Navigation – Plan du site

Science Translated. Latin and Vernacular Translations of Scientific Treatises in Medieval Europe, éd. Michèle Goyens, Pieter De Leemans et An Smets

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Science Translated. Latin and Vernacular Translations of Scientific Treatises in Medieval Europe, éd. Michèle Goyens, Pieter De Leemans et An Smets, Leuven, Leuven University Press, 2008, 478p.

ISBN 978-90-5867-671-9

Texte intégral

1Ce recueil d’articles fait suite à un colloque organisé par l’Université Catholique de Leuven en 2004. Une préface, accompagnée de vingt-deux articles et deux index composent l’ouvrage publié aux éditions universitaires (K. U. Leuven). Les essais sont répartis en deux sections bien distinctes : la première étudie les traductions du grec, de l’arabe et de l’hébreu vers le latin, alors que la seconde s’intéresse plus particulièrement aux traductions du latin vers les langues vernaculaires (représentées par le français, l’italien et le néerlandais). Plusieurs domaines sont couverts par les analyses et le lecteur trouvera aussi bien des recherches sur la météorologie que des travaux portant sur la médecine ou les mathématiques. Ce qui fait incontestablement l’unité du recueil, c’est sans doute le travail sur la terminologie ainsi que sur la réception des grandes traductions des textes scientifiques au Moyen Âge.

2Introduction. La contribution de José Lambert intitulée « Medieval Translations and Translation Studies : some preliminary considerations » (p. 1-10) fait office d’introduction générale concernant les problèmes généraux liés à la traduction même. Elle centre son étude sur l’importance de la culture et de la continuité dans le processus de traduction. Il s’agit là d’une parfaite entrée en matière qui ouvre la première partie du recueil.

3Première partie. Les neuf articles jalonnant cette partie intitulée « Translations into Latin » ont un point commun que le titre résume à lui seul. Un premier groupe de contributions peut être facilement repéré : il s’agit de celles qui, à l’instar des articles de Charles Burnett (p. 11-34) et Carla Di Martino (p. 35-45), s’intéressent particulièrement aux traductions provenant de l’arabe. Ces derniers montrent combien la traduction des textes arabes en latin fut riche : le premier en remontant la piste des révisions manuscrites (s’y côtoient pêle-mêle Aristote, Avicenne, Jean de Séville), le second se penchant plus volontiers sur le cas singulier de la traduction latine de l’Epitomé du De Sensu d’Averroès, non sans avoir préalablement et fort judicieusement effectué quelques rappels sur les traditions arabe et latine des œuvres traduites d’Aristote. José Manuel Fradejas Rueda (p. 59-72) donne quant à lui une autre pratique de traduction de l’arabe en latin avec le cas du Calendrier de Cordoue traduit par Gérard de Crémone au XIIe siècle. Mais cette partie contient également des articles orientés plus largement sur les méthodes et choix de traduction, par exemple, celui d’Ilya Dines (p. 73-90) qui suit pas à pas le destin du shafan sela, nom d’un animal attesté dans la Bible, mais qui connut quelques traductions malheureuses au cours des siècles, ce qui ne fut pas sans poser certains problèmes d’interprétation. Outi Merisalo et Päivi Pahta (p. 91-104) retracent avec justesse l’histoire de la tradition manuscrite latine du De spermate du pseudo-Galien, conservé aujourd’hui dans quarante-deux manuscrits. Dans un article érudit et passionnant intitulé « Aristotle, his Translators, and the Formation of Ichthyologic Nomenclature » (p. 105-122), Pieter Beullens entraîne son lecteur dans le monde de l’ichtyologie et montre magistralement de quelle manière les traductions d’Aristote au Moyen Âge définissent en latin une nomenclature lexicale qui (re)dessine un nouveau vocabulaire ichtyologique. Les deux dernières contributions de la première partie ont aussi Aristote comme toile de fond et ses traductions latines comme objet d’étude. Iolanda Ventura (p. 123-154) défait les nœuds créés par les traducteurs, commentateurs des Problemata, alors que Craig Martin (p. 155-180) explore les atouts des traductions tardives du livre IV des Météorologiques à la Renaissance, et les compare avec celles du Moyen Âge dont, en autre, l’œuvre de Guillaume de Moerbeke (XIIIe siècle).

4Deuxième partie. La deuxième partie du recueil a pour titre « Translations into the Vernacular » et regroupe treize articles divers qui traitent de mathématiques, de médecine, d’astronomie, de fauconnerie, etc. Joëlle Ducos s’interroge sur les spécificités des traductions vernaculaires (pratiques de traduction, présence d’un prologue, nature des textes traduits, choix du lexique dans les traductions, etc.) dans un article intitulé « Traduire la science en langue vernaculaire : du texte au mot » (p. 181-195) ; concis et clair, cet article à lui seul résume magistralement les grands enjeux des traducteurs du Moyen Âge. Alessandro Vitale-Brovarone quant à lui (p. 197-220) développe quelques cas précis de traduction (ce qu’il appelle les « mots sans mémoire ») et illustre l’acte même de la traduction par des personnes (Dino Dini, Simon de Gênes, Dominique Gundisalvi et Laurent de Premierfait) et par des techniques (le glossaire). Il montre ainsi qu’il est délicat et inadéquat de résumer l’acte de traduction par le seul « fait formel de passage d’un texte écrit à un autre texte écrit » (p. 213). Plusieurs articles s’intéressent à la médecine et aux traductions en langues vernaculaires. Ainsi, Laurence Moulinier-Brogi traite-t-elle d’uroscopie (p. 221-241) en latin et en vernaculaire, Marianne Elsakkers d’avortement et d’embryologie (p. 377-413) en retraçant l’héritage classique et antique des savoirs puis en illustrant les connaissances médiévales en la matière. Enfin Erwin Huizenga (p. 415-448) et Orlanda Lie (p. 449-466) présentent les traductions et traducteurs néerlandais d’ouvrages chirurgicaux du Moyen Âge. On notera avec intérêt quelques autres articles de grande qualité : celui de Géraldine Veysseyre (p. 331-359) intitulé « Le Livre des propriétés des choses de Jean Corbechon (livre IV), ou la vulgarisation d’une encyclopédie latine », qui décrit très finement le « savoir-faire d’un traducteur professionnel » et montre le résultat de sa traduction. Évoquons également la contribution d’Hiltrud Gerner (p. 263- 286), qui étudie scrupuleusement et avec brio plusieurs termes appartenant au monde de l’astronomie dans la traduction française du Compendium theologicae veritatis (XIIIe siècle). Notons enfin l’article d’An Smets et Magali Toulan (p. 311-330), qui se concentre sur un lexique bien singulier, celui des accessoires des faucons et des fauconniers dans deux traductions françaises de traités de fauconnerie (le De arte venandi cum avibus de Frédéric II et le De falconibus d’Albert le Grand).

5In fine, le recueil dirigé par Michèle Goyens, Pieter de Leemans et An Smets est d’une grande rigueur scientifique et d’un intérêt incontournable, tant dans la variété de ses exemples que dans la nature exemplaire des contributions qui le parcourent. À ce titre, il est une référence et un réel apport dans l’étude des traductions au Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Science Translated. Latin and Vernacular Translations of Scientific Treatises in Medieval Europe, éd. Michèle Goyens, Pieter De Leemans et An Smets », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12292

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org