Navigation – Plan du site

L’Acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, éd. Brigitte Ouvry-Vial et Anne Réach-Ngô

Alain Cullière
Référence(s) :

L’Acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, éd. Brigitte Ouvry-Vial et Anne Réach-Ngô, Paris, Classiques Garnier (« Études et essais sur la Renaissance » 89), 2010, 335p.

ISBN 978-2-8124-0171-8

Texte intégral

1Ce volume rassemble les actes d’un colloque de novembre 2005, organisé conjointement par un groupe de recherche sur l’édition contemporaine (Paris VII) et un atelier de seiziémistes (Paris IV). Il s’agissait de montrer la part de l’imprimeur ou de l’éditeur dans la confection d’un livre, à la fois aux premiers temps de l’imprimerie et à notre époque, cette mise en regard permettant aussi bien de mesurer l’évolution que d’établir des rapprochements.

2Une première partie, consacrée aux « instances et intentions éditoriales », présente pour commencer le témoignage de l’éditrice Claire Paulhan, qui publie depuis une quinzaine d’années des œuvres autobiographiques et des journaux intimes qui renvoient essentiellement aux milieux intellectuels de l’entre-deux-guerres. Sur ce terrain peu concurrentiel, voire marginal, elle exprime sa satisfaction de pouvoir tenir un rôle de « passeur de témoin » et vulgariser des textes auxquels elle adhère profondément. Ensuite, Chantal Liaroutzos analyse le Parnasse des poètes français de Gilles Corrozet (1571), qu’elle prend pour une anthologie, alors qu’il n’en a pas vraiment les caractéristiques. Il se rattacherait plutôt à la tradition de littérature gnomique, à ceci près que les habituels lieux communs moraux n’y sont plus nourris du corpus antique mais de la poésie de la Pléiade, ce qui est beaucoup plus original. Emprunter à des contemporains, pour la plupart connus, n’était pas sans poser de problèmes, mais Corrozet montre bien qu’il en était conscient. Dans les pages suivantes, Trung Tran explore les livres illustrés à la Renaissance, pour lesquels il convient de distinguer deux catégories correspondant plus ou moins à deux époques. Il est vrai que les imprimeurs, surtout dans la première moitié du XVIe siècle, disposaient d’un fonds d’images qu’ils réutilisaient sans discernement pour agrémenter certaines publications, en particulier la littérature romanesque, française (Angoisses douloureuses d’Hélisenne de Crenne) ou traduite (Amadis). En revanche, dans les décennies suivantes se sont développés des genres mixtes, comme les recueils d’emblèmes ou de scènes mythiques et bibliques, dans lesquels l’image prend sens et adhère au texte. Après cette double incursion dans les ateliers de la Renaissance, on revient à une époque plus proche de la nôtre : Brigitte Ouvry-Vial propose un parallèle entre Jean Paulhan et Gaëtan Picon, tous deux essayistes et éditeurs ; elle voit en eux des « humanistes modernes » qui se sont efforcés de communiquer leur pratique de la lecture.

3Une deuxième partie regroupe cinq études relatives aux « interventions et responsabilités de l’éditeur ». Dans la première, Anne Réach-Ngô met en relief la personnalité du compilateur qui se manifeste, en l’absence de récit cadre, dans les recueils de nouvelles à la Renaissance. L’examen des paratextes permet de repérer un certain nombre de postures. Ce compilateur, bien ancré dans le présent, prétend se mettre au service du lecteur pour l’instruire ou le récréer, en lui offrant une matière qui, sans être toujours neuve, sera grâce à lui préservée de l’oubli en passant de l’oral à l’écrit et qui pourra être enrichie par la suite, une édition en appelant une autre. Après cela, Éric Marty évoque son expérience d’éditeur scientifique du Journal d’André Gide. Il montre comment travailler à partir des éditions existantes, comment différencier inédits et variantes, quel rôle il convient d’attribuer aux annotations, quels outils servent à établir l’appareil critique. À partir d’exemples précis, il met en évidence les difficultés que recèle ce texte apparemment limpide, toujours circonstancié mais parfois codé, auquel Gide n’a jamais su ou n’a jamais voulu donner un statut définitif. On revient ensuite au XVIe siècle pour aborder deux aspects concrets du livre, à savoir le choix des titres (Mathilde Thorel) et la disposition typographique propre aux recueils poétiques (Daniel Maira). Dans les deux cas, il est difficile de faire la part de l’auteur et celle de l’éditeur. Concernant les titres, on constate, du moins dans les premiers temps de l’imprimerie, qu’ils n’obéissaient pas à des règles précises, qu’ils pouvaient varier d’une réédition à l’autre et que, pour les œuvres traduites, ils étaient souvent choisis en fonction des goûts du public. Dans l’ensemble, ils étaient plutôt longs, redondants, descriptifs. Les pages de titre ont souvent été considérées par l’éditeur comme de larges espaces promotionnels. Quant à l’économie d’ensemble des recueils poétiques, elle donne lieu ici à une analyse inutilement longue. Il va de soi que l’œuvre manuscrite devait se conformer en atelier à des exigences techniques ou esthétiques, mais il suffit de parcourir certains manuscrits du temps pour comprendre que le poète lui-même, machinalement, composait et disposait ses vers selon les modèles imprimés. Cette deuxième partie s’achève par une réflexion plus théorique. Sous le titre « D’une esthétique de la réception à une pragmatique de la décision », Huguette Rigot s’interroge sur le devenir du métier d’éditeur à l’ère du numérique. Le livre a longtemps été un objet stable par lequel s’établissait la relation entre auteur, éditeur et lecteur. Aujourd’hui chacun se donne à lire sur écran et le lecteur, coupé de toute tradition, doit naviguer à vue ou se trouver de nouveaux fanaux.

4Une troisième et dernière partie traite des « finalités » de l’édition. Après un article intitulé « Supercherie éditoriale au XVIe siècle », dans lequel Mireille Huchon développe des conjectures personnelles sur la publication des Œuvres de Louise Labé en 1555, on retrouve Jean Paulhan. Celui-ci, dans les années 1930-1960, a fondé et dirigé chez Gallimard la collection Métamorphoses, consacrée surtout à de nouveaux talents. Thomas Mercier nous explique à quel point cette collection était représentative des conceptions littéraires de son créateur. Pour Paulhan, la littérature, et spécialement la poésie, se concevait comme un dépassement permanent, comme une force capable de « métamorphoser » le monde et de dérouter les esprits. Dans l’article qui suit, sans transition, il est question de Montaigne. Bruno Roger-Vasselin rappelle d’abord les grandes étapes de la publication des Essais, œuvre sur laquelle leur auteur comptait beaucoup, nous dit-il, du moins au début des années 1580, pour réaliser son « ambition politique », puis il porte à notre connaissance le petit recueil d’extraits de Montaigne qu’il a lui-même édités il y a quelques années pour un public scolaire. Tout de suite après, Jean-Patrice Courtois plaide en faveur des éditions bilingues de poésie, tout en se faisant l’écho de diverses positions hostiles qu’il serait trop long de développer ici. Enfin, Nicolas Malais évoque le souvenir de Remy de Gourmont, éditeur et bibliophile de la fin du XIXe siècle, amateur de belle ouvrage, et qui se plaisait à souligner sa filiation avec le lointain libraire parisien Gilles Gourmont, qui diffusa à partir de 1529 le Champ-Fleury de Geoffroy Tory.

5Comme on le devine, cet ensemble de quatorze contributions est un peu inégal. Certaines sont passionnantes, d’autres boursouflées et rédigées dans le style daté de la critique littéraire des années 80. Par ailleurs, on ne voit pas bien comment on passe des « intentions » de l’éditeur à ses « interventions et responsabilités », puis aux « finalités » de son entreprise. On retiendra surtout qu’il faut d’un texte à l’autre pratiquer le grand écart. C’est bien l’inconvénient de beaucoup de colloques que d’engager la réflexion dans de multiples directions, sans tenir compte qu’il faudra, au moment de la mise en livre, ramener le tout à trois subdivisions classiques et équilibrées. Finalement, la publication d’actes de colloque est aussi un « acte éditorial », et il ne serait pas inutile de lui consacrer un colloque.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cullière, « L’Acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, éd. Brigitte Ouvry-Vial et Anne Réach-Ngô », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 30 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12323

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org