Navigation – Plan du site

Marc Foglia, Montaigne, pédagogue du jugement

Claire Couturas
Référence(s) :

Marc Foglia, Montaigne, pédagogue du jugement, Paris, Classiques Garnier (« Essais philosophiques sur Montaigne et son temps » 1), 2011, 269p.

ISBN 978-2-8124-0262-3

Texte intégral

1Cet ouvrage est en partie issu de la thèse de doctorat intitulée La formation du jugement chez Montaigne soutenue par Marc Foglia en 2005 à Paris I-Sorbonne. Il comprend trois parties : « Exercer son jugement », « L’espace étroit de la pédagogie », « L’éducation philosophique » et neuf chapitres, une bibliographie de 14 pages et un index des auteurs, critiques et éditeurs antérieurs à 1620.

2L’ouvrage est le premier d’une collection dirigée par Philippe Desan, qui se donne pour objectif de réunir des lectures philosophiques des Essais autour des « fondements de la connaissance et de ses expressions diverses » tant en synchronie (Montaigne en son temps) que dans la diachronie (Montaigne tel que la réflexion philosophique moderne le déchiffre).

3L’étude de Marc Foglia veut dégager ce que Montaigne entend par la notion de philosophie « formatrice du jugement et des mœurs » qui établit l’examen critique en nécessité intellectuelle. Il s’agit d’abord d’examiner ici comment les lecteurs des Essais, depuis la fin du xixe siècle – Gabriel Compayré, Gustave Lanson ou Emile Faguet – jusqu’aux cinquante dernières années, ont été particulièrement attentifs à la réflexion pédagogique qui traverse les trois livres. À partir d’une évaluation de cette réception des Essais, Marc Foglia précise les positions de la critique positiviste, remarquant que l’intérêt des écrivains de la Troisième République pour le discours de Montaigne sur la pédagogie a contribué à façonner durablement l’image d’un philosophe précurseur de la « méthode expérimentale », même si le scepticisme déclaré de l’auteur des Essais n’a pas laissé d’embarrasser. D’Alain à Hubert Vincent en 1995, « l’institution » selon Montaigne n’a pas cessé d’alimenter la réflexion critique, justifiant la démarche de Marc Foglia, qui l’aborde à son tour à travers la question de la formation du jugement dans les Essais.

4Est ici examiné en particulier l’usage que Montaigne fait de la notion de « jugement naturel » présent en chacun, libre de tout parti pris. Cette « vigueur » intellectuelle propre à l’individu est pourtant étouffée par tous les encadrements dogmatiques, qu’il s’agisse de la science, de la religion ou de l’invocation d’un prétendu droit naturel, de fait perdu et sur lequel on ne saurait faire fond. Montaigne affirme l’autonomie et l’antériorité du jugement naturel qu’il s’agit de libérer de toutes ces emprises. Mais le jugement est-il encore jugement s’il n’est pas a priori orienté vers la recherche d’une vérité ou d’une règle comme fin nécessaire ? La réponse que Marc Foglia apporte à cette question dessine la figure de Montaigne en « penseur sceptique de l’éducation » (p. 55).

5Au rebours du choix des humanistes chrétiens comme Érasme ou Vivès, Montaigne postule une solution de continuité entre jugement et vérité. Comme livré à lui-même et à ses propres forces, le jugement est mis au défi de s’exercer, indépendamment de tout contenu. La formation en est confiée à un gouverneur, avant tout « pédagogue sans doctrine » (p. 55) et « homme de bon jugement plutôt qu’homme savant » (p. 233), attentif à se mettre à la portée de l’enfant, à le laisser formuler ses propres jugements, voire à délivrer un jeune esprit déjà encombré d’un contenu de savoir, de la tyrannie de la coutume, ou de celle des opinions reçues. Enfin, le précepteur ne fait pas du savoir son objectif premier. Doctrine et préceptes, s’ils contribuent à l’édification du jugement, ne sauraient en tenir lieu. La formation du jugement profite des « pièces empruntées à autrui » pour les évaluer : « S’il faut exercer le jugement, c’est d’abord pour le sauver des livres et du pouvoir d’entraînement des systèmes » (p. 248). Aussi la connaissance est-elle utile – celle des sagesses antiques dont la culture humaniste se nourrit –, mais elle doit avant tout contribuer à la formation personnelle, être au service de l’accomplissement du jugement, seule possibilité de l’accomplissement de l’homme. Il s’agit d’apprendre à faire l’essai de son jugement, au risque de se confronter à l’erreur.

6A l’origine de la pédagogie proposée par Montaigne, à l’origine des Essais, apparaît une constante : la mise à l’épreuve de son jugement par un examen incessant des données de l’expérience. Dans cette perspective, Montaigne présente en particulier le scepticisme pyrrhonien comme une méthode fructueuse. En effet, il s’agit moins de considérer l’épochè comme une obligation que comme la possibilité d’« une sorte de retrait de la pensée », « un repli dans l’exercice du jugement permet[tant] d’échapper aux maléfices de la raison » (p. 146).

7A travers ces propositions pour une éducation du jugement, Montaigne fait émerger in fine l’individu comme sujet. Ce dernier se révèle capable de penser par lui-même. Plus encore, il participe à l’élaboration de cette autonomie, élaboration dont les Essais se chargent de planter les jalons.

8L’ouvrage de Marc Foglia ouvre de manière pertinente cette collection et répond aux attentes de lecteurs à la fois soucieux d’une mise en perspective critique des études montaignistes portant sur le Montaigne pédagogue depuis les prises de position positivistes, et désireux d’ouvertures stimulantes, à travers les propositions élaborées ici. On a apprécié la précision de l’étude, la grande acuité des analyses autant que la clarté du style. La nouvelle collection des Classiques Garnier, en accueillant ainsi en son seuil cette réflexion sur l’importance de la formation du jugement au fondement même des Essais, justifie d’emblée le signe de l’« essai » sous lequel elle se situe, et trouve ainsi des fondations particulièrement judicieuses.

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Couturas, « Marc Foglia, Montaigne, pédagogue du jugement », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12460

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org