Navigation – Plan du site

Jean d’Abondance, Le Gouvert d’Humanité, éd. Xavier Leroux

Estelle Doudet
Référence(s) :

Jean d’Abondance, Le Gouvert d’Humanité, éd. Xavier Leroux, Paris, Champion (« Babelania » 13), 2011, 291p.

ISBN 978-2-7453-2219-7

Texte intégral

1L’œuvre de Jean d’Abondance, encore mal délimitée par la critique, a été l’objet, depuis la seconde moitié du XXe siècle, d’une certaine attention qui laisse espérer une prochaine édition complète des ouvrages attribués à cet écrivain. La qualité de son théâtre, caractéristique de la première moitié du XVIe siècle, est aujourd’hui reconnue. Le travail proposé par Xavier Leroux, amendant l’ancienne édition de P. Aebischer (1962), permet un accès renouvelé à l’une de ses pièces les plus célèbres avec la Farce de la Cornette, Le Gouvert d’Humanité. Cette moralité, s’inspirant de la parabole du fils prodigue, met en scène le cheminement mouvementé d’Humanité, de la chute dans le péché à un salut dont l’issue demeure, à la fin de la pièce, nimbé d’incertitude. Si Le Gouvert d’Humanité peut apparaître comme une œuvre modelée par la tradition antérieure, elle témoigne aussi de la maîtrise remarquable des structures dramatiques par son auteur et, plus encore, du rôle que revêt l’art scénique dans le contexte spirituel des années 1540, lorsque s’affirme la Contre-Réforme. On ne peut que se réjouir de cette édition qui permettra d’affiner la connaissance de la culture dramatique contemporaine de Marguerite de Navarre, entre autres.

2Le Gouvert d’Humanité est une pièce attribuable sans aucun doute à Jean d’Abondance, dramaturge dont l’activité s’est déployée dans les années 1530-1540 et sur lequel les connaissances biographiques restent maigres. Sans doute originaire du sud-est du royaume, ce que confirme ici l’étude linguistique, l’écrivain a publié la majorité de ses ouvrages chez l’imprimeur J. Moderne à Lyon. Le recueil où se trouve conservé Le Gouvert rassemble deux autres pièces, L’Istoire de l’enfant prodigue et la Passion secundum legem debet mori. L’attribution de la première à Jean d’Abondance est encore discutée, celle de la seconde semble plus certaine. En tout cas, l’unité thématique de ce petit recueil théâtral est patente : Le Gouvert d’Humanité comme l’Istoire exploitent la parabole de l’Enfant prodigue, en l’articulant au modèle des Pelerinages de Vie Humaine, schémas dominants des moralités dramatiques en moyen français.

3Comme Xavier Leroux le souligne avec justesse, Le Gouvert d’Humanité peut être considéré comme caractéristique d’une tradition que Jean d’Abondance prolonge. Si la culture littéraire des artes moriendi et du contemptum mundi est en effet fortement présente, comme l’éditeur le rappelle en confrontant le texte au Mortifiement de Vaine Plaisance de René d’Anjou, la pièce se nourrit surtout de l’héritage d’une riche culture dramatique. L’analyse littéraire de ses structures permet à Xavier Leroux de présenter des pistes intéressantes sur les intertextes et le fonctionnement du Gouvert,même si le lecteur souhaiterait parfois voir davantage étayer certaines hypothèses (la proposition d’une mise en scène circulaire, par exemple). Les rapprochements ne convainquent pas toujours – la comparaison d’Humanité avec Don Juan, proposée p. 73, est ensuite écartée, avec raison pensons-nous – ou manquent – comme le lien aux dramatisations des Pelerinages de Guillaume de Digulleville ou simplement un rapprochement plus précis avec L’Istoire de l’Enfant Prodigue dans le même recueil. Mais les pistes proposées ont le mérite de souligner l’une des caractéristiques de l’art de Jean d’Abondance : la virtuosité avec laquelle sont articulés, au sein d’une pièce cohérente, les modèles scéniques les plus efficaces, qu’ils soient anciens ou contemporains.

4Sur ce point, il semble possible de compléter la présentation offerte par l’introduction. La proximité du Gouvert avec les scènes et les personnages de Courtois d’Arras est frappante, ce qui aurait mérité peut-être davantage qu’une note en bas de page (p. 41). Cela n’implique certes pas une innutrition directe, mais semble un indice de la permanence de certains schémas dramatiques en moyen français. Le public est aussi appelé à revoir, dans l’aventure d’Humanité, le cheminement de personnages, comme Bien Advisé et Mal advisé (Humanité se désigne lui-même par ces mots, v. 628) ou les Enfants de Maintenant, venus de la moralité qui porte ce nom. La parabole de l’enfant prodigue est particulièrement sollicitée au milieu du XVIe siècle alors que s’envenime le conflit entre Catholiques et Protestants. Les résonances entre ce thème et les querelles spirituelles contemporaines sont assez évidentes, et il nous semble que l’introduction aurait pu aborder plus synthétiquement ce point, auquel il est fait allusion à de nombreuses reprises mais de façon éparse. Le Gouvert d’Humanité est une pièce qui répond, par ses personnages et ses thèmes, aux Tendenzdrama réformés qui se jouent à la même époque et qu’a étudiés, entre autres, F. Holl. Ce contexte permet de mieux comprendre l’infléchissement que Jean d’Abondance donne à la culture dramatique qu’il exploite : la place accordée à Erreur, figure, non sans ambiguïté, de la foi réformée ; le rôle de Caresme ; le remplacement de Mort par une Justice Divine dont le dard vengeur reste suspendu. La liberté humaine est une question qui scande la pièce dès les premiers pas d’Humanité (« Vive liberté ! », v. 82) et qui explique sa rechute dans le péché. Liberté et grâce dans la recherche du salut sont, comme on sait, un terrain d’affrontement depuis la célèbre querelle du De servo arbitrio qui opposa Luther et Erasme. Il aurait été souhaitable de rassembler ces indices afin de préciser l’univers culturel dans lequel cette pièce de 1540 fonctionne – un univers qui, comme le relève justement l’éditeur, n’est plus celui du célèbre Everyman anglais, par exemple.

5Si l’étude littéraire de la pièce manque parfois de quelques perspectives synthétiques sur le contexte contemporain ou sur la cohérence du co-texte qu’offre le recueil imprimé, elle est heureusement complétée par une étude linguistique et une analyse fouillée de la versification. On est reconnaissant à Xavier Leroux d’offrir au lecteur du XXIe siècle un accès informé à la diversité formelle remarquable de l’écriture dramatique à cette période. On savait la maîtrise des structures versifiées par Jean d’Abondance assez étourdissante, ce qui est ici confirmé. La difficulté est d’interpréter cette diversité. Or, comme l’éditeur le note (p. 113), le système sémantique lié à la variation métrique, si système il y avait, nous demeure obscur ; chaque situation scénique semble appeler un traitement différent. La rapide réflexion sur l’interprétation des vers orphelins (p. 118), qui désolent souvent les éditeurs des textes théâtraux anciens, montre cependant qu’on peut proposer certaines pistes, qu’il sera intéressant de continuer à creuser.

6Pour l’établissement du texte, l’éditeur a choisi de donner à ses lecteurs le maximum d’informations venues de l’imprimé. Cela conduit à l’introduction de signes anciens, comme le punctum par exemple. Le résultat, instructif pour les spécialistes de théâtre, peut être d’abord déroutant pour le lecteur moins informé, d’autant que ces signes abondent dans les premières pages pour se faire plus discrets par la suite. Un appareil de notes, parfois philologiques, parfois contextuelles, ainsi qu’un glossaire, facilitent la lecture, tout en complétant certaines intuitions de l’introduction.

7L’édition du Gouvert d’Humanité est fort bienvenue en ce qu’elle offre un accès sûr à un très beau texte, encore méconnu de la plupart des spécialistes du moyen français. L’œuvre dramatique de Jean d’Abondance est en effet ancrée dans une décennie, les années 1530-1540, et un univers, le creuset lyonnais et sa région, exceptionnels. Ils ont été souvent décrits comme un lieu de confluence entre traditions et nouveaux questionnements, dans les domaines spirituels et littéraires. On peut supposer que c’est cette situation, parfaitement illustrée par Le Gouvert d’Humanité, qui a conduit l’éditeur à désigner la pièce et son époque comme « médiévo-renaissantes. » La qualification est bien sûr une commodité. Cependant on déplore qu’elle ait parfois suscité des remarques confuses, voire fausses. « L’automne du Moyen Âge » qui y rencontrerait le « printemps » ou les « premiers pas » d’une période « à peine renaissante » avançant sans savoir « à quoi ressemblera son âge adulte » (p. 35) sont des métaphores vieillies depuis leur introduction par J. Huizinga (1919), une référence certainement insuffisante et nuancée par de nombreux travaux d’historiens plus récents. Ces images n’ont rien perdu pourtant de leur nocivité, puisqu’elles suscitent encore, sous la plume d’un incontestable spécialiste de cette période, une interprétation curieuse, heureusement ponctuelle, de la jeunesse d’Humanité (qui serait à l’image du « printemps renaissant », alors qu’il est également proposé, ce qui paraît plus juste, d’y voir la figure du Fils prodigue) ou la confusion, plus bénigne, du XVe et du XVIe siècle (p. 17, p. 52). Cela montre qu’il est bien difficile de sortir des mythes liés aux notions de « Moyen Âge » et de « Renaissance », quoiqu’on les sache mal adaptées à la description de la production dramatique pendant la première moitié du XVIe siècle. En revanche est évidente la participation de Jean d’Abondance à une culture théâtrale en moyen français qui fonctionne de façon cohérente de 1450 à 1550, et qu’historiens, littéraires et historiens du théâtre doivent étudier comme telle. Et la nouvelle édition du Gouvert d’Humanité est certainement un outil précieux dans cette nécessaire réorientation des études dramatiques en langue française.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Jean d’Abondance, Le Gouvert d’Humanité, éd. Xavier Leroux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://crm.revues.org/12289

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org