Navigation – Plan du site

Christine Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon

Anne Berthelot
Référence(s) :

Christine Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz (« Publications Romanes et Françaises » CCLI), 2010, 480p.

ISBN 978-2-600-01432-8

Texte intégral

1Après une longue période d’obscurité, le Roman de Perceforest a commencé récemment à se faire connaître sur la scène des études littéraires médiévales : il n’est pour s’en convaincre que de comparer la bibliographie rassemblée par Jane Taylor en 1979 dans son édition partielle du premier livre du roman, et celle que Gilles Roussineau a pu recenser en 2007 au moment de la publication de son édition du même premier livre ! Nul doute que lorsque l’œuvre sera éditée dans son intégralité, cette tendance s’accentuera encore, d’autant que très récemment Nigel Bryant a mis a la disposition des lecteurs anglo-saxons un important volume de « bonnes feuilles » du Perceforest en traduction anglaise. Il est donc normal que les chercheurs, qui disposent désormais, pour la majeure partie de l’œuvre, d’un texte fiable et aisément accessible, s’interrogent sur les tenants et les aboutissants de ce beau monstre littéraire, et ce faisant remettent en question les éléments que l’on tenait pour acquis concernant le roman.

2C’est ce que fait brillamment Christine Ferlampin-Acher dans son « Perceforest » et Zéphir ; il s’agit seulement, à ma connaissance, de la troisième étude d’ensemble consacrée à Perceforest, après l’ouvrage de fond de Jeanne Lods daté de 1951, et la lecture « post-coloniale » de Sylvia Huot en 2007, Postcolonial Fictions in the ‘Roman de Perceforest’ : Cultural Identities and Hybridities. Le livre remarquable de S. Huot s’attache à dégager les enjeux politiques et culturels à l’œuvre dans Perceforest, mais ne remet pas en cause les données de base que l’on croyait acquises depuis la thèse de J. Lods, en particulier en ce qui concerne la date et les circonstances de composition du roman. Au contraire, CFA entreprend de démontrer que, même s’il a existé un « Proto-Perceforest » du XIVe siècle, le roman tel que nous le connaissons est une œuvre composée dans la seconde moitié du XVe siècle, en milieu bourguignon, par l’escripvain David Aubert, plus connu par ailleurs pour son rôle dans la rédaction des Grandes Chroniques de France.

3Il s’agit d’une hypothèse hardie, qui va contre les idées reçues et heurte un certain nombre de susceptibilités, et qui ne saurait être catégoriquement prouvée en l’état actuel de nos connaissances. CFA insiste d’ailleurs sur le fait qu’elle se borne à rassembler un faisceau de présomptions, sans prétendre à une vérité absolue, et souligne également le fait que « les rapprochements qu[’elle a] conduits entre le roman et le monde bourguignon, à défaut d’être valables sur le plan de l’invention, le resteront sur le plan de la réception » (p. 428) : s’il n’est pas certain que l’œuvre a été (re)composée par David Aubert dans les années suivant immédiatement la Vauderie d’Arras, les connexions entre le champ culturel de la cour de Bourgogne et les particularités lignagères ou symboliques de Perceforest demeurent pertinentes, et peuvent expliquer le relatif succès de cet énorme roman dans les années 1450 et suivantes.

4CFA prend bien soin dans son introduction de préciser que cette théorie, pour radicale qu’elle soit, ne cherche en rien à diminuer le mérite des chercheurs qui ont travaillé avant elle sur Perceforest ; mais sa familiarité avec un texte auquel elle a consacré une quarantaine d’articles au cours des vingt dernières année l’a amenée à formuler une hypothèse qui lui paraît seule capable de rendre compte d’un certain nombre d’anomalies auquel se heurte un lecteur partant du principe que le roman est une œuvre des années 1330-1340. Dans son premier chapitre, « Dater Perceforest »,elle présente un tableau intéressant des ressemblances entre cette œuvre et d’autres textes essentiels de l’espace bourguignon, en particulier Mélusine et le Paradis de la reine Sebile. Elle reconnaît néanmoins qu’aucune des analogies qu’elle présente, aucune des citations qu’elle croit identifier ne sont entièrement probantes. Il est vrai que l’art de la datation comparée est bien loin d’être une science exacte, et que souvent les arguments que l’on utilise en faveur de l’antériorité d’un texte peuvent être retournés comme un gant.

5Le deuxième chapitre, « Perceforest et la Bourgogne de Philippe le Bon », est plus ambitieux, en ce qu’il entreprend de démontrer à quel point Perceforest est un texte profondément bourguignon dans son esthétique comme dans sa thématique. CFA y étudie l’improbable association entre Arthur et Alexandre dans Perceforest à la lumière de l’affection portée par Philippe le Bon à ces deux héros, fait une lecture éclairante de trois personnages originaux du roman, le Tor, Estonné et le Bossu de Suave qu’elle met en relation avec certaines figures symboliques du monde bourguignons, interprète la fascination de Perceforest  pour la « Selve Carbonnière » à la lumière des préoccupations géo-politiques du duc de Bourgogne, et regarde les rites et célébrations multiples du roman à travers le filtre du goût bourguignon pour les spectacles ritualisés. Mais en même temps elle s’interroge sur les limites de la lisibilité d’un texte que sa « poétique de l’allusion » peut avoir rendu rebutant pour des lecteurs moins rompus que la critique ne l’est elle-même à l’art du déchiffrement et des prouesses herméneutiques.

6De mon point de vue, c’est le troisième chapitre, « Zéphir, du luiton à la conception virginale du Christ », qui est le plus intéressant et le plus original – ce qui est bien naturel puisqu’il s’attache à l’une des créations les plus fascinantes d’un roman qui n’en manque pas, le luiton Zéphir, héritier d’une longue tradition antique, décalque du fils du diable Merlin (mais qui, à la différence du père de Merlin, ne « se permet jamais les joies de l’incubat »), figure de manipulateur par qui la fiction arrive, trickster et « éminence grise » de l’œuvre qu’il contribue à définir. La question de la datation de Perceforest est selon CFA étroitement liée à celle de la nature de Zéphir, dans la mesure où celui-ci intervient dans un des épisodes essentiels pour le choix d’une datation tardive, à savoir celui du « sabbat des vieilles barbues ». CFA y voit une allusion à la Vauderie d’Arras et considère par ailleurs que le « refus de l’incubat » de la part de Zéphir, alors que tout s’y prête et l’y pousse, est lié au culte de la Vierge et à l’insistance sur le fait que la conception virginale du Christ est un phénomène unique qui ne saurait avoir d’échos, fussent-ils inversés et parodiques.

7Le quatrième chapitre rassemble les multiples pistes qui ont été tracées par les chapitres précédents et tente une sorte de « reconstitution dramatique » des circonstances qui ont entouré la conception d’un Perceforest tardif, en s’intéressant de près aux capacités et motivations possible de David Aubert. Une bibliographie très riche (à l’échelle du roman du moins) et un index des noms propres médiévaux qui met en valeur le réseau de liens opérés par CFA entre Perceforest et l’univers bourguignon confirment, s’il en était besoin, le sérieux et la rigueur de l’enquête menée par l’auteure. Je ne suis pas vraiment convaincue par la démonstration – c’est le sujet de multiples discussions entre CFA et moi depuis des années –, mais j’apprécie la subtilité et le souci du détail qui président aux analyses textuelles du roman, en particulier celles qui ont trait à Zéphir le luiton. Et je pense que cet ouvrage de poids, dont on ne saurait surestimer la richesse et la profondeur, contribuera indubitablement, comme l’auteure en exprime le souhait, « à inciter de jeunes chercheurs à se lancer dans l’aventure ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Christine Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 novembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12388

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org