Navigation – Plan du site

Pierre Boaistuau, Histoires prodigieuses (édition de 1561), texte établi par Stephen Bamforth et annoté par Jean Céard

Bruno Méniel
Référence(s) :

Pierre Boaistuau, Histoires prodigieuses (édition de 1561), texte établi par Stephen Bamforth et annoté par Jean Céard, Genève, Droz (« Textes Littéraires Français »), 2010, 968p.

ISBN 978-2-600-01395-6

Texte intégral

1Les Histoires prodigieuses de Pierre Boaistuau, publiées en 1560 et appelées à un large succès populaire, n’avaient jamais fait l’objet d’une édition savante. La découverte d’un manuscrit enluminé de ce texte, aujourd’hui conservé à la Wellcome Library de Londres, permet de comprendre sa genèse et justifie à lui seul l’entreprise d’une édition critique. Ce manuscrit comprend trente-deux chapitres, dont certains ne sont qu’à l’état d’ébauche, au lieu des quarante et un de la version imprimée.

2Ce manuscrit fait partie d’un ensemble de trois ouvrages dédiés à la reine Elisabeth d’Angleterre, les deux autres étant un tirage remanié des Histoires tragiques et un exemplaire de la seconde édition de Chelidonius Tigurinus, avec un premier cahier réimprimé et un nouveau titre, Institution du Royaume chrestien. Le volume des Histoires tragiques n’est jamais parvenu à la reine. Les deux autres ont été remis à Elisabeth par Boaistuau comme cadeau de nouvel an au début de 1560. Pourquoi Boaistuau a-t-il cherché la protection d’Elisabeth Ie ? Stephen Bamforth avance, après d’autres, l’hypothèse d’un Boaistuau protestant. La Bretagne aurait été un terrain favorable à l’essor du protestantisme ; Boaistuau est l’ami de Jean de La Lande, qui est converti à la religion réformée, et Jacques Grévin, qui le sera un peu plus tard ; dans le manuscrit figurent des passages contre la papauté, qui disparaissent néanmoins dans la version imprimée.

3Dans les Histoires prodigieuses, image et texte sont indissociables : aussi bien dans le manuscrit que dans l’imprimé, le corps du texte et les manchettes comprennent de nombreux renvois aux figures. Boaistuau s’engage ainsi dans la voie suivie par la Cosmographia universalis de Münster, la Prodigiorum ac ostentorum Chronicon de Lycosthenes, l’Historia animalium de Gesner, dont il demande que l’on copie les figures. Certaines formules du texte indiquent qu’il a directement passé commande à son illustrateur.

4Stephen Bamforth a choisi pour base de travail la deuxième édition du texte (in-octavo de 1561), dont Boaistuau semble avoir contrôlé le texte de plus près. Il signale en bas de page les variantes du manuscrit de la Wellcome Library et de la première édition (in-quarto de 1560). Jean Céard, spécialiste incontesté de Boaistuau depuis sa thèse magistrale La Nature et ses prodiges (1977, revue en 1996), annote le texte. Parce qu’il connaît à merveille les sources des Histoires prodigieuses, il montre que les références qui y sont prodiguées au lecteur sont la plupart du temps des trompe-l’œil : Boaistuau, au lieu de reconnaître sa dette à l’égard de compilateurs comme Ravisius Textor ou Pierre Messie, mentionne les autorités qu’ils allèguent, sans faire l’effort de consulter celles-ci. De fait, les Histoires prodigieuses sont largement tributaires des travaux de Camerarius, Polydore Vergile, Julius Obsequens, Cardan, Peucer, Rueff et Lycosthenes.

5Est prodigieux ce qui est rare, c’est-à-dire ce qui est peu fréquent et digne de remarque. Surtout, le prodige est le signe de la présence de Dieu dans l’univers : il éveille l’attention de l’homme, l’incite à déchiffrer le livre du monde tout en lui rappelant que dans sa faiblesse il ne saurait parvenir à aucune certitude et en le préservant ainsi du péché d’orgueil. Il est souvent la manifestation de l’ire de Dieu et donc, pour celui qui sait le décrypter, une secrète instigation à faire son examen de conscience et à se corriger. Dans sa thèse (p. 261), Jean Céard expliquait par le désir d’édifier le lecteur l’attention portée à des « monstruosités morales » telles que les « amours prodigieuses ». C’est vrai si l’on admet que des passions héroïques peuvent être prodigieuses au même titre que des affections perverses. En fait, Boaistuau, qui a aussi composé un Brief Discours de l’excellence et dignité de l’homme (1558) et un Theatre où il est faict un ample discours des miseres humaines (1558), équilibre le thème de la miseria de l’homme par celui de la dignitas. Fidèle à l’esprit de saint Augustin, qui considère qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise passion, mais des passions bien ou mal orientées, il affirme qu’« il se trouve des prodiges aux amours chastes et vertueuses » (Histoires prodigieuses, p. 532) ; il énumère alors des femmes qui se sont suicidées par amour, Porcie, Cléopâtre ou Artémise. « Qui ne sera doncques esmerveillé de ces flammes prodigieuses d’amour ? » (p. 533), demande-t-il : est prodigieux ce qui étonne, mais aussi ce qui provoque l’admiration.

6Ce livre, qui s’adresse aux amateurs de littérature, aux historiens des mentalités, mais aussi aux spécialistes des rapports entre texte et image, se signale par sa rigueur éditoriale, son érudition, la masse considérable de renseignements qu’il offre au chercheur. Tout au plus peut-on regretter que, dans l’introduction, les reproductions soient étrangement disposées : les enluminures illustrant les Histoires prodigieuses et les gravures qui les ont inspirées ne sont pas présentées en vis-à-vis, mais recto verso, ce qui ne facilite pas la comparaison.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Pierre Boaistuau, Histoires prodigieuses (édition de 1561), texte établi par Stephen Bamforth et annoté par Jean Céard », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12303

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org