Navigation – Plan du site

Marie-Thérèse Lorcin, Les recueils de proverbes français (1160-1490). Sagesse des nations et langue de bois

Charles Laneville
Référence(s) :

Marie-Thérèse Lorcin, Les recueils de proverbes français (1160-1490). Sagesse des nations et langue de bois, Paris, Champion, 2011, 156p.

ISBN 978-2-7453-2053-7

Texte intégral

  • 1  On dénombre de sa part au moins 148 contributions à la recherche sur le site des Regesta Imperii.
  • 2  Notamment, M.-Th. Lorcin, Façon de sentir et de penser : les fabliaux français, Paris, Champion, 1 (...)

1Dans cet ouvrage dont il convient de célébrer la parution, M.-Th. Lorcin ajoute une autre contribution à la longue liste de ses travaux touchant à l’histoire médiévale1. Ses recherches sur les fabliaux avaient montré comment le texte littéraire pouvait être utilisé comme objet d’étude historique2. Fort de ses succès, l’auteur réitère l’expérience avec l’étude des proverbes. Elle ajoute aux études parémiologiques françaises une contribution non négligeable en retournant aux sources et en offrant une relecture et un classement intéressant d’une vingtaine de manuscrits parmi les plus significatifs pour l’époque médiévale.

2Selon M.-Th. Lorcin, le recueil de proverbes doit être considéré comme une œuvre à part entière et s’analyser comme tout autre texte littéraire. Ainsi est-il possible de déceler, à travers l’étude de ces recueils, des traits caractéristiques de la société médiévale qui les a vus naître. Son livre s’adresse certainement à toutes celles et ceux qui s’intéressent aux proverbes français et qui se préoccupent du rôle de ces derniers durant le Moyen Âge, et plus particulièrement aux jeunes chercheurs (chaque citation est accompagnée de sa traduction en français moderne). M.-Th. Lorcin considère son travail comme un essai qui ouvre une voie dans les recherches parémiologiques ; cette publication marque un début et elle espère inspirer d’autres personnes à poursuivre les recherches. Pourtant, on remarque rapidement les limites de la trop courte bibliographie, qui suggère des pistes de lecture insuffisantes ; Bakhtine (cité page 55) n’y apparaît inexplicablement pas.

3Les recueils de proverbes français (1160-1490) est divisé en deux parties : la première, « Les mots, les choses », est composée de trois chapitres exposant les résultats de la recherche. Grâce à l’utilisation d’un programme informatique portant sur le vocabulaire, M.-Th. Lorcin dresse tout d’abord la toile de fond des proverbes. Ceux-ci présentent un cadre de vie assez stéréotypé mettant en scène une certaine forme de quotidien : les animaux, le mobilier des maisons, les relations interpersonnelles, la production agricole. On remarque que les proverbes véhiculent rarement des images de la campagne, qu’ils ne portent guère sur la météorologie et que l’on trouve peu de proverbes au sujet des relations familiales, mais beaucoup au sujet des relations amicales (ami, voisin, compagnon). Ensuite, M.-Th. Lorcin met en lumière la « vision du monde » qui se dégage de la lecture des recueils : il faut une bonne éducation, maintenir des bonnes relations avec Dieu et ses voisins, s’éloigner du mensonge, se méfier des fourbes et des fous, etc. Prudence et modération apparaissent à tous les niveaux de la vie. Dans le troisième chapitre, l’auteur utilise deux thèmes caractéristiques de la littérature médiévale pour les appliquer à une lecture des proverbes : la religion et l’obscénité. L’auteur remarque que les saints sont peu représentés, pas plus que le pape, comparativement aux commentaires malicieux envers le comportement des représentants spirituels. En ce qui concerne la vulgarité et la scatologie, les recueils de proverbes ne se comparent pas aux fabliaux, plus propices à créer une telle ambiance. On n’y enfreint pas les tabous et on y respecte en général les structures sociales. « D’une façon générale, le reflet que donne la littérature de la société ne fait apparaître celle-ci ni prude ni hypocrite » (p. 60).

  • 3  L’anglicisme employé ici par M.-Th. Lorcin est mal choisi, le terme désignant en français un concu (...)

4La deuxième partie de l’ouvrage, « Typologie des recueils de proverbes », classe en trois catégories la vingtaine de recueils analysés. « Les cahiers d’exercices pour écolier » (Proverbia magistri Serlonis, Proverbia rusticorum mirabiliter versificata, proverbes de l’abbaye de Mores, Rawlinson I, Cahier d’un écolier d’Arbois) offrent un contenu didactique et sont utilisés par les écoliers apprenant le latin ; on apprécie surtout, dans ce chapitre, la belle description du Cahier d’un écolier d’Arbois. La deuxième catégorie contient les recueils de proverbes « en vers pour public dit courtois » (Proverbes au vilain, Proverbes au comte de Bretagne, le Respit del curteis et del vilain, les Proverbes en rime). On y trouve une présentation des célèbres Proverbes au vilain et une des Proverbes au comte de Bretagne qui, mis en parallèle, montrent une structure semblable, mais un choix de proverbes complètement différent. La troisième catégorie, « Collections pour amateurs éclairés » (Rawlinson II, Proverbes ruraux et vulgaux, Proverbes de Jean Miélot), rassemble les recueils sans commentaires de l’auteur, présentés comme de simples listes de proverbes dont il est plus difficile de dégager une lecture de la société, mais qui montrent de belles tentatives de classement en s’approchant de la notion moderne de dictionnaire. Une quatrième catégorie réunit trois recueils qui ne correspondent pas aux définitions proposées par Lorcin : ce sont les Proverbez d’Alain, version traduite des proverbes latins attribués à Alain de Lille, les Prouverbes mouraus de Christine de Pizan et la Ballade des proverbes de François Villon. Ces « outsiders »3 utilisent de manière originale le matériau parémiologique, mais ne sont pas de véritables recueils de proverbes.

  • 4  C. Buridant, « Nature et fonction du proverbe dans le Moyen Âge français. Essai d’aperçu synthétiq (...)

5En conclusion, M.-Th. Lorcin expose d’emblée les limites de sa recherche et justifie son travail : son corpus analysé était restreint, une vingtaine de recueils disponibles dans différentes éditions, et il « faudrait élargir la base documentaire en prenant en compte des recueils supplémentaires, en sortant des limites de la langue d’oïl et en prolongeant l’étude au-delà du XVe siècle » (p. 148). Son projet visait à produire un essai qui pouvait défricher une nouvelle voie dans l’étude des recueils de proverbes médiévaux français. Son classement des recueils, simple et efficace, permettra certainement aux chercheurs d’avoir une lecture plus juste des documents. Ce tout petit livre trouvera sa place aux côtés d’entreprises bien plus vastes telles que le Thesaurus Proverbiorum Medii Aevi (TPMA), ou bien le volume à paraître dans la série « Typologie des sources du Moyen Âge occidental » sur le même sujet. Il faut absolument compléter la bibliographie par d’autres travaux tels que l’article éclairant de C. Buridant, « Nature et fonction du proverbe dans le Moyen Âge français. Essai d’aperçu synthétique », et l’étude de S. Schmarje sur les proverbes dans l’œuvre de Montaigne, en ce qui concerne la définition du proverbe à l’époque médiévale ; on citera encore l’ouvrage de J. W. Hassel au sujet des proverbes en moyen français4, sans oublier les travaux d’E. Schulze-Busacker.

6M.-Th. Lorcin donne aux recueils de proverbes la place qu’ils méritent dans l’éventail des genres littéraires disponibles au Moyen Âge en les considérant comme des œuvres littéraires à part entière. La tentative de dépister dans ces recueils des traces de l’histoire médiévale était un pari intéressant. Certes, il est possible, grâce à l’étude du vocabulaire, de retrouver certains aspects de la vie quotidienne de l’époque, mais lorsqu’il est question de reconnaître certains traits caractéristiques de la société médiévale, l’enjeu est plus risqué. On se rapproche de la sociocritique qui étudie les textes littéraires non pas comme un phénomène individuel, mais comme un objet de nature sociale. Or, la période médiévale se prête mal à ce genre d’étude, faute de documents pertinents, comparativement à des périodes historiques plus récentes. De plus, une grande partie des recueils provient d’auteurs souvent anonymes, qui n’ont laissé aucun commentaire. Il est donc difficile de tirer des conclusions sur les intentions de l’auteur, d’autant plus que cela devrait refléter des aspects de la société. Aussi, il ne faut pas oublier que l’écriture et la lecture sont l’apanage d’un groupe très restreint d’individus : dans le meilleur des cas, les textes referment certaines visions de la vie propres à la partie la plus cultivée de la société. Et puis la brièveté du proverbe laisse peu de place à l’établissement d’un décor qui peut informer sur le contexte historique, contrairement aux fabliaux. Comme M.-Th. Lorcin le suggère, seule une analyse exhaustive de tous les recueils pourraient peut-être lever le voile sur une partie du mystère qu’est la vie quotidienne au Moyen Âge.

7Cependant, les critiques les plus marquées envers Les recueils de proverbes français (1160-1490) ne concernent pas M.-Th. Lorcin ni son travail, mais se rapportent surtout à de petits riens, néanmoins irritants à la lecture d’un texte savant. En effet, cet ouvrage semble avoir échappé à la correction d’épreuves et comporte de nombreuses coquilles : plusieurs espaces après un point, guillemets à l’envers, lettre suscrite oubliée après les siècles, irrégularités dans la notation des citations. Il ne faut pas oublier non plus la première entrée de la bibliographie (p. 11), incomplète. La liste de ces inévitables oublis est malheureusement un peu trop longue pour être passée sous silence.

Notes

1  On dénombre de sa part au moins 148 contributions à la recherche sur le site des Regesta Imperii.

2  Notamment, M.-Th. Lorcin, Façon de sentir et de penser : les fabliaux français, Paris, Champion, 1979 et D.-A. Bidon et M.-Th. Lorcin, Le quotidien au temps des fabliaux. Texte, images, objets, Paris, Picard, 2003.

3  L’anglicisme employé ici par M.-Th. Lorcin est mal choisi, le terme désignant en français un concurrent qui ne fait pas partie des favoris, mais qui pourrait gagner, alors que l’auteur l’utilise ici dans son acception typiquement anglophone, pour quelqu’un ou quelque chose de marginal.

4  C. Buridant, « Nature et fonction du proverbe dans le Moyen Âge français. Essai d’aperçu synthétique », Nouveaux cahiers dallemand,17, 1999, p. 497-513 ; S. Schmarje, Das sprichwörtliche Material in den Essais von Montaigne, Berlin, de Gruyter, 1973 ; J. W. Hassell, Middle French proverbs, sentences and proverbial phrases, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Laneville, « Marie-Thérèse Lorcin, Les recueils de proverbes français (1160-1490). Sagesse des nations et langue de bois », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://crm.revues.org/12396

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org