Navigation – Plan du site

Jacques Chocheyras, Réalité et imaginaire dans le Tristan de Béroul

Amy Heneveld
Référence(s) :

Jacques Chocheyras, Réalité et imaginaire dans le Tristan de Béroul, Paris, Champion (« EMA » 49), 2011, 159p.

ISBN 978-2-7453-2049-0

Texte intégral

1Béroul était-il un écrivain réaliste ? On ne s’était jamais posé la question avant de lire le livre le plus récent de Jacques Chocheyras. Déjà auteur d’un ouvrage important sur Tristan et Iseut publié en 1996, il propose avec Réalité et imaginaire dans le Tristan de Béroul une nouvelle collection d’articles qui constituent une riche balade à travers la toponymie lointaine mais familière de l’univers tristanien, sur les plans géographique, linguistique et symbolique. Pour ce faire, l’auteur dépouille des sources inattendues : noms de rues, plans, inventaires, offices de tourisme, guides touristiques, consultations et notices d’archéologues, témoignages divers, dictionnaires topographiques et autres de toute époque, légendes locales, sans oublier les journaux locaux ou même Le Monde ou The Economist. Le caractère inattendu de ces sources contribue à la magie de certaines analyses, qui distillent leurs preuves entre le matériel et l’éphémère. Bienvenues, ces relectures donnent soif de cette matière médiévale suscitée par les mots.

2Comme un Béroul « conscient de rapporter une histoire qui s’est déroulée dans des temps très anciens », Chocheyras se fait lui-même lecteur du paysage pour mieux comprendre certaines références du roman. La première partie, « Sur les traces du poète Béroul » (p. 17-77), construit une sorte de maquette littéraire à l’intérieur de laquelle le lecteur est invité à se promener : le référent probable du mot boron se laisse concrétiser (p. 17-23) ; une analyse des noms de rues divulgue le sens du symbole de la Croix Rouge (p. 29-53). L’auteur démontre de façon convaincante que ce romancier médiéval produit son propre « effet de réel » par la citation de lieux toujours identifiables et fixes (p. 37). Dans « La Vie de Saint Gilles et le trafic maritime à l’époque du Tristan de Béroul » (p. 55-69), le texte médiéval enseigne comment naviguer sans boussole ni étoile. Ainsi l’histoire de la navigation se trace-t-elle, en particulier celle de la traversée entre la Normandie et l’Angleterre. De nombreux détails, souvent négligés par la critique, s’avèrent profondément riches de sens et éclairent les parties délaissées du roman. Jacques Chocheyras l’écrit lui-même : « c’est pour une fois la littérature qui sert de repère à l’histoire, et non l’inverse » (p. 53).

3Par moments, l’approche de l’auteur semble presque surgir d’une autre époque. Son intérêt pour la France, par exemple, pour son histoire et ses toponymes, frôle parfois la motivation d’un Paul Meyer ou d’un Gaston Paris. Au gré d’analyses nourries d’œuvres critiques plus récentes, il puise dans les travaux des érudits du XIXe siècle, montrant bien l’intérêt et la pertinence de ceux-ci. Cependant, en contraste avec ces premiers médiévistes, Jacques Chocheyras s’attarde sur les problèmes d’interprétation que pose l’unique manuscrit de l’œuvre de Béroul. Ses analyses prennent en compte les différentes éditions et proposent une clé interprétative pour les questions de sens et de cohérence qui découlent de la langue du manuscrit. Elles sont de surcroît enrichies par l’attention particulière qu’il prête au manuscrit et au contexte plus large de sa production.

4Dans la deuxième partie, « A la recherche du sens de ‘l’estoire’ selon Béroul » (p. 81-150), ce sont justement les référents du texte qui deviennent plus concrets. Des analyses sémantiques et étymologiques du vocabulaire visent à appréhender ce à quoi l’écrivain médiéval faisait référence par l’emploi de termes comme felon et faux, ou l’adjectif vers (p. 91- 98, 99-105 et 131-135). Un recensement des liens entre l’œuvre de Chrétien de Troyes et la matière tristanienne, ainsi qu’une analyse du rôle du personnage d’Arthur, permettent d’examiner la légende dans le contexte plus large de la littérature courtoise des XIIe et XIIIe siècles (p. 117-130). Le dernier article résume le débat autour de la datation du Tristan de Béroul par le biais de la figure d’Iseut et de sa chasteté, qu’elle soit sincère ou non (p. 137-150). Entre idéal cathare et exemple négatif, le sens de « l’estoire » repose aussi sur cette figure féminine. Il s’agit de comprendre les enjeux de la réception de l’œuvre et de suivre le retentissement de son message au sein de la culture médiévale, tâche difficile, mais pour laquelle l’auteur nous livre quelques pistes et indices pertinents.

5Le premier article de cette partie, « Souffrance physique, souffrance psychique dans le Tristan de Béroul » (p. 81-90), érige Béroul, poète anglo-normand, en auteur contemporain. Des comparaisons avec le poète Reverdy, Michel Butor et Milan Kundera enrichissent sa lecture de la douleur passionnelle de l’expérience amoureuse. Mais faut-il vraiment prouver que Béroul était le premier écrivain moderne ? À la lecture de ce livre, la nécessité d’une telle constatation paraît douteuse. Sans aucun doute unique par rapport à ses contemporains – qui sait cependant combien de Béroul ont sombré dans l’oubli à cause d’accidents matériels ? –, Béroul n’en appartient pas moins, et heureusement, à la période médiévale. Mais ce que Jacques Chocheyras nous dévoile, c’est que l’œuvre de Béroul communique avec le lecteur d’aujourd’hui comme avec le lecteur médiéval. Il nous rappelle que, tout comme nous, ces lecteurs lointains étaient de chair et d’os. L’ombre de leur passage s’étend sur les reliefs actuels de nos paysages.

Pour citer cet article

Référence électronique

Amy Heneveld, « Jacques Chocheyras, Réalité et imaginaire dans le Tristan de Béroul », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12300

Haut de page

Auteur

Amy Heneveld

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org