Navigation – Plan du site

Le Roman de Gillion de Trazegnies, éd. Stéphanie Vincent

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Le Roman de Gillion de Trazegnies, éd. Stéphanie Vincent, Turnhout, Brepols (« Textes vernaculaires du Moyen Âge » 11), 2010, 424p.

ISBN 978-2-503-54072-6

Texte intégral

1La présente publication, issue d’une thèse de doctorat soutenue en 2006, vaut d’être signalée comme la première à proposer une nouvelle édition du roman de Gillion de Trazegnies depuis celle très tôt (en 1839) procurée par O. L. B. Wolff, qui par ailleurs a donné lieu à une traduction partielle en français moderne par M. Santucci (dans Splendeurs de la cour de Bourgogne, éd. D. Régnier-Bohler, Paris, Laffont, 1995), et la thèse inédite de F. Horgan (1985).

  • 1  Signalons la nouvelle édition d’A.-M. Liétard-Rouzé, Messire Gilles de Chin, Lille, Presses Univer (...)

2Le roman, à dire vrai, repose sur un certain nombre de lieux communs, de thèmes et de schémas narratifs – topos du manuscrit (« en langue ytalyenne », et non en latin, ce qui nous situe bien à la fin du Moyen Age) trouvé dans le prologue, thèmes de la stérilité du couple, de la gémellité, de l’homme entre deux femmes, de la belle Sarrasine, séparations, emprisonnements, combats incognito et retrouvailles, etc. – qui ne se signalent pas par leur originalité, mais il vaut néanmoins d’être lu. De fait, probablement composé entre 1454 et 1460 (d’après les estimations de J. Paviot), par un anonyme qui pourrait être Jean de Wavrin (c’est l’hypothèse ici rejetée de F. Horgan), ou éventuellement Gilbert de Lannoy (c’est la nouvelle hypothèse proposée, avec prudence, par S. Vincent), et dédié à Philippe le Bon, auprès de qui il aurait pu s’agir de redorer le blason de la famille de Trazegnies (cf., sur cette hypothèse peut-être insuffisamment exploitée, les p. 75-76 et 93), Gillion de Trazegnies constitue à n’en pas douter, à côté d’autres œuvres de la même veine comme le Gilles de Chin en prose1 ou le Livre des faits de Jacques de Lalaing, un bon représentant des évolutions de la forme romanesque à la fin du Moyen Age, particulièrement en contexte bourguignon, s’agissant par exemple de sa dimension dynastique, de sa glorification des valeurs chevaleresques et de l’esprit de croisade, ou encore de sa vraisemblance globale, qui en fait aussi un miroir de la société qui l’a vu naître.

  • 2  Il n’était pourtant guère difficile, ne serait-ce qu’en naviguant sur internet, de retracer le « B (...)

3L’introduction à l’édition, copieuse, présente l’essentiel des éléments utiles à la compréhension du texte, ce dernier étant établi à partir du ms. D, destiné à Antoine de Bourgogne et copié par David Aubert « manu propria », qui est avec le ms. E le seul représentant de la version longue du roman (un remaniement dû à l’auteur lui-même ?), qui se distingue de l’autre par une conclusion bien plus étoffée (une cinquantaine de pages au lieu d’une seule : cf. p. 47 et 324) ; les variantes des autres mss, non reproduites dans la présente publication, peuvent se lire dans la thèse de S. Vincent. On relèvera néanmoins quelques aspects perfectibles, pour finir : ainsi, dans l’introduction, riche quoique manquant parfois un peu de clarté, la notion à mon sens insuffisamment précisée, à propos du ms. B, de « brouillon de copiste » (cf. p. 30 et 55-56), ou bien le recours à une cote obsolète pour renvoyer au ms. d’une des traductions latines du roman2 ; l’absence du premier prologue du ms. E dans l’Appendice, qui reprend seulement la « petite conclusion » du ms. I ; un mince cahier de reproductions en noir et blanc qui visiblement ne rend pas hommage aux enluminures des mss D et E (un CD-ROM n’eût-il pas été préférable ?) ; plus gênant, et bizarrement mêlé à l’index général (avec un problème dans la présentation des entrées, systématiquement dédoublées), un glossaire visiblement insuffisant, qui en outre ne signale pour dictionnaire de référence que le Godefroy, ignorant le DMF toujours en cours d’élaboration mais déjà très précieux de l’ATILF.

Notes

1  Signalons la nouvelle édition d’A.-M. Liétard-Rouzé, Messire Gilles de Chin, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2010.

2  Il n’était pourtant guère difficile, ne serait-ce qu’en naviguant sur internet, de retracer le « Bibliothèque impériale d’Autriche n°9365 » (p. 45), qui est dorénavant le Wien, Österreichische Nationalbibliothek, s.n. 12710, contenant l’Historiologium Brabantinorum de Jan Gielemans et précisément daté de 1486 ; cf. sur ce point Manuscrits et livres imprimés concernant l’histoire des Pays-Bas, 1475-1600, éd. F. Unterkircher, Österreichische Nationalbibliothek / Bibliothèque royale de Belgique, 1962, ainsi que la notice du catalogue en ligne de l’Österreichische Nationalbibliothek, qui comporte d’ailleurs une erreur de titre (Horologium Brabantinorum au lieu d’Historiologium Brabantinorum).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Le Roman de Gillion de Trazegnies, éd. Stéphanie Vincent », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12353

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org