Navigation – Plan du site

Antonio Telesio de Cosenza, Petit traité des couleurs latines (De coloribus libellus), éd. Michel Indergand et Christine Viglino

Franck Collin
Référence(s) :

Antonio Telesio de Cosenza, Petit traité des couleurs latines (De coloribus libellus), éd. Michel Indergand et Christine Viglino, Paris, Estienne, 2010, 142p.

ISBN 978-2-901114-36-9

Texte intégral

1L’École Estienne, à Paris, forme depuis plus de cent vingt ans aux métiers des Arts et des industries du Livre. Elle a pris pour nom ceux d’illustres humanistes qui furent aussi de grands imprimeurs, Henri Ier Estienne (1470-1520) et son fils Robert Estienne (1503-1559). Mais elle abrite de plus une bibliothèque exceptionnelle, ouverte aux chercheurs, et comprenant quelques incunables inestimables, quatre cents ouvrages allant du XVIe au XVIIIe siècle, des catalogues de fondeurs rarissimes et un fonds documentaire sur les arts graphiques. C’est de ce trésor que sa bibliothécaire, Anouk Seng, a exhumé le De Coloribus libellus (éd. de 1549) en le faisant figurer au cœur d’une exposition sur le « Rouge » à l’École Estienne (janvier 2009). Un projet de revalorisation de cette œuvre unique a immédiatement vu le jour, confié à Michel Indergand, chromatologue, pour la préface, et à Christine Viglino, agrégée de Lettres Classiques, pour la traduction et les notes. Le volume a pris naturellement sa place dans la collection « Les inédits d’Estienne », inaugurée à l’École en 1951 et qui comprend une vingtaine de titres.

2Antonio Telesio (1482-1534), natif d’une famille noble de Cosenza (Calabre), fut professeur de rhétorique et de littérature grecque et latine à Milan (1518-1523), à Rome (1523-1527) et à Venise (1527-1529). Il composa une tragédie, Imber aureus (La Pluie d’or), sur le mythe de Danaé, et une œuvre poétique (Idyllia, Carmina), en partie perdue. Il marqua surtout de son empreinte la théorie des couleurs, tout comme son neveu Bernardino Telesio (1509-1588), dont il fut le tuteur et le mentor. C’est à Venise, en 1528, qu’il acheva le De Coloribus libellus, imprimé par Bernardini Vitalis. En 1529, il regagna Cosenza et y mourut en 1534, dans sa cinquante-deuxième année.

3Le Petit traité des couleurs latines (dont on a ici le fac-similé de l’édition Estienne de 1549) est une œuvre concise, rédigée en latin, et comprenant treize sections, douze sur les termes de couleurs, plus un épilogue qui leur sert de conclusion. Dans un bref préambule, Telesio affiche d’abord une préoccupation de linguiste plutôt que de chromatologue : « Je ne m’adresse, dit-il, ni aux peintres ni aux philosophes mais uniquement aux philologues qui recherchent avec application un usage pertinent de la langue latine ». C’est un amoureux de la littérature gréco-latine, tout particulièrement de Virgile et de Pline l’Ancien, qui entend restituer la meilleure compréhension des termes de couleurs qui y sont employés. Il a remarqué que les perceptions colorées ont beaucoup évolué dans la langue, et qu’il est nécessaire de les préciser sans reporter à toute force sur le monde latin nos propres découpages culturels, quitte à souligner certaines contradictions.

4Telesio procède ainsi à l’examen des douze couleurs les plus illustres de la langue latine : coeruleus (« bleu vif et profond »), caesius (« pers »), ater (« noir terne »), albus (« blanc »), pullus (« brun noirâtre »), ferrugineus (« rouillé »), rufus (« roux »), ruber (« rouge »), roseus (« rose »), puniceus (« ponceau »), fulvus (« jaune ») et viridis (« vert »). Ce bref catalogue est en réalité augmenté de cent-deux autres termes que l’on trouve répertoriés dans un « Index des couleurs » alphabétique, inséré, à l’origine, à l’entrée du livre et formant le relevé terminologique le plus étendu de son temps. Albus (blanc), « couleur » dite la plus pure, ouvre ainsi d’autres nuances : candidus (« blanc brillant »), candens (« chauffé à blanc »), canus (« gris », « chenu », « argenté », caractérisant souvent les cheveux et la barbe du vieillard) ou leucophaios (« blanc sombre », qui participe, pour les Grecs, du blanc et du noir). On voit donc comment le goût pour la terminologie comporte fondamentalement en lui un intérêt aigu pour le chromatisme. Avant d’en préciser les nuances, chaque couleur est définie par ses propriétés naturelles : coeruleus est le « bleu vif et profond » caractéristique du « ciel serein » (coelum) ; caesius, « pers », dérive de caedes (« meurtre »),et désigneles yeux menaçants capables de tuer, comme ceux de Minerve ; ater (« noir »), « couleur » effrayante, est à rapprocher de l’anthrax, c’est-à-dire du « charbon éteint » ; pullus, « brun noirâtre », est la couleur de la terre ; ruber, « rouge », est la couleur du sang des êtres vivants et doit être distingué, par sa coloration, de rufus (« roux ») ; roseus (« rose ») est « la plus agréable de toutes les couleurs », parce qu’elle ressemble le plus à la couleur de la chair (incarnatus) ; fulvus, « jaune », est la couleur la plus lumineuse, fréquemment associée à la beauté ; viridis, « vert », est la couleur des herbes qui, par leur variété, n’ont jamais tout à fait le même vert ; etc.

5Après ce descriptif chromatique, Telesio livre, dans l’epilogus, une synthèse très aboutie de sa réflexion. Ce dernier chapitre représente à lui seul un tiers de l’ouvrage. L’auteur y traite du « bigarré » (discolor), utile pour caractériser les textures possédant au moins deux couleurs, tels les vêtements, le ciel ou la robe d’un cheval. Il relève chez les poètes une interchangeabilité des couleurs, pour peu qu’il existe entre elles une affinité : ainsi Virgile qualifie les yeux de Minerve de « jaunes » au lieu de « bleu-vert » pour souligner qu’ils étaient également plein de charme ; pareillement du Tibre, qu’il décrit tantôt bleu-vert, tantôt jaune. Ainsi constate-t-il qu’en poésie le blanc est souvent employé pour le blême, le bleu vif et profond pour le verdâtre, voire même pour le noirâtre. Il commente l’opposition noir / blanc qui est constitutive de notre manière de penser (depuis l’encre qui imprime le papier blanc), et le trait dominant de notre sensibilité aux contrastes. Il dénote l’existence des couleurs changeantes (decolor), qui varient d’une minute à l’autre ou lorsqu’on se déplace : les couleurs des arcs-en-ciel, des nuages, de la mer, de la gorge du pigeon, de la couleur des yeux… Il divise les couleurs en deux groupes, les unes étant dites « fleuries » (floridos) – le vermillon, le pourpre, le sandragon, l’azur, le vert émeraude et l’indigo –, toutes les autres étant « austères » (austeri) ; il en distingue néanmoins aussi de « douces » (suaves) qui ont un charme particulier pour les hommes – le jaune doré, le pourpre, le blanc brillant et surtout le rose – et de « sales » (sordidi) parce que ressenties comme tristes et lugubres (le noir terne, le brun noirâtre, le rouille et le bleu sombre), et prises de ce fait pour couleurs du deuil.

6Dans le même épilogue, Telesio passe en revue l’origine lexicale des termes de couleurs : entre ceux qui tirent leur nom de leur lieu d’origine (le rouge de Carthage), ou d’un métal (le gris plomb, l’argenté), ou d’une plante (le rouge du phoenix – un palmier ; le jaune citron), ou d’un animal (le gris souris), ou même de divers éléments (le rouge flamboyant par lequel Accius et Catulle qualifient l’éclat du soleil). Ces comparaisons avec des éléments naturels lui permettent de conclure que la nature aime les couleurs, et d’établir une hiérarchie des préférences qu’elle instaure, partant du ciel pour aller vers les créatures les plus humbles : il s’agit du bleu (du ciel), du jaune (des étoiles), du vert, brun et blanc (de la terre, qui se recouvre périodiquement de ces teintes), du noir (de la nuit ou de nations comme les Indiens et les Éthiopiens), et enfin du rouge (du sang de tous les êtres vivants).

7Le traité de Telesio connut une grande fortune au XVIe siècle, puis fut l’objet de plus rares rééditions, la dernière datant tout de même de 2002 (Color Academy, Londres). Goethe fit notamment sa notoriété en l’introduisant dans ses Matériaux pour l’histoire de la théorie des couleurs (1810). Pour sa part, Robert Estienne l’imprima à diverses reprises, le brochant à la suite d’œuvres de Lazare de Baïf (1496-1547), un érudit qui traite dans son De re vestiaria libellus de l’importance de la couleur dans le vêtement. L’index de la présente édition est situé, non plus à l’ouverture du traité, mais après lui, et augmenté, pour certains termes, de définitions tirées d’un ouvrage de Robert Estienne lui-même, le Dictionarium Latinogallicum (1ère édition Paris, 1538), ou même de commentaires plus récents que Christine Viglino est allée recueillir dans des ouvrages très variés. Ce travail permet de montrer que le De coloribus libellus, par son regard lucide sur la sensibilité des hommes au monde coloré, a été le point de départ des études sur le lexique des couleurs, et préfigure bien des recherches actuelles. Parmi ces travaux, nous citerons, par exemple, ceux de Jacques André, Étude sur les termes de couleur dans la langue latine (Paris, 1949), de Michèle Fruyt, La lexicalisation et la conceptualisation de la couleur dans les textes techniques et scientifiques latins (Paris, 2006) ou d’Annie Mollard-Desfour, Dictionnaire des mots et expressions de couleurs, XXe-XXIe siècle (Paris, 1998-2008).

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Collin, « Antonio Telesio de Cosenza, Petit traité des couleurs latines (De coloribus libellus), éd. Michel Indergand et Christine Viglino », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12315

Haut de page

Auteur

Franck Collin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org