Navigation – Plan du site

Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles), éd. Jean-Marie Yante et Anne-Marie Bultot-Verleysen

Juliette Dumasy
Référence(s) :

Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles), éd. Jean-Marie Yante et Anne-Marie Bultot-Verleysen, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2010, 543p.

ISBN 978-2-9600769-3-6

Texte intégral

1Le colloque de Louvain-la-Neuve, dont les actes sont publiés ici avec un retard que l’on peut regretter, a été organisé en 2003 à l’occasion de l’accession à l’éméritat de René Noël, historien du peuplement et des sociétés rurales de Wallonie, professeur à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve et directeur de la collection Typologie des sources du Moyen Âge. Cet hommage pose, de façon renouvelée, la question de l’existence du village au haut Moyen Âge, à travers une vingtaine de communications passionnantes, dont on me pardonnera de ne citer qu’une partie dans le cadre de cette recension qui doit rester brève.

  • 1  J. Chapelot, R. Fossier, Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980.

2L’ouvrage s’ouvre sur une communication de René Noël, qui dresse un bilan historiographique des recherches menées à la fin du XXe siècle sur le village. Il rappelle que deux conceptions de l’habitat du haut Moyen Âge se sont affrontées. L’une, défendue notamment par Georges Duby, postule que le regroupement de l’habitat était la norme à l’époque carolingienne et que des formes villageoises existaient donc bel et bien ; l’autre, présentée par Jean Chapelot et Robert Fossier, pose que le village n’est apparu que vers l’an Mil, du moins le village au sens d’habitat aggloméré stable, entouré d’un finage délimité et doté d’une conscience collective et d’une personnalité juridique1. Cette naissance, selon ces auteurs, s’intègre plus généralement dans les processus d’incastellamento et d’encellulement. Soit, mais est-il légitime, comme le souligne René Noël, de « refuser à des habitats antérieurs ce statut, au nom d’une définition élaborée à partir d’une situation postérieure » ? Les enquêtes archéologiques montrent, pour une période antérieure au XIe siècle, des exemples nombreux d’habitats stables et bien organisés autour d’un pôle de regroupement (cimetière, église, enclos défensif). Bien avant l’an Mil, ces agglomérations préfigurent des villages. L’enquête doit être rouverte : c’est précisément l’objet des communications suivantes.

3Jean Chapelot souligne le rôle déterminant qu’ont joué l’église et le cimetière dans l’évolution du réseau de peuplement. Le couple église-cimetière apparaît entre la fin du VIe siècle et les VIIe-VIIIe siècles, puis se généralise au IXe siècle. Parallèlement, le réseau paroissial rural prend son essor au VIIe siècle et se diffuse de manière globale dans la première moitié du IXe siècle. Église paroissiale et cimetière concentrent progressivement l’habitat autour d’eux pendant cette période, entraînant des modifications plus ou moins sensibles du peuplement antérieur. Nombre de sites du haut Moyen Âge, dont certains possédaient un édifice cultuel, sont abandonnés entre 950 et 1050 pour un habitat construit à l’ombre de la nouvelle église. Ces évolutions sont attestées par les fouilles archéologiques, comme le montrent les communications d’Ann Defgnée et Raphaël Vanmechelen, de Laurent Verslype, de Michel Polfer ou de Philippe Mignot.

  • 2  E. Zadora-Rio, « Le village des historiens et le village des archéologues », Campagnes médiévales  (...)

4Pour Chris Wickham, il existait bien, avant l’an Mil, des villages. Le débat est surtout une affaire de définition, comme l’ont dit René Noël ou Elisabeth Zadora-Rio2. Il n’existe pas une définition exclusive et définitive du village qui ne s’appliquerait aux habitats groupés qu’à partir de l’an Mil ; on trouve bien, au haut Moyen Âge, des villages, mais faiblement structurés, que Chris Wickham appelle « villages faibles ». L’émergence de ces villages est contemporaine, dans plusieurs régions dont celle qui nous intéresse ici, d’une évolution des représentations de l’espace : la logique de localisation des terres, qui reposait pendant l’Antiquité sur la propriété foncière, se fonde désormais sur des toponymes et des lieux, qui renvoient au finage et à l’habitat. Cette évolution est repérable dans le centre et le nord de la Gaule dès le VIe siècle, ou dans le nord de l’Italie au VIIIe siècle. Elle révèle que les habitats du haut Moyen Âge deviennent l’élément structurant des campagnes, dans le paysage et dans les mentalités, mais aussi probablement dans les rapports économiques et sociaux, même si ceux-ci sont difficiles à saisir dans les périodes reculées (rares attestations de droits d’usages communs sur le finage, de groupes de voisins qui agissent ensemble…). Le plus parlant est sans doute la promotion, dès le VIe siècle, d’une nouvelle sociabilité et d’une nouvelle identité fondées sur l’habitat : les gens deviennent « ceux de la villa de X », et agissent comme tels. Cette nouvelle assise territoriale des rapports sociaux, liée à l’habitat et à l’émergence du village, apparaît comme capitale, car elle distingue le Moyen Âge de l’Antiquité, et unifie également les périodes antérieures et postérieures à l’an Mil.        

5Michel Lauwers lie également l’émergence du village à des changements profonds dans les représentations et les rapports sociaux. Au Xe siècle, est réalisée la combinaison qui aboutit au village de l’an Mil : à une église correspond un cimetière, auxquels correspond un village. Le processus qui a mené à l’adéquation entre ces trois éléments est l’inecclesiamento, un processus long, sans rupture, qui désigne la façon dont l’Eglise s’est inscrite progressivement au cœur de la société, sur le plan des pratiques comme sur le plan idéologique. Les formes du peuplement n’ont pas échappé à cette empreinte religieuse, et cela ne se vérifie pas que sur les sites archéologiques ; les textes eux-mêmes en témoignent. La Collectio de ecclesiis et capellis de Hincmar, qui est une compilation d’extraits de la littérature patristique, de canons conciliaires et de lettres pontificales portant sur le statut et l’usage des lieux de culte rédigée en 857-858, en est une manifestation. Hincmar y décrit la paroisse comme une aire délimitée attachée à une église qui y perçoit la dîme. Il affirme aussi la nécessité de construire au plus près des fidèles de nouveaux oratoires ou églises, qui seront dotés d’un « circuit » (circuitus) clôturé, où les « pauvres » (c’est-à-dire les simples fidèles) qui n’ont pas la possibilité de « transporter au loin leurs défunts » (c’est-à-dire vers l’église épiscopale ou un monastère) pourront les ensevelir. Ce texte révèle une conception « territoriale » des lieux de culte, qui paraît nouvelle et déterminante pour l’avenir. Même si celle-ci n’est pas réalisée sur le terrain, où les choses sont beaucoup plus confuses, c’est la première fois que, dans la réflexion, sont étroitement associés lieu de culte, espace funéraire et site de peuplement, dans une dynamique qui est essentielle à la constitution des villages. S’ouvre alors le long processus de territorialisation de la paroisse, qui court jusqu’au XIIIe siècle, et c’est en 1250 que pour la première fois, la paroisse est clairement définie comme un cadre de vie en même temps qu’un espace délimité : ainsi le canoniste Henri de Suse (ou Hostiensis) définit la paroisse comme « le lieu dans lequel résident les fidèles attachés à une église, délimité par des frontières certaines ».  

6D’autres articles permettent de replacer l’émergence du village dans le temps long. Paul Van Ossel se penche justement sur la transition du réseau de peuplement de l’Antiquité au haut Moyen Âge, en rappelant que l’on passe d’un système de peuplement majoritairement dispersé, pendant l’Antiquité, à un habitat groupé fréquent. Dans la même perspective, Edith Peytreman dresse les caractéristiques de l’habitat des IXe-XIIe siècles en mettant en valeur l’héritage antique (parcellaire, chemins, enceinte, technique de construction) et haut-médiéval (parcellaire, organisation du bâti, église et cimetière, équipements, technique de construction plus élaborée). Les derniers articles de l’ouvrage s’intéressent au finage et à ses éléments structurants aux XIe et XIIe siècles, qu’il s’agisse des communaux (Jean-François Nieus), des kouters des villages flamands (Erik Thoen), de la toponymie (Blandine Vue) ou d’études de cas (Anne Dupont et Jean-Marie Yante).

7Robert Fossier conclut en soulignant les apports de cette rencontre. Concernant la question de l’existence de villages antérieurement aux Xe-XIe siècles, il ne paraît guère convaincu, mais dans une volonté de compromis, il propose de distinguer des « types » successifs de villages (village du premier type, du second type, etc.) jusqu’à arriver au village « adulte » ou « classique », celui qu’il a caractérisé avec Jean Chapelot et qui peut être défini comme une agglomération d’habitats disposés autour d’éléments structurants, dominant un finage et réunis par un « état d’esprit collectif, le sentiment de liens horizontaux ou verticaux entre les hommes ». Il concède d’autre part que la formation des villages vers l’an Mil résulte davantage d’une accélération que d’une mutation. Enfin, il souligne le rôle du sacré dans le processus de regroupement, qui paraît plus déterminant, dans cette région septentrionale, que les facteurs de regroupement profanes comme le château.

8Cet ouvrage, dont beaucoup de communications sont passionnantes, s’avère d’une grande richesse pour l’histoire du peuplement et des campagnes des premiers siècles du Moyen Âge, et en particulier des transitions entre Antiquité et haut Moyen Âge, haut Moyen Âge et Moyen Âge central. Plus d’une vingtaine d’années après la parution du livre de Jean Chapelot et Robert Fossier sur le village, il met en avant des acquis indiscutables, comme l’importance des infrastructures religieuses dans le processus de regroupement, et permet de revenir sur une conception sans doute trop étroite du village, qui réserve ce terme à la période postérieure à l’an Mil, au détriment de la caractérisation des habitats du haut Moyen Âge. Les notions de « village faible » et « village adulte » témoignent de cette avancée de la réflexion, mais devront être approfondies pour prouver leur utilité. Il serait peut-être bon, également, de s’interroger sur la notion de hameau, dont on s’étonne de la totale absence dans les communications alors que dans bien des cas les habitats décrits y font penser. L’usage de ce terme, à condition de le définir de manière claire et pas seulement comme un négatif du village, pourrait certainement faire encore progresser la réflexion sur la définition du village et des habitats du haut Moyen Âge.

Notes

1  J. Chapelot, R. Fossier, Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980.

2  E. Zadora-Rio, « Le village des historiens et le village des archéologues », Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, éd. É. Mornet, Paris, 1995, p. 145-153.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Dumasy, « Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles), éd. Jean-Marie Yante et Anne-Marie Bultot-Verleysen », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12456

Haut de page

Auteur

Juliette Dumasy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org