Navigation – Plan du site

Ulrich Mölk, Les débuts d’une théorie littéraire en France. Anthologie critique

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Ulrich Mölk, Les débuts d’une théorie littéraire en France. Anthologie critique, Paris, Classiques Garnier (« Textes littéraires du Moyen Âge » 19), 2011, 213p.

ISBN 978-2-8124-0305-7

Texte intégral

1Cette petite anthologie part d’un constat immédiat, à savoir l’absence au Moyen Âge d’arts poétiques relatifs à la langue vernaculaire. On précisera, pour éviter toute confusion, que ce constat concerne le Moyen Âge central – et l’auteur aurait dû sans doute être plus précis à ce sujet –, la fin du Moyen Âge entrant en contradiction avec ce constat, si l’on en juge simplement et entre autres par l’Art de dittier d’Eustache Deschamps. Si les arts poétiques latins sont bien présents aux XIIe et XIIIe siècles (et l’on pense à l’ouvrage classique d’Edmond Faral sur la question), il est vrai que la réflexion critique systématisée n’existe pas pour la littérature de langue française. L’auteur se penche donc ici sur les réflexions des auteurs eux-mêmes, souvent égrenées au fil des prologues, qui concernent leur propre création littéraire. Il ne s’agit pas, le titre est clair à ce propos, d’une monographie analytique, mais bien d’une anthologie, qui présente donc un panorama large et varié de ces réflexions et, en conséquence, un éventail précieux de prologues d’œuvres relevant des différents genres pratiqués par les écrivains du Moyen Âge central. Une introduction pose avec clarté les différents points concernant ce qui pourrait être une histoire de la théorie littéraire française au Moyen Âge, tout en offrant un état de la recherche sur ce domaine, somme toute assez peu exploité, du moins de façon systématique. Ce rassemblement de prologues me paraît intéressant et appelle peut-être un travail plus exhaustif qui, dans une optique différente des vœux d’U.M., pourrait porter sur l’analyse précise du ‘genre’ du prologue. J’exprimerai, pour terminer cette note de lecture, un regret : l’auteur n’a considéré que des textes qui, en général, sont lus par et connus des ‘littéraires’, y compris dans les rubriques portant sur la littérature didactique et la littérature historique. Les prologues de certaines chroniques ou d’encyclopédies apportent pourtant de précieux éléments.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Ulrich Mölk, Les débuts d’une théorie littéraire en France. Anthologie critique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12386

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org