Navigation – Plan du site

Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle

Amy Heneveld
Référence(s) :

Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle, Paris, Champion (« Essais sur le Moyen Âge » 48), 2010, 380p.

ISBN 978-2-7453-2048-3

Texte intégral

1Dans son livre Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle,Insaf Machta analyse la poétique de la ruse pour renouveler de manière pertinente la notion de l’amour qualifié de courtois. Fruit de sa thèse de doctorat, soutenue à l’Université de la Manouba à Tunis, l’ouvrage commence par une contextualisation du concept de ruse, définie grâce aux travaux d’anthropologues et de folkloristes. L’auteur affirme que bien que les romans tristaniens ne soient pas des trickster tales, la « démarche déceptive » (p. 14) revêt un rôle crucial dans les récits tristaniens. Or considérer la ruse comme un moteur de l’action tristanienne ne va pas de soi : il est en effet rare de l’associer au roman courtois en général. Car la ruse appartient à Renart et aux fabliaux, et non au monde de la courtoisie. Insaf Machta s’attache pourtant à démontrer qu’une telle vision est non seulement erronée, mais encore qu’elle empêche les lecteurs actuels de percevoir clairement le statut discursif de l’amour courtois, ce graal hérité des premier médiévistes. Il ne s’agit d’ailleurs pas de la toute première tentative de rapprochement entre l’univers tristanien et la ruse. Cités par l’auteur dans son introduction, deux articles, l’un de Nancy Freeman Regalado (1974) et l’autre de Merritt Blakeslee publié dix ans plus tard, proposent de comparer Tristan à Renart ou à un trickster (p. 10). L’adroite analyse de ces articles, qui annonce la qualité des critiques qui figurent tout au long de l’ouvrage, révèle que, même si « l’histoire des amants de Cornouailles n’est pas pour autant une histoire de trickster », la ruse est « une donnée actancielle structurante ayant une portée idéologique » (p. 14). Le reste de l’ouvrage suit dans l’ordre les éléments de cette phrase : après avoir établi le rôle de la ruse dans la structure des œuvres, Insaf Machta met en lumière sa portée idéologique.

2La première partie, « Les dispositifs de la ruse » (p. 23-146), analyse les diverses manipulations de l’espace, des objets et du langage qu’exige la ruse. Loin d’être anti-courtoise, comme certains critiques le soutiennent, la ruse est nécessaire à l’histoire d’amour tristanienne. Cette exigence est d’autant plus manifeste que c’est sur les stratagèmes de Tristan et d’Yseut que repose l’intérêt du récit. Contraints de vivre séparés et affligés par cette séparation obligatoire, les amants doivent recourir à une démarche rusée pour vivre leur amour. La ruse donne ainsi son impulsion à la narration. Le désir amoureux dicte aux amants leurs tactiques manipulatrices, qui sont soutenues par les destinataires comme par le narrateur. A lire les pages d’Insaf Machta, le lecteur se demande toutefois si son acception de la ruse n’est pas inadaptée à l’histoire des amants ou identifiée de manière trop large, tant elle englobe aussi bien les actes des amants que ceux de leurs adversaires. La ruse apparaît ainsi comme un compromis (p. 19) qui désigne l’espionnage au même titre que le voyeurisme (p. 24-46). Le serment peut en être une (p. 103), ainsi que les célèbres jeux de mots entre les amants sur l’amer / l’amer / la mer, qui deviennent « un aveu détourné » (p. 105). L’ambiguïté du langage joue certes un rôle primordial dans les romans, mais procède-t-elle toujours d’une démarche rusée ? Toute complainte amoureuse est-elle une ruse ? Le doute subsiste, particulièrement en ce qui concerne le dernier chapitre de cette partie, consacré au déguisement. L’analyse peine, par exemple, à identifier la ruse en tant que telle dans le discours de Tristan fou : en effet, la ruse peut-elle vraiment prendre forme alors même que l’amant n’est plus maître de lui ? Le commentaire sur le langage de Tristan dans la Folie d’Oxford, « un mélange de rhétorique courtoise et de grivoiserie », laisse en suspens la question de cette maladie amoureuse à la fois feinte et réelle (p. 144). Néanmoins, l’auteur soutient adroitement que le moteur de la narration est toujours un désir d’union entravé et que sans la ruse, l’histoire ne pourrait pas se dérouler. La diégèse dépend des machinations des amants, tout comme leur désir interdit exige le secret.   

3La deuxième partie, « La fonction de la ruse dans l’économie du récit » (p. 149-271), commence justement avec un chapitre intitulé « Le désir ou la genèse de la ruse » (p. 149-174), qui traite de ce que l’auteur désigne comme une « connivence » entre la ruse et le désir. La ruse est ici une « expression emblématique du désir » (p. 153). Les différents désirs des personnages dans les différentes versions de la légende sont passés en revue. Ainsi le désir apparaît comme la « matrice de l’action rusée dans le lai du Chievrefoil » (p. 170), et son expression donne lieu à des « stratégies spéculatives chez Thomas » (p. 172). Encore une fois, la manière dont tout événement du récit est qualifié de ruse laisse le lecteur perplexe – la scène de la Salle aux images en serait-elle une également ? L’auteur se sert en somme de la ruse comme d’une clef de lecture pour tenter de circonscrire les ambiguïtés de l’histoire d’amour. En d’autres termes, elle propose de lire le double discours de la reine et de Tristan à travers le prisme de la ruse, susceptible d’expliquer les constats et les mensonges, ainsi que les déclarations et les actes de repentir qui les accompagnent. Les récits tristaniens sont ensuite analysés à l’aide des outils proposés par C. Brémond et R. Barthes dans L’Analyse structurale du récit (p. 177-240). Le dernier chapitre de cette partie, intitulé « La Ruse, l’écriture, la réécriture », interroge de manière pertinente les ruses propres à l’écriture. Cette mise en  rapport de l’engin du conteur et de l’engin des personnages offre des pistes fécondes pour mieux comprendre les variations que présentent les différentes versions de la légende de Tristan et Yseut. La réécriture, source de toute écriture médiévale, est rapprochée d’une « démarche déceptive » non négligeable, puisqu’elle est « un principe générateur de récits » (p. 271). Fort de ces constats, l’auteur explique finalement le véritable intérêt de lire la matière tristanienne à la lumière de la ruse : « La mouvance de l’estoire est ainsi investie d’une portée idéologique fondée sur des réalisations différentes du code courtois. Étudier la portée idéologique de la réécriture revient d’une certaine manière à cerner la portée idéologique de la ruse, cette dernière étant au cœur des modalités du vécu amoureux et du désir de réécriture qui fonde la matière tristanienne » (p. 271).

4On aurait aimé lire de tels propos avant le dernier tiers du livre. La dernière partie, « La portée idéologique de la ruse » (p. 273-356), comble néanmoins les attentes que les deux premières ont suscitées. L’auteur y présente, par le biais de sa compréhension de la ruse, une fine analyse de la culture dite « courtoise » et de ses antinomies. Dans les récits tristaniens, la ruse trace ses stratagèmes entre felonie et corteisie, commente la féodalité, et devient, à juste titre, « le support de l’inventivité discursive de l’amour courtois ». Dès lors, Insaf Machta recourt à l’intelligent article de R. Schnell, « L’Amour courtois en tant que discours courtois sur l’amour » – un texte de 1990 qui tente de mettre fin à l’envie de définir concrètement « l’amour courtois » –, pour déclarer avec lui qu’il s’agit là non pas d’un code établi mais d’un « phénomène discursif » (p. 306). Le dernier chapitre, sur la ruse et la transcendance, esquisse une approche du religieux dans le discours amoureux. Enfin, les conclusions de l’auteur mettent en doute la division désuète de la tradition tristanienne en deux branches, l’une commune et l’autre courtoise. Même s’il demeure discutable d’évoquer une « ruse de l’Inconscient » (p. 247) ou d’affirmer que le « rappel d’une action rusée équivaut dans les Folies à une ruse » (p. 250), la fin de cet ouvrage livre des résultats probants. À travers cette étude prometteuse, la ruse s’avère être une manière fertile d’aborder le corpus tristanien, voire d’autres textes de la tradition courtoise. Bien équilibrée, cette étude permet en outre de comparer les différentes versions des récits tristaniens, offrant ainsi au lecteur une vision globale de la légende au Moyen Âge. L’absence du Tristan Rossignol parmi les œuvres analysées est pourtant regrettable. Il s’agit d’un épisode unique de l’histoire qui est inséré dans un débat amoureux, et où Tristan mime le chant d’un oiseau pour attirer sa bien aimée – un excellent exemple d’une ruse d’amant qui figure une ruse lyrique et poétique. Dans tous les cas, Insaf Machta ouvre une nouvelle voie à cette matière, montrant clairement que la ruse n’est pas que du ressort des renards : elle appartient aussi aux amoureux.

Pour citer cet article

Référence électronique

Amy Heneveld, « Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12310

Haut de page

Auteur

Amy Heneveld

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org