narrative of Crimes and Misdemeanors
David LaGuardia
p. 194-208

Résumé

The Cent nouvelles nouvelles of Philippe de Vigneulles represent a narrative world in which crimes and misdemeanors play an important structuring role. The question as to whether these fictional actions correspond to actual legal transgressions in the real world of Metz in the XVIth century cannot be answered simply and unequivocally. Because of the conventions of “carnivalesque” literature according to which Vigneulles wrote his tales, actions that would normally be defined as crimes are tolerated and at times even valorized in the comical situations that he creates. Compared to the violent and punitive legal situation evoked in La Chronique de Philippe de Vigneulles and his Gedenkbuch or Journal, the idea of legality presented in his collection of tales is quite flexible, in accord with the conventions of narrative traditions that preceded Philippe’s work, including genres as varied as the exemplum, the fabliau, and earlier tale collections. Nevertheless, from numerous claims made in the work itself, it seems ironically as though many of these tales were in fact based on actual events that Philippe witnessed in his native city, or on stories that he heard from his contemporaries. The hybridity of this particular version of the Renaissance nouvelle hence combines testimonial accounts with fictive versions of real events, producing an ambivalent world that complicates the task of reading and interpreting these stories.

Les Cent nouvelles nouvelles de Philippe de Vigneulles représentent un monde narratif dans lequel les crimes et les délits jouent un rôle structural très important. On ne peut pas répondre simplement et de manière univoque à la question de la correspondance entre ces actions fictives et des transgressions réelles dans le monde de Metz au XVIe siècle. À cause des conventions « carnavalesques » selon lesquelles Vigneulles a écrit ses nouvelles, des actes que l’on définirait normalement comme des crimes sont tolérés et même valorisés dans les situations comiques que l’auteur crée. Comparée à la situation légale punitive et violente évoquée dans La Chronique de Philippe de Vigneulles et son Gedenkbuch ou Journal, l’idée de la légalité présentée dans son recueil de nouvelles est très flexible, et s’accorde avec les conventions des traditions narratives qui ont précédé l’œuvre de Philippe, et qui incluent des genres aussi divers que l’exemplum, le fabliau, et les recueils antérieurs de nouvelles. Pourtant, à partir d’affirmations nombreuses dans ce recueil, il semble ironiquement que beaucoup de ces nouvelles soient basées sur des événements dont Philippe a été le témoin dans sa ville natale, ou sur des récits que ses contemporains lui ont racontés. L’hybridité de cette version particulière de la nouvelle de la Renaissance combine donc des récits testimoniaux avec des versions fictives d’événements réels, produisant ainsi un monde ambivalent qui complique la lecture et l’interprétation de ces nouvelles.

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2014.

Pour citer cet article

Référence papier

David LaGuardia, « Ruses, finesses, bons tours », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 194-208.

Référence électronique

David LaGuardia, « Ruses, finesses, bons tours », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://crm.revues.org/12532 ; DOI : 10.4000/crm.12532

Auteur

David LaGuardia

Dartmouth College

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes