Navigation – Plan du site

Nicolas Poirier, Un espace rural à la loupe. Paysage, peuplement et territoire en Berry, de la préhistoire à nos jours

Françoise Michaud Fréjaville
Référence(s) :

Nicolas Poirier, Un espace rural à la loupe. Paysage, peuplement et territoire en Berry, de la préhistoire à nos jours, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2010, 233p.

ISBN 978-2-86906-252-8

Texte intégral

  • 1  Tous trois dans le canton de Sancergues, ar. de Bourges.

1Le propos était ici de tester une méthode pour l’étude des composantes d’un espace rural qui soit globale, prenant en compte l’ensemble des données récupérables à l’aide de toutes les techniques archéologiques et historiques utilisables. Le terrain a été choisi dans une zone pauvre, voire vide de repérages anciens, sise à la limite de deux diocèses (Nevers et Bourges) : les 50km2 des terroirs des localités de Sancergues, Saint-Martin des Champs et Charentonnay, actuellement dans le Cher1. Le tout est accompagné de 44 cartes et 59 figures. L’ouvrage a une maquette très recherchée, parfois inutilement (trois couleurs, tailles et caractères différents pour le seul titre… et les numéros de page sont illisibles pour une recherche rapide).

  • 2  Au sens repris des météorologues et des océanographes, soit la très grande échelle géographique, c (...)

2Les deux premiers chapitres présentent en une cinquantaine de pages les choix et la méthode : la « micro échelle » spatiale2 dans la longue durée, le soutien d’un axe de recherche collectif (ici le PCR Berry). Le rassemblement des sources est allé d’une prospection systématique de tout le mobilier céramique sur une bande de 9km de long sur 2 de large, jusqu’à la réunion de toutes les données écrites (textes, plans et cartes) en passant par les données géophysiques et géochimiques et l’utilisation systématique des – relatives – facilités du SIG.

3Les quatre chapitres centraux s’interrogent en premier (c’est le chapitre le plus long) sur le peuplement (habitats et exploitation des ressources du sol). L’abondance des épandages étant posé comme marque d’un grande proximité physique entre habitats et leur aire d’exploitation, en analysant les résultats des relevés des épandages de céramiques plus ou moins abondants (un seul établissement en regroupe 60% du total, p. 56) et les mettant en rapport avec les contraintes naturelles, on obtiendrait une base sûre. Sont ainsi passés en revue la proximité de l’eau, la pente et l’orientation des légers reliefs habités, la pédologie et finalement les besoins humains de se déplacer, la proximité ou non de voisins, la présence de matières premières (fer, bois) et d’énergie possible (moulins à eau). On en vient dans un deuxième temps à l’étude régressive des territoires (par les sources écrites et les plans terriers), en partant du réseau viaire et l’impact de la création de la RN 151 (Bourges-Auxerre par La Charité) ; les masses culturales étaient presque aux trois quarts en labours (en lanières, selon le cadastre de 1829), au quart en couvert forestiers, le reste en pâtures. L’habitat se répartit en trois bourgs ou villages, plus des hameaux et des « métairies » lesquels déterminent largement les blocs de parcellaires. Enfin, on aborde l’encadrement humain historique des territoires : trois paroisses, avec le cas intrigant de la longue cohabitation de deux centres paroissiaux distants de 500 m de part et d’autre d’une rivière très mineure (Saint-Martin-des-Champs étant le premier né, aujourd’hui sans église), des seigneurs principaux (le chapitre de Saint-Cyr de Sancergues et la vassalité de Sancerre), les seigneuries d’une dizaine de fiefs généralement dotés de « maisons fortes » pour les périodes médiévales et modernes. L’analyse des propriétés foncières du xixe s., exploitées par des propriétaires pour 2/3 des cas, est conforme aux exemples connus des limites des déplacements humains et animaux : moins de 2 km. Pour terminer l’exposé central, on revient aux épandages hors sites (habités) qui permettraient d’aborder la réalité des territoires exploités depuis l’Antiquité, car ils sont révélateurs des amendements effectués à partir des tas de fumier. Ces épandages paraissent relativement abondants à l’hectare aux ier- iiie s., puis aux viiie-xe s., enfin après le xvie s., les intervalles étant fort pauvres ; cependant les espaces ainsi « enrichis » demeurent fort réduits, jamais à plus de 30% des espaces prospectés. Pour terminer le vif du sujet un chapitre de modélisation tente de cerner le temps long, puis le temps court, par l’application de visualisations généralement utilisées en géomatique avec les barycentres des zones d’épandage et leur déplacement dans le temps. Outre un mouvement vers l’est, on a deux périodes de dilatations assez peu importantes (ive-viiie s. et xvie-xviiie s.) et, par ailleurs, avec toutes les corrections nécessaires, on constate que les contraintes purement environnementales ont fort peu joué sur ces glissements. Dans le temps court des données textuelles, et plus particulièrement celui que les cadastres permettent de lire (1723-1839) et cartographier par cellules sur une partie centrale de l’espace envisagé, on en conclut également à une stabilité générale, sinon quelques déboisements/reboisements, bien délimités et liés à des points abandonnés ou récupérés sur des terres médiocres. On peut enfin préciser une évolution de l’intensité moyenne d’occupation par mailles documentées : entre un xve s et un xviiie siècle presque équivalents, on aurait une baisse au xvie s, suivie d’une belle remontée au xviie s.

4Le travail se clôt par un chapitre comparatif de la micro-région de Sancergues en regard d’espaces français différents, plus vastes ou de tout autre nature : Levroux (Indre) publié par Olivier Buchsenschütz et son équipe en 1988, Carentois (Morbihan) analysé par Grenville Astill et William Davies en 1997, Neuvy-le-Roi (Indre-et-Loire) examiné par Nathalie Poirot en 1998 ; sans surprise, on relève les particularismes locaux et les tendances voisines.

  • 3  N. Poirier, « L’implantation des sites ruraux dans le Sancerrois antique : apports et limites du S (...)

5À la lecture attentive de ce travail on ne peut que reconnaître l’extrême soin avec lequel l’auteur explique ses démarches et étaie ses approches multiples de toutes les références et les prudences qu’il juge nécessaires : on ne nous épargne rien et on ne saurait s’en plaindre. Il avait déjà présenté en 2004 quelques-unes de ses interrogations prudentes sur les SIG dans un article de société savante locale (non cité dans sa bibliographie)3. Néanmoins on doit faire remarquer que le résultat est plutôt mince, malgré les tableaux, cartes et statistiques, et que l’historienne demeure perplexe sur bien des points. Le premier est l’exercice périlleux des trop nombreuses cartes muettes... Si l’on connaît, comme la signataire de ces lignes, fort bien la région, on peut s’en tirer sans le secours de cartes topographiques extérieures, mais si l’on espère un public et surtout un public non français, il faut peut-être ne pas le perdre en route par manque de pédagogie. C’est criant pour les cartes 17 à 19, sans doute intéressantes à établir, mais dont le commentaire est ici indigent ; de plus, on n’a pas la mention des noms de la cinquantaine de lieux habités du cadastre de 1829 (carte 24), bourgs, hameaux, maisons isolées ou métairies, dont les cartes 9 ne donnent les noms que jusqu’au xvis., et pas d’index des noms de lieux. Même silence pour la carte 34 (propriété foncières et points de peuplement) et la figure 41 : la carte (sans légende) montre 16 points centraux de propriétaires exploitants et leurs terres – si l’on a bien compris – et la figure offre 21 toponymes non situés pour ces mêmes données.

6Le changement permanent de « loupe », donc d’utilisation successives ou simultanées de sources qui ne portent pas rigoureusement sur le même espace, se traduit aussi dans les échelles variables des cartes et brouille les possibilités de synthèses : on est parfois sur l’espace des trois communes du xixe siècle (cadastre 1829), tantôt, et le plus souvent, sur le couloir de collecte archéologique (depuis le ve s. a. c. et au demi mètre près…), plus loin sur l’aire du plan terrier de 1723 (carte 29), ailleurs sur le cadastre « napoléonien », enfin sur les données purement textuelles et vagues d’une châtellenie mal définie et/ou de fiefs non situés. Du coup, la volonté d’extrême rigueur scientifique – visant à la modélisation des différentes études – se noie dans des contradictions étranges dont on cite ici un exemple : l’affirmation de l’« absence totale d’éléments documentant les territoires pour le xve siècle » (p. 42) est contredite à la page suivante par la figure 5, où l’on a un histogramme nous donnant la chrono-typologie des mentions textuelles localisées, soit 82 mentions pour le xve siècle.

  • 4  Jacques Dupâquier, Statistiques démographiques du Bassin Parisien, 1636-1720, Paris, 1977, p. 111- (...)

7La volonté d’une prise en compte globale de toutes les données est, à l’examen, fort sélective : les structures sociales ne sont pas du tout abordées, les hommes sont absents, ce n’est donc apparemment pas un souci pour l’histoire rurale ni celle de l’histoire du peuplement. Quels sont donc alors ces 22 arrière-fiefs de la déclaration de Pierre de Sully au comte de Sancerre de 1324, conservée dans le fonds du comté avec la belle description du fief des Deux-Lions par Étienne d’Arquin en 1341, ici ignorée ? Qu’en est-il des modes d’exploitation et de leur influence sur la pérennité des lieux d’habitat et de domination du sol, on nous parle des moulins mais pas des fours. Nous sommes en pays de coutume de tenures en bordelage et l’existence des « même pot et même feu » en découle (comparsonneries, frérêches, indivision, etc.) : peut-on en mesurer depuis le xvie s. l’influence sur la stabilité des métairies et hameaux ? La démographie est totalement laissée de côté pour la période postérieure à 1500. Il y a cependant quelques données fournies par les bons auteurs4 et des relevés de tailles qui montrent les différences de densité globale entre les trois paroisses et permettent également de comprendre quelques variations de prise et déprises du sol.

8Qu’on ne se méprenne pas : le travail de N. Poirier est passionnant, minutieux et prudent. Mais une lecture très attentive suscite beaucoup plus de questions critiques que d’adhésion à la méthode et l’on reste déçue des résultats.

Notes

1  Tous trois dans le canton de Sancergues, ar. de Bourges.

2  Au sens repris des météorologues et des océanographes, soit la très grande échelle géographique, c’est un peu de l’afféterie : nous ne sommes en rien dans la mécanique des fluides. Le terme est également passé dans le vocabulaire de l’anthropologie.

3  N. Poirier, « L’implantation des sites ruraux dans le Sancerrois antique : apports et limites du Système d’Information Géographique », Cahiers d’archéologie du Berry, 159 (3e trimestre 2004), p. 33-46.

4  Jacques Dupâquier, Statistiques démographiques du Bassin Parisien, 1636-1720, Paris, 1977, p. 111-119 ; État des paroisses de la Généralité de Bourges en 1686 par René Charles Noblet, Christian Poitou et Jean-Pierre Surrault (éd.), Châteauroux, 2000 ; Paroisses et communes de France : 18, Cher, Catherine Canu (éd.), Paris, CNRS, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud Fréjaville, « Nicolas Poirier, Un espace rural à la loupe. Paysage, peuplement et territoire en Berry, de la préhistoire à nos jours  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/12312

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org