Navigation – Plan du site

Robert Garnier, Théâtre complet, t. IV, Marc Antoine, éd. Jean-Claude Ternaux

Bruno Méniel
Référence(s) :

Robert Garnier, Théâtre complet, t. IV, Marc Antoine, éd. Jean-Claude Ternaux, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance »), 2010, 74p.

ISBN 978-2-8124-0186-2.

Texte intégral

1Marc Antoine, tragédie composée vers 1574-1575 et publiée en 1578, est la quatrième pièce de Robert Garnier et elle constitue le dernier volet d’une trilogie centrée sur l’agonie de la république romaine, qui comprend également Porcie et Cornélie. L’introduction souligne les analogies existant entre les dernières années de la vie d’Antoine et de Cléopâtre et la période des guerres de religion : même décadence, mêmes troubles civils, même climat de licence et de luxe. Comme le précise Jean-Claude Ternaux, il ne faut cependant pas pousser la comparaison trop loin : Antoine n’est pas Henri III. Familier de la Reine Mère, Garnier ne s’est pas risqué à transposer au premier siècle avant Jésus-Christ la cour de France.

2Si Antoine aime Cléopâtre, s’il « brusle au feu de son amour », il la croit déloyale et accuse sa passion d’avoir causé sa déchéance. Il est torturé par la jalousie, car il craint que Cléopâtre ne l’abandonne pour Octave. Surtout, c’est, depuis la défaite d’Actium, un homme brisé : il se sent « depuis comme atteint du colere des Dieux, / Comme espris de fureur, et plus que furieux / L’esprit troublé de mal ». Il conçoit son suicide comme une expiation, lui permettant d’effacer tout ce qui a terni sa gloire (III, v. 1234-1241). Octave, qui se dit « Egal à Jupiter » (IV, v. 1362) et refuse de se montrer clément, il apparaît comme un tyran. Il juge Octave coupable envers les dieux de présomption, d’orgueil, d’impiété.

3S’il faut lire cette pièce, c’est qu’elle est illuminée par le personnage solaire de Cléopâtre, que Garnier réhabilite. Comme l’a remarqué Raymond Lebègue, le dramaturge passe sous silence la relation de la reine d’Egypte avec César, de sorte qu’elle ne paraisse avoir aimé qu’Antoine. Il commence par la présenter, dans la tirade protatique d’Antoine, conformément à la tradition, comme une femme fatale, « inhumaine, traitresse, ingrate » (I, v. 16), comme une « belle sorcière » (I, v. 82), mais il permet ensuite au personnage de démentir cette mauvaise réputation en se révélant une reine magnifique de dignité et de courage, une femme au cœur « haut / Magnanime et royal » (III, v. 882-883). Elle est d’une indéfectible loyauté envers Antoine, allant jusqu’à dire « Mon espous est moymesme ». Sa bravoure se manifeste non seulement dans le choix d’« une mort généreuse », mais dans la façon dont elle assume entièrement la responsabilité de la défaite d’Antoine : « J’en suis la seule cause, et seule je l’ay faitte ». Au cinquième acte, elle se montre attentive au sort de ses enfants, et les dernières paroles qu’elle leur adresse les exhorte à l’humilité : « Apprenez à souffrir, enfans, et oubliez / Vostre naissante gloire, et aux destins pliez » (V, v. 1862-1863). Le pathétique culmine dans les derniers vers où, devant le cadavre d’Antoine, elle s’adresse à son âme à la fois comme sa « femme » et son « amie ».

4L’attitude courageuse de Cléopâtre amène Garnier à introduire en filigrane de la pièce un débat qui touche à l’essence de la tragédie : les hommes sont-ils gouvernés par la fatalité ou par leurs passions ? Au deuxième acte, Cléopâtre prend parti en faveur du libre arbitre : alors que sa femme d’honneur Charmion soutient que les dieux gouvernent les événements terrestres et qu’ils sont eux-mêmes soumis à la fatalité, elle déclare qu’ils ne s’abaissent pas à régir les affaires humaines et que les hommes les accusent à tort de leurs maux, qui ont pour seule cause les passions. À l’acte suivant, Antoine adopte une position analogue, quand il déclare ne devoir son malheur ni à la Fortune, ni au Destin, mais uniquement à la Volupté. À une métaphysique du fatum se substitue une éthique des passions.

5La présentation qui est proposée de la pièce met bien en lumière le contexte historique et les sources utilisées par le dramaturge, et en particulier la Cleopatre captive de Jodelle. La structure de la pièce serait intéressante à analyser avec précision. Chaque acte est centré sur un personnage : Antoine domine les actes I et III, Octave l’acte IV, Cléopâtre les actes II et V. Marc Antoine se termine dans un tombeau. C’est une tragédie d’emmurés : les trois protagonistes, reclus, isolés les uns des autres, ne dialoguent qu’avec des personnages secondaires, et cette absence de communication entre eux a des conséquences tragiques, puisque Antoine n’est pas à même de s’assurer par un tête-à-tête de la fidélité de Cléopâtre. De plus, comme Raymond Lebègue, dans la notice des Œuvres complètes, le remarque avec beaucoup de justesse, dans Marc Antoine comme dans Hippolyte, les chœurs ne communiquent plus avec les personnages individuels et ne sont plus vus par eux (notice d’Hippolyte, in R. Garnier, Œuvres complètes, t. IV, Paris, Les Belles Lettres, 1974, p. 240).

6Jean-Claude Ternaux annote le texte de Garnier en s’appuyant sur son ample connaissance du corpus tragique français et en faisant la synthèse de toute la recherche universitaire de ces dernières années. Grand spécialiste des relations entre tragédie et épopée, il attire l’attention notamment sur les emprunts à Lucain et sur l’emploi de stylèmes épiques tels que l’ekphrasis (II, v. 608-613). Pour bien faire percevoir au lecteur les connotations qu’avaient les mots au XVIe siècle, il se réfère fréquemment aux riches Epithètes de Maurice de La Porte. C’est un choix judicieux, puisque Garnier est un héritier de la Pléiade, mais l’enquête aurait pu être étendue à d’autres travaux lexicographiques, comme le Calepin, les dictionnaires de Charles Estienne, et même à des instruments un peu plus tardifs tels que le Nicot et le Cotgrave. L’ouvrage est complété par un glossaire qui ne laisse dans l’ombre aucune partie du texte et par une utile bibliographie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Robert Garnier, Théâtre complet, t. IV, Marc Antoine, éd. Jean-Claude Ternaux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 30 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12285

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org