Navigation – Plan du site

Les instruments de travail à la Renaissance, éd. Jean-François Gilmont et Alexandre Vanautgaerden

Bruno Méniel
Référence(s) :

Les instruments de travail à la Renaissance, éd. Jean-François Gilmont et Alexandre Vanautgaerden, Turnhout, Brepols (« Musée de la Maison d’Érasme »), 2010, 288p.

ISBN 978-2-503-53054-3

Texte intégral

1Comprendre les instruments de travail qu’utilisaient les hommes de la Renaissance, c’est pénétrer leurs modes de pensée, leurs façons de lire, leurs pratiques d’écriture : c’est comprendre l’humanisme. Sur les ouvrages usuels des humanistes existaient de nombreux travaux épars ; le présent ouvrage présente des articles dont certains proposent une véritable synthèse.

2Olga Weijers évoque les principaux acquis du Moyen Âge. Durant le haut Moyen Âge, dans les ouvrages savants, l’ordre systématique ou rationnel prévalait ; l’ordre alphabétique, pourtant hérité des Romains, ne se répand véritablement comme critère de classement qu’à partir de la fin du XIIe siècle. De cette innovation découlent le répertoire, les tables alphabétiques ou index de mots-clefs (milieu XIIIe siècle), mais aussi les ouvrages obéissant à un plan alphabétique – recueils de distinctiones, qui distinguent divers sens figurés ou symboliques de termes bibliques, concordances bibliques, florilèges ou recueils d’exempla. D’autres innovations consistent en l’utilisation des chiffres arabes pour le foliotage des manuscrits et la division systématique des ouvrages en chapitres, à partir du XIIIe siècle. Le lexique de Papias, qui date du XIe siècle, est le premier à prendre en compte la dérivation des mots. Les Derivationes d’Huguccio, au XIIe siècle, sont fondées sur le même principe.

3Jean-Louis Charlet offre une remarquable synthèse sur la lexicographie latine du quattrocento. Il souligne d’abord l’absence de rupture entre Moyen Âge et Renaissance : le lexique de Papias est imprimé quatre fois en Italie au XVe siècle et les manuels lexicographiques latins médiévaux restent en usage jusque dans les années 1520. Lorenzo Valla, dans ses Elegantiae linguae latinae – qui ont eu plusieurs éditions manuscrites mais n’ont été imprimées qu’en 1571 – affirme sa volonté de ramener les Romains à leur vraie langue, obscurcie par les ténèbres médiévales et captive de la barbarie gauloise, c’est-à-dire française. Cet appel lancé pour une restauration humaniste du latin est entendu par Giovanni Tortelli, dont les Commentarii de orthographia se concentrent sur les emprunts du latin au grec, et par Niccolò Perotti, dont le Cornu copiae, qui se présente comme un simple commentaire de Martial, est en fait un dictionnaire étymologique, analogique et encyclopédique. Perotti, considérant que la reconquête du latin doit permettre de maîtriser les sciences et les arts, ne néglige pas les termes de métier ; il n’écarte pas non plus les néologismes, considérés comme le moyen de nommer les réalités modernes. Jean-Louis Charlet fait le point sur les problèmes qui se posent aujourd’hui aux spécialistes de Perotti et sur la première diffusion de son grand ouvrage, qui disparaît pratiquement après 1540, concurrencé qu’il est par le Calepino et le Thesaurus linguae Latinae d’Henri Estienne. Deux autres lexicographes sont étudiés : Giuniano Maio, qui a composé un De priscorum proprietate uerborum, et Nestore Dionigi, auteur d’un dictionnaire sans titre.

4Martine Furno montre qu’entre 1502 et 1636, les expériences lexicographiques sont sujettes à deux tendances : celle de l’érudition (ou doctrina) et celle de la formation pédagogique (ou disciplina). Calepin, conservateur, s’oppose à Valla et cite dans son dictionnaire de 1502 aussi bien les pères de l’Église que les auteurs latins classiques. Le Thesaurus linguae latinae (1531, 1536 et 1543) de Robert Estienne conserve le plus grand nombre possible de mots et d’expressions.

5Max Engammare étudie les concordances verbales bibliques latines aux XVe et XVIe siècles. Il existe deux types des concordances : les concordances réelles, qui sont des index thématiques, et les concordances verbales, qui sont des listes de mots classés alphabétiquement. Au Moyen Âge, les première avaient souvent une origine franciscaine, les secondes une origine dominicaine. Or les concordances dominicaines se limitaient aux mots variables. Il faut presque attendre le XVe siècle pour qu’une concordance des mots indéclinables soit créée, afin de clarifier des questions théologiques au Concile de Bâle (1537). Les premiers imprimeurs disposent donc d’une concordance en deux parties. Ils travaillent avec les humanistes et non avec des théologiens, qui ont d’autres combats à mener. La première grande concordance est celle de Sebastian Brant chez Johann Froben et Johann Petri en 1496. Cette concordance est améliorée par Johann Froben et Sebastian Gryphius, mais les retouches sont superficielles. Un net progrès est effectué par Robert Estienne, dont les Concordantiae (1555), qui mêlent mots déclinables et indéclinables et qui sont beaucoup plus complètes, ont requis un travail de vingt ans.

6Jean-François Gilmont se penche sur les catalogues que le libraire Georg Willer a fait imprimer à partir de 1564 à l’occasion des deux foires annuelles de Francfort. En moyenne, chaque livraison propose environ 280 livres, les trois quarts allemands. Il apparaît qu’un tiers des ouvrages imprimés en Suisse romande (Genève, Lausanne et Morges) est exposé à la foire de Francfort : les libraires et imprimeurs François le Preux, Henri Estienne, François Le Fèvre, Eustache Vignon et Jacques de Saint-André présentent plus de la moitié de leurs titres.

7Catherine Magnien-Simonin étudie la Bibliothèque françoise de La Croix du Maine (1552-1592). Cinq entreprises ont occupé La Croix du Maine : la constitution d’une collection d’imprimés et de manuscrits ; l’édition de textes (ce projet n’a pas été réalisé) ; l’élaboration d’une immense encyclopédie personnelle fondée sur la compilation, pour laquelle il sollicitait le secours des princes et l’aide de collaborateurs ; la conception d’une bibliothèque idéale, composée de cent sept buffets, qui devrait être créée par le roi ; et enfin la rédaction de l’Epitomé, ou abregé de la grande Bibliothèque Françoise (1584). Pour composer cet ouvrage, il demande aux auteurs, sans grand succès, de lui envoyer le catalogue de leurs écrits ; il rédige des notices sur la base de rencontres, de conversations ou même de simples lectures ; il fait aussi une place à ceux qui donnent à penser qu’ils écriront un jour ; il honore ses amis d’articles détaillés, même s’ils n’ont encore rien publié. Il ne borne pas son enquête aux écrivains : il accueille des sculpteurs, des peintres, des architectes, des musiciens, et un amateur de fleurs.

8L’initiateur du Lexique de la prose latine de la Renaissance, René Hoven, et celui qui est devenu son collaborateur, Laurent Grailet, proposent une étude sur les mots non classiques dans trois œuvres lexicographiques, les Elegantiae de Valla, la Paraphrasis in Elegantiarum libros Laurentii Vallae d’Érasme et la Farrago sordidorum uerborum de Cornelius Crocus. Valla emploie certains termes dans un sens parfaitement classique, mais non répertorié par le Gaffiot. Sa pratique révèle qu’il est nettement favorable à la création de mots pour désigner des réalités ignorées de l’Antiquité, mais aussi qu’il crée des vocables nouveaux sans avoir conscience de le faire, comme les diminutifs « plausibles » fraudula, « petite tromperie », et surdulus, « un peu sourd ». Érasme accueille plus facilement que Valla les termes médiévaux et les néologismes de la Renaissance, alors que Crocus, en bon maître d’école, se montre plus restrictif que lui.

9Dirk Sacré montre que le Tyrocinium linguae latinae (1552) de Petrus Apherdianus, dictionnaire bilingue latin-néerlandais (il en existe aussi des éditions latin-allemand) fournissant aux élèves appelés à écrire en latin des mots mais aussi des expressions, a pour sources essentielles l’Exercitatio linguae latinae de Vives et, dans une moindre proportion, les Colloques d’Érasme.

10Isabelle Diu s’intéresse au travail de traduction en s’appuyant sur le cas d’Érasme et en partant de deux sources d’information, sa correspondance et sa bibliothèque. La traduction est à la fois le moyen d’apprendre une langue ancienne et un but en soi, et cette dualité produit deux pratiques distinctes. Parmi les ouvrages de travail d’Érasme, Isabelle Diu identifie les Quaestiones Graecae de Porphyre, les Commentaires sur la langue latine de Budé, le De rerum vocabulis de Pollux, l’Orthographia de Ioannis Tortelli, la grammaire grecque de Manuel Chrysoloras et sans doute le dictionnaire gréco-latin de Craston.

11Enfin, Alexandre Vanautgaerden étudie l’index thématique des Adages d’Érasme. Il montre que l’humaniste, ayant présenté les adages sans ordre a priori, a donné à l’index thématique qu’il introduit dans l’édition d’Alde Manuce à Venise, en 1508, la structure d’une topique, et que si les adages sont lus selon le classement des loci, un discours moral apparaît. Cet index est revu à chaque nouvelle édition et remanié en profondeur en 1526. L’ordre qu’il propose est suivi, dans la seconde moitié du XVIe siècle, par certaines éditions des Adages ou des épitomés des Adages.

12Cet ouvrage très riche, qui propose les résultats d’enquêtes approfondies, tient les promesses que faisait son titre. Les chercheurs que le Musée de la maison d’Érasme a su réunir apportent ainsi une précieuse contribution à la connaissance de l’humanisme.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Les instruments de travail à la Renaissance, éd. Jean-François Gilmont et Alexandre Vanautgaerden », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12338

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org