Navigation – Plan du site

Jennifer Britnell, Le Roi très chrétien contre le pape. Écrits antipapaux en français sous le règne de Louis XII

Philippe Hamon
Référence(s) :

Jennifer Britnell, Le Roi très chrétien contre le pape. Écrits antipapaux en français sous le règne de Louis XII, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance » 169), 2011, 433p.

ISBN 978-2-8124-0279-1

Texte intégral

1Entre 1510 et 1512, une crise grave oppose Louis XII, le roi Très Chrétien, et la papauté incarnée par la figure belliqueuse de Jules II. La monarchie française est alors à l’initiative du concile de Pise et de la réactivation de l’idéologie conciliaire qui a tant compté au siècle précédent. Louis XII fait directement la guerre au pape et à ses alliés. Un contexte aussi exceptionnel ne peut que susciter la rédaction d’écrits dénonçant un pontife accusé de bien des maux. Jennifer Britnell a choisi d’en étudier une catégorie spécifique : les textes littéraires (tous sauf un en vers), parus en français (directement ou via une traduction) et sur deux supports, manuscrit et imprimé.

2Le premier apport du livre tient à la mise à disposition d’un corpus abondant de sources (p. 321-390). A côté de textes anonymes, on retrouve dans l’ouvrage les grands noms de la production littéraire de l’époque : Jean Bouchet, Jean Lemaire de Belges, Pierre Gringore, Jean d’Auton, et parmi les attributions proposées, André de la Vigne et Jean Marot – c’est la fine fleur de la Grande Rhétorique du début du XVIe siècle. Certains de ces textes contiennent des images, dont dix intéressantes reproductions sont fournies aux p. 391-400. La recherche dans l’ouvrage est facilitée par un index très complet (textes, personnes, lieux, thèmes). Le deuxième apport du livre repose sur une analyse minutieuse des datations et des moyens de publication du corpus retenu (p. 85-114). Mais c’est surtout son troisième apport qui va nous retenir, à savoir l’étude de ces écrits, enrichie par leur comparaison avec d’autres textes de diverses provenances. Cette étude est organisée en trois parties.

3La première cherche d’abord à déterminer si ces textes peuvent être considérés comme une campagne de propagande à destination d’une opinion publique. Le problème est compliqué par le fait qu’il est bien difficile de savoir si les sujets du roi ont un avis préalable sur la question. Cette étude passe par une réflexion sur les concepts et, au premier chef, sur celui de propagande. J. Britnell se penche ensuite sur la situation antérieure à 1510. Tout en soulignant l’importance des opérations de « publicité », plus étendues sous Louis XII que sous aucun de ses devanciers, elle n’en conclut pas moins à l’impossibilité de discerner alors un projet propagandiste visant la préparation d’une opinion publique, à l’exception de la campagne en faveur du mariage de François d’Angoulême avec Claude de France. On se peut demander d’ailleurs s’il ne s’agit pas, même dans ce cas, de prendre les sujets à témoin du bon choix qui est fait, pour qu’ils s’en réjouissent, plutôt que de les associer à la décision. J. Britnell souligne ensuite la contrainte particulière que constitue la nature de l’ennemi : c’est au pape, chef de l’Église, que le roi Très Chrétien fait désormais la guerre et cela implique de déployer un effort particulier de persuasion, dans le royaume même. Dans ce cadre, l’édit d’août 1510 (publié p. 169-178) constitue une adresse directe aux sujets.

4La deuxième partie se penche sur le contenu idéologique des textes, sans distinguer manuscrits et imprimés, entre lesquels J. Britnell ne relève pas de divergences nettes. Elle rappelle tout d’abord le fonds des thèmes alors présents en France, parmi lesquels ces écrits peuvent puiser : le roi protecteur des papes et envers qui ces derniers ont des obligations ; l’idéologie conciliariste, avec sa version gallicane et la place de la Pragmatique sanction, le courant prophétique. Si certains textes appuient l’appel à un concile réformateur, J. Britnell met en évidence leur silence presque total sur les arguments ecclésiologiques relatifs aux pouvoirs du pape et du concile, et leur absence de discussion théologique et juridique en la matière. Il est vrai que le pouvoir royal n’est lui même pas forcément à l’aise avec certains positions, par exemple la promotion du principe électif. Dans une littérature qui pratique de façon systématique l’éloge du roi, la Pragmatique sanction est donc fort peu présente, car trop ambiguë. En outre, Jean Lemaire, auteur du texte le plus élaboré du corpus et le seul en prose, le Traité de la différence des schismes et des conciles de l’Église (publié en mai 1511), prend la précaution de citer en latin certaines prophéties, comme s’il craignait « l’effet possible sur un lectorat populaire » (p. 132). Plus largement, J. Britnell souligne la relative pauvreté des idées exploitées par ces textes français. Les auteurs se contentent en bonne part de reprendre les arguments employés dans les textes émanant directement du pouvoir royal. Tous dénoncent le scandale que représente un pape en guerre contre des chrétiens, alors que l’heure devrait être à la Croisade. Les attaques les plus grossières contre le pape se retrouvent dans des textes destinés à faire rire des spectateurs, comme le Jeu du Princes des Sotz de Gringore, présenté à la Halle de Paris, le mardi gras de 1512. Ces attaques se font de plus en plus personnelles, avec la prolongation de la crise. En matière d’abus ecclésiastiques, on trouve plus de lieux communs que de références à une actualité précise, avec un net écho du Livre d’espérance d’Alain Chartier.

5La troisième partie aborde de façon plus analytique les différents textes. Les imprimés sont supposés rencontrer un public plus important. Gringore, dans son Espoir de paix (février 1511 : plus ancien imprimé daté avec précision) exprime des notions controversées : Jules II ne serait pas un vrai pape ; quant au roi de France, il peut légitimement punir un pape criminel. Sa Chasse du Cerf des Cerfs (automne 1511) est plus violente et grossière encore, mais moins argumentée. La Déploration de l’Église militante de J. Bouchet (mai 1512) est un texte un peu ambigu : il dénonce fermement un pape guerrier qui s’attache aux biens de ce monde, mais fait aussi appel à lui pour réunir un concile réformateur. J. Britnell présente ensuite les textes scéniques, dont certains seront imprimés. Lemaire comme Gringore y insistent sur la distinction entre Église et pape, ou entre papauté et titulaire indigne. Mais J. Britnell se demande si ces distinctions sont bien perçues par le public, qu’il soit curial ou parisien, et si les intentions des auteurs n’ont pas été ici dépassées. Les épîtres héroïques relèvent pour leur part d’une littérature qui s’adresse au couple royal et à son entourage. Parmi les autres épîtres, certaines d’ailleurs ne se consacrent qu’en partie au thème pontifical. Ainsi Jean Bouchet, dans l’Épître à Henri VIII par Henri VII, fustige-t-il avant tout l’ennemi anglais traditionnel.

6Pour terminer, J. Britnell se penche sur la postérité de ces textes. Elle souligne tout d’abord combien, par comparaison avec eux, le Julius Exclusus est un texte audacieux. Mais celui-ci, pour lequel J. Britnell admet l’attribution à Érasme, est composé après la mort de Jules II, en latin, et avec une finalité bien différente puisqu’il exprime l’attitude à l’égard de l’Église de cercles humanistes évangéliques. Globalement, les textes français ont servi à ancrer dans les mémoires (ou du moins dans les textes postérieurs) l’image d’un Jules II pape guerrier. Mais très vite, ils tombent dans l’oubli, à deux exceptions près : la Déploration de l’Église militante de Bouchet est adaptée à un nouveau contexte, qui la coupe de ses racines de 1511-1512 ; quant au Traité de Jean Lemaire, seul à aborder le statut des conciles, il est aussi le seul à être recyclé par les protestants. Comme il présente le concile comme un moyen de contrôle des monarques sur l’Église, il peut sembler soutenir le césaropapisme d’un Henri VIII. Il est finalement censuré par la Sorbonne et mis à l’Index. Ce texte qui critique l’interdiction du mariage des prêtres et souligne la vanité des prières pour les trépassés est produit dans un contexte où l’hérésie n’est pas une question d’actualité. Sa réutilisation après 1517, comme celle de la Déploration de Bouchet, découle de motivations bien différentes de celles des années 1511-1512. Si on ne peut savoir comment Lemaire aurait réagi au nouveau contexte, J. Britnell fait remarquer avec pertinence que Gringore et Bouchet sont justement parmi les premiers auteurs à écrire en français contre Luther. Est-ce à dire qu’ils sont alors à nouveau les relais du pouvoir royal ? La question mérite un examen plus précis car, à l’image de la faculté de théologie des années 1520, il est possible d’être à la fois hostile à Luther et critique face à certaines initiatives royales.

7Les analyses de J. Britnell débouchent sur d’importantes conclusions. Elle insiste sur le caractère relativement spontané de cette production, qui n’est pas le fruit d’initiatives du pouvoir : elle ne découle pas de commandes ou d’une impulsion venue d’en haut. Cette production est cependant très largement destinée à un public de cour, voire aux cercles du pouvoir eux-mêmes. On se situe ici dans une logique de « textes miroirs qui réfléchissent vers le centre du pouvoir les valeurs qu’il propage » (p. 38). Pour J. Britnell, ils servent alors à « seconder fidèlement la politique de Louis XII : dans cette mesure au moins ils peuvent être traités de propagande » (p. 189), sans pour autant viser un large public. Ainsi en va-t-il de l’Épitre d’un complaignant l’abusif gouvernement du pape attribuée à Jean Marot, celle qui attaque le pape avec le plus de violence : ce texte « aurait pu fonctionner comme une propagande puissante mais n’a presque certainement pas été conçu pour être diffusé au-delà d’une élite restreinte » (p. 265). Si on veut envisager, à l’échelle du pays, des textes relevant d’une propagande orchestrée par le pouvoir, il faut se tourner vers les édits et ordonnances royaux, largement diffusés, et qui se prêtent mieux à une communication destinée à un large public. Exception apparente, Jean Lemaire prétend dans son Traité devoir convaincre « la gent populaire » susceptible de s’émouvoir d’un état de guerre « scandaleux, estrange et non acoustumé ». Il entend lui montrer en quoi la lutte du roi contre le pape est une « juste querelle ». Mais on se demande si ce sentiment prêté au peuple correspond à une réalité sociale ou relève d’une simple création rhétorique de Lemaire, nécessaire à la construction de son texte car, comme le précise J. Britnell, « c’est le roi surtout qu’il veut persuader en l’affirmant » (p. 83). Seule probable exception dans cette vision d’une réception essentiellement curiale : Pierre Gringore et son public parisien. Finalement il n’y a pas de démarche d’ensemble de nos auteurs en direction d’une supposée « opinion publique » ayant une réelle consistance sociale. Mais la littérature curiale n’en conserve pas moins un caractère public (contrairement au Julius exclusus, clandestin). Est-ce alors, dans ce cadre, simple mise en musique d’approches bien admises qui servent au renforcement de convictions établies ou bien existe-t-il à la cour des débats auxquels ces textes seraient une contribution ? On en revient ici à la question d’un possible malaise né de la nature particulière du conflit : y a-t-il nécessité d’une opération de persuasion au sein même de la cour de France ? Quoi qu’il en soit, conclut J. Britnell « plutôt qu’une campagne de propagande, cette littérature démontre la cohésion et la vivacité d’une culture de cour » (p. 278).

8Elle affirme en outre que « les auteurs ne paraissent pas avoir des convictions personnelles qu’ils veulent faire passer en même temps que la ligne officielle, ni chercher à infléchir cette ligne ou à la pousser plus loin » (p. 189), au moins dans le cadre précis du conflit. Elle en donne un indice convaincant tiré d’un recueil de ballades. A l’heure de l’alliance avec la France, pape et clergé sont invités à s’armer contre Venise : « Convertissez vos corsetz en cuyraces, / Croces en lances et mittres en armetz » (p. 276). Mais la même attitude, quand elle oppose le pape au roi, est fermement dénoncée dans d’autres ballades rédigées les années suivantes, et fondées sur les mêmes procédés rhétoriques. Cela ne signifie cependant pas une complète absence de convictions comme en témoigne, dans les Regnars traversant... et dans d’autres textes, l’intérêt profond de Jean Bouchet pour la réforme religieuse. Mais celui-ci dépasse, semble-t-il, l’enjeu même du conflit de 1511-1512.

9Dans la crise même, quelle fonction essentielle ont donc ces textes pour les auteurs ? Pour J. Britnell, ils servent avant tout à se faire bien voir à la cour ou à renforcer leur position en son sein : il s’agit de se concilier ou de conserver les faveurs du roi et de son entourage. Parmi les faveurs visées figurent de très utiles privilèges de publication. Pour parvenir, ces Rhétoriqueurs se doivent d’assurer leur propre publicité en tant qu’écrivains : c’est cette publicité qui, selon J. Britnell, leur tiendrait le plus à cœur. Dans ce cadre, l’enjeu essentiel de la littérature antipapale passe donc par des mises en forme conçues à des fins promotionnelles : il faut avant tout trouver une expression originale, faire preuve d’ingéniosité littéraire pour faire écho au point de vue royal, lequel est systématiquement repris.

10Malgré tout, dans sa globalité, cette production demeure révélatrice sur le plan idéologique. J. Britnell constate d’ailleurs qu’elle n’est pas très abondante, et sensiblement moins nombreuse qu’en 1509-1510 à la suite d’Agnadel. On retrouve la question du malaise lié à la nature particulière du conflit, déjà souligné. Faible nombre de textes et précautions prises par les auteurs dans leur façon d’aborder le sujet pourraient laisser supposer l’existence de réserves vis-à-vis de la guerre contre le pape. Mais de qui émaneraient-elles ? Des auteurs et plus largement des élites « intellectuelles » ? De certains milieux curiaux ? De segments plus larges de la société ? Ces ultimes interrogations montrent bien, au-delà des apports documentaires et informatifs de l’ouvrage, l’intérêt des pistes ouvertes par la réflexion de J. Britnell sur ces écrits antipapaux.

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Hamon, « Jennifer Britnell, Le Roi très chrétien contre le pape. Écrits antipapaux en français sous le règne de Louis XII », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12391

Haut de page

Auteur

Philippe Hamon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org