Navigation – Plan du site

Marie-Céline Isaïa, Remi de Reims. Mémoire d’un saint, histoire d’une Église

Martin Gravel
Référence(s) :

Marie-Céline Isaïa, Remi de Reims. Mémoire d’un saint, histoire d’une Église, Paris, Cerf (« Histoire religieuse de la France » 35), 2010, 919p.

ISBN 978-2-204-08745-2

Texte intégral

1Un personnage élevé au rang de mythe national, huit siècles d’histoire, vingt chapitres, 919 pages très denses : à première vue, cette « version allégée » (p. 7) d’une thèse dont il est difficile d’imaginer les proportions originelles laisse songeur. Le lecteur est invité à suivre le parcours de saint Remi de Reims (ca 438 – ca 534), de ses origines familiales à la stabilisation de sa figure de garant du sacre des rois de France. Plutôt qu’une architecture argumentative, la chronologie structure cet ouvrage dont le découpage en quatre sections suit l’enchaînement des dynasties. Ainsi, au premier abord, il ne semble pas évident que cette cathédrale historiographique se construit sur une problématisation, ni qu’elle vise à soutenir une thèse, au sens argumentatif du terme. Par ses propriétés externes, l’ouvrage prend l’allure d’une synthèse monographique, d’un ouvrage appelé à servir aux consultations ponctuelles. Après tout, la conclusion ne fait que cinq pages (p. 765-769), ce qui suggère qu’il n’y avait pas besoin de faire un bilan. Allons voir.

2D’emblée, M.-C. Isaïa convainc de l’intérêt de son objectif et de sa méthode. Il s’agit de faire de Remi un personnage d’histoire à part entière en l’affranchissant de sa fonction de faire-valoir auprès de Clovis. Dès lors, l’approche chronologique se justifie : au-delà du parcours de vie de Remi, son culte ne peut s’appréhender que dans ses variations dans l’espace et ses transformations dans le temps (p. 17-20), jusqu’à la réalisation du culte national rémigien qui sert de terminus ad quem à l’ouvrage. Ainsi, ce Remi de Reims tisse un long enchevêtrement polyphonique : histoire de la cathédrale de Reims et du monastère Saint-Remi, histoire de Remi évêque et de Remi apôtre des Francs, histoire du culte de Remi à Reims et hors de Reims, hagiographie de Remi avant et après Hincmar, instrumentalisation de saint Remi pour ou contre les Carolingiens... La cohérence de cet assemblage s’affirme à chacune de ses étapes parce que M.-C. Isaïa ne perd jamais de vue son interrogation première : qui était Remi de son vivant et qui devint-il dans la mémoire des hommes ? Elle procède méticuleusement, suivant le cours des textes – hagiographiques pour la plupart – grâce à une approche critique bien équilibrée entre inspiration historienne et prudence méthodologique.

  • 1  Par exemple, les pages sur les personnages connus sous le nom de Remigius aux ive-ve siècles (p. 2 (...)

3Sur l’ensemble, les détours scénographiques sont rares et plutôt brefs1. Déjà, la reconstitution du réseau familial de Remi ouvre la voie cardinale de l’ouvrage, puisque les premières pousses du culte rémigien s’enracinent dans les milieux aristocratiques dont le saint était issu (p. 46-60). En rétrospective, le lecteur est amené à comprendre qu’il y a là la fondation du parcours épiscopal de Remi et l’inspiration durable de sa figure de saint rémois. Car sa réputation de sainteté se définit d’abord autour de son activité comme pasteur de la province de Reims. Pour les chrétiens des régions où il a exercé son apostolat, Remi reste ce noble archevêque qui a contribué à donner forme à la province ecclésiastique rémoise au cours d’un archiépiscopat exceptionnellement long. S’il se révèle thaumaturge à la fin de sa vie (p. 175-178), il ne semble pas s’être démarqué par sa pensée, son activité d’écriture, son verbe ou ses engagements politiques. En effet, le Remi historique n’a pas laissé grand-chose en matière de sources contemporaines : quatre lettres, deux poèmes, un testament... La récolte n’est guère plus riche pour les premiers siècles suivant sa mort. Pour retrouver les traces du premier culte rémigien, M.-C. Isaïa se tourne vers l’archéologie et la toponymie en passant par les dédicaces d’églises et la topographie. Elle traque les mentions de son personnage partout où elles surviennent. De la deuxième partie, il ressort que les premiers soutiens du culte se trouvent parmi le clergé rémois et l’aristocratie austrasienne, bien plus que chez les rois francs (c. vi-viii). Le Remi historique n’est pas trahi par la mémoire des hommes ; il avait bien été cet évêque de haute naissance, d’abord voué à sa charge pastorale, peu dépendant des souverains, peu soucieux des affaires du royaume. En plus de l’histoire d’un culte, les recherches de M.-C. Isaïa sur les soutiens de Remi donnent à connaître les réseaux aristocratiques austrasiens sous un angle original, notamment par son respect de la dynamique des interactions. Des Mérovingiens aux premiers Carolingiens, les alliés de saint Remi ne sont pas toujours du même bord. À l’aube du viiie siècle, la figure de Remi faiseur de roi, apôtre des Francs reste à inventer.

  • 2  Comparer : J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims (845-882), Genève, Droz, 1976, p. 1004-1052.

4La troisième partie de l’ouvrage aborde les premières sources hagiographiques consacrées à Remi, dont les textes nous sont parvenus. La figure du saint ne se fige pas ; elle reste changeante, au gré des contextes de son évocation – notamment sous Louis le Pieux, lorsque surgit l’idée que Remi aurait été le baptiste de la nation franque tout entière (p. 407-415). Mais l’essentiel de la contribution de cette période à l’histoire du culte rémigien nous vient d’Hincmar de Reims, à qui M.-C. Isaïa consacre trois chapitres, dont deux pour la Vita Remigii – œuvre polymorphe entre miroir, polyptyque et catéchisme (p. 491-500) –, pour laquelle il n’est pas abusif de parler de réhabilitation2. Ici encore, la relation entre Remi et les événements contemporains se présente comme le résultat d’une conjoncture complexe et mouvante. La rédaction de la Vita marque la dernière tentative d’Hincmar pour adapter le matériel rémigien à ses besoins du moment. Le miracle de la sainte ampoule passe alors à l’écrit, mais la royauté prendra encore du temps pour en faire un outil de légitimation. La dernière transformation du culte rémigien ne vient pas avec Hincmar, puisque ses successeurs immédiats reprennent le culte traditionnel réservé à Remi, pasteur des Rémois (c. xvi-xvii).

5À ce stade, il devient évident que ce Remi de Reims fait foi d’une des caractéristiques ontologiques de l’histoire : les évolutions n’ont rien d’obligé. La transformation de Remi en protecteur de la couronne et apôtre des Francs n’était pas inexorable. Elle se trouve déjà en germe chez Grégoire de Tours, mais cette graine aurait pu être emportée et oubliée. De Sigebert Ier (†575) à Charles le Simple (†929) et même au-delà, l’engagement des rois en faveur du culte rémigien n’est jamais gagné ; il n’a jamais exactement la même tonalité. En effet, M.-C. Isaïa montre que si le xe siècle est marqué par le patronage de Remi sur la famille carolingienne (c. xviii-xix), la réalisation décisive du lien entre le peuple franc, la royauté, Remi, le sacre et Reims ne se réalise véritablement qu’au xie siècle, par les interventions disjointes des papes Sylvestre ii, Léon ix et Urbain ii dans les affaires de France, mais surtout parce que Philippe Ier (†1108), pour réaffirmer son autorité sur la Champagne, a repris la dévotion rémigienne des seigneurs de Crépy-en-Valois (c. xx). En ce sens, cette quatrième partie aurait dû s’ouvrir avec le chapitre xviii, lorsque l’association déterminante de Remi à la royauté française devient l’axe principal de l’ouvrage.

6Au fil de son étude, M.-C. Isaïa ouvre plusieurs dossiers importants : vase de Soissons (p. 110-113) ; contribution de Venance Fortunat à l’hagiographie rémigienne (p. 207-224) ; Vita Remigii d’Hincmar de Reims (p. 465-500) ; invention de la sainte ampoule (p. 455-457) ; fixation du sacre à Reims (p. 679-694). Bien entendu, l’étude du Remi historique amène à reconsidérer l’épisode du baptême de Clovis ; ce que M.-C. Isaïa propose est à la fois original et convaincant (p. 163-169). Il serait facile d’allonger la liste de ces dossiers. Manifestement, le changement de perspective opéré par M.-C. Isaïa profite non seulement à l’histoire de Remi, mais aussi à celle de la royauté franque des origines.

7Des hésitations exprimées ici en introduction, il ne reste rien. Mais l’exercice du compte rendu se passe difficilement de l’expression de quelques critiques. Il a déjà été question de ces passages dont l’utilité démonstrative n’est pas toujours assurée. Pour le reste, il en est d’autres qui semblent discutables, ce qui est attendu dans une publication aussi imposante. De ce fait, des questions subsistent dans la tête du lecteur ; par exemple, le dynamisme apparent de Remi dans la mise en ordre de la province de Reims pourrait-il être un effet de la longévité exceptionnelle de son archiépiscopat ? Peut-on écarter la possibilité que Remi n’ait été qu’un prélat ni plus, ni moins dynamique qu’un autre, simplement favorisé par la fortune ? Après tout, il fut responsable pendant plus de soixante-dix années d’une province importante, à un moment clef de la réorganisation politique et sociale de l’Occident. Parfois, face à une documentation indigente, M.-C. Isaïa donne l’impression de faire flèche de tout bois ; certaines argumentations par la négative ne sont pas tout à fait convaincantes (par ex. p. 589-590). Mais elle prend toujours soin de souligner les limites de ses propositions. Enfin, il est des petits détails qui gênent : le tableau généalogique des sources rémigiennes ne contient pas l’ensemble des deperdita dont M.-C. Isaïa prouve la réalité (p. 393). On ne comprend pas bien la raison pour laquelle elle laisse dans l’ombre l’archevêque Milon (719-743) et encore moins sa décision de ne pas utiliser l’édition critique de l’œuvre hagiographique d’Adson de Montier-en-Der publiée sept années avant la sortie de son livre – imperfection qu’elle reconnaît, mais sans la justifier de manière convaincante (p. 667, n. 1). D’ailleurs, les cartes et les graphes sont frustes, ce qui est d’autant plus étonnant que la thèse est publiée longtemps après la soutenance. Ce genre de raccourci jette un doute sur le niveau de précision du travail d’adaptation effectué après la défense de la thèse.

8Mais en définitive, il n’y a là que des récriminations mineures ; un esprit moins chagrin ne les mentionnerait pas. Ce qu’il faut retenir, c’est que M.-C. Isaïa a su faire de sa thèse un véhicule d’érudition aussi agile et élégant qu’utile à la recherche et stimulant pour le lecteur. À près de mille pages, c’est un véritable tour de force. La lecture de Remi de Reims s’avère une riche expérience, même pour un historien peu versé en hagiologie. Une grosse semaine de lecture ? Certes, mais des plus profitables.

9En fin de parcours, cet historien s’étonnera même de trouver la minuscule conclusion parfaitement mesurée. Il n’était pas nécessaire d’en faire plus. Lorsque le thème mélodique initial infuse toute une composition musicale, il n’est guère besoin d’en alourdir la finale par d’interminables codas. Le livre de M.-C. Isaïa possède cette qualité. La bonne intégration de toutes les parties de l’ouvrage, la forte continuité des idées directrices, l’uniformité de ton et d’argument rendent inutile d’y adjoindre une récapitulation par le détail. Plus encore, l’effet totalisant de son parcours chronologique provoque chez le lecteur un effet proustien inattendu : le livre terminé, il est tentant d’en reprendre la lecture. Étourdi par le passage des siècles, arrivé au moment où le mythe du sacre des rois et de l’apostolat des Francs se durcit, il redevient nécessaire au lecteur de s’interroger : qui était donc ce Remi, archevêque de Reims ? Il a entre les mains tout le nécessaire pour creuser la question.

Notes

1  Par exemple, les pages sur les personnages connus sous le nom de Remigius aux ive-ve siècles (p. 27-46) et celles sur les membres de la famille de Remi qui lui survivent (p. 178-185) ont quelque chose d’anecdotique.

2  Comparer : J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims (845-882), Genève, Droz, 1976, p. 1004-1052.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Gravel, « Marie-Céline Isaïa, Remi de Reims. Mémoire d’un saint, histoire d’une Église », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12307

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org