Navigation – Plan du site

Denise Angers, Le terrier de Philippe d’Harcourt et Jeanne de Tilly, seigneurs de Tilly-sur-Seulles (1375-1415). Édition et commentaire

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Denise Angers, Le terrier de Philippe d’Harcourt et Jeanne de Tilly, seigneurs de Tilly-sur-Seulles (1375-1415). Édition et commentaire, Caen, Publications du CRAHM, 2010, 322p.

ISBN 978-2-902685-73-8

Texte intégral

1Les terriers médiévaux sont des documents précieux surtout pour les régions où les notaires ne sont conservés que tardivement et dont les registres d’aveux et dénombrement sont perdus ou tardifs. Denise Angers s’est spécialisée dans l’étude de ces sources et nous livre ici le terrier d’une seigneurie du bailliage de Caen, dotée de 50 feux dans la seconde moitié du xve siècle, soit 250 habitants environ (archives départementales du Calvados  1 J 38, 323 fol., papier et parchemin).

2L’introduction présente les lieux, le terroir d’une seigneurie centrée sur Tilly-sur-Seulles avec son château sur motte cernée d’eau et une agglomération ayant un marché hebdomadaire et deux foires. Mais cette seigneurie déborde sur d’autres paroisses alentour (carte, annexe 3). Le fief était tenu de la seigneurie de Roncheville-la-Bertran (pays d’Auge), cependant le château est tenu directement du roi. L’auteure éclaire la suite des seigneurs depuis la fin du xiiie siècle (tableau en annexe 1), pour arriver en septembre 1374 au mariage de Jeanne de Tilly avec Philipe d’Harcourt (1345- après 1415) et à la nécessité d’une enquête pour rendre en septembre 1381 un aveu et dénombrement à leur suzerain direct Philippe Bertran, dame de Roncheville-la-Bertran. L’étude codicologique montre que le registre actuel a été amputé au moins d’une trentaine de feuillets, et a en revanche subi des insertions (note 257 et annexe 2 : oraisons, chant de Noël, vers prophylactiques, bergeries), il porte des marques de corrections jusqu’au xvie s. et d’au moins une relecture à l’époque moderne (1706). Le sénéchal Raoul Roillart, avec plusieurs scribes, a entendu des dépositions, fait faire la collation d’archives du château dont d’anciens terriers et recopier l’aveu et dénombrement de 1381, il a dressé des tables des différents types de droits (franc-fiefs, moulins et fours, « bourgages », tenures, etc.). Ce qui accroît fortement l’intérêt du document est qu’en réalité il ne fut terminé qu’en 1415, qu’il montre la présence d’un réseau de tabellions et, enfin,  qu’il porte la marque des difficultés du temps : nombreuses terres sans titulaires (36 tenements, 5 vavasseries, 6 bourgages et 56 terres éparses, p. 49-82), des contrats de prise sans suite, des moulins et fours banaux en ruine, des efforts de remise en valeur.

3L’édition est présentée avec une clarté très pédagogique et la lecture n’est pas vraiment ardue pour le public auquel elle s’adresse ; les notes sont suffisantes pour comprendre les allusions historiques, les orthographes toponymiques modernes. On avoue ne pas avoir cherché la petite bête de la transcription, n’étant pas spécialiste du normand, haut ou bas, et le fragment de photographie de la quatrième de couverture ne semblant pas présenter un graphie insoluble. Un glossaire permet de trouver le sens des termes locaux. Peut-être peut-on regretter que ne soient pas mieux explicitées quelques particularités de tenures comme les bourgages médiévaux (p. 88, la note 114 renvoie aux travaux d’Henri Legras de 1911 et non à son propre article de 2010 présent dans la bibliographie), ou les fiefs à redevance annuelle en nature, mais l’ouvrage ne sera consulté que par des  lecteurs avertis qui sauront où aller chercher. De même quelques lignes sur le poids théorique ou réel des « services » aurait pu soutenir l’intérêt des lecteurs au long des énumérations apparemment répétitives.

4En vérité, ces remarques portent sur des choses vénielles, et l’on doit vraiment rendre grâce à l’Université de Caen et en particulier au CRAHM d’avoir permis cette édition qui donne aux ruralistes un beau document à méditer.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Denise Angers, Le terrier de Philippe d’Harcourt et Jeanne de Tilly, seigneurs de Tilly-sur-Seulles (1375-1415). Édition et commentaire », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12317

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org