Navigation – Plan du site

Paolo Pino, Dialogo di pittura / Dialogue sur la peinture, 1548, éd. bilingue, trad., présent. et notes Pascale Dubus

Valérie Auclair
Référence(s) :

Paolo Pino, Dialogo di pittura / Dialogue sur la peinture, 1548, éd. bilingue, trad., présent. et notes Pascale Dubus, Paris, Champion (« Textes littéraires de la Renaissance »), 2011, 248p.

ISBN 978-2-7453-2113-8

Texte intégral

1Il s’agit de la première traduction en français d’un texte important publié en 1548, réédité en italien pour la première fois en 1872, puis régulièrement à partir de la première édition critique, en 1946, due à Rodolfo et Anna Pallucchini. L’édition française de ce texte comble un manque éditorial et présente l’intérêt d’être accompagnée d’un appareil critique volumineux et utile. L’introduction expose le contexte culturel et les sources du traité ainsi que les quelques éléments connus de la biographie du peintre. On trouve en outre dans cette introduction des études qui exposent les problèmes de traduction des termes italiens du XVIe siècle.

2Paolo Pino (1500/1505 ? – après 1565) est un peintre vénitien, dont les œuvres conservées sont rares : on compte 5 tableaux, un dessin, et trois œuvres perdues, ainsi qu’un tableau attribué. Son activité de peintre semble relativement limitée (peut-être n’a-t-il pas eu beaucoup de succès). Parallèlement, Paolo Pino écrit de nombreux ouvrages, dont certains ne sont connus qu’indirectement : parmi ses œuvres perdues, sont signalées après 1548, des églogues pastorales, un Dialogue sur l’homme et ses qualités, des comédies et des proverbes.

3Le Dialogo di pittura s’ouvre sur une dédicace au doge Francesco Donato, dans laquelle l’auteur revendique un statut libéral pour le peintre. Il met en scène deux amis peintres, Fabio, florentin, et Lauro, vénitien, qui, lors d’un banquet, dissertent librement sur les mérites du peintre et de la peinture en se référant à la fois à la pratique de cet art et aux textes antiques et contemporains (ceux de Vitruve, de Pline, d’Alberti, de Dürer, de Gauricus, etc.). Le contexte amical, hors de la sphère professionnelle, favorise une conversation libre, et les amis font alterner propos savants et remarques sur le banquet, d’où une attitude hédoniste liée au contexte festif qui rejaillit sur les considérations sur la peinture.

4Les échanges des deux amis sur la représentation de la nature débouche sur une réflexion sur la perspective, peu employée à Venise, et sur la beauté des femmes présentes au banquet. Lauro et Fabio évoquent alors les proportions du corps : ils défendent non seulement le respect du système arithmétique mis au point par Vitruve, mais également l’observation des statues antiques et de la nature. Après ces échanges théoriques, la conversation s’engage sur le métier de peintre et tout d’abord sur la place de la peinture parmi les arts libéraux, que justifient les compétences intellectuelles du peintre et aussi, c’est plus original, le fait que la peinture transmet des connaissances au spectateur. De ces considérations découle une série de comparaisons entre la condition de peintre à l’époque contemporaine et pendant l’Antiquité, et entre différentes techniques de peintures. Les dernières pages sont consacrées à la question de la postérité du peintre ; elles donnent aux deux amis l’occasion d’évoquer Pino, avant de dresser la liste des meilleurs peintres, en tête desquels se trouvent Titien et Michel-Ange.

5Le dialogue présente le métier de peintre et la peinture dans une double perspective intellectuelle et manuelle. Le contenu de l’ouvrage n’est pas nouveau si l’on considère, par exemple, les écrits florentins, mais c’est le premier livre publié à Venise sur le sujet. Grâce à la forme littéraire du dialogue au cours d’un banquet, Paolo Pino évite les classements rigides d’un traité didactique, et donne de l’art de peindre l’image d’une pratique et d’une science complexes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Auclair, « Paolo Pino, Dialogo di pittura / Dialogue sur la peinture, 1548, éd. bilingue, trad., présent. et notes Pascale Dubus », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12367

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org