Navigation – Plan du site
Varia

Le mariage clandestin et la rupture du mariage dans la nouvelle de Violente et Didaco, chez Bandello et Boaistuau

Bénédicte Boudou
p. 343-358

Résumés

L’Italien Matteo Bandello (I, 42) et le Français Pierre Boaistuau (5e histoire tragique) relatent tous deux, avec l’histoire de Violente et de Didaco, le récit d’un double mariage. Le chevalier Didaco épouse d’abord secrètement Violente, et un an plus tard, il se marie en grandes pompes avec une femme de sa condition. Il subit alors la terrible vengeance de Violente. Les deux conteurs ne considèrent pas de la même façon la première épouse : soucieuse d’ambition sociale pour Bandello, elle cherche, aux yeux de Boaistuau, à défendre les droits de son union et de son amour pour Didaco. Cette différence révèle deux conceptions du mariage : celle de Bandello renvoie à la vision du droit romain, celle de Boaistuau au droit canonique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Au Moyen Âge, « la société n’interdit pas au mari, ou plutôt à son groupe familial, le pouvoir de (...)
  • 2  Cf. Décaméron, V, 3, et Heptaméron, nouvelle 21 (le mariage clandestin de Rolandine).
  • 3  Racontant son mariage, Rolandine dit : « [Nous] eûmes parole de mariage, lesquelles ont été consom (...)
  • 4  Que Matteo Bandello fait remonter à un passé proche, dans la dédicace de ses Nouvelles, éd. A.-Ch. (...)
  • 5  Voir Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. R. A. Carr, Paris, Champion, 1977. Toutes nos réfé (...)

1L’interrogation sur le mariage constitue une préoccupation constante des nouvelles à la Renaissance, période située entre le régime féodal et la société bourgeoise qui s’appuient tous deux sur le système de la famille pour la transmission des biens et des fiefs1. Au XVIe siècle, l’institution conjugale se trouve conçue et définie de façon divergente par l’État monarchique, qui y voit un acte essentiellement social, et par l’Église catholique, qui met, de son côté, l’accent sur le choix individuel des deux partenaires du couple. Le mariage clandestin2 révèle tout particulièrement une opposition entre deux ordres : celui des parents et, au-delà d’eux, de la société, et l’engagement personnel de ceux dont le consentement suffit à réaliser l’union3. L’histoire de Roméo et Juliette en est sans doute l’illustration la plus éclatante, mais celle de Didaco et Violente4 en offre un exemple particulièrement tragique. J’en étudierai la version qu’en donne Matteo Bandello en 1554, et la « belle infidèle » que Pierre Boaistuau en fournit, sous le nom de « traduction », en 15595. Dans les deux nouvelles, la rupture du mariage clandestin, ses enjeux et sa signification, prennent un sens différent. En réfléchissant à la façon particulière dont la Violente de Boaistuau brave la pression sociale pour faire valoir ses critères et ses valeurs, je poserai l’hypothèse que la constitution de la nouvelle tragique est liée au développement de l’individualisme et de l’intériorité chez les protagonistes.

  • 6  Préface de la troisième partie des Novelle.
  • 7  « En termes de fiction narrative, Bandello exprime la conscience de l’arbitraire interne (l’irrati (...)
  • 8  La prima parte de le Novelle, op. cit., p. 390 (Le seigneur Didaco Centigli, ayant épousé puis dél (...)

2Dominicain lombard devenu évêque d’Agen et client de Marguerite d’Angoulême, Matteo Bandello (1485-1561) publie en 1554 les trois premiers volumes de ses Novelle, qui mêlent récits plaisants et récits sanglants et qu’il définit comme « une mixture d’accidents divers […] et racontés sans ordre aucun »6. Le conteur enregistre le déroulement capricieux des faits réels sans se soucier de les structurer, mettant ainsi à nu les mœurs et les situations problématiques de la société contemporaine. Ce qui l’intéresse, c’est le déroulement de l’action, le comportement externe des personnages, souvent observés d’un œil placide7. L’histoire de Violente et Didaco, intitulée Il Signor Didaco Centiglia sposa una giovane e poi non la vuole e da lei è ammazzato8, se situe dans le premier volume des Novelle (I, 42).

  • 9  T. Pech, Conter le crime : droit et littérature sous la Contre-Réforme. Les histoires tragiques, 1 (...)

3Son adaptateur, Pierre Boaistuau (1520-1566) a, dans le Théâtre du monde, examiné la façon dont « l’histoire des hommes est plongée dans les ténèbres d’une pitoyable variété où prolifèrent crimes et prodiges »9. Il s’interroge en particulier sur l’excès, la monstruosité au cœur de l’homme, en soulignant avec insistance les maux pernicieux qui viennent de l’amour passionnel, afin de légitimer le mariage comme relation apaisée entre un homme et une femme. Dès 1556, il s’y intéresse dans L’Histoire de Chelidonius Tigurinus, sur l’Institution des Princes chrétiens, & origine des Royaumes, qu’il assortit d’un « Discours sur l’excellence du mariage ». Après avoir, en 1558, fait paraître une édition tronquée (67 nouvelles), fautive, mal divisée et remaniée des Nouvelles de Marguerite de Navarre qu’il intitule Histoire des Amans fortunez, il publie six Histoires tragiques qui connaissent un véritable succès puisqu’elles sont éditées cinq fois dans la seule année 1559 chez divers libraires. L’histoire de Violente et Didaco est la cinquième des six Histoires tragiques et a pour titre : « Comment un chevalier Espagnol, amoureux d’une fille, n’en peut jouyr que par mariage, et lequel depuis en espousa une autre : dont la première indignée se vengea cruellement du Chevalier ».

  • 10  Bandello, « Dui fratelli che erano orefici », op. cit., p. 390.
  • 11  C’est la raison pour laquelle des réformés comme Henri Estienne, lorsqu’ils relatent cette histoir (...)
  • 12  L. Tortonese analyse ce récit en cinq étapes : Didaco tombe amoureux de Violente (rupture d’équili (...)

4Située à Valence, en Espagne, l’histoire de Violente et Didaco relate comment un jeune chevalier finit par épouser secrètement Violente, une belle jeune fille appartenant à une famille d’orfèvres10. Un an après le mariage, que Didaco n’a pas officialisé11, il se marie, publiquement cette fois, avec la fille du seigneur Vigliacurata, qui appartient à l’une des premières familles de Valence. Quand Violente l’apprend, elle décide de se venger. Elle attire Didaco chez elle, et une fois qu’il est au lit, elle le tue sauvagement : chez Bandello, elle le dépèce vivant ; chez Boaistuau elle le fait d’abord périr. Le supplice de Didaco est présenté avec force détails afin de montrer le déchaînement de la furie vengeresse. Violente revendique ensuite son crime devant un tribunal public : elle a pris à Didaco sa vie parce qu’il l’avait privée de son honneur, et elle est condamnée à mort12.

  • 13  Chez Bandello en discours indirect : « che viveva con questo animo deliberato di prima voler morir (...)
  • 14  Ibid., p. 209 (« o che altro a cio lo spingesse », p. 392).

5Reprenons, après ce sommaire, l’histoire dans son déroulement. Les deux narrateurs, qui ne mentionnent dans leur titre que l’identité de Didaco, soulignent la modeste condition sociale de Violente, tout en insistant sur son sens de l’honneur : elle refuse la dot que Didaco lui a d’abord proposée pour qu’elle en épouse un autre et devienne plus facilement sa maîtresse13. Une résistance de quinze mois pousse Didaco au dernier recours qui lui reste : l’épouser. Le mariage secret se fait devant témoins (les deux frères de Violente et sa mère), avec échange d’anneaux. Se trouve ainsi créée une situation ambiguë qui fait jaser les voisins, soupçonnant que Didaco a acheté l’amour de la jeune femme. Au bout d’un an, par lassitude, par honte aussi de cette mésalliance, ou pour « tout autre motif », dit Bandello14, Didaco contracte un autre mariage qui est clairement présenté comme une alliance sans amour. Dans le récit de Boaistuau, Didaco dit même à Violente que son second mariage a « esté conclud plus par force que de son gré et volonté, parce qu’ils pretendoient une donaison sur la succession de son deffunct pere […], et que ce n’estoit point sa femme, qu’il n’en vouloit autre qu’elle, et qu’il estoit deliberé de l’empoisonner… » (p. 159). Célébré en grandes pompes, ce mariage réalise la fusion de deux familles et de deux fortunes. Profondément blessée par cette trahison, Violente exécute alors sa vengeance à l’égard de celui qui est son mari puis elle la rend publique. Le personnage suscite un mélange d’admiration et de pitié : tandis que la foule condamne le chevalier coupable de bigamie, elle n’admet pas la violence de la jeune femme, va jusqu’à lui contester le droit de se venger, et dénonce la cruauté déployée.

  • 15  L. Tortonese souligne que le narrateur ne fait aucune allusion au tort qu’elle a subi de la part d (...)
  • 16  « Un cavaliero molto ricco », p. 390 (« seigneur richissime », p. 206).
  • 17  « Una giovanetta di basso legnaggio », p. 390.
  • 18  « Ella a cui sovra modo piaceva l’esser vagheggiata dal primo cavaliero de la cità, né in tutto da (...)
  • 19  « E seco d’appresso parlando più particolarmente l’aveva considerata e più del solito, oltre ogni (...)
  • 20  « Il y avoit peu de damoiselles et dames en la ville qui la peussent egaler en vertu et gentilless (...)
  • 21  « A cio che per l’avvenire gli uomini non fossero cosi facili ad ingannar le povere donne. », p. 3 (...)
  • 22  Voir J.-Cl. Arnould, « L’impasse morale des histoires tragiques au XVIe siècle », Réforme, Humanis (...)
  • 23  Art. cit., p. 98.

6Si un certain nombre d’éléments sont communs à Bandello et Boaistuau, les deux conteurs se distinguent dans le traitement du récit et les enjeux idéologiques qu’ils font ressortir. C’est surtout le personnage de Violente qui cristallise leurs divergences. Dans le sommaire dont il fait précéder son récit, Boaistuau centre ainsi l’intérêt de son récit sur Violente, que sa fureur amène à dégénérer de son naturel : « Combien qu’entre toutes les creatures de Dieu, il ne se trouve rien plus traictable et humain que les femmes de sorte qu’il semble qu’elles soient envoiées du ciel pour le soulagement de nostre humanité, si est-ce que depuis qu’elles dégénèrent de leur naturel, et que leur colere s’allume et s’enflamme, elles deviennent quelque fois furieuses, et entreprennent des choses que les plus cruels tyrans auroient horreur d’executer » (p. 137)15. Lorsque, deux ans après la mort de Pierre Boaistuau, la cinquième histoire recevra un titre, celui-ci ne fera apparaître que le nom de Didaco, en contradiction avec le sommaire, centré sur Violente. Cette tension révèle l’ambivalence dont la nouvelle est porteuse, et sur laquelle je reviendrai. Cette ambivalence est absente chez Bandello, qui mentionne dès le début la richesse de Didaco16 : le narrateur italien donne immédiatement à connaître la « basse extraction » de la jeune fille17 et fait d’elle une coquette flattée d’être courtisée18. Il insiste sur la beauté de Violente19, tandis que le conteur français, tout en soulignant sa chasteté et sa vertu20, indique qu’elle sait « festoyer » le chevalier de « continuels regards ». Il met encore en valeur son éducation : « elle avoit apprins à lire et escrire », ce qui rend sa condition sociale énigmatique, au point que Didaco doit enquêter sur sa famille pour découvrir qu’elle est fille d’un orfèvre. La Violente de Boaistuau est ainsi nettement plus ambiguë que celle de Bandello. On retrouve cette divergence entre les deux conteurs plus loin dans le récit. Quand Violente apprend le second mariage de Didaco, Bandello lui prête la volonté de se venger « afin qu’à l’avenir les hommes ne s’avisassent plus si facilement d’abuser les pauvres femmes »21, alors que Boaistuau la charge d’un dessein religieux : elle se dit « esleue [des dieux] pour executer [elle] mesme la vengeance de leur ire » (p. 152). Pierre Boaistuau porte sur son personnage féminin un regard d’une grande ambiguïté, comme l’a bien souligné Jean-Claude Arnould22. Ainsi, alors que les femmes « sont envoiées du ciel pour le soulagement de nostre humanité », il en est, comme Violente, qui « degenerent de leur naturel » et qui, lorsque « leur colere s’allume et s’enflamme […] deviennent quelques fois furieuses et entreprennent des choses que les plus cruels tyrans auroient horreur d’executer » (p. 137)23.

  • 24  Le cas mérite d’être relevé : d’ordinaire, les serviteurs chez Bandello sont des âmes viles.
  • 25  Dont il n’a gardé que le prénom (Janique traduit Giannica).
  • 26  Dans le contexte d’une discussion sur le mariage et l’adultère précisément : « Si ton œil droit es (...)

7Chez le conteur italien (qui lui adjoint une jeune servante dévouée24), on ne retrouve pas cette ambivalence morale. Ainsi, Violente met seule au point son plan de vengeance, qui n’est pas annoncé au lecteur, comme pour augmenter l’effet de suspens. Au contraire, une vieille esclave vénale25 (p. 153) prend chez Boaistuau la responsabilité du projet vindicatif. Mais une fois que, dans la nouvelle, Violente a accepté ce projet, c’est elle qui prend l’initiative d’adresser une longue épître à Didaco l’invitant à revenir le voir, ce qui implique qu’elle provoque les événements, alors que chez Bandello, elle attendait l’occasion de voir passer Didaco dans sa rue (p. 393). Boaistuau souligne encore l’horreur de la vengeance, dont il nous fait entendre deux fois le récit : en projet, et en acte. De son côté, Bandello fait dépecer vivant Didaco : tous les membres par lesquels il a péché lui sont arrachés par une épouse qui applique à la lettre l’évangile de Matthieu26, tandis que chez Boaistuau, elle étrangle son mari avant de le mettre en pièces.

  • 27  Se fondant sur Paul, I, Cor. 7, « depuis le milieu du XIIe siècle, l’Église a fait admettre dans l (...)
  • 28  Voir J. Gay, « Le mariage face aux règles juridiques et à l’organisation sociale dans la France co (...)
  • 29  « Ne pouvant plus parer à l’extreme douleur qui s’augmentoit de jour en jour, apres avoir debattu (...)
  • 30  Chez Bandello, « plus d’une fois, Violante, lorsqu’elle partageait le plaisir avec son époux, le p (...)

8Au centre de ces deux récits, l’intrigue est constituée par la question du mariage clandestin et sa validité face au mariage public. Rappelons quelques points afin d’éclairer la question. Pour le droit civil romain, le mariage est un acte social qui engage toute une communauté ; il requiert l’autorisation du paterfamilias, et les mésalliances sont prohibées, comme en témoigne l’adage uxorem ducere ex aequalibus ; le divorce n’est possible que pour l’homme. Le droit canon insiste au contraire sur l’égalité des droits de l’homme et de la femme ; il exige par conséquent le consensualisme, c’est-à-dire le seul accord des deux futurs époux27, et rejette non seulement la nécessité du consentement parental mais aussi les obstacles issus des différences de statut social28. Les deux conteurs qui nous intéressent jouent probablement sur l’opposition entre ces deux droits. En faisant disparaître le paterfamilias dans les familles des deux protagonistes, alors que son autorisation aurait été nécessaire puisque Didaco a vingt-trois ans chez Bandello, ils rendent plus acceptable l’idée d’un mariage clandestin. Dans la France de 1556, en effet, les troubles engendrés par les mariages secrets ont conduit Henri II à édicter une ordonnance qui exige une autorisation parentale pour les jeunes gens de moins de trente ans et pour les jeunes filles de moins de vingt-cinq qui désirent convoler en justes noces. C’est pourquoi les deux conteurs situent leur récit en Espagne : ainsi, non seulement ils lui confèrent l’éloignement qu’exige la tragédie (et sur lequel Racine reviendra), mais ils évitent aussi que leurs personnages ne défient trop ouvertement les lois. Seule apparaît la mère de Violente, dont le rôle est peu marqué, ce qui accentue la liberté des jeunes gens. Enfin, Bandello comme Boaistuau font apparaître le choix du mariage clandestin comme un pis-aller, puisque c’est seulement après avoir essayé toutes les autres possibilités de séduire Violente que Didaco se résout à un mariage qui est une mésalliance à cause de la différence de conditions entre les deux époux29. La présence du droit romain, pour lequel le mariage consiste à ce que le mari conduise son épouse sous son toit reste sensible dans le vœu qu’exprime Violente d’être menée « en la maison » du chevalier, afin d’officialiser leur union30.

  • 31  « Ma che le mogli si vogliono prender secondo il cuor », p. 391
  • 32  « Sovvenivagli anco aver udito dire ch’uno re di Ragona, non era molto tempo, aveva preso permogli (...)
  • 33  Ce type de mariage était fréquent chez les aristocrates qui fréquentaient des « lieux exempts, cha (...)
  • 34  Voir Th. Pech, op. cit., p. 250.
  • 35  Bénigne Poissenot condamne le « vieil fol » au feu « non aucunement convenable à son aage », ainsi (...)

9En concluant ce mariage clandestin, Didaco affirme implicitement son individualité face au droit romain. Chez Bandello, il prétend « choisir son épouse selon son cœur » (p. 208)31, et il croit pouvoir se fonder sur un précédent historique32, qui prend un sens particulier du fait que l’Histoire est le domaine des mariages arrangés contre lesquels la pratique du mariage clandestin prétendait réparer une injustice33. Chez Boaistuau, Didaco donne un sens presque politique à son mariage avec Violente : par son union avec la jeune fille, il entend transcender les différences sociales, faire « cognoistre la difference qu’il met entre les biens et la vertu et entre l’honneur et les richesses » (p. 145). On ne saurait exclure de ces affirmations une protestation contre les mariages arrangés par les parents, qui visaient un renforcement de leur fortune et faisaient épouser des vieillards à leurs enfants. Cette opposition entre les mariages clandestins et les mariages arrangés sera le sujet de la première nouvelle des Histoires tragiques de Bénigne Poissenot. Son héroïne, Éliude, d’abord présentée comme coupable d’une offense à la puissance paternelle parce qu’elle aime un homme qu’elle a librement choisi, est finalement décrite comme la victime d’une union décidée34 par la cupidité d’un père qui conduit sa fille à attendre la mort de son vieil époux, ou à commettre l’adultère35.

  • 36  Dans les Sententiarum libri quatuor, Paris, éd. consultée J. Du Puy, 1575, Dist. 27, Pierre Lombar (...)
  • 37  Voir Th. Pech, op. cit., p. 311. Voir surtout P. Ourliac, Histoire du droit privé, Paris, Albin Mi (...)
  • 38  Le cardinal de Lorraine avait expliqué : Grauia peccata perpendat, quae ex eisdem clandestinis con (...)
  • 39  Voir le Décret Tametsi, dans Les Décrets du Concile de Trente, Histoire des conciles, t. X-1, op. (...)
  • 40  « Per parole di presente », p. 392.

10Du point de vue du droit canonique, maintenant, le mariage de Violente et de Didaco se situe dans un intérim puisque l’histoire se déroule avant le Concile de Trente, c’est-à-dire à un moment où le mariage existe par l’échange de libre consentement des époux36 (c’est le consensualisme), c’est-à-dire l’accord des deux époux qui se dispensent à eux-mêmes le sacrement, ce qui suffit à le valider, et la copula carnalis (la consommation). Pour les canonistes, l’absence de consentement parental n’affecte pas la validité du sacrement, mais la licéité du contrat qui lui est associé37. Aucune bénédiction n’est nécessaire, aucun témoin n’est exigé (ce qui peut rendre fort difficile la preuve du mariage en cas de mariage clandestin). Le droit canonique fixe seulement les conditions de fond : empêchements prohibitifs et dirimants. Ce n’est qu’en 1563, peu après la parution des Histoires de Boaistuau, que, par le décret Tametsi, le Concile de Trente prohibe les mariages clandestins, les déclarant magna incommoda et grauia peccata38; mais il ne les sanctionne pas et il reconnaît même leur validité, à condition qu’ils aient été conclus en présence du curé de la paroisse (« propre curé ») et de deux ou trois témoins39. Les conditions posées par les canonistes sont respectées dans les deux récits que nous étudions. Comme pour conférer à ce mariage une validité supplémentaire, les deux conteurs insistent sur la présence de témoins : Bandello parle d’un mariage « par consentement actuel »40, c’est-à-dire considéré comme légitime dès lors que les paroles rituelles, accompagnées de l’échange des anneaux, sont prononcées en présence d’un témoin. Quant à Boaistuau, il fait consacrer l’union par un « prêtre des champs » (p. 146). Pour clandestin qu’il soit, le mariage de Violente et Didaco a les caractères d’une union valide.

  • 41  Marc 10, 11-12 déclare adultère celui qui répudie sa femme et en épouse une autre. Voir Les Décret (...)
  • 42  Voir la Patrologie Latine, 136, 195.
  • 43  Matth. 19, 6 : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point ! ». Voir Pierre Lombard, op. c (...)
  • 44  De son côté, le Décret de Gratien admet la séparation des époux en cas d’adultère, mais interdit à (...)
  • 45  Pour le droit romain, l’affectio maritalis est la condition d’un mariage légitime. Le Décret de Gr (...)

11Comment donc considérer le second mariage du chevalier ? Si la première union contractée est valide, la seconde devient adultère. Envisageant les conséquences de la clandestinité, le Concile de Trente décrète qu’un homme qui abandonnerait une femme épousée dans le secret pour convoler publiquement avec une autre vivrait en perpétuel adultère41. Pour les Pères de l’Église (Ambroise, Jérôme, Augustin)42, le mariage est en effet indissoluble puisqu’il se modèle sur l’union du Christ avec son Église43. Certains « progressistes » comme Érasme et Luther mettent en cause, au début du XVIe siècle, une interprétation trop rigoureuse de l’indissolubilité et admettent le divorce dans quatre cas : l’adultère, l’impuissance, le refus d’accomplir le devoir conjugal et la « désertion malicieuse »44. Mais aucune des quatre causes ne peut expliquer que Didaco quitte Violente. La jeune femme se comporte au contraire en véritable épouse et réalise ainsi le contrat posé par le Décret de Gratien selon lequel c’est l’affectio coniugalis qui fait l’épouse et la différencie de la concubine45. Boaistuau souligne la vertu conjugale de Violente :

Elle s’accordoit à tout et eust mieux aymé desplaire à tout le monde ensemble que de l’offenser luy seul, estant desja si resolue en l’amitié du chevalier qu’elle n’avoit autre pensement en elle que d’inventer les moyens de luy complaire et satisfaire en toutes choses esquelles elle le verroit si affectionné. […] et comme elle avoit esté dure au commencement et fort tardive à l’amour, elle devient si aspre et ardente en ses affections qu’elle ne recevoit plaisir aucun, qu’elle estoit aupres de son Didaco ou qu’elle avoit moyen de le cherir et caresser. (p. 148-149)

Il en fait même la cause de la lassitude du chevalier :

Dequoy le chevalier s’appercevoit ayséement, et se voyant en pleine possession de son cueur, commença peu à peu à se refroidir et à s’ennuyer de ce qu’il avoit eu si cher par le passé, se persuadant en luy mesme qu’il feroit grand tort à sa reputation si ce mariage indigne de sa grandeur estoit descouvert et manifesté par la cité. (p. 149)

  • 46  Boaistuau relie les événements en expliquant de façon plus complexe le développement de l’action, (...)

12Chez Bandello en revanche, les causes du désamour de Didaco à l’égard de Violente ne sont aucunement approfondies. Boaistuau relie ainsi l’infidélité à l’autre à l’infidélité à soi-même, une infidélité qui ne s’explique pourtant pas par la survenue d’un autre amour, puisque l’affectio coniugalis semble absente du second mariage contracté par le chevalier, qui se préoccupe seulement de sa réputation46.

  • 47  Décret de Gratien : Sic e contrario datur intellegi de his, qui coniugali affectu sibi copulantur, (...)
  • 48  « ll signor Didaco e Violante s’andarono al letto e amorosamente l’un de l’altro prendendo piacere (...)
  • 49  Tandis que Violente qualifie Didaco de « parjure » chez Boaistuau, p. 152.
  • 50  « Egli che pur l’amava, perché era bellissima e molto graziosa, largamente le prometteva di tenerl (...)
  • 51  « Le mariage consommé, le chevalier Didaco se retira à la maison de son beau-père avec sa nouvelle (...)
  • 52  C’est ce que fixe la septième session du Concile de Trente. Le Canon 1110 l’indique : le mariage f (...)
  • 53  « […] luy faisant entendre que le mariage, celebré de la fille de Vigliaracuta et de luy, avoit es (...)

13Ce second mariage de Didaco répond (bigamie mise à part) à la définition à la fois juridique et théologique du mariage. Il est célébré publiquement in facie Ecclesiae, et il se fonde sur un accord social, ce qui le rend créateur d’ordre47. Bandello évite adroitement la mention de l’amour et rend la seconde femme totalement absente du récit. Il semble, à le lire, que – comme selon le code courtois – l’amour existe exclusivement dans le cadre de la clandestinité ou en dehors du mariage. Le conteur explique ainsi que, revenu auprès de Violente, Didaco « l’aimait assurément » et que tous deux se livrent « à maintes reprises aux ébats amoureux » (p. 212)48. Le chevalier ne se sent coupable ni d’adultère49 ni de désertion du domicile conjugal ; il entend tenir toujours Violente pour son amie50. Les choses se passent un peu différemment dans la nouvelle de Boaistuau : lui évoque le plaisir sexuel pris par Didaco avec sa seconde femme51. La mention est d’importance car elle correspond à l’orthodoxie qui veut que le sacrement de mariage génère une grâce divine52 et fasse naître l’amour entre deux partenaires qui unissent simplement leurs fortunes. Pour autant, la suite du récit de Boaistuau laisse perplexe, dans la mesure où si Didaco ne semble plus aimer Violente (il ne fait que feindre), il dit aussi envisager d’empoisonner sa seconde épouse53.

  • 54  Comme l’appelle Th. Pech, op. cit., p. 250.
  • 55  « Aveva il nome del più liberal e cortese cavaliero che ci fosse. »(« [il] était tenu [à Valence] (...)
  • 56  Avant son mariage secret, Violente « estoit reputee tant chaste et spirituelle qu’il ne se trouvoi (...)
  • 57  « Molti che non sapevano come il fatto si stesse, veggendo lei superbamente abbigliata stimarono c (...)

14Seule, la publicité du cérémonial pouvait mettre un frein aux mariages clandestins. C’est pourquoi les deux nouvelles font surgir l’opposition entre le mariage clandestin et la vie sociale, et font jouer à la rumeur publique un véritable rôle. La narration reconstruit ainsi un espace public afin d’amplifier le pathos. Mais les références à la rumeur portent aussi la nouvelle sur un forum improvisé où se reconstitue le cercle de la délibération contradictoire54, avec les avis des voisins et, plus largement, la rumeur publique. Ne nous étonnons pas que les trompettes de la Renommée s’attachent plus au rang social qu’à la vertu ou à l’authenticité d’un comportement. Le chevalier Didaco est ainsi tenu pour « courtois » et « libéral »55 chez les deux conteurs, tandis que dès qu’elle reçoit les visites assidues de Didaco, devenu son époux, ce qu’ignorent les voisins56, Violente, de basse extraction, est jugée « degener[er] de son ancienne vertu, [elle] […] estoit devenue si effrontée qu’elle dependoit du tout de la lascive amitié d’un homme » (p. 148). Le mariage clandestin, qui fait croire au concubinage de Violente et de Didaco, n’est reproché qu’à la jeune femme57, considérée comme « la putain » de Didaco. C’est dire combien la rumeur publique se trouve décalée à la fois par rapport à la vérité des faits et à l’égalité chrétienne des protagonistes dans le couple.

  • 58  Elle est ainsi avertie du mariage de Didaco non seulement par ses proches voisins, mais « par le c (...)
  • 59  « E quel giorno medesimoaveva Violante sentito, tutta se ne stordi, e se rimasse di mala voglia no (...)
  • 60  « I dui giovini fecero meravigliosa festa parendogli una bella cosa cosi onoratamente aver la sore (...)
  • 61  « Ella [...] avendosi già tanto tempo imaginato di venire ad onor del mondo tanto onoratamente com (...)
  • 62  « Le motivazioni sociali sono, nell’insieme, molto più frequenti in Boaistuau », écrit L. Tortones (...)
  • 63  « (par deffaut de meilleures occupations) », p. 139.

15C’est la même rumeur qui apprend à la Violente de Boaistuau le second mariage de Didaco, alors que sa famille est déjà au courant58. Le fait mérite d’être signalé parce que chez Bandello, au contraire, la jeune femme est immédiatement informée des noces de Didaco59. Comment interpréter cette différence entre les deux conteurs ? Elle est révélatrice de leur idéologie et des enjeux de leur récit. Ainsi, la continuité que souligne Bandello entre la sphère publique et la sphère privée traduit (me semble-t-il) la dénonciation d’une ambition sociale chez Violente, d’un désir de changer de condition. De même que sa famille avait vu dans l’union contractée une chance pour une jeune fille sans fortune60, de même l’offense qu’elle ressent serait d’abord d’ordre social61. Rien de tel chez Boaistuau. Entre Violente et la société, il fait surgir au contraire un affrontement ou une rupture : il se plaît à mettre en évidence62 les contraintes de la vie sociale, la hiérarchie des conditions, les passe-droits des puissants. Les frères de Violente sont ainsi démunis quand ils apprennent le second mariage de Didaco : ils cherchent d’abord le prêtre qui a célébré le mariage secret, ils aimeraient réunir des « preuves » (p. 150), mais ils craignent, du fait de l’inégalité sociale, de perdre le procès qu’ils pourraient intenter au chevalier. Le conteur montre également à quel point le jugement de la rumeur publique reste superficiel. On a vu que cette rumeur, qui a condamné l’union secrète, colporte et admire le second mariage alors qu’il est adultère. Boaistuau corrige aussi le portrait flatteur que la rumeur brosse de Didaco en ajoutant qu’il est un séducteur oisif63. Et il met l’accent sur les valeurs auxquelles est attachée Violente, et qui sont plus justes que celles de la Renommée. Alors qu’elle passe pour avoir dégénéré « de son ancienne vertu », elle se préoccupe seulement de plaire à son mari : elle « eust mieux aymé desplaire à tout le monde ensemble que de l’offenser luy seul » (p. 148). Sa conscience reste le seul tribunal qui compte à ses yeux :

Si est-ce qu’elle en faisoit peu de compte, ne sentant aucunement sa conscience chargée d’un tel vitupere, joinct qu’elle esperoit un jour leur faire perdre ceste faulse opinion par la publication de son mariage. (p. 148)

16Un peu plus tard, le récit de Boaistuau fait place à un monologue pathétique qui nous livre la parole sincère de Violente puisque, ne s’adressant qu’à elle-même, elle ne cherche ni à séduire ni à tromper. Certes, elle déplore sa destinée, et en particulier son origine sociale :

Helas ! que n’ont voulu les dieux que je soye issue de quelque race genereuse, à fin de faire sentir à ce Ruffien infame le mal et griefve amertume que je sens en mon cueur ? (p. 150)

17Mais le lecteur l’entend aussi s’adresser finalement à Didaco qu’elle voit « des yeux de l’ame » (p. 150). Au lieu de regretter que son mariage n’ait pas été publié, elle invoque son comportement d’épouse irréprochable, et se situant à l’écart de la sphère sociale, elle s’intéresse exclusivement au lien individuel qui l’attache au chevalier :

Ah ! ingrat, est-ce maintenant le merite de mon amour, de ma fidele servitude et de ma loyauté ? (p. 150-151)

  • 64  « Partie pour la convoitise de gagner la grande somme de deniers qu’elle luy avoit offerte si elle (...)
  • 65  « J’ay ferme opinion que, remonstrant vostre droict aux juges et faisant apparoistre du tort qu’il (...)
  • 66  « Ainsi qu’il a esventé mon honneur et publié par tout, aussi veulx-je que la vengeance soit manif (...)
  • 67  Th. Pech, op. cit., p. 296, y voit « le maître mot de la résistance aristocratique à la rationalit (...)
  • 68  Voir Jean Milles de Souvigny : « Je me suis surtout attaché à ce qui regarde les crimes contre les (...)
  • 69  Voir H. Morel, « La Fin du duel judiciaire en France et la naissance du point d’honneur », Mélange (...)

18On ne s’étonne donc pas qu’elle soit seulement l’exécutrice du plan de vengeance dont Boaistuau laisse l’idée à une servante quelque peu vénale64 et avant tout soucieuse de la réputation de sa maîtresse65. La fuite de cette servante vient ensuite accentuer la responsabilité solitaire de Violente et l’individualisme de son acte66. Écoutant la voix intérieure d’une conscience qui n’a rien à voir avec le qu’en dira-t-on et d’un honneur qui n’est plus l’apanage des grands67, Violente revendique d’exécuter elle-même sa vengeance, parce que les crimes contre l’honneur ou la vie ne sont jamais réparables68. De ce point de vue, la cinquième des Histoires tragiques reflète l’évolution, sensible depuis le début du XVIe siècle, de la notion d’honneur qui, ajoutant le souci de la réputation aux vertus humaines et religieuses, obéit à un code qui fait obligation de venger toute injure subie en versant le sang de l’offenseur69.

  • 70  Voir J. Gaudemet, Le Mariage en Occident. Les mœurs et le droit, Paris, Cerf, 1987, p. 39 ; et le (...)
  • 71  Dig. l. XLVIII, tit. V, lex 13. Voir sur ce point R. Beauthier, La Répression de l’adultère en Fra (...)
  • 72  Boaistuau la dit « d’un cueur viril et invincible » (p. 152), et chez Bandello « tous […] jugèrent (...)
  • 73  « A cio dopo me resti chi possa di qual maniera io mi sia vendicata al mondo far manifesto. », p.  (...)
  • 74  Voir le Dictionnaire du droit canonique, op. cit., p. 778.

19Comme dans la Rome ancienne où un châtiment mortel était infligé à la femme adultère70, la jeune femme traite l’adultère comme un crimen publicum. Mais elle renverse les valeurs, non seulement parce que les lois anciennes refusaient à la femme le droit d’accuser71, mais parce qu’elle entend appliquer le châtiment au trompeur. On trouve ce renversement des valeurs chez les deux auteurs : en s’attribuant les prérogatives du mari qui seul pouvait accuser l’épouse d’adultère, Violente manifeste le courage d’un homme72. Mais Bandello insiste sur le caractère public que Violente souhaite donner à sa vengeance : elle se reconnaît meurtrière du corps inidentifiable de Didaco, et elle réclame trois fois la présence du vice-roi, souhaitant même que sa servante Giannica lui survive afin de publier sa vengeance73. Au contraire, et de façon inattendue puisqu’il fut l’élève de Coras défenseur des prérogatives du paterfamilias et des droits du mari, Boaistuau met l’accent sur l’injure privée, et il fait émerger, à travers la revendication de Violente, l’égalité entre les époux que l’Église pose en principe74. Autrement dit, là où le dominicain Bandello défend une conception plus laïque du mariage en rappelant le lien social qu’il représente et en soulignant la mésalliance, Boaistuau se montre fidèle aux valeurs du droit canonique.

  • 75  « Si biasimevol sceleraggine », p. 393.
  • 76  « Les dieux m’ont esleue pour executer moy mesme la vengeance de leur ire et de la perte de mon ho (...)

20Plus globalement, les valeurs dont se réclame Violente sont différentes chez Bandello et chez Boaistuau. Alors que chez le conteur italien, la jeune femme perçoit le second mariage de Didaco comme une injure sociale, une « odieuse scélératesse »75, la présentation de Boaistuau paraît sous-tendue par une sacralisation du mariage. La seconde union de Didaco est considérée comme une offense à Dieu : « Oubliant son Dieu et le devoir de sa conscience » (p. 149), et Violente outragée se dit investie d’un devoir religieux76. C’est d’ailleurs seulement chez Boaistuau que Violente parle de « viol » pour qualifier son mariage clandestin, devançant ainsi de dix ans l’ordonnance de Blois qui déclarera que les mariages conclus sans autorisation sont de vrais rapts passibles de la peine de mort.

  • 77  Qui dure une nuit chez Bandello (p. 394), et un jour et une nuit chez Boaistuau (p. 160-161).
  • 78  « Je suis toute asseurée que vous ne cesserez jamais de boire le sang, l’honneur et la vie de cell (...)

21Bandello et Boaistuau divergent enfin dans le rapport à la vérité qu’ils imaginent pour leurs protagonistes. Chez le conteur italien, la dissimulation est seulement le fait de Violente lors de la dernière rencontre avec Didaco77, ce qui crée l’impression que la jeune femme tend un piège à son mari. Dans la nouvelle française, Violente commence par tenir à Didaco un discours vrai78. Seul Didaco ment, et le narrateur omniscient souligne ses mensonges :

Et ainsi voulant racoustrer sa faulte par quelques pieces rapportées, jouant du plat de la langue, il pensoit, par bien courtisanner, appaiser celle qui avoit l’esprit trop bon pour estre prise deux fois à une mesme trappe. (p. 159-160)

Ensuite, le mensonge partagé par les deux protagonistes souligne la rupture du lien et de la transparence comme de l’harmonie :

Ainsi se passa la journée en froides et simulées caresses, tant d’un costé que d’autre. (p. 160)


  

  • 79  Contrairement à L. Tortonese (op. cit., p. 467) qui considère que Boaistuau veut démontrer jusqu’o (...)

22Avec l’histoire de Violente et de Didaco et en mettant en scène de façon appuyée le caractère punitif de l’exécution de Violente qui entend châtier Didaco, les deux conteurs tirent parti de l’originalité d’une situation qui fait crier vengeance à une femme79, alors que les nouvelles présentaient surtout des maris outragés. Cette inversion des rôles fait écho à la revendication d’égalité entre hommes et femmes que formulait dans le Décaméron (IV, 1) Ghismonda au sujet précisément du choix de son mari. Faire d’une femme d’origine modeste le protagoniste d’une action tragique, dans laquelle l’homme bien né bafoue les valeurs morales, voilà qui annonce l’émergence de nouvelles valeurs. La vertu se substitue à la naissance, tandis que l’arbitraire et l’iniquité du code courtois se trouvent dénoncés. En posant clairement le second mariage comme adultère, Bandello et Boaistuau interrogent la valeur d’une union qui est alliance de fortunes imposée par une société très hiérarchisée. À la fin de leurs deux nouvelles, ils font intervenir Violente comme un de leurs relais puisqu’assumant un rôle auctorial, elle reprend en le résumant tout le récit qui vient d’être fait en discours indirect.

  • 80  Et l’analyse de J.-C. Arnould est très juste, qui souligne que, chez Boaistuau, « l’éthique ne s’e (...)

23Mais là s’arrête l’innovation de Bandello, dont tout le récit sépare soigneusement l’amour du mariage. Paradoxalement, l’ecclésiastique que fut le conteur italien envisage l’union conjugale presque exclusivement comme une alliance de fortunes et une affaire sociale, et se montre en cela très proche du droit romain. Par contraste, Boaistuau laisse surgir « des incertitudes et des contradictions » dans le récit même qu’il fait80. S’il laisse apparaître que le désir de changer de condition n’est pas étranger à Violente, il saisit également l’occasion, avec elle, de rappeler que le mariage est un engagement amoureux qui exige loyauté et fidélité. En traçant une frontière entre la vie sociale et la sphère privée, celle des sentiments vrais (jusque dans leur violence), il confère une véritable autonomie à son personnage féminin et il s’emploie à montrer la part que joue un individu dans son destin. Ce rôle est bien mis en valeur, sur le plan narratif, par les modalités d’expression qu’il confie à Violente et qui contribuent à l’individualiser, comme l’épître (à Didaco) dans laquelle la jeune femme décrit ses souffrances à l’aide d’un vocabulaire essentiellement moral, ou encore comme le monologue intérieur qui nous fait suivre par le menu ses délibérations. Par cette coloration nouvelle du récit et de la vie intérieure du personnage, Boaistuau oriente de façon définitive l’histoire tragique à la fois vers « l’exercice judiciaire civil » et vers ce que le XVIIe siècle appellera « le fond du cœur », cette réflexion sur les passions et sur l’intériorité qui est le terreau de la tragédie.

Notes

1  Au Moyen Âge, « la société n’interdit pas au mari, ou plutôt à son groupe familial, le pouvoir de rompre à son gré l’union, de renvoyer la femme pour en chercher une autre, et de relancer à cette fin la chasse aux beaux partis » explique G. Duby, Mâle Moyen Âge. De l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1988, p. 18.

2  Cf. Décaméron, V, 3, et Heptaméron, nouvelle 21 (le mariage clandestin de Rolandine).

3  Racontant son mariage, Rolandine dit : « [Nous] eûmes parole de mariage, lesquelles ont été consommées par promesse et anneau. » (Heptaméron, éd. S. de Reyff, Paris, Garnier-Flammarion, 1982, p. 216).

4  Que Matteo Bandello fait remonter à un passé proche, dans la dédicace de ses Nouvelles, éd. A.-Ch. Fiorato, M.-J. Leroy et C. Paul, Paris, Imprimerie Nationale, 2002, p. 205 : « Les hommes prennent continuellement plaisir à abuser les femmes naïves […]. C’est pourquoi ils ne doivent pas s’étonner si de temps à autre les femmes les font payer au double, comme dans le cas, survenu à Naples ces jours derniers, dont m’a informé dans une lettre le docte et savant messire Carlo Agnello. » Nos références renverront au texte italien original cité d’après l’éd. La prima parte de le Novelle, éd. D. Maestri, Alessandria, Ed. dell’Orso, 1992, p. 390-396, et nous indiquerons entre parenthèses le texte français dans la traduction des Nouvelles, éd. cit. supra.

5  Voir Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. R. A. Carr, Paris, Champion, 1977. Toutes nos références renverront à cette édition.

6  Préface de la troisième partie des Novelle.

7  « En termes de fiction narrative, Bandello exprime la conscience de l’arbitraire interne (l’irrationalité des passions) et externe (les aléas de l’histoire) » écrit A.-Ch. Fiorato, Bandello entre l’histoire et l’écriture : la vie, l’expérience sociale, l’évolution culturelle d’un conteur de la Renaissance, Florence, L. S. Olschki, 1979, p. 610.

8  La prima parte de le Novelle, op. cit., p. 390 (Le seigneur Didaco Centigli, ayant épousé puis délaissé une jeune fille, est tué par celle-ci).

9  T. Pech, Conter le crime : droit et littérature sous la Contre-Réforme. Les histoires tragiques, 1559-1644, Paris, Champion, 1999, p. 77.

10  Bandello, « Dui fratelli che erano orefici », op. cit., p. 390.

11  C’est la raison pour laquelle des réformés comme Henri Estienne, lorsqu’ils relatent cette histoire, nient le premier mariage : « Une jeune fille Espagnole, qui s’estant abandonnee à un gentil-homme sous espoir de mariage (lequel il luy avoit promis, jaçoit qu’elle fust sortie de bas lieu) et puis ayant entendu qu’il s’estoit marié à un’autre, conceut une telle haine contre luy qu’elle conspira sa mort par tous moyens dont elle pourroit aviser. », Apologie pour Hérodote, éd. B. Boudou, Genève, Droz, 2007, p. 513.

12  L. Tortonese analyse ce récit en cinq étapes : Didaco tombe amoureux de Violente (rupture d’équilibre), Mariage de Didaco et Violente (instauration partielle d’un nouvel équilibre), Mariage de Didaco avec la fille de Ramiro (rupture d’un équilibre déjà précaire), Vengeance de Violente (rétablissement de l’équilibre au niveau instinctif et personnel), Décapitation de Violente (rétablissement de l’équilibre au niveau social) : « Bandello, Boaistuau e la Novella di Didaco e Violante », La Nouvelle française à la Renaissance, études réunies par L. Sozzi et présentées par V.-L. Saulnier, Genève, Slatkine, 1981, p. 461-470.

13  Chez Bandello en discours indirect : « che viveva con questo animo deliberato di prima voler morire che perder la sua onestà. », p. 390-391 (« elle vivait dans la ferme intention de mourir plutôt que de perdre son honneur. », p. 207) ; et en discours indirect chez Boaistuau : « luy manda […] qu’il allast desormais essayer à decevoir celles qui mesurent leur honneur au prix de leur profit, sans tendre ses lacs pour abuser les autres qui ne s’acheptent que par vertu. », p. 145.

14  Ibid., p. 209 (« o che altro a cio lo spingesse », p. 392).

15  L. Tortonese souligne que le narrateur ne fait aucune allusion au tort qu’elle a subi de la part de son mari, tort qu’il lui semble avoir diminué, loc. cit, p. 467.

16  « Un cavaliero molto ricco », p. 390 (« seigneur richissime », p. 206).

17  « Una giovanetta di basso legnaggio », p. 390.

18  « Ella a cui sovra modo piaceva l’esser vagheggiata dal primo cavaliero de la cità, né in tutto dava orecchie a le domande del cavaliero né in tutto le rifiutava, ma tenevalo cosi tra due », p. 390 (« Elle, qui éprouvait un immense plaisir à être courtisée par le premier chevalier de la ville, n’ouvrait ni ne fermait totalement l’oreille à ses requêtes mais le tenait ainsi en balance », p. 207).

19  « E seco d’appresso parlando più particolarmente l’aveva considerata e più del solito, oltre ogni credenza, gli era piacciuta, percio che in vero ella era bellissima e leggiadra... », p. 391 (« de surcroît, en parlant de près avec elle, il l’avait observée plus en détail, et elle lui avait plu au-delà de tout ce que l’on peut imaginer, car elle était à la vérité fort belle et gracieuse. », p. 207).

20  « Il y avoit peu de damoiselles et dames en la ville qui la peussent egaler en vertu et gentillesse », ou encore « quant à sa vie, [...] elle estoit reputée tant chaste et spirituelle qu’il ne se trouvoit encores aucun qui eust eu le bruit d’avoir faict breche à son honneur... », p. 140.

21  « A cio che per l’avvenire gli uomini non fossero cosi facili ad ingannar le povere donne. », p. 393.

22  Voir J.-Cl. Arnould, « L’impasse morale des histoires tragiques au XVIe siècle », Réforme, Humanisme, Renaissance, 57, 2003, p. 93-108.

23  Art. cit., p. 98.

24  Le cas mérite d’être relevé : d’ordinaire, les serviteurs chez Bandello sont des âmes viles.

25  Dont il n’a gardé que le prénom (Janique traduit Giannica).

26  Dans le contexte d’une discussion sur le mariage et l’adultère précisément : « Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne. », Matth. 5, 29-30.

27  Se fondant sur Paul, I, Cor. 7, « depuis le milieu du XIIe siècle, l’Église a fait admettre dans la haute aristocratie que le lien conjugal se noue par consentement mutuel », explique G. Duby, op. cit., p. 38.

28  Voir J. Gay, « Le mariage face aux règles juridiques et à l’organisation sociale dans la France coutumière aux XVIe et XVIIe siècles », Le Mariage dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles : réalités et représentations, éd. R. Crescenzo, M. Roig-Miranda et V. Zaercher, Nancy, Université de Nancy II, 2003, t. I, p. 26.

29  « Ne pouvant plus parer à l’extreme douleur qui s’augmentoit de jour en jour, apres avoir debattu en son esprit tout le succes de ses amours, resolut en fin que c’estoit le plus profitable pour le repos de son esprit de l’espouser. », p. 145.

30  Chez Bandello, « plus d’une fois, Violante, lorsqu’elle partageait le plaisir avec son époux, le priait de bien vouloir la mener en sa demeure […] », p. 209. Et chez Boaistuau : « elle ne se pouvoit contenir lors qu’elle se voyoit mieux favorisée de luy en son privé de le prier affectueusement de la retirer à sa maison […]. », p. 148.

31  « Ma che le mogli si vogliono prender secondo il cuor », p. 391

32  « Sovvenivagli anco aver udito dire ch’uno re di Ragona, non era molto tempo, aveva preso permoglie la figliuola d’un suo vassalo catalano. », p. 391 (« Il lui souvenait également d’avoir entendu dire qu’un roi d’Aragon avait naguère épousé la fille d’un de ses vassaux catalans », p. 208).

33  Ce type de mariage était fréquent chez les aristocrates qui fréquentaient des « lieux exempts, chapelles de religieux ou chapelles castrales où se concluent des mariages consommés », écrit G. Mathon, Le Mariage des chrétiens. Des origines au concile de Trente, Paris, Desclée, 1993, p. 305, et Luther accepta le mariage clandestin de Philippe de Hesse en 1540.

34  Voir Th. Pech, op. cit., p. 250.

35  Bénigne Poissenot condamne le « vieil fol » au feu « non aucunement convenable à son aage », ainsi que l’avarice du père : voir Nouvelles histoires tragiques, éd. J.-C. Arnould et R. A. Carr, Genève, Droz, 1996, p. 101 ; et, p. 103, il évoque les conséquences néfastes d’un tel contrat.

36  Dans les Sententiarum libri quatuor, Paris, éd. consultée J. Du Puy, 1575, Dist. 27, Pierre Lombard explique : Efficiens autem causa matrimonii est consensus, non qui libet sed per verba expressus : nec de futuro, sed de praesenti, fol. 367 (« La seule cause efficiente du mariage est le consentement, non par paroles de futur, mais par paroles de présent »). Il ajoute que la consommation ne fait pas le mariage, mais seule l’intention, la voluntas.

37  Voir Th. Pech, op. cit., p. 311. Voir surtout P. Ourliac, Histoire du droit privé, Paris, Albin Michel, 1985, p. 293-294.

38  Le cardinal de Lorraine avait expliqué : Grauia peccata perpendat, quae ex eisdem clandestinis coniugiis ortum habent : praesertim vero eorum qui in statu damnationis permanent, dum priore uxore, cum qua clam contraxerant, relicta, cum alia palam contrahunt, et cum ea in perpetuo adulterio viuunt : cui malo cum ab ecclesia quae de occultis non iudicat, succuri non possit, nisi efficaciter aliquod remedium adhibeatur. » (Les Décrets du Concile de Trente, Histoire des conciles d’après les documents originaux, t. X-1, éd. Ch.-J. Héfélé, nouvelle trad. H. Leclercq, Paris, Letouzey et Ané, 1988, p. 747).

39  Voir le Décret Tametsi, dans Les Décrets du Concile de Trente, Histoire des conciles, t. X-1, op. cit., chapitre 1, § 1, p. 554-555.

40  « Per parole di presente », p. 392.

41  Marc 10, 11-12 déclare adultère celui qui répudie sa femme et en épouse une autre. Voir Les Décrets du Concile de Trente, Histoire des conciles, t. X-1, op. cit., p. 555, chap. 1, § 2.

42  Voir la Patrologie Latine, 136, 195.

43  Matth. 19, 6 : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point ! ». Voir Pierre Lombard, op. cit., IV, dist. 26 : Cum ergo coniugium sacramentum sit, et sacrum signum est, et sacrae rei, scilicet, coniunctionis Christi et Ecclesiae, sicut ait Apostolus [Paul, Eph. 5, 22-27] […] consensus enim coniugium copulam spiritualem Christi et Ecclesiae, quae sit per charitatem, significat. (« L’épouse (Église) a donc été conjointe à son époux (Christ) à la fois spirituellement et corporellement, c’est-à-dire par la charité et la conformité à la nature. »).

44  De son côté, le Décret de Gratien admet la séparation des époux en cas d’adultère, mais interdit à l’un des époux (le plus souvent le mari) de se remarier tant que l’autre est vivant : voir Corpus Iuris Canonica,Leipzig, 1879, éd. E. Friedberg, E. L. Richter, B. Tauchnitz, rep. The Lawbook Exchange, New Jersey, 2000, t. I, Causa XXVIII, qu. II, p. 1090 : Quod vero uxore vivente alteram ducere non possit [...].

45  Pour le droit romain, l’affectio maritalis est la condition d’un mariage légitime. Le Décret de Gratien dit : Sic econtrario datur intelligi de his, qui coniugali affectu sibi copulantur, quod etsi non causa procreandorum filiorum, sed explendae libidinis conueniunt, non ideo fornicarii, sed coniuges appellantur, Corpus Iuris Canonica, op. cit., C. XXXII, c. 5, qu. 2, p. 1121.

46  Boaistuau relie les événements en expliquant de façon plus complexe le développement de l’action, explique L. Tortonese, op. cit., p. 462.

47  Décret de Gratien : Sic e contrario datur intellegi de his, qui coniugali affectu sibi copulantur, quod etsi non causa procreandorum filiorum, sed explendae libidinis conveniunt…, Corpus Iuris Canonica, op. cit., t. I, C. XXXII, c. 5, qu. 2, t. I, p. 1121. Dans la Somme théologique, Thomas d’Aquin distingue la finalité naturelle du mariage (ou procréation : IIa IIae, qu. 154 : l’union charnelle est ordonnée au bien commun du genre humain tout entier), sa finalité sociale : le bon ordre de la société régi par les lois civiles (IIa IIae, qu. 152 : le mariage est ordonné au bien commun), et sa finalité surnaturelle (le bien de l’Église à qui il fournit de nouveaux membres : IIIa, qu. 65, art. 3, rép. 2 : le mariage représente la conjonction du Christ et de l’Église) ; voir Somme théologique, Paris, Cerf, 1984-1986. Voir également G. Mathon, op. cit., p. 224.

48  « ll signor Didaco e Violante s’andarono al letto e amorosamente l’un de l’altro prendendo piacere ragionarono assai di questo nuovo matrimonio. », p. 394.

49  Tandis que Violente qualifie Didaco de « parjure » chez Boaistuau, p. 152.

50  « Egli che pur l’amava, perché era bellissima e molto graziosa, largamente le prometteva di tenerla sempre per amica. », p. 394.

51  « Le mariage consommé, le chevalier Didaco se retira à la maison de son beau-père avec sa nouvelle femme, où il vesquit quelques jours avec tel plaisir et contentement que font ceulx qui sont mariez de nouveau. », p. 149.

52  C’est ce que fixe la septième session du Concile de Trente. Le Canon 1110 l’indique : le mariage fait naître un lien perpétuel et exclusif de tout autre lien. La réception du sacrement de mariage fait acquérir aux époux un accroissement de grâce sanctifiante et les grâces actuelles nécessaires à leur état, tendant à leur faciliter l’amour et le support mutuels, l’observation de la chasteté conjugale, et la bonne éducation de leurs enfants : voir le Dictionnaire de droit canonique, éd. R. Naz, Paris, Letouzey et Ané, 1959, p. 778.

53  « […] luy faisant entendre que le mariage, celebré de la fille de Vigliaracuta et de luy, avoit esté conclud plus par force que de son gré et volonté, parce qu’ils pretendoient une donaison sur la succession de son deffunct père […] et que ce n’estoit point sa femme, qu’il n’en vouloit autre qu’elle, et qu’il estoit deliberé de l’empoisonner (de là à quelque temps) et consumer le reste de sa vie avec elle. », p. 159.

54  Comme l’appelle Th. Pech, op. cit., p. 250.

55  « Aveva il nome del più liberal e cortese cavaliero che ci fosse. »(« [il] était tenu [à Valence] pour le chevalier le plus libéral et le plus courtois. »), p. 206. Même chose chez Pierre Boaistuau, où il est « renommé de tous pour le plus liberal et courtoys gentil-homme de la cité », p. 139.

56  Avant son mariage secret, Violente « estoit reputee tant chaste et spirituelle qu’il ne se trouvoit encores aucun qui eust eu le bruit d’avoir faict breche à son honneur, encores qu’elle eust esté poursuyvie de plusieurs » (p. 140).

57  « Molti che non sapevano come il fatto si stesse, veggendo lei superbamente abbigliata stimarono che il cavaliero avesse l’amore de la giovane per prezzo comperato e che quella come amante o amica si godesse. », p. 392 (« Nombre de gens, ignorants de la situation, pensèrent en la voyant superbement vêtue que le chevalier avait acheté l’amour de la jeune fille et qu’il jouissait d’elle comme d’une amante ou d’une amie. », p. 209). Même chose chez Pierre Boaistuau : « Et apres plusieurs allées et venues, les voisins commencerent à soupçonner qu’il entretenoit ceste fille impudiquement, et donnoient grand blasme à la mere et aux freres de souffrir Didaco hanter à leur maison en telle privauté et avec leur sœur. », p. 147-148.

58  Elle est ainsi avertie du mariage de Didaco non seulement par ses proches voisins, mais « par le commun bruit de ceux de la ville qui disoient que passé a dix ans on n’avoit veu à Valence nopces plus honnorables ou magnifiques », p. 150.

59  « E quel giorno medesimoaveva Violante sentito, tutta se ne stordi, e se rimasse di mala voglia non è da dire. », p. 392 (« Et Violante, qui l’apprit le jour même, en fut stupéfiée, et il est inutile de dire la peine qu’elle en ressentait. », p. 209).

60  « I dui giovini fecero meravigliosa festa parendogli una bella cosa cosi onoratamente aver la sorella maritata e non convenire darle dote. », p. 391 (« Les jeunes gens accueillirent cette nouvelle avec grande joie, car ils jugeaient que c’était une bien belle chose que d’avoir conclu pour leur sœur un mariage si honorable, et sans qu’il fût besoin de lui donner une dot. », p. 208).

61  « Ella [...] avendosi già tanto tempo imaginato di venire ad onor del mondo tanto onoratamente come sperava e ora ritrovandosi schernita, non sapeva ritrovar via alcuna di consolarsi », p. 392 (« Depuis si longtemps déjà elle s’était imaginé entrer dans le monde avec tous les honneurs espérés que, se trouvant à présent bafouée, elle était absolument incapable de se consoler », p. 210).

62  « Le motivazioni sociali sono, nell’insieme, molto più frequenti in Boaistuau », écrit L. Tortonese, op. cit., p. 463.

63  « (par deffaut de meilleures occupations) », p. 139.

64  « Partie pour la convoitise de gagner la grande somme de deniers qu’elle luy avoit offerte si elle la favorisoit à son entreprise. », p. 152.

65  « J’ay ferme opinion que, remonstrant vostre droict aux juges et faisant apparoistre du tort qu’il vous a faict, ils auront compassion de vostre misere, ayant tousjours esté recogneue de tous pour treshonneste et vertueuse fille. », p. 153.

66  « Ainsi qu’il a esventé mon honneur et publié par tout, aussi veulx-je que la vengeance soit manifestée et son corps exposé à la veue d’un chacun. », p. 163.

67  Th. Pech, op. cit., p. 296, y voit « le maître mot de la résistance aristocratique à la rationalité et à l’autorité de l’État central ».

68  Voir Jean Milles de Souvigny : « Je me suis surtout attaché à ce qui regarde les crimes contre les personnes : la perte d’un bien, d’un patrimoine, est toujours réparable par un moyen ou un autre ; celle de l’honneur ou de la vie, jamais. » (Pratique criminelle [Praxis criminis, 1541], trad. A. Lebigre, Moulins, Les Marmousets, 1983, p. 37).

69  Voir H. Morel, « La Fin du duel judiciaire en France et la naissance du point d’honneur », Mélanges Henri Morel, Marseille, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 1989, p. 230.

70  Voir J. Gaudemet, Le Mariage en Occident. Les mœurs et le droit, Paris, Cerf, 1987, p. 39 ; et le Code Justinien, Quaestiones, earumque distinctiones in libros Codicis... Justiniani... incerti authoris, éd. V. Polant, Hanovre, 1611, IX, 9, 1 et 2.

71  Dig. l. XLVIII, tit. V, lex 13. Voir sur ce point R. Beauthier, La Répression de l’adultère en France du XVIe au XVIIIe siècle. De quelques lectures de l’histoire,Bruxelles, Story-Scientia, 1990, p. 75.

72  Boaistuau la dit « d’un cueur viril et invincible » (p. 152), et chez Bandello « tous […] jugèrent que cette femme avait beaucoup plus de courage qu’il n’appartenait à son sexe » (p. 218).

73  « A cio dopo me resti chi possa di qual maniera io mi sia vendicata al mondo far manifesto. », p. 396.

74  Voir le Dictionnaire du droit canonique, op. cit., p. 778.

75  « Si biasimevol sceleraggine », p. 393.

76  « Les dieux m’ont esleue pour executer moy mesme la vengeance de leur ire et de la perte de mon honneur. », p. 152.

77  Qui dure une nuit chez Bandello (p. 394), et un jour et une nuit chez Boaistuau (p. 160-161).

78  « Je suis toute asseurée que vous ne cesserez jamais de boire le sang, l’honneur et la vie de celles qui adjoustent foy à vos tromperies […] et je n’attends […] que la triste fin de ma vie. », p. 159.

79  Contrairement à L. Tortonese (op. cit., p. 467) qui considère que Boaistuau veut démontrer jusqu’où vont la violence et la cruauté d’une femme sans faire aucune allusion au tort subi de la part de l’homme, il nous semble que Boaistuau prend le parti de Violente et insiste sur le parjure de Didaco.

80  Et l’analyse de J.-C. Arnould est très juste, qui souligne que, chez Boaistuau, « l’éthique ne s’exerce pas par la moralisation des récits mais par l’expérimentation à leur lecture » de ces incertitudes (art. cité, p. 103).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Boudou, « Le mariage clandestin et la rupture du mariage dans la nouvelle de Violente et Didaco, chez Bandello et Boaistuau », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 21 | 2011, 343-358.

Référence électronique

Bénédicte Boudou, « Le mariage clandestin et la rupture du mariage dans la nouvelle de Violente et Didaco, chez Bandello et Boaistuau », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12452 ; DOI : 10.4000/crm.12452

Haut de page

Auteur

Bénédicte Boudou

Université d’Amiens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org