Navigation – Plan du site

René d’Anjou, écrivain et mécène (1409-1480), éd. Florence Bouchet

Estelle Doudet
Référence(s) :

René d’Anjou, écrivain et mécène (1409-1480), éd. Florence Bouchet, Turnhout, Brepols (« Texte, codex et contexte » 13), 2011, 308p.

ISBN 978-2-503-53350-6

Texte intégral

1La commémoration de la naissance de René d’Anjou en 2009 a eu pour heureuse conséquence la publication d’ouvrages qui, renouvelant notre connaissance du prince angevin, permettent de mieux évaluer son rôle dans la culture du 15e siècle. Après J. Favier (Le roi René, Fayard, 2008), qui éclairait la biographie du personnage, ce recueil d’articles met en valeur ses facettes « d’écrivain et de mécène. » Si le « bon roi » se révèle aujourd’hui sous les traits d’un prince-poète à l’instar de son cousin Charles d’Orléans, la perception de sa personnalité par ses contemporains était bien différente. Aux yeux des écrivains du 15e siècle, René d’Anjou était avant tout un homme public, dont le peu d’efficacité politique était compensée par le faste de la cour. J. Cerquiglini-Toulet et F. Bouchet le rappellent justement à l’orée du recueil : le poète, l’amateur d’art retenait alors moins l’attention. René d’Anjou, écrivain et mécène propose donc de redécouvrir l’homme de culture dans sa diversité, mais avec subtilité : en mettant en valeur les œuvres de René ou celles qui sont nées de son mécénat, l’ouvrage ne laisse pas oublier que l’art a pu être le vecteur d’une diplomatie internationale ou le reflet d’une conscience politique. C’est donc la complexité d’un prince-poète qui est ainsi mise en lumière, à travers dix-huit contributions et un avant-propos, croisant éclairages littéraires, études iconographiques, réflexions spirituelles et analyses socio-politiques.

2Le recueil articule en cinq parties les différentes contributions présentées. L’itinéraire proposé est convaincant : les études se renvoient les unes aux autres et se complètent sans déséquilibre, mêlant harmonieusement – le fait n’est pas si fréquent – les points de vue interdisciplinaires.

3La première partie, « antécédents, rencontres, réceptions », joue un rôle de seuil. Puisque René d’Anjou apparaissait au 15e siècle comme l’animateur d’un cour brillante, lui-même issu d’une illustre lignée, comment son entourage familial et intellectuel fonctionnait-il ? M.-G. Grossel se penche sur ce cercle familial à travers le préceptorat qu’Antoine de la Sale a assumé auprès du fils de René, Jean de Calabre ; elle analyse le Roman de Paris et de Vienne, texte méconnu offert à son élève. La comparaison entre René et Charles d’Orléans s’impose d’emblée, tant l’innutrition est frappante ; ainsi H. Swift, à travers l’étude des portraits de Mélancolie dans les œuvres des deux ducs et de leur contemporain J. Milet, souligne-t-elle certains aspects de ces jeux de récriture.

4Le deuxième ensemble d’études aborde l’un des traits les plus saillants de l’œuvre littéraire de René : l’écriture allégorique. Celle-ci est un héritage en même temps qu’une forme d’expression  contemporaine dominante. Le Mortifiement de Vaine Plaisance et Le Livre du Cueur d’amour Espris, explorés tour à tour dans quatre contributions, forment de ce point de vue un diptyque révélateur. Comme pour le poète Charles d’Orléans, le travail de l’héritage allégorique est chez le romancier René d’Anjou source d’une réflexion ironique sur les sources explicites du Livre du Cueur, particulièrement La Queste del saint Graal, comme J.-C. Mühlethaler l’avait déjà brillamment montré ; l’étude qu’il offre ici de la mise en scène de la nourriture allégorique dans le roman et son hypotexte est également fort convaincante. Si René connaît ses classiques, il est sensible à certains motifs fondamentaux de la littérature du temps. E. Soulenq le montre en particulier pour le personnage de Cœur, en étudiant son évolution entre l’œuvre renatienne (si on nous permet ce néologisme) et la lyrique aurélienne. Mais l’écriture allégorique de René n’est pas seulement nourrie de réflexivité plus ou moins amusée sur les intertextes ; elle est aussi l’occasion d’un dialogue, dans Le Mortifiement, avec des œuvres spirituelles. J. Cerquiglini-Toulet le souligne justement dans son avant-propos : si René d’Anjou, romancier malicieux, est désormais assez familier à la critique moderne, René d’Anjou, penseur spirituel, reste à découvrir. Ce terrain est défriché ici par deux très belles études du Mortifiement de Vaine Plaisance,qui prolongent d’ailleurs les travaux des chercheuses qui les proposent. L’une, due à F. Pomel, démontre la puissante imprégnation de la rhétorique des sermons dans ce texte. Elle éclaire la position de René sur l’éveil des sens intérieurs (le cœur) par les sensus exteriores (l’ouïe et la vue), en la replaçant dans le courant de méditation sur ce problème au 15e siècle ; elle suggère enfin une possible dramatisation de ce texte moral, dont les liens avec les moralités contemporaines sont étroits. De ce point de vue, l’écriture de René d’Anjou est exemplaire des tensions entre narration et jeu dramatique, caractéristiques des siècles du moyen français. Quant à l’étude de V. Minet-Mahy, elle aborde un champ de recherche essentiel : l’influence de J. Gerson. René d’Anjou est l’un des nombreux lecteurs du Chancelier et leurs œuvres se trouvent parfois recueillies dans les mêmes manuscrits. La participation des laïcs aux exercices de méditation et la possibilité pour eux d’accéder à une connaissance du divin par une théologie affective est, comme on le sait, l’un des points majeurs de la doctrine gersonienne. René en a été non seulement convaincu pour lui-même, mais il a fait du Mortifiement, traité spirituel d’un laïc adressé à des laïcs, une illustration des enseignements gersoniens. Cette étude emporte l’adhésion et souligne l’urgence de nouvelles recherches approfondies sur cette question.

5Les réflexions sur l’héritage allégorique et sa prise en charge par l’écrivain ouvrent assez naturellement à un troisième ensemble, qui éclaire une facette mieux connue du personnage, l’exceptionnel intérêt de René pour les arts, notamment visuels et figuratifs. Ph. Maupeu le montre de façon convaincante : le mécène, chez le prince d’Anjou, ne se dissocie pas de l’artiste. Une véritable réflexion sur l’image traverse ainsi le Livre du Cueur,image saisie par le regard descriptif ; image intériorisée, subjective, peut-être onirique. Cette argumentation remarquable souligne comment les différentes saisies intellectuelles ou affectives de l’image influencent par contrecoup la perception et l’évocation du temps au sein de la matière narrative. Le Livre du Cueur, méditation sur l’image, est aussi le lieu d’étranges mises en scène, telle la célèbre description des tapisseries de Vénus décryptée avec brio par Rose-Marie Ferré. Un autre art visuel a attiré l’attention du prince, comme le dévoile N. Bock ; René d’Anjou a été en effet l’un des premiers à faire revivre la mode des médailles, brièvement illustrée par le mécénat de Jean de Berry quelques décennies auparavant. Il s’entoure de remarquables artistes italiens, qui réalisent pour lui des programmes de représentation exceptionnels. L’intérêt de René, comte de Provence, pour l’art cisalpin le place ainsi au cœur des échanges entre France et Italie et le révèle comme un acteur majeur de ce que l’on appellera plus tard la Renaissance.

6Automne du Moyen Âge ? Printemps de la Renaissance ? La personnalité de René d’Anjou subsume ces catégories peu efficaces ; ou plutôt elle permet de les interroger à nouveaux frais. C’est l’objet de la quatrième partie du recueil. Comme le rappelle C. Freigang, le mythe de René s’est articulé sur celui de l’amateur de tournois. Tel est le portrait que trace de lui J. Huizinga, qui le désigne comme un parfait exemple du rêve romanesque où s’enfermerait une chevalerie déclinante. La contribution de C. Freigang est complétée par les suggestions de J. Taylor, qui propose de voir dans les pas d’armes dont René fut un infatigable metteur en scène l’instrument permettant de construire une conscience de groupe, fondée sur la mise en scène imaginaire de soi. Or l’un des titres de gloire les mieux assurés du roi René est sans aucun doute le rôle de mécène dramatique qu’il joua au 15e siècle, par lequel il domina tous les hommes politiques contemporains. H. Kogen éclaire la carrière de Jehan du Prier, qui joua auprès de lui un rôle assez proche de celui de Michault Taillevent auprès du duc de Bourgogne Philippe le Bon. Jean du Prier, acteur, metteur en scène, dramaturge de talent, mais aussi polygraphe, permet d’affiner notre connaissance du statut d’écrivain de cour, dont on sait l’importance au tournant des 15e et 16e siècles, avec les Grands Rhétoriqueurs. Auprès de lui, René sut également attirer les fatistes les plus réputés et les plus audacieux, comme Simon Gréban, auteur du Mystère des Actes des Apôtres, dont G. Parussa rappelle la carrière en Provence.

7René d’Anjou, écrivain plus qu’homme politique : faut-il inverser les traits du portrait qu’avaient construit les commentateurs contemporains ? L’ouvrage évite cette maladresse dans une dernière partie, qui synthétise les études antérieures. Alors que M. Nievergelt rejoint l’analyse de C. Freigang sur les fêtes de cour et l’idéal chevaleresque que le roi y dessine, O. Margolis montre comment le prince sait utiliser la littérature – une commande à Panonnius, humaniste fréquentant la cour de Ferrare – pour manœuvrer sur l’échiquier diplomatique européen. S. Cassagnes-Brouquet, dans une fine analyse, souligne que mécénat n’exclut pas politique ; les relations entre René d’Anjou et Louis XI témoignent, de ce point de vue, d’une subtile utilisation (faut-il dire manipulation ?) des soutiens artistiques. Le bel article de T. van Hemelryck et d’H. Haug conclut l’ensemble par un bilan très clair de la littérature produite à et par la cour angevine de Provence – un outil très utile à consulter p. 286-294 – et par une analyse de la bibliothèque princière. Celle-ci offre un dernier reflet de la personnalité si particulière de René d’Anjou. Elle s’articule autour de la méditation spirituelle et des textes bibliques – et non autour des ouvrages moralistes et historiques que privilégient ses cousins de Bourgogne. Penseur, René déploya son action vers l’écriture et le mécénat artistique ; héritier, parfois souriant, de la tradition littéraire, il manifesta une attention soutenue aux plus récentes nouveautés, qu’elles soient intellectuelles ou techniques. L’étonnant nombre d’imprimés dans sa bibliothèque en est un ultime témoignage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « René d’Anjou, écrivain et mécène (1409-1480), éd. Florence Bouchet », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12355

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org