Navigation – Plan du site

Cédric Giraud, ‘Per verba magistri’. Anselme de Laon et son école au XIIe siècle

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Cédric Giraud, ‘Per verba magistri’. Anselme de Laon et son école au XIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2010, 632p.

ISBN 978-2-503-53341-4.

Texte intégral

1Le livre sous recension une fois lu, le constat s’impose : les cent ans évoqués dans son sous-titre n’occupent pas le siècle spécifié mais se répartissent à peu près à parts égales entre celui-ci et le précédent. Anselme de Laon meurt en 1117, probablement à soixante-dix ans passés (p. 37). Le premier chapitre est consacré à élucider les origines modestes de cet homme né avant 1050 ; à préciser sa formation, qui, commencée à Laon, s’est peut-être continuée à Reims au début des années 1070 ; à décrire son cursus honorum dans la cité refuge des derniers Carolingiens : écolâtre, chancelier, doyen et archidiacre ; et, enfin, à faire le point sur son œuvre écrite. Le chapitre suivant traite de ses élèves (dont le parcours de vingt et un d’entre eux est reconstitué), de ses partenaires ou de ses contradicteurs : bien peu vivent au-delà de 1150. La quatrième de couverture a beau reprendre en écho le sous-titre en cause en prétendant qu’Anselme « a fait école (…) jusque dans les dernières décennies du XIIe siècle », Cédric Giraud s’en tient sur ce point au « premier XIIe siècle », comme le précise le titre de la troisième et dernière partie de son livre.

2La matière traitée se ramène donc à ces années qui vont de 1050 à 1150. Pareille précision chronologique est essentielle. Durant ces décennies, les pratiques enseignantes se métamorphosent sans parvenir à s’incarner dans des formes pérennes. En ce sens, l’historiographie de l’espèce n’a pas tort de qualifier d’intermédiaire la période ainsi délimitée. Le régime des écoles mis en place sous les Carolingiens jette alors ses « derniers feux » (p. 40) tandis que les essais préuniversitaires n’ont pas encore produit, en filant la métaphore, leurs premières étincelles (la licentia docendi, Pierre Lombard et son Liber Sententiarum…). La mobilité et la fugacité des pratiques enseignantes durant cet entre-deux en rendent l’étude difficile. De surcroît, les travaux axés sur les productions intellectuelles de l’époque additionnent les retards. Ils en accusent par rapport à ceux qui ont pour cadre l’époque précédente, dont les péripéties se chargent de l’aura impériale, en dépit de leurs vicissitudes finales. Ils en accusent aussi par rapport à ceux qui ont pour cadre l’époque suivante, ces prémices du « beau XIIIe siècle » qui, promu au rang d’apogée de la chrétienté, accapare les historiens des doctrines et des institutions. Pour démêler la complexité de cet état intermédiaire, l’historien doit remonter aux sources bien souvent manuscrites et les soumettre à un examen aussi minutieux que critique. Cédric Giraud satisfait globalement à ces exigences. Il n’y a pas d’informations sur la vie et l’entourage d’Anselme qu’il ne passe pas au crible, ni d’analyses de textes qu’il n’aborde pas en dressant l’état des traditions manuscrites, au besoin en rappelant les étapes qui ont servi à les établir. Si des obscurités persistent, l’auteur a convaincu son lecteur qu’il a à peu près tout tenté pour les éclaircir, du moins dans l’état actuel de l’édition des textes et des études afférentes.

3Une fois passés les deux chapitres que j’ai évoqués en préambule – ils forment la première des trois parties de l’ouvrage –, l’auteur présente et étudie dans la partie suivante les sentences théologiques d’Anselme. Il les retrouve dans le Liber pancrisis, un florilège des années 1140, où, si l’on en croit l’incipit de deux des trois témoins manuscrits, les sentences des sancti patres (Augustin, Jérôme, Ambroise, Grégoire le Grand, Isidore et Bède) coexistent avec celles des moderni magistri (Guillaume de Champeaux, Yves de Chartres, Anselme et son frère Raoul). Il s’avère à l’analyse que leur origine est plus diverse que les premiers mots l’indiquent (voir le tableau de la p. 200). Suit la dernière partie consacrée aux huit principaux recueils qui, produits dans les années 1120-1140, se rattachent par leur forme et leur fond à une même institution, que l’auteur appelle à bon escient « l’école de Laon ». Quatre sont connus par un ou deux manuscrits : Divina essentia teste, Quid de sancta, Potest queri quid et Deus est sine. Quatre autres le sont par une dizaine : Deus non habet, Deus de cujus, Principium et causa, De sententiis divine. Les liens que ces recueils entretiennent entre eux sont résumés dans un tableau (p. 393, qui en intègre deux autres). L’originalité du livre éclate dans ces deux parties. Cédric Giraud ne cherche pas à saisir le fonctionnement d’une pensée en quête de sa propre cohérence, qui serait celle d’Anselme. Il se plaît à montrer l’insertion d’une personnalité dans un héritage, celui de la patristique, et dans une fonction, celle de l’enseignement. Acceptant d’être façonné par cette double contrainte, Anselme la façonne à son tour, par touches discrètes, afin de l’adapter aux besoins de son temps, marqué par la réforme grégorienne, « un revival monastique » (Vergès) et le début de l’essor urbain. Par une sorte de phénomène d’osmose, Anselme se hausse au niveau d’un maître dont la parole, pour diluée qu’elle soit dans un corpus de textes reçus, fait autorité.

4Un ensemble d’instruments couronne l’ouvrage. 1 / Deux précieuses annexes. L’une décrit folio par folio le Liber pancrisis dans les trois manuscrits qui le contiennent et se termine par un index des auteurs cités dans ce recueil ; l’autre résume les différences qui affectent les sentences finales du De sententiis divine dans les cinq manuscrits connus. 2 / Une copieuse bibliographie de 54 pages. 3 / Deux index, des manuscrits et des noms, mais pas des matières (ce manque est étonnant dans un volume dont deux des trois parties sont axées sur les doctrines).

  • 1  Porphyre, Isagoge, texte grec et translatio Boethii, trad. par A. de Libera et A.-Ph. Segonds, int (...)
  • 2  Disticha Catonis, recensuit et apparatu critico instruxit Marcus Boas. Opus post Marci Boas mortem (...)

5Quelques détails déparent cette démonstration, sans en modifier le fond. Je me permettrai d’insister sur eux : ils touchent mes centres d’intérêt. Une épitaphe attribuée à Marbode de Rennes célèbre les qualités morales et intellectuelles d’Anselme ; à suivre le poète, cette mort a laissé, dans le monde de l’enseignement, un vide qui n’est toujours pas comblé. Pour Cédric Giraud, ces quelques vers montrent que le maître de Laon « a brillé dans tous les arts libéraux » (p. 72). Son analyse semble insuffisante pour le trivium et sujette à caution pour le quadrivium, dès lors que le lecteur, sensible aux licences poétiques, cherche à les utiliser pour atteindre la réalité du personnage. Selon Marbode, depuis la mort d’Anselme, Cessat Aristotelis species, studiisque rigores, ce que Giraud traduit : « Les notions d’Aristote disparaissent, ainsi que la rigueur dans les études ». Comme les studiis rigores l’y invitent, il convient de conserver à species le sens technique que lui a donné la tradition médiévale à partir des Catégories d’Aristote revues par Porphyre dans son Isagoge, lequel, traduit par Boèce, fait partie de la logica vetus du Haut Moyen Âge ; la species est l’une des cinq voces, soit, selon l’ordre de leur présentation : le genre, l’espèce, la différence, le propre et l’accident1. Pour des raisons probables d’économie de moyens, Marbode a eu recours à une métonymie ; et, pour des raisons tout aussi probables de sonorité, il a retenu cette vox-là plutôt qu’une des autres. Enfin, il a choisi de juxtaposer dans un vers deux propositions, non d’établir entre elles un rapport de consécution : mais c’est bien, selon lui, « la disparition » de la logica vetus qui fait perdre aux études leur rigueur. Le vers cité est suivi par Rhetoricus color emarcet, causaeque Catonis. J’avoue que ces causaeque Catonis médiévales me plongent dans la perplexité. Cédric Giraud s’en tient à une traduction littérale : « La couleur rhétorique pâlit, ainsi que les causes de Caton » ; et sans chercher à identifier le fait culturel auquel ces causae Catonis renvoient, il les enrôle dans la rhétorique. Sous réserve d’une enquête plus poussée, je serais prêt à reconnaître une erreur de lecture ou d’écriture, et à voir dans ces causae Catonis les Disticha Catonis, une collection pseudépigraphique versifiée de recommandations morales, qui a été à l’honneur dans la tradition scolaire médiévale2. Ce vers raccorderait donc explicitement la rhétorique à l’éthique, ce qui est conforme à l’enseignement d’Anselme.

6Le traitement du quadrivium n’est guère satisfaisant. Il est question dans un des vers du nombre, qui, depuis la disparition d’Anselme, « est au rabais » et de l’arithmétique dont « l’intérêt est réduit au silence » : Vilescit numerus, silet arithmetica cura. Il est possible que cette double référence numerus / arithmetica nefasse pas double emploi etrenvoie à deux traditions antinomiques, outre l’ambivalence de numerus. Dans les passages où Augustin d’Hippone traite des arts libéraux, il n’utilise pas le mot arithmetica ; il s’en tient à « nombre » ou à « science des nombres », numeri disciplina. Plus encore : alors que L’ordre célèbre le cycle des sept arts libéraux, La doctrine chrétienne s’en méfie ; elle lui préfère une culture encyclopédique qui se met au service de la Bible et exalte les vertus des nombres dans une optique arithmologique déjà présente dans le précédent traité, mais à un moindre degré, et alors sans référence aux Écritures. Quel est l’Augustin auquel Anselme se référerait, par l’intermédiaire de Marbode ? Celui qui encense les liberales disciplinae ? Où celui qui les tient à distance ? De son côté, Boèce, dans son De arithmetica, réserve aux nombres un traitement bien peu augustinien, qu’il s’agisse d’Augustin à la veille de son baptême ou d’Augustin pasteur de l’Église : il pratique une arithmétique spéculative d’inspiration pythagoricienne, loin de toute référence biblique. Il est difficile de savoir si, dans le vers cité, Marbode procède à une amplification poétique ou s’il transmet l’enseignement arithmétique d’un Anselme soucieux de ménager les grands ancêtres, sans égard pour les différences qui les singularisent et qui, de surcroît, affectent le cheminement de l’un d’eux. Le concordisme arithmétique du second terme de l’alternative correspondrait à celui dont témoignent les écrits théologiques du maître de Laon.

  • 3  É. Jeauneau, « Gloses sur le Timée et commentaire du Timée dans deux manuscrits du Vatican », Revu (...)

7L’interprétation d’un autre vers inspire une réserve plus nette. Desolata jacet rerum natura Platonis : Giraud est porté à voir dans ce qu’il traduit par « la science naturelle de Platon » une allusion à l’astronomie et à la musique. Or l’expression rerum naturase retrouve dans des gloses sur le Timée découvertes, il y a une cinquantaine d’années, par Édouard Jeauneau, lequel y reconnaissait une allusion à Timée 29e-30a et la rapprochait de certains passages de Jean de Salisbury3. Un pareil syntagme devrait inciter à rechercher dans le corpus anselmien des traces de cette œuvre platonicienne, connue en partie des médiévaux latins, alors que le livre sous recension ne revient plus sur Platon – peut-être à bon escient, ce qui rendrait encore plus problématique ce rerum natura. Dans tous les cas, il resterait à montrer que l’astronomie et la musique telles qu’elles sont comprises dans le quadrivium s’appuient sur le Timée.  En entendant cette démonstration, il semble bien que ce rerum natura de Platon soit, au moins partiellement, le Timée de Calcidius.

8Platon, le pseudo-Caton et Aristote, pour ne rien dire de Boèce : Marbode attribue à Anselme des maîtres qui n’apparaissent pas, ou très peu, dans le Liber pancratis et les huit recueils retenus de l’école de Laon. Est-ce que le poète projette sur Anselme ses propres préférences ? Ou est-ce que les responsables des écrits retenus ont choisi de dissimuler ou d’estomper les auteurs préférés d’un Anselme enseignant les arts libéraux ?

  • 4 E. Smith et L. Ch. Karpinski, The Hindu-Arabic Numerals, Boston / Londres, Ginn and Company, 1911, (...)
  • 5  B. Boncompagni, « Intorno ad uno scritto inedito di Adelardo di Bath intitolato ‘Regule abaci’ », (...)
  • 6  A. Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon des origines à 1151, Paris, CNRS, 2001 ; voir E. Pou (...)

9Raoul de Laon, le frère d’Anselme, n’est pas oublié : Cédric Giraud cite l’édition de son De abaco par Alfred Nagl (1890) et celle de son De semitonio  par Alison M. Peden (1994). Il précise : « comme ces œuvres n’ont guère suscité l’intérêt, il est difficile de les apprécier » (p. 407). Quelle désinvolture ! Le De abaco de Raoul, dont le De semitonio est une mise en pratique particulière, a suscité depuis son édition des travaux, dont je ne crois pas inutile de rappeler les plus marquants, ceux de David Eugene Smith et Louis Charles Karpinski, de Reginal L. Poole, de Gillian Rosemary Evans, de Werner Bergmann, de Menso Folkerts...4 Il y a là de quoi nourrir l’analyse de l’historien, même néophyte en cette matière. Sans m’attarder sur ce point, je rappellerai qu’un possible élève de l’école de Laon, à qui Cédric Giraud réserve les pages 116-117, Adélard de Bath, a lui-même écrit des Regule abaci5. Une analyse comparée des deux traités aurait été d’autant plus intéressante que les deux abacistes en présence ont suivi des cheminements très différents. Il est frustrant de voir Giraud se contenter à ce sujet d’une remarque, qui n’est guère au diapason du reste de son travail : « l’intérêt d’Adélard pour l’abaque le rapproche avec plus de vraisemblance de Raoul (sous-entendu : que d’Anselme) » (p. 117). Certes. Outre la rencontre possible de Raoul et d’Adélard, un autre indice plaide en faveur de l’intérêt particulier des clercs laonnois pour le quadrivium, et plus précisément pour le comput. La bibliographie finale mentionne le livre d’Annie Dufour-Malbezin consacré à la chancellerie épiscopale de Laon6. Or les informations qu’apporte cette publication sur le maniement des grandeurs chiffrées dans le milieu en question ne sont pas exploitées par Giraud. Alors que la mention du concurrent et de l’épacte de l’année est généralement rare dans ce type de documents, elle est à Laon quasiment continue de 1070 à 1146. Pareille coutume plaide en faveur d’un enseignement régulier du comput au moins dès le milieu du XIe siècle. Cependant, à partir de 1116, les nombres de l’épacte et du concurrent sont bien souvent intervertis, comme s’il s’était produit une prise de conscience de l’inutilité chronologique de ces valeurs. Il est difficile de ne pas attribuer ce changement d’état d’esprit au développement de l’astronomie propre au XIIe siècle – développement auquel Adélard de Bath participe, mais non Raoul de Laon. Ce dernier est sur ce point représentatif des intérêts intellectuels de l’immense majorité des futurs artiens.

10Il manque parfois à ce Per verba magistri une Per demonstrationem doctoris pour être tout à fait satisfaisant.

Notes

1  Porphyre, Isagoge, texte grec et translatio Boethii, trad. par A. de Libera et A.-Ph. Segonds, introd. et annoté par A. de Libera, Paris, Vrin, 1998.

2  Disticha Catonis, recensuit et apparatu critico instruxit Marcus Boas. Opus post Marci Boas mortem edendum curavit Henricus Johannes Botschuyver, Amsterdam, North-Holland Publishing Cie, 1952.

3  É. Jeauneau, « Gloses sur le Timée et commentaire du Timée dans deux manuscrits du Vatican », Revue des études augustiniennes, 8 (1962) p. 365-373 (369).

4 E. Smith et L. Ch. Karpinski, The Hindu-Arabic Numerals, Boston / Londres, Ginn and Company, 1911, chap. VII, « The Definite Introduction of the Numerals into Europe » ; R. L. Poole,The Exchequer in the Twelfth Century, Oxford, The Ford Lectures, 1912, voir le chap. III, « The Reckoning of the Exchequer » ;G. R. Evans, « From Abacus to Algorism : Theory and Practice in Medieval Arithmetic », The British Journal for the History of Science, 10, 2 (1977), p. 114-131 et ead., « Schools and Scholars : The Study of the Abacus in English Schools c. 980-c. 1150 », The English Historical Review, 94 (1979), p. 71-89 ; W. Bergmann, Innovationen im Quadrivium des 10 und 11 Jahrhunderts : Studien zur Einführung von Astrolab und Abakus im lateinischen Mittelalter, Stuttgart, Steiner, 1985 ; M. Folkerts, « Frühe westliche Benennungen der indisch-arabischen Ziffern », Sic itur ad astra. Studien zur Geschichte der Mathematik und Naturwissenschaften, éd. M. Folkerts et R. Lorch, Wiesbaden, Harrassowitz, 2000, p. 216-233.

5  B. Boncompagni, « Intorno ad uno scritto inedito di Adelardo di Bath intitolato ‘Regule abaci’ », Bulletino di bibliografia e di storia delle scienze matematiche e fisiche, 14 (1881), p. 1-134.

6  A. Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon des origines à 1151, Paris, CNRS, 2001 ; voir E. Poulle, « Livres offerts », Compte-rendu des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 146, 2 (2002), p. 721-725 (723-725).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Cédric Giraud, ‘Per verba magistri’. Anselme de Laon et son école au XIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12279

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org