Navigation – Plan du site

Aude Mairey, Richard III

Gilles Lecuppre
Référence(s) :

Aude Mairey, Richard III, Paris, Ellipses (« Biographies et mythes historiques »), 2011, 305p.

ISBN 978-2-7298-67843

Texte intégral

1Le tyran archétypal n’avait fait l’objet d’aucune biographie en français depuis la traduction de l’ouvrage de Paul Murray Kendall en 1979. Bonne connaisseuse de l’Angleterre du XVe siècle, et tout particulièrement de sa vie politique, Aude Mairey s’acquitte de cette tâche redoutable de manière ô combien plus équilibrée que son devancier. Car il ne faut pas mésestimer la difficulté de l’entreprise : par bien des aspects, le monarque est insaisissable – son règne est éphémère (deux petites années), les sources vite biaisées, l’ombre portée considérable depuis que Shakespeare a élevé le personnage et son ascension sanglante au rang de mythe universel, et la bibliographie profuse et parfois excessivement engagée. Aude Mairey domine une matière vertigineuse et hétéroclite avec beaucoup de sûreté, optant pour un sérieux et une neutralité de bon aloi, ne cherchant pas à combler les silences et les incertitudes par des interprétations hasardeuses.

2Le premier mystère de Richard est sa jeunesse. Quatrième fils du duc d’York, il n’apparaît que furtivement dans la documentation, jusqu’à ce que son frère aîné, Édouard, l’entraîne dans son sillage sur le devant de la scène. Seules ses origines familiales et sa connexion précoce avec le Nord, sous la tutelle du comte de Warwick, peuvent faire l’objet de commentaires. Pour le reste, une approche contextuelle de l’Angleterre vers le milieu du XVe siècle puis un récit classique mais nécessaire de la guerre des Deux Roses se substituent à l’impossible narration des tendres années du futur tyran. Il faut l’étonnant mariage d’Édouard IV et le changement d’alliances qu’il implique pour que Warwick se retourne contre sa créature et que le benjamin trouve par contrecoup un rôle militaire dans la reconquête menée par son frère, le roi. Dans les douze années qui suivent, Richard s’ancre résolument et habilement au nord du royaume. Il sait y cumuler offices et domaines, enlève et épouse Anne Neville pour s’inscrire dans la continuité de Warwick, se construit une affinité, place ses hommes. D’excellentes pages sont livrées sur cette construction méthodique et, au bout du compte, heureuse. Connétable et amiral, loyal envers et contre tout, à la différence de Clarence, cet autre frère dont la trahison le rapproche encore accidentellement des sommets du pouvoir, populaire pour avoir récupéré Berwick sur les Écossais, dûment récompensé, Richard est en position de force à la mort d’Édouard. En l’espace de quelques semaines, ce fidèle parmi les fidèles va pourtant se saisir du pouvoir en trahissant tout ce qui se rattache au règne précédent : le clan des Woodville, la famille de la reine, les principaux serviteurs du roi, la mémoire de celui-ci, qu’il calomnie, ses enfants, bien sûr, dont il dénonce la bâtardise et qu’il fait enfermer, avant de se voir mollement confier la couronne par une société politique peu enthousiaste, mais complice. Aude Mairey ne tranche pas vraiment entre les deux motivations prêtées d’ordinaire à l’usurpateur, l’ambition et la peur, même si elle étaie davantage le premier cas de figure. C’est sans doute sagesse : la précipitation des événements ne permet pas de mettre en lumière les sentiments et les calculs.

3La deuxième partie de cet ensemble relativement harmonieux concerne le règne de Richard III (1483-1485). À l’image du chapitre VI, on y voit se côtoyer les notations originales (les aspects rituels du couronnement, le banquet et la tournée qui leur font suite) et les passages plus attendus (la mort des enfants de la Tour et le lot de spéculations qu’elle implique). Les révoltes qui surviennent à l’automne 1483 auraient peut-être gagné à une comparaison avec d’autres épisodes, dans la mesure où le soulèvement aristocratique est une tradition dans l’Angleterre du XVe siècle. Le gouvernement est étudié avec soin, selon ses diverses modalités – centrales, féodales, domestiques et communicationnelles –, dans une bonne section qui montre à quel point la position du fossoyeur de la lignée s’avérait périlleuse sur le fond. Richard n’a guère été aimé et n’a pu qu’aligner les expédients, pour l’essentiel. La marche vers Bosworth et les conséquences de cette bataille « providentielle » sont ensuite abordées, et l’auteur replace avec une grande pertinence la brève aventure dans la longue durée, particulièrement rude aux rois d’Angleterre. Une tentative d’évaluation du personnage nous ouvre un accès à sa culture, assez conforme aux canons nobiliaires du temps, et démonte les faux-semblants d’une réputation de chevalerie et de vertu. Ici encore, le positionnement de l’historienne brille par sa modestie – à l’imagination de prendre le relais, conclut l’auteur, ménageant une transition efficace vers une troisième partie, consacrée à la légende de Richard III.

4L’image parvenue jusqu’à nous doit presque tout à la réécriture humaniste de l’histoire de cette période. Une bibliographie très à jour permet de nuancer la conviction qui a longtemps prévalu, selon laquelle les Tudor auraient livré à travers More et Vergil une version officielle de ce régime, noirci à l’envi. Toutefois, quand bien même Henri VII ne serait pas le commanditaire direct de l’œuvre de Polydore Vergil, le témoignage de quelques-uns de ses proches n’a pas manqué de se combiner à la correcte estimation des attentes du lectorat pour produire un texte conforme aux intérêts et aux goûts de la nouvelle dynastie. Curieusement, aux yeux de l’auteur de ce compte rendu, le chapitre shakespearien n’apparaît pas comme le plus réussi dans le livre, en ce qu’il s’embarrasse d’une description exhaustive et finalement peu appropriée des conditions qui ont présidé à l’avènement du théâtre élisabéthain. Les avatars dramatiques et cinématographiques de Richard font l’objet d’un passage plus alerte, qui met en valeur l’extraordinaire ductilité du matériau : le despote médiéval peut tour à tour être travesti en leader fasciste et en souverain d’une monarchie arabe contemporaine. Enfin, avec ce sens caractéristique de la mesure qui traverse toute la démonstration, Aude Mairey explore les débats dont Richard III est l’enjeu, notamment dans la littérature ou l’histoire des amateurs – dans l’acception passionnelle du terme, que le lecteur français peu familiarisé avec ce petit monde aura du mal à imaginer. Révisionnisme en partie ludique, le ricardisme d’aujourd’hui contribue à entretenir le mythe, initialement permis par le laconisme des sources.

5Dans un ensemble de bonne tenue, quelques coquilles et maladresses étonnent. Il ne s’agit souvent que de vétilles : Bannockburn en 1316, p. 70, au lieu de 1314 ; des confusions bénignes dans la carrière, il est vrai compliquée, de Perkin Warbeck, le faux Richard d’York, qui s’est d’abord manifesté en Irlande et en France avant d’être accueilli par la veuve de Charles le Téméraire, mentionnée trop tôt, p. 109 ; Louis XI qualifié d’« éternelle aragne » pour « universelle aragne », p. 149 ; une citation liminaire identique aux chapitres 11 et 12. Le crime de lèse-majesté est toutefois avéré, p. 239, à l’encontre des Beatles, orthographiés avec deux t. Il n’en reste pas moins que ce Richard III représente l’un des fleurons de la collection inégale dans laquelle il s’insère. Le défi d’une biographie de réalisation a priori délicate est relevé avec succès. Aude Mairey a su résister à toutes les tentations pour nous offrir une synthèse alliant sobriété et justesse.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Lecuppre, « Aude Mairey, Richard III », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 20 février 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12494

Haut de page

Auteur

Gilles Lecuppre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org