Navigation – Plan du site

Yasmina Foehr-Janssens, La jeune fille et l’amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Yasmina Foehr-Janssens, La jeune fille et l’amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion,Genève, Droz (« Publications romanes et françaises » 249), 2010, 223p.

ISBN 978-2-600-01391-8.

Texte intégral

1L’ouvrage se présente comme le fruit de plusieurs années de recherches et d’enseignement. Il se divise en deux parties : la première concerne la fugue et l’amitié, la seconde explore les interstices du roman courtois (Thomas, Chrétien, Marie).

2L’auteur présente d’abord sa thématique comme un pendant à celle de la jeune fille et la mort. Elle affirme chercher dans la littérature courtoise « la naissance et le développement de l’amour au féminin » (p. 13). Elle devance ensuite les éventuelles critiques pour asseoir très nettement son propos dans le champ des recherches limitrophes. Elle consacre ensuite un chapitre aux lectures modernes de l’amour courtois, en évoquant Denis de Rougemont, pour qui il s’agit d’une « fascination morbide » (p. 17), où l’alternative est « la conjugalité ou la mort » (p. 18), ou Jacques Lacan – la référence lacanienne sera d’ailleurs un fil conducteur de la réflexion générale –, qui souligne la « valeur imaginaire et spéculaire de la pulsion amoureuse » (p. 19), tout en relevant l’« androcentrisme » (p. 23) de ces approches, puisque le féminin demeure objet, non pas sujet du discours amoureux. L’auteur explique également le dépassement des lectures précédentes par Charles Baladier et rappelle « la valeur fondatrice du désir » dans la pensée courtoise (p. 23). Dans le chapitre suivant, il est question des liens entre amour et pouvoir et de la femme comme figure médiatrice. Il découle de ces deux chapitres que tout laisse penser que l’amour courtois ne puisse « se constituer comme l’aventure d’une maîtrise au féminin » (p. 31). Dans les chapitres suivants, Yasmina Foehr-Janssens explicite son intérêt pour la jeune fille, en tant qu’elle incarne « la perfection inaccomplie » (p. 31), puisqu’en théorie, elle se trouve au seuil de l’amour, en deçà du discours amoureux. Toutefois, la jeune fille permet de placer l’amour, l’agapè, avant l’éros.

3L’auteur développe ensuite l’analyse des récits idylliques, qui mettent en scène de très jeunes protagonistes, autour des thèmes de la fugue et de l’amitié, au sens philosophique du terme : Pyrame et Thisbé, Floire et Blancheflor. Thisbé apparaît comme « la pierre de touche » (p. 38) de l’enquête, tant cette « jeune fille au pied léger » sert la « poétique de l’évasion » (p. 38). « Il n’est pas illégitime de considérer que le lai de Pyrame et Thisbé possède une valeur paradigmatique en ce qui concerne l’invention des mythes amoureux » (p. 46). Ces récits ont la particularité de présenter des héros encore dans l’indifférenciation sexuelle du jeune âge et l’on suit le processus de leur sexuation. Ils permettent ainsi d’interroger le caractère spéculaire de l’amour. Mais « tout oppose donc Pyrame et Thisbé et Floire et Blancheflor. Autant le drame ovidien passait sous silence le poids des contraintes sociales pour attribuer les dangers de l’amour à la dynamique mortifère du désir, autant le Conte de Floire et Blancheflor gomme les ambiguïtés du désir pour condamner la violence du pouvoir mâle » (p. 105).

4La deuxième partie conduit le lecteur « dans les interstices du roman courtois » (p. 41), autour des mêmes problématiques, mais avec des personnages plus mûrs, comme Iseut. L’épouse du roi Marc rejouerait la fin’amor et le philtre serait l’image de « l’amour comme dissidence informulée » (p. 118). Yasmina Foehr-Janssens étudie Iseut au regard de Brengain, puis explore la possibilité d’un « roman d’Iseut la Blonde » (p. 127) autour du géant coupeur de barbes, Cariadoc, et du lai de Guiron. Elle conclut ce chapitre, en disant : « la composante ‘féminine’ de cette éthique amoureuse exploite et renforce la construction culturelle du féminin tout en y assimilant le processus de création poétique » (p. 143). Elle aborde ensuite Chrétien de Troyes, ses demoiselles errantes et la coutume de Logres, puis Marie de France, dont elle estime qu’elle pousse la « fugue à l’état héroïque » (p. 179). De fait, les malmariées de Marie de France, par exemple, s’élancent dans des « fugues étranges et comme enchantées » (p. 180). « C’est comme si la présence de la mort allait de pair avec l’énergie irrépressible dégagée par ces évasions » (p. 181). Il nous apparaît que la lecture des Lais est juste, beaucoup plus nuancée et attentive que d’autres, notamment sur le fait que « l’exaltation de l’amour y côtoie une méfiance jamais démentie à l’égard des forces d’Eros » (p. 187). La jeune fille en sort grandit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Yasmina Foehr-Janssens, La jeune fille et l’amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12272

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org