Navigation – Plan du site

Les voix narratives du récit médiéval : approches linguistiques et littéraires

Voix de femmes et voix d’hommes dans les fabliaux

Sophie Marnette
p. 105-122

Résumés

Cet article adopte une approche linguistique de la représentation des voix féminines et masculines dans les fabliaux en tenant compte de leur contexte. Un examen des références aux personnages masculins et féminins et de leur première mention dans le récit révèle une claire prééminence masculine, faisant des fabliaux un monde d’hommes (quel que soit leur rôle narratif). Par ailleurs, l’étude du vocabulaire lié à la ruse ainsi que celui des prologues et épilogues montre que les narrateurs tendent à parler des femmes aux hommes (et non vice versa). Enfin, l’analyse du discours rapporté indique que c’est le rôle narratif des personnage (et non leur sexe) qui influence la fréquence et la longueur de leurs paroles (mais moins de leurs pensées). Si le sexe ne semble pas être un facteur déterminant dans la représentation des voix, il influence le schéma narratif du fabliau et donc la façon dont les discours – et les femmes – peuvent y être perçus.

Texte intégral

  • 1  Je comprends ici le terme de « voix narrative » à la fois comme voix de la narration (voix qui nar (...)
  • 2  J. Bédier, Les Fabliaux, études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge(...)
  • 3  Voir n. 33.

1Les fabliaux bruissent de voix1, celle du narrateur souvent amusé, parfois ironiquement indigné par les méfaits de ses personnages, et celles des personnages, hommes et femmes tour à tour naïfs ou rusés, qui jouent un rôle dans ces « contes à rire » (pour employer la formule bien connue de Joseph Bédier2). Dans le cadre d’une recherche plus vaste sur l’énonciation féminine dans les récits médiévaux, je me suis interrogée sur l’importance respective des voix masculines et féminines dans les fabliaux, en me penchant sur un corpus de 62 textes. Dans un premier temps, je me suis posé quelques questions très simples. Quand et avec quelle fréquence les femmes parlent-elles dans ces textes ? Comment le narrateur masculin rapporte-t-il leurs discours ? Leurs pensées sont-elles énoncées aussi bien que leurs paroles et cela influence-t-il la perspective du récit ? Pour y répondre, j’ai entrepris de compter la fréquence des discours masculins et féminins (nombre d’occurrences par texte) et leur longueur (nombre de vers par discours rapporté). J’ai aussi établi une distinction entre les catégories (discours direct, indirect et indirect libre)3 et les types de discours rapportés (paroles, pensées).

  • 4  Le terme « sexe » s’entend ici au sens culturel et donc construit (« gender » en anglais), plutôt (...)
  • 5  M.-J. Schenck, The Fabliaux, Tales of Wit and Deception, Amsterdam, John Benjamins, 1987, p. 74. V (...)
  • 6  Schenck (op. cit., p. 37-92) distingue quatre rôles (dupeur, victime, auxiliaire et conseiller), (...)
  • 7  Un état des choses bien illustré dans La Dame escolliee (voir exemple [10] ci-dessous).
  • 8  Pour une analyse perspicace du pouvoir dans les fabliaux, voir la thèse de doctorat non publiée de (...)

2Les résultats initiaux m’ont incitée à élargir mon analyse et à prendre en considération des variations sociologiques autres que le sexe4 des personnages, comme le(s) rôle(s) que les femmes et les hommes jouent dans les fabliaux ainsi que leur statut social. Dans l’analyse structuraliste de Schenck, inspirée par les travaux de Greimas et de Propp, les personnages des fabliaux « are revealed primarily through their actions; in other words, the function they perform identifies them more clearly than their social status or their bonds with other characters »5. Sur la base de ces idées, j’ai distingué trois rôle principaux : le dupeur, qui fomente la tromperie ou qui aide à tromper, la dupe et le dupeur dupé (ou « trompeur trompé »), qui tente sans succès de ruser mais ‘tombe lui-même dans le panneau’6. Ces rôles ne sont pas seulement pertinents du point de vue de la structure narrative des textes, mais ils sont aussi importants sociologiquement, en termes de pouvoir. En effet, les femmes de la société médiévale ne sont pas censées posséder de pouvoir social car elles sont soumises d’abord à leur père et ensuite à leur mari7. Leur faiblesse au plan social est toutefois contrebalancée lorsqu’elles occupent la fonction de dupeuses : leur maîtrise du discours et leur ruse leur accordent alors un autre type de pouvoir qui leur apporte des récompenses bien spécifiques, souvent de nature sexuelle, mais aussi en termes de rapport de force au sein du couple, puisqu’elles finissent par être celles qui définissent la réalité pour leur mari crédule et qui prennent toutes les décisions8. Ce type de pouvoir différent est-il déterminant dans la manière dont on peut interpréter la présentation des voix féminines dans certains des fabliaux ? De même, le rôle de dupe joué par certains personnages masculins sape le pouvoir qu’ils sont censés détenir dans la société. Est-ce que leur portrait en tant que victimes diffère du portrait des victimes féminines dans les textes ? En d’autres termes, quel est le plus important du sexe ou du rôle des personnages pour déterminer la manière dont le narrateur les met en scène et rapporte leur voix ? Pour répondre à cette question, j’ai aussi compté la fréquence et la longueur des discours rapportés, non seulement par rapport au sexe, mais aussi selon le rôle des personnages. Ces résultats ont ensuite été triangulés avec le nombre de références à la troisième personne (pronoms, terminaisons verbales, adjectifs possessifs) aux hommes et aux femmes d’une part et aux dupeurs, dupes et dupeurs dupés d’autre part.

  • 9  La liste des titres complets, de leur abréviation et de leur édition est donnée en annexe.
  • 10  Aloul, Bérengier, Borgoise, Braies au Cordelier, Chevalier a la corbeille, Chevalier a la robe, C (...)
  • 11  Celle qui se fist foutre, Chevalier qui recovra, Coille, Dame escoillee, Damoiselle qui n’ot, Da (...)
  • 12  Auberee, Boivin, Bouchier, Bourse, Brifaut, Brunain, Evesque, Frere Denise, Jouglet, Jugement, Mi (...)
  • 13  Jugement, Porcelet, Quatre souhaits, Sohait des vez, Valet qui d’aise, Veuve.
  • 14  Brunain, Sot chevalier, Vieille qui oint. Contrairement à Schenck (op. cit.), je considère ces te (...)

3Mon corpus est divisé en trois groupes9. Le premier présente 20 textes où une femme dupe un homme, généralement dans un triangle qui inclut son mari d’une part et de l’autre une tierce partie qui l’aide, souvent son amant ou parfois une amie10. Le deuxième groupe compte 17 textes dans lesquels un homme gagne contre une femme (le plus souvent son épouse) ou bien obtient les faveurs sexuelles d’une jeune fille (avec ou sans son consentement)11. Le troisième groupe contient des fabliaux dont l’intrigue est plus complexe et peut présenter plusieurs épisodes au cours desquels les personnages changent de rôle ou bien dans lesquels hommes et femmes partagent les positions de dupeur ou de dupe12. Dans certains de ces textes, deux époux gagnent contre un tiers (souvent un prêtre) ou bien un ou plusieurs personnages l’emportent contre des personnes peu plaisantes (avares, maîtresses intéressées par l’appas du gain, prostituées). Les autres récits du groupe ne correspondent pas aux critères de Schenck : ils sont amusants mais n’impliquent pas de tromperie ou de victoire bien qu’ils puissent entraîner une perte (de liberté, d’amant(e) ou de plaisir sexuel)13 ou bien des malentendus14.

  • 15  Certaines de mes publications sur le sujet sont plus résolument qualitatives dans leur approche de (...)

4Le présent article offre une analyse quantitative qui recense la fréquence et la longueur des discours rapportés féminins et masculins ainsi que les références aux femmes et aux hommes à la troisième personne dans le corpus défini ci-dessus. Aux statistiques s’ajoutent cependant des considérations plus qualitatives, notamment dans la prise en compte du contexte et du co-texte des voix féminines et masculines et dans la discussion de certains contre-exemples apparents15.

Contexte et co-texte des voix féminines et masculines

Introduction

5Les voix féminines ne peuvent pas s’étudier indépendamment de la partie narrative du texte, mais doivent être envisagées en rapport avec d’autres éléments cruciaux. La section qui suit examine d’abord l’emploi de termes lexicaux spécifiques faisant référence aux discours et aux actions des femmes et liées à leur ruse. Elle étudie ensuite le cadre de la narration (prologue et épilogue) ainsi que certaines remarques du narrateur en cours de récit, pour voir comment ce dernier juge ses personnages et établit un rapport avec son audience, parfois selon leur sexe. Enfin, la section compare aussi le nombre de références aux personnages féminins et masculins, en tenant compte de leurs rôles respectifs et de leur première mention dans le récit.

Co-texte lexical

  • 16  Pour une description détaillée du discours rapporté en français médiéval, voir S. Marnette, Speech (...)

6On trouve 69 occurrences de mots associés à la ruse et la tromperie (barat, bouler, decevoir, feindre, guile, engin, lobe, mensonge, mentir, semblant, etc.) et référant aux femmes. Dans 25 cas, ces mots apparaissent près d’un discours direct (en gras dans [1]), d’un discours indirect (souligné dans [2]) ou d’un discours narrativisé (en lettres capitales dans [3])16 :

(1) Tresces, v. 320-23
Ja Dieu ne place que ge vive, »
Fait cele qui par guile pleure,
« S’onques hersoir de nès une
Me
donastes cop ne colée. »

(2) Frere Denise, v. 319-22
Mais la dame li fist acroire,
Et par droite veritei croire
Qu’ele ert aus Filles Dieu rendue, […].

(3) Auberée, v. 199-200
De plusors choses i PARLERENT,
Mes la vieille la SERT DE LOBES.

7Il n’existe que 31 occurrences de ce type pour les personnages masculins (six à proximité d’un discours rapporté) et dans quatre cas, c’est pour montrer que le subterfuge ne marche pas [4] :

(4) Borgoise d’Orliens, v. 78-88
Et la borgoise .I. pou s’acline,
Par souz le chaperon l’esgarde,
De trahison se done garde ;
Si conut bien et aperçoit
C’est son mari qui la deçoit.
Quant el le prist à aperçoivre,
Si repensse de lui deçoivre ;
Fame a trestout passé Argu ;
Par lor engin sont decéu
Li sage dès le tens Abel.
« Sire, fet-ele, moult m’est bel […].

  • 17  Ces références sont en collocation avec des mots comme diable (Dame qui se venja), honte et male a (...)

8Plus important encore, 26 des occurrences se rapportant à des femmes sont utilisées par le narrateur pour faire des généralisations sur la duplicité féminine (voir [4] ci-dessus) et/ou pour discuter de la morale de l’histoire, le plus souvent de manière négative (17 cas, voir [5])17 :

(5) Perdris, v. 150-153
Par essample cis fabliaus dist :
Fame est fete por decevoir,
Mençonge fet devenir voir
Et voir fet devenir mençonge.

9On ne trouve pas de telle généralisation par rapport au comportement masculin, ce qui peut être lié à l’assertion de Lacy :

  • 18  Lacy, art. cit., p. 322.

When men are criticized, it is because they are less than admirable individuals; when women are criticized for the same failings, they are most often presented as representative of their sex. In the fabliaux, generalizations about a sex always concern women.18

10De plus, les dupeurs masculins qui réussissent sont habituellement présentés de façon neutre ou parfois même positive, mais jamais de manière négative comme les femmes :

(6) Boivins, v. 1
Mout bons lechierres fu Boivins ;

(7) Segretain, v. 196-201
Or oés que fist li borgois :
Il atendi par grant voisdie
Ke la gens fu toute endormie
Et tout couchié par mi la vile.
Lors se pensa d’une grant gile,
Ainc nus hon tele ne trouva : […].

  • 19  La plupart des autres références (30) sont neutres car elles n’expriment aucune admiration explici (...)

11Il est intéressant de noter que dans l’un des rares cas où le narrateur paraît célébrer la ruse du personnage féminin, c’est en fait le prêtre-amant qui instigue la tromperie et non la bourgeoise, qui ne fait que suivre ses instructions pour berner son mari [8]19 :

(8) Prestre et dame, v. 169-174
Par cest flabel poez savoir
Molt sont femes de grant savoir :
Tex i a et de grant voisdie ;
Molt set feme de renardie,
Quant en tel maniere servi
Son bon seignor par son ami.

12Les voix des femmes et leurs actions sont donc encadrées – et jugées – différemment de celles des hommes.

Les commentaires du narrateur

13Deux tiers des fabliaux du corpus (41) offrent un mélange de jugements moralisateurs, de proverbes et de conseils de la part du narrateur. Ces brefs commentaires apparaissent habituellement dans les épilogues des textes (35), mais aussi dans certains prologues (5), ou en cours de récit (5). Cinq textes combinent même deux remarques : prologue et épilogue (3) ou remarque en milieu de récit et épilogue (1). Huit de ces remarques sont adressées aux auditeurs-lecteurs en général, via l’emploi de verbes ou de pronoms à la deuxième personne (voir [9] ci-dessous). Huit autres sont clairement adressées aux hommes, mais aucune n’est explicitement adressée aux femmes [10] :

(9) Couille noire, v. 115-120
Par cest fablel poez savoir,
Que fame ne fait pas savoir,
Qui son baron a en despit
Por noire coille, por noir vit ;
Autant a il de bien, ou noir
Comme ou blanc, ce sachiez de voir.

(10) Dame escoilliée, v. 1-22
SEIGNOR, qui les femes avez,
Et qui sor vos trop les levez,
Ques faites sor vos seignorir,
Vos ne faites que vos honir.
Oez une essanple petite,
Qui por vos est issi escrite :
Bien i poez prenre essanplaire
Que vos ne devez mie faire
Du tot le bon à voz moilliers,
Que mains ne vos en tignent chiers.
Les foles devez chastoier,
Et si les faites ensaignier,
Que n’en doivent enorguillir
Vers lor seignor ne seignorir,
Mais chier tenir et bien amer,
Et obeïr et onorer :
S’eles ne font, ce est lor honte.
Huimais descendrai en mon conte
De l’essanple que doi conter,
Que cil doivent bien escouter
Qui de lor femes font seignor,
Dont il lor avient deshenor.

14En tout, seul un fabliau offre un conseil aux femmes à la troisième personne [11], contre quatre aux hommes [12] :

(11) Pucelle qui abevra le polein, v. 223-30
Par cest essanple monstrer vueil
Que femes n’aient point d’orgueil
De foutre paller hautement,
Quant il foutent tot igalment.
Mieldres raison est que se haucent :
Teus en parolent qui l’essaucent,
Quar molt a entre faire et dire ;
Mais li cus plus que corde tire.

(12) Chevalier a la robe vermeille, v. 307-312
Cis fabliaus aus maris promet
Que de folie s’entremet
Qui croit ce que de ses iex voie ;
Mès cil qui vait la droite voie,
Doit bien croire sans contredit
Tout ce que sa fame li dit.

  • 20  Comme on peut s’y attendre, la plupart des proverbes sont génériques. Il faut noter que le corpus (...)

15Des 17 proverbes présents dans les commentaires du narrateur, deux discutent du comportement des femmes, mais aucun ne porte sur les hommes20 :

(13) Celle qui se fist foutre, v. 120
Qui fame croit si est desvés.

(14) Dame escolliee, v. 618
Dahet fame qui despit home.

16Vues d’un point de vue global, 22 remarques se concentrent sur les relations entre hommes et femmes et neuf ne parlent que des femmes. En d’autres termes, les fabliaux ont tendance à parler des femmes aux hommes et non vice versa.

  • 21  Ce n’est peut-être pas le cas lorsque les dupeurs sont des clercs comme dans l’exemple suivant. Ce (...)
  • 22  Voir Gaunt, op. cit., p. 268, Lyons, op. cit., p. 41-52, Muscatine, op. cit., p. 101-4.

17De plus, même lorsque les femmes réussissent à berner les hommes grâce à leur ruse, elles se voient parfois ouvertement critiquées, tandis que le contraire n’est jamais vrai pour les hommes21. Cela n’empêche pas quelque ironie, car certains conseils censés aider les hommes se moquent d’eux (voir [12] ci-dessus). Par ailleurs, des chercheurs ont aussi noté que certaines morales ne correspondent pas aux récits, surtout lorsqu’elles sont empilées dans l’épilogue, ce qui remet en question le véritable sens du récit22. Il est néanmoins clair que les narrateurs des fabliaux semblent bien accorder une attention différente à chacun des deux sexes.

Références

  • 23  Le fabliau de la Dame qui se venja commence par une lacune.
  • 24  Il n’y a que deux textes qui débutent par une référence à la mère d’un personnage (Jouglet, Prestr (...)
  • 25  Les sept exceptions sont : Seule fame, Guillaume, Braies, Chevalier a la corbeille, Chevalier a la (...)
  • 26  S. Gaunt, op. cit., p. 234-85.

18Une majorité de fabliaux commence par une référence à un personnage masculin plutôt qu’un personnage féminin (49 contre 12)23. C’est le cas même si le personnage en question n’est que rarement mentionné dans la suite du récit. Dans La Dame qui se fist foutre sur la tombe de son mari et La Veuve, par exemple, la première personne mentionnée est le mari qui vient de décéder. Dans d’autres fabliaux, c’est le père du ou de la protagoniste qui est mentionné et qui n’apparaît que très peu ou pas du tout après (voir Auberée, Dame Escolliee, Damoisele qui ne pooit oïr parler de foutre, Grue, Pucele qui abevra le polain, Trois bossus)24. Les amants sont parfois présentés en début de récit mais moins souvent que les maris (dans 7 fabliaux contre 27)25. Dans la plupart des cas, lorsque c’est d’un homme qu’il est d’abord fait mention, son statut social est aussi mentionné (par exemple chevalier, bourgeois, clerc, paysan). Les premières références aux personnages masculins contribuent donc à inscrire le texte dans une société qui est à la fois patriarcale et hautement hiérarchisée, un état des choses cependant souvent remis en question dans le reste du récit26.

  • 27  Je ne compte pas le Mire de Brai à cause de sa complexité.
  • 28  Il peut y avoir plusieurs dupeurs et/ou dupes, des deux sexes.

19Lorsque l’on compte le nombre de références à la troisième personne dans les récits (noms, pronoms, terminaisons verbales), on trouve que les hommes sont plus souvent mentionnés que les femmes dans 50 fabliaux contre 12. Il y a 51 fabliaux dans lesquels on peut assigner un rôle précis aux personnages féminins et masculins27. En général, il est plus souvent fait mention des dupes et des dupeurs dupés que des dupeurs (32 cas contre 19 cas)28.

  • 29  Dans plusieurs cas, les dupeurs sont formés par un groupe de personnages masculins et féminins (vo (...)

20Comme vingt de nos fabliaux présentent clairement des hommes bernés par des femmes, il n’est guère surprenant d’y trouver plus de références aux hommes. Cependant dans l’autre groupe où les hommes tirent avantage des femmes, ils y sont également plus souvent mentionnés. Un examen plus approfondi de l’ensemble du corpus montre aussi que dans la minorité des cas où il est davantage fait mention des dupeurs que des victimes, ce sont plus souvent des hommes que des femmes (neuf fabliaux contre cinq)29. En d’autres mots, il n’y a que cinq cas où une dupeuse, agissant seule ou avec une comparse, est plus souvent mentionnée que le(s) hommes(s) qu’elle dupe (contre neuf cas). De plus, il n’existe que sept cas dans lesquels le narrateur réfère plus à une victime féminine seule qu’à l’homme qui la dupe. Cela veut dire que quel que soit leur rôle, les personnages masculins tendent à être plus souvent mentionnés et les personnages féminins moins.

  • 30  La question de savoir si les fabliaux sont biaisés à l’encontre des femmes est très vaste et a fai (...)
  • 31  N’oublions pas en effet qu’il y a un nombre significatif de fabliaux sans aucune femme, ce qui n’e (...)

21Cette prééminence masculine, à la fois en termes de cadrage du texte et de références, ne signifie pas nécessairement que les fabliaux prennent le parti des hommes, car nombre d’entre eux sont des maris trompés, des prêtres mis à mal ou des pères bernés30. Cela ne veut pas dire non plus que les fabliaux portent davantage sur les hommes que sur les femmes car, comme je l’ai montré plus haut, beaucoup de commentaires de narrateurs parlent à la fois des hommes et des femmes (22 sur 45) ou bien seulement des femmes (9 sur 45). En fait, il y a une tension entre la tendance à représenter un monde masculin et la tendance à faire des commentaires aux hommes sur les femmes. Une autre manière de voir les choses est de considérer la présence des femmes dans les textes comme marquée alors que celle des hommes serait non marquée31. Ce contexte est absolument crucial à prendre en compte lorsqu’on étudie les voix féminines dans les textes, comme ce sera le cas dans la prochaine section.

Fréquence et longueur des discours rapportés féminins et masculins32

  • 32  Pour plus de facilité, le terme « discours rapporté » recouvre ici à la fois les discours directs (...)

22Une approche globale du corpus montre que les fabliaux ont tendance à présenter les hommes comme parlant et pensant plus souvent que les femmes (34 fabliaux – 56 % des cas – contre 19, sept fabliaux ayant des moyennes équivalentes). Cependant, cette différence de fréquences ne correspond pas nécessairement à une différence en termes de longueur. En effet, le nombre de fabliaux où les paroles et les pensées des hommes sont plus longues que celles des femmes équivaut à celui où c’est le contraire (30). De plus dans certains cas, les femmes parlent moins souvent que les hommes mais plus longuement (dix fabliaux plus trois où la fréquence est équivalente). Ces remarques générales doivent être envisagées avec prudence et ne peuvent s’expliquer qu’en portant un regard plus approfondi sur les groupes auxquels les textes appartiennent et sur les rôles que les hommes et les femmes y jouent.

  • 33  Dans le Segretain, pour chaque discours rapporté féminin, on trouve 4,27 références à la troisième (...)

23On notera avec intérêt que si on compare le nombre de références à la troisième personne au nombre de discours rapportés, on constate que le discours féminin est relativement plus fréquent que le discours masculin (47 fabliaux contre 15). En d’autres termes, même si les hommes sont plus souvent mentionnés que les femmes, le nombre de discours rapportés par référence à la troisième personne est habituellement plus élevé pour les femmes. Par exemple, dans des textes comme Estormi, Quatre prestre et Segretain, où les femmes sont typiquement cinq fois moins mentionnées que les hommes (84 % des références sont masculines), elles ont relativement plus de chance d’être représentées en train de parler que les hommes33. Bien plus, certains personnages masculins agissent mais ne parlent pas. Ainsi, dans Le Chevalier à la robe, l’amant est-il référé à la troisième personne plus souvent que la dame (72 occurrences contre 59) alors que ses paroles ne sont jamais citées. Les femmes sont donc les « sujets parlants » par excellence.

24Lorsqu’on examine le groupe de textes où les femmes dupent clairement les hommes, on constate que le discours masculin tend à être plus fréquemment rapporté (14 fabliaux – 70 % des cas – contre quatre, avec deux équivalences), mais que le discours féminin tend à être plus long (13 fabliaux – 65 % des cas – contre six, avec une équivalence). Ces tendances sont moins claires, mais bien inversées dans les fabliaux où les hommes l’emportent contre les femmes ou en obtiennent des faveurs sexuelles : le discours féminin y est légèrement plus fréquent (neuf fabliaux contre sept, avec une équivalence), tandis que le discours masculin tend à être plus long (dix fabliaux contre six, avec une équivalence). Ce qui émerge de ces résultats est le lien apparent entre la fréquence des discours rapportés et le rôle de dupe d’un côté et celui entre leur longueur et le rôle de dupeur de l’autre. Dans les fabliaux à intrigue « claire et nette », les victimes masculines et féminines ont donc tendance à parler et penser plus souvent, tandis que ceux qui les trompent parlent et pensent plus longuement.

  • 34  Dans Frere Denise et Auberée, la fréquence élevée du discours rapporté féminin peut s’expliquer p (...)

25Cette tendance se retrouve dans le groupe de fabliaux plus complexes, bien qu’il soit plus difficile de la discerner au premier abord. Dans des fabliaux comme Auberée, Jouglet, Prestre et Alison, Seule fame et en partie dans Frere Denise, des femmes dupent des hommes qui ne sont pas leur mari avec l’aide d’autres hommes ou femmes : leur discours est donc en général plus long34. Dans Boivin, Bouchier, Bourse, Brifaut, Estormi, Evesque qui beneist, Mire, Prestre qui ot mere et Segretain, des hommes trompent d’autres hommes ou femmes avec l’aide d’autres personnes, et là aussi leur discours est plus long (et plus fréquent, excepté pour Boivin). Les Trois dames de Paris semble être la seule exception à la règle, puisque les trois bourgeoises sont bernées par un coquin qui les laisse devenir tellement soûles qu’il peut les dépouiller de leurs vêtements et possessions. L’accent est entièrement mis sur les femmes, de sorte que leurs discours sont à la fois plus fréquents et plus longs. Enfin, dans les neuf textes restant, où il n’y a pas de duperie à proprement parler, le discours rapporté masculin est plus fréquent (4) ou aussi fréquent que le féminin. Il peut être plus long (5) ou pas (4). Ce flou relatif tendrait à prouver que les rôles clairement joués par les personnages ont une influence significative sur la représentation des voix dans les fabliaux, davantage que leur sexe.

26Ces résultats recoupent en partie nos observations à propos des références à la troisième personne dans les textes. En général, les dupes et les dupeurs dupés semblent prédominer en termes de fréquence des discours rapportés et des références, mais pas en termes de longueur des discours. Comme la ruse est souvent basée sur le langage et en est même le produit, il est logique que les personnages qui en dupent d’autres produisent de plus longs discours. Ainsi dans les 20 textes où les hommes sont bernés par des femmes, le discours de ceux-ci et les références à la troisième personne sont en effet plus fréquents, mais les discours rapportés féminins sont généralement plus longs.

27Cependant, dans le groupe où les hommes tirent avantage des femmes, il n’y a que trois cas dans lesquels il y a plus de références aux femmes dupées plutôt qu’aux hommes et où la fréquence et la longueur des discours rapportés féminins sont plus élevées (Grue, Maingnien, Pucele qui voloit voler). Sinon, comme on l’avait déjà noté plus haut, la fréquence des références à la troisième personne masculines tend à être plus élevée, ce qui montrerait un lien entre les références et le sexe des personnage plutôt que leur rôle. Toutefois, comme on vient de le voir, le discours rapporté dans ce groupe de textes reste quant à lui lié au rôle des personnages et se conforme à l’hypothèse que le discours de la victime (ici féminine) est plus fréquent mais moins long que celui de son dupeur.

  • 35  Les cinq exceptions sont Auberée, Seule fame, Bourse, Evesque qui beneist, Prestre qui ot mere.

28Finalement, dans le groupe de textes plus complexes, les victimes (y compris les dupeurs dupés) sont plus souvent mentionnées que les dupeurs (dans dix cas contre cinq)35. Si les hommes aussi bien que les femmes peuvent y être des trompeurs, la plupart des victimes de ces fabliaux sont des hommes : leurs discours sont donc plus fréquents et ils sont plus souvent mentionnés que les femmes. Nous avons déjà vu que Les Trois dames de Paris faisait exception en termes de longueur du discours, mais ce n’est pas le cas par rapport à la fréquence des discours et des mentions à la troisième personne : en tant que victimes, les trois bourgeoises parlent en effet plus souvent et sont plus mentionnées que les personnages masculins. Dans Frere Denise, le narrateur réfère davantage aux femmes et leurs discours sont à la fois plus longs et plus fréquents, peut-être parce qu’elles sont à la fois victimes et dupeuses (voir note 35 ci-dessus). Dans les neuf textes restant, qui ne contiennent aucune tromperie, il y a un lien clair entre les références à la troisième personne et la longueur et fréquence des discours rapportés (excepté pour Porcelet). Quand le discours féminin est plus long et/ou plus fréquent, le nombre de références aux personnages féminins est lui aussi élevé (Jugement de cons, sohait des vez, Veuve, Vieille qui oint) ; l’inverse est aussi vrai (Brunain, Quatre Sohais, Sot Chevalier, Valet qui d’aise).

29Pour conclure cette section, dans les récits qui ne sont pas centrés sur une tromperie, l’importance relative des personnages est généralement assortie à la fréquence et à la longueur des discours, sans tenir compte de leur sexe. Par contre, dans les récits où les personnages jouent un rôle précis en termes de duperie, c’est leur rôle (et non leur sexe) qui influence la fréquence et la longueur de leur discours rapporté, mais c’est leur sexe qui, en partie tout au moins, détermine le nombre de références à la troisième personne. En d’autres termes, le sexe ne semble pas être un facteur déterminant dans la représentation des voix dans les fabliaux, mais il influence le cadrage du récit et donc bien évidemment la façon dont les discours peuvent être perçus.

Paroles et pensées des hommes et des femmes

  • 36  Pour une discussion des différences entre paroles et pensées, voir S. Marnette, op. cit.,p. 49-61 (...)

30Le narrateur ne rapporte pas seulement les paroles de ses personnages, mais aussi leurs pensées. Si ces deux types de discours rapportés ont été considérés comme faisant un tout jusqu’à présent, il est maintenant pertinent de se demander s’ils sont utilisés de la même façon par les deux sexes36.

3145 fabliaux contiennent des pensées rapportées (sur 62). Dans quatre cas, la fréquence des pensées féminines et masculines est équivalente (et dans un cas, leur longueur également). Sinon, les pensées masculines sont généralement plus fréquentes (27 fabliaux contre 14) et plus longues (29 contre 15) que les pensées féminines. 17 textes manquent complètement de pensées féminines mais présentent des pensées masculines, tandis que l’inverse n’est vrai que pour neuf textes. Contrairement à ce qui se passe pour les paroles, si on compare le nombre de références à la troisième personne au nombre de pensées rapportées, on constate que les pensées des femmes ne sont pas plus souvent rapportées que celles des hommes, mais légèrement moins (dix cas contre huit). Ces résultats globaux montrent un fort lien entre un type de discours rapporté (la présentation des pensées) et un sexe spécifique (masculin). Cependant on peut les approfondir en examinant le rôle des hommes et femmes dont les pensées sont rapportées ainsi qu’en étudiant de près les verbes introducteurs.

  • 37  Avec un total de neuf occurrences – cinq pensées masculines, quatre féminines.

32Il est intéressant de noter que six des neuf textes qui ne portent pas sur une duperie ne contiennent aucune pensée rapportée, ce qui semble clairement lier tromper et penser37. Le dupeur machine sa tromperie d’une part et sa dupe croit à tort ce qu’on lui dit d’autre part. Il existe quelques rares exemples où le personnage « fort » croit d’abord ce qu’un autre veut lui faire croire, mais s’aperçoit vite de la supercherie et ne perd pas de temps à le tromper en retour (voir l’exemple [4] ci-dessus).

33Un coup d’œil à l’ensemble du corpus montre que les pensées masculines sont au total deux fois plus nombreuses que les pensées féminines (130 occurrences contre 62, 68 % contre 32 %). En général, les pensées des victimes sont plus souvent rapportées que celles des dupeurs (89 occurrences contre 66, 46 % contre 34 %). Cependant, au sein des pensées masculines, les pensées des victimes sont plus souvent rapportées que celles des dupeurs (67 occurrences contre 35, 52 % contre 27 %), mais en ce qui concerne les pensées féminines, ce sont les pensées des dupeuses qui sont plus souvent présentées que celles de leur(s) victime(s) (31 occurrences contre 22, 50 % contre 35 %). Dès lors, dans la situation plutôt marquée où les pensées des femmes sont rapportées, elles le sont pour des raisons différentes que pour les hommes, car le narrateur tend à les présenter comme manipulant des hommes crédules par leurs machinations ingénieuses.

  • 38  22 occurrences de cuidier pour un total de 39 pensées de la part d’une victime masculine (= 56%). (...)

34Le groupe de 20 fabliaux où les femmes dupent les hommes contient la plus grosse partie des pensées rapportées du corpus (93 occurrences sur un total de 130). Dans ce groupe, les tendances sont en tous points similaires à celles observées globalement. Les pensées des femmes sont moins souvent rapportées que celles des hommes (cinq fabliaux) ou pas du tout (sept fabliaux). Trois textes ne contiennent aucune pensée rapportée et un seul présente des pensées de femmes mais pas d’hommes (Trois dames a l’anel). Les pensées les plus représentées sont celles des victimes masculines de la ruse féminine (39 occurrences sur 93), souvent introduites par le verbe cuidier (« penser/croire à tort »)38. Il faut cependant noter que ce groupe de textes contient 54 % du nombre total de pensées féminines présentes au sein du corpus (34 sur 62), dont 22 sont produites par des dupeuses.

  • 39  La Dame escolliée offre sept pensées masculines contre une féminine. Dans le Pescheor, le nombre (...)

35Dans les 17 textes où les hommes l’emportent contre les femmes ou en soutirent des faveurs sexuelles, les pensées sont relativement moins fréquentes (27 occurrences au total, 6 textes sans). Le nombre total des pensées rapportées masculines est presque le triple de celui des femmes (20 occurrences contre 7). Il n’y a que deux textes qui présentent à la fois des pensées d’hommes et de femmes39. Sinon c’est soit l’un, soit l’autre : quatre textes rapportent les pensées d’hommes mais pas de femmes, cinq font l’inverse. Toutes les pensées féminines sont produites par des victimes (sept occurrences, dont quatre avec cuidier) tandis que les pensées masculines varient : neuf viennent de dupeurs, sept de victimes, quatre d’autres personnes.

36Le groupe de textes à intrigue complexe (comprenant souvent plusieurs épisodes où les personnages changent de rôle) contient 65 pensées rapportées (40 % du total, avec plus du double de pensées masculines, 46 contre 19). Les pensées rapportées sont plus fréquentes à la fois pour les dupes masculines (17 occurrences contre 3) et les dupeurs (17 contre 9). Donc, même si c’est le rôle des personnages et non leur sexe qui influence la fréquence et la longueur de leurs paroles, il semble au contraire que ce soit ce dernier qui influence la fréquence des pensées.

37Une analyse détaillée a montré que les hommes sont plus souvent représentés en train de penser que les femmes. Dans de nombreux cas, ces hommes qui « pensent » croient à tort ce que des dupeurs masculins ou féminins leur disent longuement. Il convient de noter que dans les textes où on s’attendrait à ce que les femmes soient aussi montrées en train de penser puisqu’elles y sont des dupes, leurs pensées sont en fait moins souvent présentées que celles des hommes. Dans les fabliaux, les femmes sont représentées comme machinant des ruses astucieuses, mais ce pouvoir inhabituel, et donc marqué, se traduit à travers leurs paroles et non leurs pensées.

Conclusion

38Le présent article a offert une analyse quantitative de la présentation des paroles et des pensées dans les fabliaux, complétée par une étude du contexte et du co-texte de ces discours rapportés. Un examen du nombre de références aux personnages féminins et masculins et de leur première mention dans le récit a révélé une claire prééminence masculine, qui a pour effet de présenter les fabliaux comme un monde d’hommes (quel que soit leur rôle narratif). Pourtant, un coup d’œil au vocabulaire lié à la ruse et à la tromperie a montré que les narrateurs tendent à faire des commentaires sur les femmes pour les hommes.

  • 40  Des analyses supplémentaires devront déterminer si la classe sociale des personnages (bourgeoisie, (...)

39Bien plus, cet article a aussi envisagé l’importance respective du sexe et des rôles narratifs dans la représentation des voix féminines et masculines. Dans les récits où les personnages jouent un rôle spécifique de dupeur ou de dupe (y compris de « trompeur trompé »), c’est leur rôle et non leur sexe qui affecte le plus la fréquence et la longueur de leurs discours, mais c’est leur sexe qui détermine en partie le nombre de références à la troisième personne. Cependant, bien que le sexe ne semble pas être une variable significative pour la présentation des paroles dans les fabliaux, un examen plus approfondi montre que le sexe est bien déterminant en matière de pensées : les hommes sont représentés comme pensant plus souvent et plus longuement, qu’ils soit dupeurs ou dupés40.

  • 41  Notamment Johnson, op. cit.
  • 42  Auberée, Jouglet, Prestre et Alison, Seule fame.

40Les femmes occupent une position marquée dans les textes, surtout lorsqu’elles jouent le rôle de dupeuses. Bien qu’elles soient moins mentionnées, elles ont tendance à parler davantage mais à penser moins (si on s’en tient à la proportion des références à la troisième personne par rapport à la fréquence des discours). C’est grâce à leur voix (et à leurs paroles plus qu’à leurs pensées) qu’elles acquièrent un pouvoir qu’une société dominée par les hommes leur refuse, un fait qui est amplement commenté par les narrateurs des fabliaux. Ceci ne devrait pas occulter le fait que les personnages féminins sont une minorité dans les fabliaux, ne serait-ce que par leur nombre, et qu’elles sont loin de « gagner » tout le temps, malgré ce que des chercheurs bien intentionnés ont cru pouvoir dire41. Seuls vingt textes du corpus dépeignent des femmes qui l’emportent clairement contre des hommes. Dans les textes plus complexes, elles peuvent aussi participer à une tromperie, mais c’est souvent de concert avec d’autres hommes, comme leur mari42. Cependant, même quand les femmes ne dupent pas d’autres personnages, leur voix dans le récit est marquée parce qu’elle exprime le ridicule ou l’effronterie de leur position dans le texte : des femmes qui parlent ouvertement de leurs parties génitales (Jugement des cons), qui utilisent des métaphores osées pour parler des rapports sexuels (Demoiselle qui ne pooit oïr parler de foutre), qui ont des désirs bizarres comme de pouvoir voler (Pucele qui voloit voler), qui rêvent de pénis (Sohaiz desvez) ou souhaitent que leur mari en soit couvert (Quatre souhaits), etc. Qu’elles soient absolument naïves (Grue, Vieille qui oint), trop indépendantes (Trois dames de Paris) ou trop directives (Dame escolliee), la plupart des femmes représentées dans les textes se distinguent, même lorsqu’elles n’occupent pas une position de pouvoir (à la fois exceptionnelle et parfois de courte durée), grâce à leur ruse et à leur audace.

Annexe

  

Liste des textes et de leur titre abrégé

La première colonne donne le titre abrégé des textes et la deuxième leur titre complet. Les textes sont empruntés à la base de données électronique « Corpus de littérature médiévale des origines à la fin du 15e siècle » (www.classiques-garnier.com), qui offre parfois plusieurs versions du même fabliau. La version choisie est donnée dans la troisième colonne43. La quatrième colonne réfère au volume et au numéro du texte — quand ils sont disponibles — dans le Nouveau recueil complet de fabliaux, dir. W. Noomen et N. van den Boogaard, Assen, Van Gorcum, 10 volumes, 1983-98.

Aloul

Le Flabel d’Aloul

MR, 1

III, 14

Auberee

Auberée

CF

I, 4

Bérengier

De Berengier au lonc cul

MR, 4

IV, 34

Boivin

De Boivin de Provins

FF

II, 7

Borgoise

De la Borgoise d’Orliens

FF

III, 19

Bouchier

Du Bouchier d’Abbevile

MR, 3

III, 18

Bourse

De Pleine bourse de sens

MR, 3

II, 2

Braies au cordelier

Des Braies au cordelier

MR, 3

III, 17

Brifaut

De Brifaut

MR, 4

VI, 61

Brunain

De Brunain la vache au prestre

MR, 1

V, 40

Celle qui se fist foutre

De Celle qui se fist foutre sur la fosse de son mari

MR, 3

III, 20

Chevalier a la corbeille

Du Chevalier a la corbeille

MR, 2

IX, 113

Chevalier a la robe

Du Chevalier a la robe vermeille

CF

II, 12

Chevalier qui fist sa fame

Du Chevalier qui fist sa fame confesse

MR, 1

IV, 33

Chevalier qui recovra

Du Chevalier qui recovra l’amor de sa dame

MR, 6

VII, 78

Chevalier, Dame, Clerc

Romanz de un chivaler et de sa dame et de un clerc

MR, 2

X,123

Clerc qui fut repus

Du Clerc qui fu repus deriere l’escrin

MR, 4

X, 119

Coille

De la Coille noire

MR, 6

V, 46

Crote

De la Crotte

MR, 3

VI, 57

Dame escoillee

De la Dame escolliée

MR, 6

VIII, 83

Dame qui fist entendant

De la Dame qui fist entendant son mari qu’il sonjoit

MR, 5

Dame qui se venja

De la Dame qui se venja du chevalier

MR, 6

VII, 82

Damoiselle qui n’ot

De la Damoisele qui n’ot parler de fotre qui n’aüst mal au cuer

MR, 5

Damoiselle qui ne pooit

De la Damoisele qui ne pooit oïr parler de foutre

MR, 3

IV, 26

Damoiselle qui sonjoit

De la Damoisele qui sonjoit

MR, 5

IV, 25

Enfant

De l’Enfant qui fu remis au soleil

MR, 1

V, 48

Estormi

D’Estormi

FF

I, 1

Evesque

De l’Evesque qui beneï lo con

MR, 3

VI, 68

Fèvre de Creeil

Du Fèvre de Creeil

MR, 1

V, 42

Frere Denise

De Frere Denise

MR, 3

VI, 56

Gauteron

De Gauteron et de Marion

MR, 3

VIII, 84

Gombert

Gombers

FF

IV, 35

Grue

De la Grue

MR, 5

IV, 30

Guillaume

De Guillaume au faucon

MR, 2

VIII, 93

Jouglet

De Jouglet

MR, 4

II, 10

Jugement

Du Jugement des cons

MR, 5

X, 118

Maingnien

Do Maignien qui foti la dame

MR, 5

VI, 73

Meunier et clers

Del Munier et des II. clers

FF

VII, 80

Mire de Brai

Do Mire de Brai

FF

II, 13

Perdris

Le Dit des perdriz

CF

IV, 21

Pescheor

Du Pescheor de Pont seur Saine

MR, 3

IV, 28

Porcelet

Du Porcelet

MR, 4

VI, 67

Prestre et Alison

Du Prestre et d’Alison

FF

VIII, 91

Prestre et dame

Du Prestre et de la dame

MR, 2

VIII, 95

Prestre qui ot mere

Du Prestre qui ot mere malgré sien

CF

V, 41

Pucele qui abevra

De la Pucele qui abevra le polain

MR, 4

Pucele qui voloit voler

De la Pucele qui vouloit voler

MR, 4

VI, 65

Quatre Prestres

Des IIII prestres

MR, 6

VIII, 85

Quatre sohais

Les IIII souhais Saint Martin

MR, 5

IV, 31

Segretain

Du Segretain ou du moine

MR, 5

X, 125

Seule Fame

D’une Seule fame qui servoit C. chevaliers de tous poins

MR, 1

IX, 109

Sire Hain

De Sire Hain et de Dame Anieuse

MR, 1

II, 5

Sohait des vez

Li Sohaiz desvez

MR, 5

VI, 70

Sot chevalier

Du Sot chevalier

MR, 1

V, 53

Tresces

Des Tresces

FF

VI, 69

Trois Bossus

Des III bossus

MR, 1

V, 47

Trois dames Anel

Des III dames qui trouverent l’anel

CF

II, 11

Trois dames de Paris

Des III dames de Paris

FF

X, 122

Vallet qui d’aise

Du Vallet qui d’aise a malaise se met

MR, 2

VIII, 100

Veuve

La Veuve

MR, 2

Vielle qui oint

De la Vielle qui oint la palme au chevalier

MR, 5

VI, 72

Vilain de Bailluel

Du Vilain de Bailluel

MR, 4

V, 49

Notes

1  Je comprends ici le terme de « voix narrative » à la fois comme voix de la narration (voix qui narre) et voix dans la narration (voix qui est narrée par le narrateur).

2  J. Bédier, Les Fabliaux, études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge, Paris, Champion (5e éd.), 1925, p. 28-37.

3  Voir n. 33.

4  Le terme « sexe » s’entend ici au sens culturel et donc construit (« gender » en anglais), plutôt qu’au sens biologique. Pour une discussion sur la notion de « gender » appliquée à la littérature médiévale, voir notamment S. Gaunt, Gender and Genre in Medieval French Literature, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 10sq.

5  M.-J. Schenck, The Fabliaux, Tales of Wit and Deception, Amsterdam, John Benjamins, 1987, p. 74. Voir aussi L. Crist et J. A. Lee, « L’analyse fonctionnelle des fabliaux », Études de philologie romane et d’histoire littéraire offertes à Jules Horrent, Liège, Comité d’hommage à Jules Horrent, 1980, p. 85-104, A. Greimas, Sémantique structurale, Paris, Larousse, 1966, P. Nykrog, Les fabliaux, étude d’histoire littéraire et de stylistique médiévale, Copenhagen, Munksgaard, 1957, M. Olsen, Les transformations du triangle érotique, Copenhagen, Akademisk Forlag, 1976, V. Propp, Morphologie du conte, Paris, Seuil, 1970.

6  Schenck (op. cit., p. 37-92) distingue quatre rôles (dupeur, victime, auxiliaire et conseiller), mais, pour faire simple, j’intègre les deux derniers rôles aux premiers, ce qui signifie par exemple que l’auxiliaire qui aide un dupeur sera compté comme un dupeur. Contrairement à Schenck (p. 79), je ne considère pas automatiquement les amants comme étant des auxiliaires, ni donc des dupeurs, car dans certains cas ils ne sont pas conscients des ruses ourdies contre les maris trompés ou bien ils se sentent peu concernés. Schenck base sa définition du « fabliau type » sur le fait que « one character uses devious methods to carry out a hostile or antisocial action against another » (p. 56). Selon elle, « the two most crucial functions that occur in every tale identified as a fabliau are the deception and misdeed » (p. 60). Elle rejette dès lors tout autre texte du corpus, même si ce texte se désigne lui-même comme fabliau, ce qui veut dire qu’elle exclut six de ses 66 fabliaux qui s’autodésignent ainsi (p. 60), dont quatre font partie de mon propre corpus : Bourse pleine de sens, Chevalier qui recovra l’amor de sa dame, Sohaiz desvez, Valet qui d’aise a malaise se met.

7  Un état des choses bien illustré dans La Dame escolliee (voir exemple [10] ci-dessous).

8  Pour une analyse perspicace du pouvoir dans les fabliaux, voir la thèse de doctorat non publiée de G. Lyons, « Avoir and savoir, a strategic approach to the Old French fabliaux », Université de Cambridge, Royaume-Uni, 1992, ainsi que son article sous le nom de G. Hutton, « La stratégie dans les fabliaux », Reinardus, Yearbook of the International Reynard Society, 4, 1991, p. 111-17. La chercheuse y utilise les concepts de « savoir » et « avoir » pour suggérer que les personnages qui gagnent sont ceux qui usent de leur ingéniosité (savoir) pour remettre en question la position d’autres personnages qui considèrent leur place au sein d’une hiérarchie sociale fixe comme immuable.

9  La liste des titres complets, de leur abréviation et de leur édition est donnée en annexe.

10  Aloul, Bérengier, Borgoise, Braies au Cordelier, Chevalier a la corbeille, Chevalier a la robe, Chevalier qui fist sa fame, Chevalier, Dame et Clerc, Clerc qui fut repus, Crote, Dame qui fist entendant, Dame qui se venja, Gauteron, Guillaume, Perdris, Prestre et dame, Tresces, Trois Bossus, Trois dames Anel, Vilain de Bailluel.

11  Celle qui se fist foutre, Chevalier qui recovra, Coille, Dame escoillee, Damoiselle qui n’ot, Damoiselle qui ne pooit, Damoiselle qui sonjoit, Enfant, Fèvre de Creeil, Gombert, Grue, Maingnien, Meunier et clers, Pescheor, Pucele qui abevra, Pucele qui voloit voler, Sire Hain.

12  Auberee, Boivin, Bouchier, Bourse, Brifaut, Brunain, Evesque, Frere Denise, Jouglet, Jugement, Mire de Brai, Porcelet, Prestre qui ot mere, Prestre et Alison, Quatre sohais, Seule Fame, Sohait des vez, Sot chevalier, Trois dames de Paris, Vallet qui d’aise, Veuve, Vielle qui oint, Estormi, Quatre Prestres, Segretain.

13  Jugement, Porcelet, Quatre souhaits, Sohait des vez, Valet qui d’aise, Veuve.

14  Brunain, Sot chevalier, Vieille qui oint. Contrairement à Schenck (op. cit.), je considère ces textes comme de véritables fabliaux (voir note 5 ci-dessus).

15  Certaines de mes publications sur le sujet sont plus résolument qualitatives dans leur approche des textes : « Framing Discourse, A Closer Look at Three Versions of De la Demoisele qui ne pooit oïr paller de foutre », The Other Within, Imposing, Imposed and Self-Imposed Identities in Medieval French Narrative, dir. K. L. Burr et A. Tudor, à paraître. Tout comme le sera le livre que je projette sur le sujet de l’énonciation féminine dans les récits médiévaux (lais, fabliaux, nouvelles). Les contraintes d’espace ne me permettent pas de faire référence aux nombreux travaux qui portent sur les fabliaux, comme ceux de Bédier, Nykrog et Rychner, pour citer les plus anciens, qui se sont vus compléter par les livres et articles de Bloch, Boutet, Gaunt, Lacy, Ménard, Muscatine ou Schenck, pour n’en mentionner que quelques-uns : J. Bédier, op. cit., R. H. Bloch, The Scandal of the Fabliaux, Chicago, University of Chicago Press, 1986, D. Boutet, Les Fabliaux, Paris, Presses universitaires de France, 1985, N. J. Lacy, Reading Fabliaux, New York, Garland Publishing, 1993, S. Gaunt, « Genitals, Gender and Mobility, The Fabliaux », Gender and Genre in Medieval French Literature, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, P. Ménard, Les Fabliaux, contes à rire du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 1983, C. Muscatine, The Old French Fabliaux, New Haven, Yale University Press, 1986, P. Nykrog, Les Fabliaux, étude d’histoire littéraire et de stylistique médiévale, Copenhagen, Munksgaard, 1957, J. Rychner, Contribution à l’étude des fabliaux, variantes, remaniements, Neuchâtel, Faculté des Lettres, 1960, M.-J. Schenck, op. cit. Pour une bibliographie exhaustive et à jour des travaux sur les fabliaux, voir A. Cobby, The Old French Fabliaux, An Analytical Bibliography, London, Tamesis Books, 2009. J’espère aussi pouvoir intégrer ces travaux au sein de réflexions plus approfondies lors de mon prochain livre. Par ailleurs, plusieurs études récentes discutent de la position des femmes dans les fabliaux et de la possible misogynie de ces textes : F. Berriot, « L’autre attirant et inquiétant : louange et dénigrement du sexe de la femme dans quelques fabliaux », Les Représentations de l’Autre du Moyen Âge au XVIIe siècle, dir. E. Berriot-Salvadore, Saint-Étienne, Univ. de Saint-Étienne, 1995, J. E. Burns, « Knowing Women, Female Orifices in Old French Farce and Fabliau », Exemplaria, 4:1, 1992, p. 81-104, ead., « Female Orifices in Farces and Fabliaux », Bodytalk, When Women Speak in Old French Literature, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, ead., « This Prick Which Is Not One, How Women Talk Back in Old French Fabliaux », Feminist Approaches to the Body in Medieval Literature, dir. L. Lomperis et S. Stanbury, Philadelphia, U. of Pennsylvania Press, 1993, R. Eichmann, « The Anti-Feminism of the Fabliaux », French Literature Series, 6, 1979, p. 26-34, Y. Foehr-Janssens, « La discorde du langage amoureux : paroles d’amour, paroles de femmes dans les lais et les fabliaux (XIIe-XIIIe siècles) », dir. C. Liaroutzos et A. Paupert, La Discorde des deux langages, Représentations des discours masculins et féminins du Moyen Âge à l’Âge classique, Textuel, 49, 2006, p. 127-43, S. Gaunt, op. cit., L. Johnson, « Women on Top. Antifeminism in the Fabliaux ? » Modern Language Review, 78, 2, 1983, p. 298-307, N. J. Lacy, « Fabliau women », Romance Notes, 25:3, 1985, p. 318-27, M. H. Roffman, « As the Poet Saw Her, Images of Woman in the Pastorals and the Fabliaux », Proceedings of the Annual Meeting of the Western Society for French History, 8, 1981, p. 31-41, G. L. Warren, « Maris et femmes dans les fabliaux », Chimères, A Journal of French and Italian Literature, 13:2, 1980, p. 29-42. Toutefois, qu’ils soient généraux ou spécifiques, très peu de travaux adoptent une approche linguistique des textes, à l’exception notable de ceux de Rychner.

16  Pour une description détaillée du discours rapporté en français médiéval, voir S. Marnette, Speech and Thought Presentation in French, Concept and Strategies, Amsterdam/New York, John Benjamins, 2005, p. 179-223.

17  Ces références sont en collocation avec des mots comme diable (Dame qui se venja), honte et male aventure (Braies), laidement (Enfant), traitesse (Dame qui fist entendant), tricherresce et maux (Bourse).

18  Lacy, art. cit., p. 322.

19  La plupart des autres références (30) sont neutres car elles n’expriment aucune admiration explicite pour la ruse de la femme.

20  Comme on peut s’y attendre, la plupart des proverbes sont génériques. Il faut noter que le corpus ne contient aucun proverbe faisant allusion au soi-disant incessant bavardage féminin.

21  Ce n’est peut-être pas le cas lorsque les dupeurs sont des clercs comme dans l’exemple suivant. Cependant, celui-ci pourrait en fait être lu comme une vantardise de la part d’un auteur-narrateur sans doute clerc, plutôt qu’une critique : « Ceste fable dit par essample / Que nus homs qui bele fame ait / Por nule proiere ne lait / Gesir clerc dedenz son ostel, / Que il ne li face autretel. / Qui bien lor fet, sovent le pert, / Ce dit le fablel de Gombert » (Gombert, v. 184-9).

22  Voir Gaunt, op. cit., p. 268, Lyons, op. cit., p. 41-52, Muscatine, op. cit., p. 101-4.

23  Le fabliau de la Dame qui se venja commence par une lacune.

24  Il n’y a que deux textes qui débutent par une référence à la mère d’un personnage (Jouglet, Prestre et Alison).

25  Les sept exceptions sont : Seule fame, Guillaume, Braies, Chevalier a la corbeille, Chevalier a la robe, Chevalier qui recovra, Prestre et dame. En général il ne semble pas y avoir de lien entre le rôle du personnage mentionné en premier lieu (victime, dupeur, etc.), ni avec la mention de leur nom dans le titre (contrairement à ce que la liste qui précède paraît indiquer).

26  S. Gaunt, op. cit., p. 234-85.

27  Je ne compte pas le Mire de Brai à cause de sa complexité.

28  Il peut y avoir plusieurs dupeurs et/ou dupes, des deux sexes.

29  Dans plusieurs cas, les dupeurs sont formés par un groupe de personnages masculins et féminins (voir, par exemple, Auberée, Estormi, Quatre Prestre et Segretain).

30  La question de savoir si les fabliaux sont biaisés à l’encontre des femmes est très vaste et a fait l’objet de nombreuses discussions (voir les références données dans la note 15 ci-dessus).

31  N’oublions pas en effet qu’il y a un nombre significatif de fabliaux sans aucune femme, ce qui n’est pas le cas du contraire. À propos du concept de « markedness », voir S. Fleischman, Tense and Narrativity, From Medieval Performance to Modern Fiction, Austin, Texas, University of Texas Press, 1990, p. 52 : « Markedness is founded on the idea that where there is an opposition involving two or more members […] one member of the opposition is often felt to be more normal, more common, or less specific than the others, which are marked by the presence of some feature that the unmarked member lacks. […] The criteria for assigning markedness values may be semantic, morphological, statistical (frequency) and/or contextual, and are logically independent of one another ».

32  Pour plus de facilité, le terme « discours rapporté » recouvre ici à la fois les discours directs (majoritaires), les discours indirects (plus rares) et les discours indirect libres (très rares) du corpus. Un ouvrage ultérieur analysera les différences d’emploi de ces diverses catégories de discours.

33  Dans le Segretain, pour chaque discours rapporté féminin, on trouve 4,27 références à la troisième personne et il y a 7,98 références à la troisième personne pour chaque discours rapporté masculin.

34  Dans Frere Denise et Auberée, la fréquence élevée du discours rapporté féminin peut s’expliquer par le fait que les femmes y sont à la fois dupes et dupeuses. Dans Frere Denise, tandis que Denise est une victime dans la première partie du récit, elle se ligue ensuite avec la femme du chevalier pour faire croire à sa mère et à son futur mari qu’elle a effectué une retraite dans un couvent. Dans Auberée, une vieille entremetteuse amène d’abord par la ruse une jeune femme mariée dans le lit d’un jeune homme, mais celle-ci accepte par la suite de coucher avec lui et aide à berner son mari.

35  Les cinq exceptions sont Auberée, Seule fame, Bourse, Evesque qui beneist, Prestre qui ot mere.

36  Pour une discussion des différences entre paroles et pensées, voir S. Marnette, op. cit.,p. 49-61.

37  Avec un total de neuf occurrences – cinq pensées masculines, quatre féminines.

38  22 occurrences de cuidier pour un total de 39 pensées de la part d’une victime masculine (= 56%). Il y a 22 pensées rapportées de dupeuses dans l’ensemble des vingt textes. Ce groupe contient 93 occurrences de pensées rapportées, 59 de personnages masculins, 34 de personnages féminins.

39  La Dame escolliée offre sept pensées masculines contre une féminine. Dans le Pescheor, le nombre de pensées est le même pour les deux sexes (quatre).

40  Des analyses supplémentaires devront déterminer si la classe sociale des personnages (bourgeoisie, noblesse, paysannerie) peut aussi être une variable significative, en plus de leur rôle et de leur sexe.

41  Notamment Johnson, op. cit.

42  Auberée, Jouglet, Prestre et Alison, Seule fame.

43  G. Raynaud de Lage, Choix de fabliaux, Paris, Champion. 1986 (CF), P. Ménard, Fabliaux français du Moyen Âge, Genève, Droz, 1979 (FF), A. de Montaiglon et G. Raynaud, Recueil général et complet de fabliaux, Paris, Librairie des bibliophiles, 6 volumes, 1872-90 (MR).

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Marnette, « Voix de femmes et voix d’hommes dans les fabliaux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 105-122.

Référence électronique

Sophie Marnette, « Voix de femmes et voix d’hommes dans les fabliaux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/12519 ; DOI : 10.4000/crm.12519

Auteur

Sophie Marnette

Balliol College, Université d’Oxford

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes