Navigation – Plan du site

Lais Bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, éd. et trad. Nathalie Koble et Mireille Séguy

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Lais Bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, éd. et trad. Nathalie Koble et Mireille Séguy,Paris, Champion (« Champion Classiques Moyen Âge » 32), 2011, 944p. 

ISBN 978-2-7453-2070-4

Texte intégral

1Le volume propose un travail exemplaire et colossal. Il s’agit d’une édition de l’ensemble des Lais de Marie de France et d’un certain nombre de lais anonymes (Désiré, Guingamor, Tydorel, Graelent et Mélion), ainsi qu’une traduction et une annotation de tous les textes. Les éditrices affirment qu’elles ont repris l’édition proposée en 1966 par Jean Rychner et disent très clairement la façon dont elles l’ont revue. Elles soulignent par exemple qu’elles ont choisi de modifier la ponctuation pour faire ressortir les passages au discours indirect libre caractéristiques du style de Marie de France. Elles expliquent en outre le choix des autres textes qu’elles ont retenus pour leur édition, en s’interrogeant sur ce qu’on appelle « lai ». « Dans les cinq textes retenus, l’aventure, toujours amoureuse et merveilleuse, est centrée sur la construction d’une figure héroïque, étroitement associée à une réflexion sur l’intégration du héros dans la mémoire et l’histoire, par le lignage ou la merveille fossilisée. Cette réflexion sur la mémoire, poétique et sociale, a ici guidé notre lecture des lais » (p. 111-112). Le recueil Paris, BnF, n. a. f. 1104 (S) est ainsi leur manuscrit de base.

2L’introduction de plus de 140 pages est extrêmement précieuse. Non seulement, elle rappelle l’histoire de la réception des lais ainsi que les lectures et les interprétations connues qu’on en a faites, mais encore, elle apporte une lecture très contemporaine, s’appuyant notamment sur la phénoménologie de notre temps, de façon très convaincante et juste, avec une très grande clarté et autant d’élégance. Ainsi, Nathalie Koble et Mireille Séguy rappellent tout à la fois les problématiques du rapport à la musique ou à la logique de recueil, la question de la remembrance ou l’esthétique de la brièveté. Elles s’intéressent avec rigueur et précision aux questions formelles et aux spécificités de la création poétique que présentent les Lais, comme la singularité des figures féeriques et de l’espace, la poétique du nom (celui de Marie, ceux de ses lais, de ses personnages, des lieux qu’elle évoque…) ou la nature de l’aventure. Elles soulignent combien, dans les Lais, l’amour « est présenté comme une fin en soi, qui ouvre le sujet à la vie émotive, mais aussi à la vie éthique et esthétique » (p. 63). Elles articulent parfaitement l’importance de la nature et de la merveille : « Au plan esthétique, la merveille ne diffère du réel qu’en intensité : en profonde communion avec la nature animale et végétale, elle en est  comme la manifestation stupéfiée, magnifiée par le regard et la puissance du désir » (p. 70) ; et « la merveille peut non seulement être remplacée par des éléments naturels, mais aussi par toutes sortes d’‘engins’, signes habilement fabriqués par les amants eux-mêmes pour imposer l’évidence du lien amoureux et sa mémoire poétique » (p. 70). Elles envisagent également les Lais, en lien avec la construction de l’individu, au plan psychique et social. Elles mettent en avant le fait que les Lais s’écrivent souvent à un « point de déchirure spatiale et psychique » (p. 89), ce qui paraît d’une justesse rare.

3L’introduction se clôt sur une très solide et précise introduction sur la langue des textes, avant une note très efficace sur la traduction dont il faut saluer le caractère explicite et volontaire : choix de rendre autant que possible la brièveté des textes de Marie de France et de préserver la syntaxe du vers ou le discours indirect libre, par exemple, mais aussi « faire entendre cette tension entre chant et récit, ce battement rythmique et émotionnel qui est au cœur de l’effet de brièveté que les textes recherchent et qui structure leur rapport à la mémoire » (p. 141), objectif ambitieux, s’il en est… Le lecteur apprécie également la bibliographie, notamment la partie, très utile, qui détaille les références concernant chaque lai en particulier.

4Au long du volume, les notes sont abondantes et riches, tant sur l’interprétation que sur les choix de traduction (valeur de certains imparfaits, par exemple), les allusions de civilisation, de géographie ou d’histoire littéraire. Elles font largement écho à l’introduction. Le glossaire est constitué avec une grande attention et une grande précision. Mon seul regret concerne un détail pratique qui échappe vraisemblablement aux éditrices : il serait pratique d’avoir le titre du lai en haut de la page de gauche (au-dessus du texte) plutôt que « lais de Marie de France » ou « lais anonymes », afin de simplifier la consultation. Mais ce n’est qu’une broutille matérielle.

5On l’aura compris, ce travail est précieux et utile, et surtout il manifeste une intelligence fine et attentive, ainsi qu’une considération des lais à leur juste valeur littéraire et artistique.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Lais Bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, éd. et trad. Nathalie Koble et Mireille Séguy », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12361

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org