Navigation – Plan du site

Encyclopedia of the Medieval Chronicle, éd. Graeme Dunphy

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Encyclopedia of the Medieval Chronicle, éd. Graeme Dunphy, Leiden, Brill, 2010, 1748p. en 2 vol.

ISBN 978-90-04-18464-0

Texte intégral

1Cette publication, qui représente l’imposant aboutissement d’un projet engagé en 2002 à l’initiative de la Medieval Chronicle Society et de son président Graeme Dunphy, comble un manque dans l’historiographie médiévale et rendra à n’en pas douter de grands services au chercheur tant historien que littéraire, et à ce titre se devra de figurer dans toute bonne bibliothèque, du moins institutionnelle – cette restriction eu égard au prix de l’ouvrage, qui malheureusement en impose lui aussi.

2De fait, l’Encyclopedia of the Medieval Chronicle, entre autres qualités que l’on est en droit d’attendre d’une encyclopédie, se recommande avant toute chose par la masse considérable d’informations rassemblées, mises à jour et à disposition du lecteur : autant les entrées sont nombreuses, plus de 2500, pour à peu près le même nombre de textes historiques (le terme « chronique » étant ici à prendre au sens large de « historical writing » ; cf. à ce propos la p. xi de la préface et pour plus de détails l’article « Chronicles (terminology) », invitant de façon convaincante à ne pas forcer des distinctions terminologiques qui n’apparaissaient guère aux auteurs eux-mêmes, à quelques exceptions près), autant les champs couverts dans l’ensemble de ces entrées sont larges, avec un Moyen Âge qui déborde sur la fin de l’Antiquité et le XVIe siècle, et un espace qui englobe la totalité de l’Europe en même temps que l’Afrique du Nord et le Moyen Orient – si bien qu’à côté du latin, évidemment dominant, sont aussi envisagées les œuvres composées en allemand, anglais, arabe, français, hébreu, italien, syriaque, etc.

3Autre qualité, la publication est pourvue de tous les instruments à même de permettre au lecteur une circulation aisée dans ce vaste ensemble : non seulement quatre index, qui couvrent près de 200 pages dans le second volume, des auteurs et des titres, des éléments (personnages, événements) touchant au contenu des chroniques (dit « General Index »), des toponymes et enfin des manuscrits ; mais aussi une très utile « Overview of Articles » placée en tête du premier volume (p. xxviii-lxxxiv), qui permet en une première vue d’ensemble de distinguer les entrées par auteur ou titre selon leur datation, leur langue de rédaction ou leur provenance, entre elles, ainsi que du petit nombre d’entrées plus générales qui viennent compléter les premières et leur fournir un cadre. Ainsi l’ouvrage coordonné par G. Dunphy est-il non seulement (et surtout) une encyclopédie, avec ses centaines d’articles présentant de la façon la plus condensée l’ensemble des informations utiles sur tel auteur ou tel texte, mais encore un véritable « handbook or companion to chronicle studies », comme le dit la préface (p. viii), si l’on y ajoute la soixantaine d’entrées plus générales, concernant soit des catégories spécifiques (« Annals », « Crusading chronicles », etc.), soit des aires culturelles (« Byzantine historiography », « Franciscan chronicle tradition », « Islamic historiography », etc.), des thèmes ou des thématiques critiques (« Arthurian material », « Authorship », « Six Ages of the World », etc.), enfin des questions touchant l’histoire de l’art (« Author portraits », « Froissart illustration cycles », Heraldry », etc.).

  • 1  Ainsi, mais ce ne sont que détails, dans la mesure où plusieurs historiens latins, antérieurs à la (...)

4Il n’est pas impossible, tant la matière embrassée est vaste, que le lecteur, parcourant l’ouvrage, puisse être amené à y déplorer quelque manque1 ; mais gageons qu’il gardera avant tout sa reconnaissance à G. Dunphy et à son équipe pour avoir mis entre ses mains une telle somme de connaissances, qui plus est en les faisant bénéficier d’un travail éditorial de très grande qualité.

Notes

1  Ainsi, mais ce ne sont que détails, dans la mesure où plusieurs historiens latins, antérieurs à la fin de l’Antiquité, mais en vertu de l’influence qu’ils ont pu exercer, bénéficient certainement à juste titre d’une entrée, comme c’est le cas par exemple pour Cornelius Nepos, Tacite ou Suétone, on s’étonne un peu dans la même perspective de l’absence d’un Salluste, d’un Florus ou tout simplement de Tite-Live, même s’ils sont brièvement évoqués sous l’entrée générale « Classical historical writing ». Par ailleurs, Honorius Augustodunensis étant l’objet d’une entrée, puisque son Imago mundi laisse une certaine place à l’histoire, peut-être eût-il fallu faire de même avec d’autres encyclopédistes, Brunetto Latini par exemple, voire envisager un article plus large sur les rapports entre chronique et encyclopédie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Encyclopedia of the Medieval Chronicle, éd. Graeme Dunphy », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 30 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12336

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org