Navigation – Plan du site

Emmanuelle Lacore-Martin, Figures de l’histoire et du temps dans l’œuvre de Rabelais

Bruno Méniel
Référence(s) :

Emmanuelle Lacore-Martin, Figures de l’histoire et du temps dans l’œuvre de Rabelais, Genève, Droz (« Études rabelaisiennes » LI), 2011, 339p.

ISBN 978-2-600-01461-8

Texte intégral

1La notion de temps est une excellente clef pour pénétrer dans une œuvre littéraire, en particulier un récit, car elle permet d’articuler la question critique du genre, le problème phénoménologique du rapport au temps vécu et l’interrogation philosophique sur l’Histoire. Le beau travail d’Emmanuelle Lacore-Martin part de la difficulté qu’il y a à ranger les œuvres de Rabelais dans une catégorie générique précise : les deux première fictions de Rabelais revendiquent l’appartenance aux genres des vies, des annales, des chroniques, mais cette prétention historiographique fait ironiquement écho aux prétentions des romans de chevalerie. Le mot de « roman » n’apparaît pas une seule fois dans l’œuvre de Rabelais, alors que sont mentionnés les titres d’un certain nombre de représentant du genre et que sont employés les termes de « narration », d’« histoire », de « conte » – le plus souvent, il est vrai, pour désigner des épisodes secondaires. A ce flou générique s’ajoute une incertitude quant à l’instance d’énonciation. Alcofrybas Nasier est dans Pantagruel à la fois un masque de l’auteur et un personnage fictif qui prend part à l’action : une confusion s’instaure entre auteur et narrateur, entre temps réel et temps fictif. D’un livre à l’autre, la figure du narrateur se transforme : dans le Tiers Livre, il n’est plus que l’« incarnation pure et simple d’un regard » ; il en va de même dans le Quart Livre, même si le « je » du narrateur se fond le plus souvent dans un « nous » qui englobe Pantagruel et ses compagnons. Ce « nous » peut être rattaché à la temporalité de l’éphéméride : le récit suit, au jour le jour, le devenir collectif d’un groupe de personnages, dont le narrateur n’a pas de raison de s’isoler.

2Considérant les tensions qui apparaissent entre temps de la diégèse et temps du récit, Emmanuelle Lacore-Martin distingue, dans l’œuvre de Rabelais, deux ensembles narratifs distincts : dans les deux première fictions, la chronologie se caractérise par un grand flou, voire une certaine incohérence, alors que, dans les trois dernières, elle devient plus nette. Comme Pantagruel et Gargantua entretiennent la confusion entre fiction et historiographie, le lecteur pourrait s’attendre à une chronologie rigoureuse. Or Rabelais brouille les repères : l’épisode de la rencontre avec l’écolier limousin commence par un désinvolte « quelque jour je ne scay quand » et les exagérations gigantales attribuent une durée de cinquante-quatre ans à la première éducation de Gargantua. Dans les trois derniers livres, les notations temporelles fantaisistes sont abandonnées, une temporalité narrative vraisemblable et suivie se met en place et le rythme du récit ralentit. Dans le Tiers Livre, la chronologie rigoureuse des consultations de Panurge met en évidence, par contraste, le piétinement de la réflexion sur le mariage. Le Quart Livre se caractérise par la fréquence, la précision et la régularité des notations temporelles, mais le déroulement de la quête dans un temps balisé renforce la déception qu’éprouve le lecteur quand il découvre qu’au terme du parcours ne se présente aucune solution.

3Finalement, dans les fictions rabelaisiennes, c’est à tort que le lecteur attend de la linéarité chronologique le dévoilement progressif du sens. La juxtaposition des images et l’entrelacement des motifs en disent plus long qu’un récit dont la continuité est perturbée ou trompeuse.

4Si Rabelais tourne en dérision la temporalité des romans de chevalerie, il ne croit pas davantage à la succession d’événements reconstituée par les ouvrages historiques. Dans le prologue des Grandes chroniques, il écarte par plaisanterie Robert Gaguin des autorités historiques recommandables. Même s’il ne cite pas Alain Bouchart, dont les Grandes croniques de Bretagne reprennent les romans arthuriens et racontent des histoires de géants, il le vise certainement lorsqu’il se moque de la servilité des chroniqueurs à l’égard du pouvoir et de leur aptitude à mêler faits avérés et légendes improbables. De même, il tourne en dérision les géants des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Lemaire de Belges, fondées sur les inventions d’Annius de Viterbe. Sans doute aussi, malgré les relations cordiales qui le lient à Jean Bouchet, met-il en cause la conception médiévale de l’historiographie qui se manifeste dans les Anciennes et Modernes Généalogies et dans les Annales d’Aquitaine. Il qualifie ironiquement Paul Jove de « vaillant homme ». Enfin, lorsqu’il évoque Guillaume Du Bellay, ce n’est jamais en tant que mémorialiste.

5Si l’œuvre de Rabelais accepte, et même pour certains requiert, une lecture politique, le discours sur l’actualité, sur le temps présent en passe de devenir temps historique, est nécessairement oblique. Il prend la forme de la satire et de la métaphore, d’une satire qui recourt à la métaphore. Lucien faisait d’une part, dans l’Histoire vraie, la satire légère et fantaisiste des poètes, d’autre part, dans Comment il faut écrire l’histoire, celle, plus sérieuse, des savants et des philosophes. La satire rabelaisienne réalise la synthèse des deux, mais elle s’exerce surtout dans le domaine religieux. L’âpreté croissante de la controverse religieuse de 1535 à 1552 fait du Quart Livre un sommet : la fiction se peuple de monstres qui renvoient à une religion qui méprise et tourmente le corps. Le lecteur doit chercher l’histoire récente dans les déformations signifiantes de la fiction. Le seul événement historique clairement cité dans les fictions rabelaisiennes est le décès de Guillaume Du Bellay, commémoré au Tiers Livre (XXI) et au Quart Livre (XXVI et XXVII) : la mort du grand homme met en phase le temps de l’individu, celui de l’Histoire et celui du Cosmos, puisqu’elle provoque de grands bouleversements naturels. Les souvenirs déposés dans les livres comptent moins pour Rabelais qu’une mémoire vivante, qui perpétue par le récit oral la renommée des vainqueurs. Les soldats défaits par Gargantua transmettront de génération en génération le souvenir de sa magnanimité.

6Les fictions rabelaisiennes disent beaucoup sur le rapport des individus au temps. Panurge se caractérise par son anxiété à l’égard de l’avenir. Dans le Tiers Livre, il loue les dettes parce qu’elles sont le moyen de requérir de Dieu une prolongation de vie, et il s’interroge sur l’éventualité d’un mariage qui lui permettrait d’assurer sa descendance. Dans le Quart Livre, il est terrifié par la tempête, car il craint d’être englouti sans laisser de trace. Picrochole, égaré par les flatteries des courtisans et par sa propension à la démesure, entretient avec le temps une relation pervertie : il oublie d’un coup une alliance séculaire qui a uni sa maison à celle de Grandgousier et il parle au présent de l’indicatif de ses conquêtes futures. Au contraire, Ulrich Galet, qui tente de ramener Picrochole à la raison, et Frère Jean, qui rappelle à Panurge que même la virilité la plus vigoureuse a une fin, se placent dans une perspective eschatologique : tout croyant devrait orienter son action vers le jugement qui interviendra à la fin des temps.

7Les ouvrages de Rabelais offrent une vision tantôt optimiste et tantôt pessimiste de l’évolution historique. Le juge Bridoye considère que « le temps meurist toute chose ». Du discours de Grandgousier aux propos ultimes de Bacbuc, le temps apparaît comme un principe essentiel de progrès. Et pourtant, le culte de l’antiquité est tel chez Rabelais qu’il n’est pas sûr que la marche de l’Histoire soit celle d’une amélioration inéluctable.

8En mettant au jour, entre les cinq fictions de Rabelais, un réseau de correspondances imprévues, l’enquête rigoureuse d’Emmanuelle Lacore-Martin nous révèle la cohérence profonde qui existe entre elles, en même temps qu’elle fait ressortir les particularités de chacune.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Emmanuelle Lacore-Martin, Figures de l’histoire et du temps dans l’œuvre de Rabelais  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 novembre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12389

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org