Navigation – Plan du site

Les voix narratives du récit médiéval : approches linguistiques et littéraires

Where are the bodies?

Gender-bending voices in the Roman de la rose
Jonathan Morton
p. 124-137

Résumé

In the Roman de la rose, it might seem that the nominally female speaking characters (particularly Raison, Nature, and La Vieille) disrupt the privileged male site of intellectual knowledge by introducing learned female voices. This essay considers how subversive these voices really are. Each character’s claim to being an embodied female speaker breaks down as it becomes apparent that she is being ventriloquised by a male author. The Rose is insistent in drawing attention to the constructed nature of its speaking voices, both female and male. The female body appears to interfere with the discussion of abstract theoretical material and the text bears witness to male anxieties about both the female body and female threats to participate in male theoretical discourse, even as it demonstrates the disembodied and ultimately unthreatening unreality of any of the speaking female voices in the poem’s narrative.

Dans le Roman de la rose, on pourrait penser que les personnages nominalement féminins dotés de voix (surtout Raison, Nature, et la Vieille) bouleversent l’espace privilégié masculin du savoir intellectuel. Cet essai considère dans quelle mesure ces voix sont en réalité subversives. Toute prétention à être une vraie femme en chair et en os s’effondre, et il devient clair que l’origine de chaque voix est un auteur masculin qui fait de la ventriloquie. Le Roman de la rose signale sans cesse la nature artificielle et construite des voix discursives, autant masculines que féminines, qui se trouvent dans le texte. Le corps féminin semble interrompre la discussion de questions abstraites et théoriques, et le texte témoigne des peurs masculines en ce qui concerne aussi bien le corps féminin que la menace représentée par des femmes qui participeraient au discours théorique masculin. Dans un même temps, le texte démontre aussi l’irréalité incorporelle et finalement peu menaçante de toute voix féminine dans le poème.

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2014.

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Morton, « Where are the bodies? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 124-137.

Référence électronique

Jonathan Morton, « Where are the bodies? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://crm.revues.org/12520 ; DOI : 10.4000/crm.12520

Auteur

Jonathan Morton

New College, University of Oxford

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes