Navigation – Plan du site

Anne Ibos-Augé, Chanter et lire dans le récit médiéval. La fonction des insertions lyriques dans les œuvres narratives et didactiques d’oïl aux XIIIe et XIVe siècles

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Anne Ibos-Augé, Chanter et lire dans le récit médiéval. La fonction des insertions lyriques dans les œuvres narratives et didactiques d’oïl aux XIIIe et XIVe siècles, Bern, Peter Lang, 2010, 1296p. en 2 vol.

ISBN 978-3-0343-0032-2

Texte intégral

  • 1  L’étude ne comporte malheureusement pas de liste clairement établie des manuscrits pourvus d’une n (...)

1Quoique je ne sois pas à même d’évaluer l’importance de la contribution proprement musicologique de cet ouvrage, du moins puis-je supposer que cette contribution en constitue l’intérêt majeur, dont l’ampleur des « Annexes musicales » (p. 473-875 du second volume) suffit d’ailleurs à témoigner, qui contiennent « toutes les transcriptions des insertions non éditées jusqu’à présent, ou qui n’ont bénéficié que d’éditions musicales partielles » (p. 27) ; l’auteur elle-même invite d’ailleurs à le penser, quand elle déclare dans son introduction que « la part la plus importante de [s]a recherche a été, quand les témoins manuscrits étaient dépourvus de notation1, la restauration musicale des insertions d’après diverses sources parallèles » (p. 26).

  • 2  M. Boulton, The Song in the Story. Lyric Insertions in French Narrative Fiction, 1200-1400, Philad (...)
  • 3  M. Simó, La Arquitectura del roman courtois en verso con inserciones líricas, Bern, Peter Lang, 19 (...)

2Sur le plan proprement littéraire – que l’on ne peut évidemment pas séparer, surtout quand il s’agit du phénomène de l’insertion lyrique, du plan musical – en revanche, j’avoue que l’apport de cette étude m’a paru moins considérable. A première vue pourtant, il paraissait tentant d’envisager d’un autre regard, qui ne soit justement pas seulement celui du littéraire – objet d’un récent travail de M. Boulton2, ou encore de M. Simó3 –, un vaste corpus, englobant de la façon la plus extensive tous les textes d’oïl usant de l’insertion lyrique aux XIIIe et XIVe siècles, des plus évidents (Roman de la rose de Jean Renart, Roman de la violette de Gerbert de Montreuil) aux moins connus ou étudiés (je pense en particulier à L’Art d’amours édité par B. Roy, à La Prison d’amour de Baudouin de Condé, ou encore au Rosarius). Mais d’emblée, certaines difficultés d’ordre méthodologique apparaissent : on ne trouve, dans la (trop) brève introduction d’A. Ibos-Augé, aucun bilan critique sur la question de l’insertion lyrique, qui a pourtant donné lieu à un certain nombre d’études, certes figurant dans la bibliographie (sauf celle de M. Simó), mais qui pourraient aussi bien ne pas exister, puisqu’à aucun moment l’auteur ne s’appuie sur elles, alors que la question des différentes fonctions de l’insertion lyrique, toujours un peu délicates à définir et à délimiter, a déjà été amplement traitée, et sur un corpus plus large, par M. Boulton en particulier ; plus gênant, les textes étudiés ne donnent lieu à aucune présentation, ni dans l’introduction ni plus avant dans le développement, si bien que le lecteur a intérêt en avoir une bonne connaissance préalable, s’il espère pouvoir s’y retrouver dans le catalogue de faits énumérés parfois sans grand souci de transition, ni surtout de distinction entre les différents genres littéraires concernés – ainsi, pour ne donner qu’un exemple, la dimension théâtrale de textes comme le Jeu de Robin et Marion ou le Jeu de la feuillée n’est-elle absolument pas prise en compte.

3Aussi, en dépit du caractère indéniablement fouillé du travail, de pages intéressantes notamment sur l’insertion lyrique utilisée « à titre d’exemple », particulièrement dans certains textes didactiques (p. 267-307), ou comme « génératrice ou partie intégrante de la forme » (p. 315-331), ou encore d’utiles « Annexes littéraires » (p. 883-1288) proposant un relevé complet de toutes les insertions dans les textes considérés, la parution de cette étude ne dispensera-t-elle pas, du moins sur le plan proprement littéraire, de se reporter à celles qui l’ont précédée sur le même sujet.

Notes

1  L’étude ne comporte malheureusement pas de liste clairement établie des manuscrits pourvus d’une notation musicale, ou ayant laissé l’espace nécessaire sans toutefois le remplir ; cf. cependant p. 83.

2  M. Boulton, The Song in the Story. Lyric Insertions in French Narrative Fiction, 1200-1400, Philadelphie, University of Pennsylvania, 1993.

3  M. Simó, La Arquitectura del roman courtois en verso con inserciones líricas, Bern, Peter Lang, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Anne Ibos-Augé, Chanter et lire dans le récit médiéval. La fonction des insertions lyriques dans les œuvres narratives et didactiques d’oïl aux XIIIe et XIVe siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12341

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org