Navigation – Plan du site

Fanny Moghaddassi, Géographies du monde, géographies de l’âme. Le voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Âge

Aude Mairey
Référence(s) :

Fanny Moghaddassi, Géographies du monde, géographies de l’âme. Le voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Âge, Paris, Champion (« NBMA » 99), 2010, 469p.

ISBN 978-2-7453-2007-0.

Texte intégral

1Ce livre est une étude sur le voyage, défini comme une « confrontation à l’altérité », au sein d’un corpus de textes en moyen-anglais de la fin du Moyen Âge, dont certains sont des traductions ou des versions d’œuvres d’abord composées en latin ou en français. Leurs genres littéraires et leurs formes sont variés : l’auteur a retenu un récit de voyage proprement dit, les célèbres Voyages de Jean de Mandeville (XIVe siècle) ; des romances (au sens anglais du terme), Floris and Blancheflour, Sir Degarre, Sir Orfeo et, dans une moindre mesure, Kyng Alisaunder ; et des récits de voyages de saints ou de pénitents (ceux de saint Brendan et de saint Patrick ainsi que The Vision of Tundale). Dans ces différents textes se déploient trois principaux « ailleurs », l’Orient, le monde de féerie et l’au-delà. Malgré l’apparente diversité de ces œuvres, l’auteur se propose de dégager une certaine cohérence de la notion de voyage à la fin du Moyen Âge – qui n’est pas le voyage au sens actuel du terme puisqu’il renvoie aussi à des lieux que nous considérons aujourd’hui comme imaginaires –, par l’intermédiaire d’une analyse délibérément littéraire du rapport du voyageur à l’altérité des mondes explorés.

2L’ouvrage comporte trois parties. La première, « Miroirs de la réalité », présente tout d’abord (chapitre I) une synthèse historique des conceptions médiévales en matière de géographie, sur les plans intellectuels (l’héritage antique – Pline, Solin, Macrobe et Orose – est particulièrement souligné) autant que concrets (cartographie, modalités concrètes des voyages médiévaux…). Cette première partie s’attache ensuite au rapport des textes à la réalité contemporaine du voyage (chapitre II). L’accent est mis sur les Voyages de Mandeville, présentés comme un véritable guide pour le voyageur, tandis que les autres textes, les romances en particulier, n’y accordent que peu d’attention. Fanny Moghaddassi souligne néanmoins que les récits de voyage dans l’au-delà font preuve d’un certain souci de « réalisme » – par rapport aux descriptions bibliques et médiévales des espaces de cet au-delà. De même, le monde féerique n’apparaît pas, dans les romances, comme un monde imaginaire, même s’il est marqué par le merveilleux. Elle conclut cette partie en dégageant un point commun essentiel à tous ces textes, marqués par une « appropriation de l’inconnu par le langage » (p. 138).

3Dans la seconde partie, « Miroirs de l’ailleurs », l’auteur décrit dans un premier temps (chapitre III) les modes d’appropriation employés par les textes, ainsi que le contenu proprement dit des descriptions des voyageurs – il s’agit toujours d’ordonnancer le monde, connu et inconnu, d’une manière ou d’une autre, bien que cette mise en ordre s’accompagne d’une certaine indifférence aux contraintes spatio-temporelles concrètes (les auteurs sont dans l’ensemble, par exemple, peu intéressés par les indications de lieux ou de durées précis). Elle note par ailleurs que ce sont d’abord les êtres et les peuples de ces ailleurs, monstrueux ou simplement étranges, mais toujours merveilleux au sens médiéval du terme, c’est-à-dire extra-ordinaires, qui retiennent l’attention de ces voyageurs. Il s’agit bien, d’abord, d’aller à la rencontre des autres créatures de Dieu et d’esquisser une « géographie de la surprise » (p. 202). Le chapitre IV se concentre, dans ce cadre, sur les sensations et les réactions des voyageurs et sur ce qu’ils ont souhaité transmettre à leurs lecteurs. Le constat est, encore une fois, qu’au-delà des différences entre les genres littéraires de ces textes et les types d’ailleurs dans lesquels on se trouve immergé, le voyage fonctionne en définitive comme un révélateur pour le voyageur lui-même, forcé de se remettre en question par la confrontation de l’altérité et de se (re)découvrir.

4C’est cette remise en question, cette transformation du voyageur, qui constitue l’objet de la dernière partie, intitulée « Miroirs de l’âme ». Ainsi le chapitre V analyse-t-il la dialectique entre altérité et identité. Cette dialectique apparaît au niveau individuel : Fanny Moghaddassi étudie la construction de l’identité des héros chevaleresques, qu’ils soient de jeunes héros se dirigeant vers l’âge adulte, comme dans Sir Degarre et Floris and Blancheflour, ou qu’ils soient des adultes forcés de remettre en cause leur vie établie (Sir Orfeo). Cette construction est également mise en évidence pour les pénitents (Owen, le héros de saint Patrick ; Tundale) et les saints confrontés à leur vision de l’au-delà. Mais elle se déploie également, en particulier chez Mandeville, dans une dimension collective, lorsque la société chrétienne est confrontée à des sociétés radicalement autres, comme celle des Amazones. En un sens, c’est un moyen de conforter l’identité et l’unité de la Chrétienté.

5Mais en fin de compte (chapitre VI), le voyage, de quelque nature qu’il soit, est avant tout un « pèlerinage de l’âme » (en référence au titre du célèbre ouvrage de Guillaume de Digulleville, d’ailleurs en partie traduit en Angleterre au début du XVe siècle), qui peut se transformer en véritable processus de conversion. Celle-ci concerne avant tout le voyageur (c’est le cas d’Owen, notamment, dans saint Patrick), mais elle peut également être d’ordre collectif – lorsqu’il s’agit d’intégrer l’altérité dans la Chrétienté médiévale (comme le fait Degarre, moitié humain, moitié féerique, pour le monde des fées). Sur tous les plans, donc, le voyage dans cet ensemble de textes de la fin du Moyen Âge n’est guère éloigné de la quête et vise avant tout à la révélation du voyageur et à sa propre (re)découverte ; ce dernier doit aussi, pour ce faire, comprendre la signification symbolique du monde.

6Cet ouvrage est donc une invitation au voyage – voyage vers l’altérité à laquelle étaient confrontés les contemporains tout autant que, pour le lecteur moderne, voyage vers l’altérité du Moyen Âge. Il met bien en lumière le fait que le voyage est alors un moyen de compréhension, non d’une réalité objective, mais de la signification du monde dans le cadre de la création divine, y compris dans ses facettes apparemment incompréhensibles. Il est aussi une invitation à découvrir, ou à redécouvrir, des textes importants (les résumés donnés en annexe sont, à cet égard, précieux), dont certains ont fait l’objet d’une diffusion réelle – il est d’ailleurs dommage que la réception de ces œuvres ne soit pas du tout envisagée.

7Néanmoins, certaines affirmations peuvent laisser le lecteur perplexe. Dans son introduction, l’auteur affirme en particulier : « cette recherche est “littéraire” et non “historique” en ceci qu’elle s’intéresse davantage à la narration, à la logique propre du récit, aux formes du discours qu’aux informations que les textes pourraient délivrer sur la réalité concrète de la vie médiévale » (p. 28). Mais la dimension historique ne concerne pas seulement la « réalité concrète » – et l’on observe d’ailleurs une certaine confusion dans la définition de ces termes au début de la première partie (à tel point que l’on a parfois l’impression que, pour l’auteur, réel et concret sont des synonymes). La narration et les formes du discours sont aussi objets d’histoire. Nombre d’études et de réflexions historiographiques, notamment anglo-saxonnes, s’emploient à le démontrer depuis plusieurs décennies (on songe, entre autres, aux études de Gabrielle Spiegel sur les chroniques françaises). Cette opposition entre analyse littéraire et analyse historique – cette dernière étant ravalée au rang de la recherche d’indices de la « réalité concrète » dans les textes littéraires – apparaît singulièrement datée et nuit à la cohérence du propos que l’auteur s’efforce par ailleurs de mettre en place. Si la richesse des interactions entre textes et contextes, essentielle pour la compréhension fine de la société médiévale dans toutes ses dimensions, apparaît parfois au fil des pages de ce livre, elle n’en aurait été que mieux soulignée dans un cadre conceptuel moins tranché.

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Mairey, « Fanny Moghaddassi, Géographies du monde, géographies de l’âme. Le voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/12283

Haut de page

Auteur

Aude Mairey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org