Navigation – Plan du site

Vincent de Beauvais, De l’institution morale du prince, édition établie, présentée et annotée par Charles Munier

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Vincent de Beauvais, De l’institution morale du prince, édition établie, présentée et annotée par Charles Munier, Paris, Cerf (« Sagesses chrétiennes »), 2010, 350p.

ISBN 978-2-204-08804-6

Texte intégral

1Charles Munier donne, dans ce volume de la collection « Sagesses chrétiennes » une traduction en français moderne du De morali principis institutione (MPI), à partir de l’édition de Robert J. Schneider réalisée en 1995 chez Brepols. Et il retrace dans une substantielle introduction (p. 7-112) la biographie de Vincent de Beauvais (v. 1190-1263) et l’inscription du MPI dans le genre des miroirs (définition, sources, thématiques). C’est ce dernier point qui va principalement retenir notre attention.

2Le De morali principis institutione date des années 1260-1263 ; il est adressé conjointement au roi régnant, Louis IX, et à son gendre, Thibaut V, roi de Navarre, mari d’Isabelle, sa fille aînée. Le traité, divisé en 28 chapitres, devait s’inscrire dans le Speculum maius, le grand œuvre de Vincent de Beauvais, commencé dès 1230 : une encyclopédie où le dominicain a rassemblé tous les savoirs en quatre parties (Speculum naturale, Speculum doctrinale, Speculum morale et Speculum historiale). Le MPI devait s’intégrer au Speculum morale. Le Speculum maius est offert au roi en 1244/7, puis il est retravaillé dans une nouvelle mouture en 1256/9.

3L’une des originalités du MPI vient du fait qu’en 1247/8, Vincent de Beauvais a sollicité deux équipes pour rassembler la matière du traité : l’une formée des cisterciens de Royaumont et l’autre des dominicains de Saint-Jacques. Ainsi, écrit Charles Munier, le MPI est-il au cœur des traditions monastiques et scolastiques (p. 27). Mais les activités multiples et sa proximité du pouvoir royal font que Vincent de Beauvais interrompt plusieurs fois l’élaboration du traité ; il la reprend à la fin de sa vie sous la double instance du ministre général des dominicains, Humbert de Romans, et du roi de Navarre, Thibaut V.

4Ce tractatus du MPI a pour objet d’aider le prince à gouverner mais aussi de servir aux frères qui auront à le conseiller (prologue), en rassemblant et résumant, et exposant dans des chapitres courts tout ce qui peut être utile (devoirs, dignité, salut), touchant les mœurs des princes, de la cour et de ceux qui sont au service de la chose publique. Alors que le De puerorum nobilium eruditione (1248) traitait de l’enfance, le MPI est destiné à l’adolescence (17-30 ans). En 1263, Louis, le fils aîné du roi, né en 1244, est mort en 1260 ; le nouveau fils aîné est donc Philippe, né en 1245, qui a alors 18 ans. Remarquons au passage la distinction des âges de la vie qui corrobore la thèse d’une plus grande personnalisation des miroirs qu’on ne l’a cru. Le travail de Vincent de Beauvais et de son équipe consiste à extraire (excerpere), c’est-à-dire qu’ils puisent dans les œuvres des prédécesseurs et cueillent dans leurs livres ce qui peut être utile pour l’institution morale du prince régnant et gouvernant. Peu satisfait de la collecte opérée par les deux équipes, Vincent de Beauvais construit cependant un tractatus tel qu’on peut en trouver alors à l’Université ou dans la prédication : caractérisé par la collation d’autorités ordonnées et argumentées et traitant d’un sujet par chapitre (p. 88-89). En ce sens, le MPI apparaît comme un tissu de citations puisées dans la Bible, l’Antiquité, les Pères et les contemporains (voir les trois index).

5Après un prologue justifiant l’ouvrage, le chapitre I expose que clercs et laïcs forment une communauté et que dans ce corps, chacun a sa place. Les chapitres II à IX traitent du gouvernement de ce corps par un prince, triste réalité que Vincent de Beauvais explique par la nécessité de corriger les méchants. La fonction principale du roi est d’être utile. Le dominicain retient et commente les passages bibliques de Dt 17 et I Sm 8 sur l’origine peccamineuse de la royauté. Dieu a permis, dit-il, et non ordonné la royauté : d’un mal, Dieu permet qu’il puisse sortir un bien. L’ordonnance divine légitime tous les princes, y compris les mauvais, et justifie leur pérennité. Le maître dominicain admet les mutations dynastiques lorsque l’utilité est en jeu (avènement des Capétiens, ch. IV). Quelle que soit l’époque, le pouvoir est un fardeau pour le prince (ch. VIII-IX). Dans les chapitres X à XVI, Vincent de Beauvais insiste sur les trois vertus du prince qui sont le reflet des attributs de la Trinité : pouvoir (Père), sagesse (Fils), bonté (Esprit). Dans le chapitre X, véritable pivot du l’ensemble, il est expliqué que la tripartition vient de Richard de Saint-Victor (Trin., VI, 15). Les trois vertus sont conjointes, la sagesse sans la vertu et la bonté n’est qu’un savoir-faire (Cicéron, Off., I, 19, 63). Les chapitres XI à XVI traitent de la sagesse, celle qui doit guider le prince dans le choix des conseillers, la gestion des ressources et la prévoyance ; les chapitres XVII à XIX évoquent la bonté. Et les derniers chapitres XX à XXVIII mettent le prince en garde contre les curiaux et les vices inhérents à la cour (flatterie, cupidité).

6La question du genre du MPI est posée par Charles Munier, qui définit ce qu’est un miroir (p. 21-28) et fait l’historique des miroirs au prince (p. 28-52) en précisant que Vincent de Beauvais n’a pas lu les miroirs carolingiens (p. 29). On sait que le speculum a alors un sens qui s’est exprimé dans deux symbolismes : il faut connaître pour se connaître et se corriger dans une perspective eschatologique. Le double symbolisme renvoie au speculum comme imago mundi, encyclopédie des savoirs illuminés par le Christ, et au miroir reflétant le monde et soi-même pour une prise de conscience d’une nécessaire et urgente correction. Les Pères ont développé la vision christologique et eschatologique ; le Moyen Age est plus axé sur la correction terrestre en vue du salut. Vincent de Beauvais résume les deux acceptions dans ses œuvres : le Speculum maius relève de la première, et ses traités de bon gouvernement de la seconde. Mais les deux symbolismes ne s’opposent pas car l’imago mundi doit transformer l’individu.

7De l’historique des miroirs, on retiendra ceux qui ont été rédigés au temps de Saint Louis. Charles Munier insiste sur le De puerorum nobilium eruditione destiné par Vincent de Beauvais à la reine Marguerite en 1248, sur le miroir Eruditio regum et principum du franciscain Guibert de Tournai en 1259 (annexe I, p. 299-300) et sur les Enseignements de Saint Louis à son fils en 1267/8 (annexe II, p. 303-311). Vincent de Beauvais a lu le Policraticus de Jean de Salisbury (1165), le De bono regimine principis d’Hélinand de Froidmont (1210) et les miroirs du temps. Avant l’ouvrage de Gilles de Rome, qui date de 1278, le MPI traite de la chose publique (prologue), de la communauté (ch. I), des officiers (ch. XIII) et redit après d’autres que le roi doit être savant (ch. XV). Insistance est faite sur le fardeau du pouvoir (ch. VIII-IX), rien n’est dit de la tyrannie ; les trois vertus trinitaires du prince anticipent les développements de Raoul de Presles sur les trois lys de France.

8Le MPI regorge d’autorités savantes et de proverbes intemporels. On en retiendra deux exemples : Quintilien est sollicité au chapitre XII pour dire que le prince qui veut tout savoir doit ignorer bien des choses ; et au chapitre XIII, la stigmatisation de ceux qui ont la mauvaise habitude de donner aux plus riches plutôt qu’aux pauvres est illustrée par un proverbe pittoresque qui énonce qu’ils sont comme l’âne qui pisse dans l’eau plutôt qu’en terrain sec.

9L’édition comprend trois index : des citations et allusions bibliques ; des auteurs classiques grecs et latins ; et des auteurs chrétiens de l’Antiquité et du Moyen Âge (p. 313-345).

10Cette traduction participe de la conviction des chercheurs que l’étude des miroirs au prince n’est pas close et qu’elle recèle encore bien des richesses politiques et historiques.

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Vincent de Beauvais, De l’institution morale du prince, édition établie, présentée et annotée par Charles Munier », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12352

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org