Navigation – Plan du site

Les Pères du théâtre médiéval. Examen critique de la constitution d’un savoir académique, éd. Marie Bouhaïk-Gironès, Véronique Dominguez et Jelle Koopmans

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Les Pères du théâtre médiéval. Examen critique de la constitution d’un savoir académique, éd. Marie Bouhaïk-Gironès, Véronique Dominguez et Jelle Koopmans,Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 281p.

ISBN 978-2-7535-1108-8.

Texte intégral

1Ce volume d’articles présente une indéniable originalité, même s’il se situe dans une tendance des études critiques médiévales, certes relativement nouvelle, mais toutefois déjà exploitée, qui consiste à se pencher sur l’historiographie de l’histoire littéraire du Moyen Âge ; que l’on songe par exemple à la thèse d’Alain Corbellari sur Joseph Bédier, publiée en 1997 ; A. Corbellari que l’on retrouve ici pour un parcours historiographique de Francisque Michel à Bédier, héritier d’une vision du théâtre lié à la spontanéité populaire. Dans ce volume, comme le titre l’annonce, il s’agit de considérer le théâtre médiéval tant, comme l’indiquent les auteurs dans le prologue, du point de vue historiographique qu’épistémologique. Ce titre révèle bien au demeurant combien le regard devra se focaliser sur les pionniers des études sur la dramaturgie du Moyen Âge, de qui l’on doit s’inspirer pour les corriger, sans toutefois les renier, comme c’est parfois la fâcheuse tendance en certains domaines, épris par trop de modernité absolue. De ce point de vue, ce recueil reste sous l’emblème de la tradition historiographique qui se penche volontiers d’abord sur les grands critiques et historiens des temps passés (ouvrage d’A. Corbellari déjà cité et, plus récemment, l’étude d’Ursula Bähler sur Gaston Paris (2004) ; voir aussi de Charles Ridoux, Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001). Le titre de la première partie de l’ouvrage est significatif (« Les grands-pères : généalogie d’une pseudo-science »), ainsi que certaines études du recueil centrées sur Joseph Bédier, Gaston Paris, Gustave Cohen ou Émile Picot.

2Ce volume arrive en outre à point nommé, dans la mesure où les études sur le théâtre médiéval se sont multipliées ces dernières années, renouvelées et approfondies, surtout d’ailleurs dans deux directions que soulignent les éditeurs du recueil : édition critique de textes et, plus récemment, considération du théâtre médiéval comme un fait social et, j’ajouterai, intérêt d’historiens de formation pour ce genre ressortissant le plus souvent aux études littéraires (cf. par exemple la thèse de Marie Bouhaïk sur la Basoche). En ce contexte, est bienvenu un premier ‘bilan et perspectives’ de nature historiographique, en rapport avec une matière somme toute bien négligée dans l’histoire de la critique médiéviste ; en effet, si les historiens de l’Antiquité se sont penché sur le théâtre, c’est parce qu’ils y ont vu un intérêt socio-historique ; les historiens de la littérature ont largement étudié le théâtre classique, réputé pour sa qualité littéraire, son style. Le théâtre médiéval a souffert d’un ‘entre-deux’ : longtemps considéré comme de peu d’intérêt pour l’historien et de qualité littéraire médiocre comparé aux ‘grands monuments’ de la littérature courtoise et chevaleresque.

3Le volume est organisé en quatre parties : 1) Les grands-pères : généalogie d’une pseudo-science (« Les frères Parfaict et François de Beauchamps, historiens du théâtre médiéval au XVIIIe siècle », R. Clark ; « Pour une histoire du Pathelin : l’héritage des grands-pères », D. Hüe ; « Les Sociétés savantes du Nord et leurs études sur le théâtre médiéval », K. Lavéant). 2) Visions et dogmes (« De Francisque Michel à Bédier : le problème du théâtre profane », A. Corbellari ; « Gaston Paris face au théâtre médiéval. Si proche, si loin », U. Bähler ; « Le Dogme Petit de Juleville », É. Lalou). 3) La création des genres et la constitution des corpus : sotties, farces et moralités (« Le Recueil général des sotties d’Émile Picot ou la construction d’un genre dramatique », M. Bouhaïk-Gironès ; « Terra incognita : la longue ‘invention’ de la moralité française (XVIe-XXIe siècles) », E. Doudet ; « ‘Recueil de farces’, histoire d’une notion et d’une pratique du XIXe siècle à Gustave Cohen », J. Koopmans). 4) Question de genre, question de forme (« La Nature du texte dramatique à l’épreuve de la numérotation des vers », X. Leroux ; « La Parole doublant l’action : maladresse ou choix esthétique ? La critique et ses présupposés », M. Longtin ; « Aucassin et Nicolette : une pièce de théâtre médiéval ? », V. Dominguez). 5) À l’épreuve de la performance (« Influences musicologiques dans les premières représentations des Théophiliens (1933-1935) », I. Ragnard ; « Jouer le Moyen Âge : Gustave Cohen et la troupe théophilienne », H. Solterer).

4Si je ne peux qu’approuver la publication de ce recueil de travaux, je me permettrai cependant une critique sur le titre de la première partie, comportant le terme « pseudo-science » ; qu’est-ce donc là ? Ou bien il fallait définir précisément ce dont il est ici question, ou bien le lecteur est appelé à donner un sens courant à l’expression, donc dégradé. Ce choix est malheureux et même contraire à l’esprit que les éditeurs déclarent vouloir impulser à ce recueil. Ainsi, les travaux de pionniers comme les Parfaict, à une époque et dans le contexte donnés, ne seraient que « pseudo-scientifiques », parce que ne répondant pas à nos critères critiques actuels. Mais il en va ainsi également de tous ceux de nos prédécesseurs et d’ailleurs aussi des nôtres que nous croyons scientifiques et qui, selon de tels critères, seront ravalés à la « pseudo-science » dans quelques décennies. Alors que bien souvent l’on se gausse d’une critique du XIXe siècle se laissant aller à des considérations morales, personnelles et idéologiques (et Michelet ou Gaston Paris y participent, comme mentionné à différents endroits de ce recueil), il est un peu contradictoire de faire de même en jugeant qu’en l’état des connaissances et des pratiques en usage en un temps passé, des critiques n’aient pu faire que de la « pseudo-science ». Que de « pseudo-scientifiques » donc, d’Aristote à Newton et au-delà ! Ceci dit, il est vrai que la critique moderne s’est éloignée de certains types de jugements ; mais on ne saurait oublier le climat d’une époque d’une part, la teneur du théâtre lui-même d’autre part ; combien de pièces en effet, à caractère ‘médiévalisant’, sont empreintes de nationalisme, les héros médiévaux, épiques en particulier, étant porteurs de patriotisme (chez Henri de Bornier ou Paul d’Herama par exemple). Comme le remarque Ursula Bähler, « dans la deuxième moitié du XIXe siècle, tout ou presque se pense et se vit dans des catégories nationales » et Gaston Paris, « si proche, si loin », est aussi marqué par cette tendance.

5J’ajoute par ailleurs que si le lecteur remarque que, dans le recueil, l’on trouve une étude sur les sociétés savantes et les « érudits locaux », il sera peut-être désagréablement surpris de retrouver derrière l’appellation un trop coutumier mépris de certains universitaires pour ces sociétés dont, au demeurant, ils utilisent largement les travaux et publications. Cette étude d’ailleurs montre bien l’intérêt des recherches conduites sous la houlette de la Société des Antiquaires de la Morinie. L’article présente bien la Société, son histoire et ses pratiques, en soulignant en particulier le réseau dans lequel elle travaille, ainsi que ses méthodes. Deux personnalités sont plus particulièrement mises en exergue, celle d’Alexandre de la Fons et celle d’Achille Durieux. Cette étude montre bien le fonctionnement d’une telle Société, et révèle son intérêt pour le théâtre des anciens Pays-Bas bourguignons ; cependant, le lecteur reste un peu sur sa faim, en rapport avec ce recueil ; car bien peu est dit sur le contenu des études de cette Société et sur l’approche que ses auteurs purent avoir du théâtre médiéval. Il eût sans doute été intéressant d’être plus concis sur l’histoire même de la société pour fournir une analyse plus serrée de la critique elle-même, en prenant un exemple, de la Fons ou de Durieux, leurs travaux étant seulement esquissés. Denis Hüe livre ici une étude intéressante sur l’histoire de Pathelin, pièce qui survit mieux à l’extinction du théâtre médiéval après l’Eugène de Jodelle, en 1550, connaissant encore plusieurs éditions au XVIe siècle. D. Hüe se propose ici d’analyser cette survivance, en s’appuyant en particulier sur un ouvrage d’Henri Estienne, les Deux dialogues du nouveau langage françois, dont la première édition date de 1578 et où il est fait mention de « ceste tant celebre farce ». La farce est bien encore lue ; elle est reconnue pour ses bons mots, ses traits. On ajoutera chez Estienne, qui ne se préoccupe guère des théories de la Renaissance sur le théâtre, un aspect ‘national’, l’auteur des Deux dialogues défendant la farce française contre le théâtre italien. L’essentiel pourtant, qui va au demeurant marquer l’histoire de la réception de Pathelin, est bien de considérer la pièce comme réservoir de locutions, dont atteste le succès du verbe « patheliner », comme de l’adjectif « pathelin ». D. Hüe parle ainsi à juste titre de « récit étiologique » (p. 40). On trouvera une attitude analogue chez Pasquier, avec en outre un aveu d’un réel plaisir de lecture (le lecteur regrettera ici quelques imprécisions de références concernant Pasquier, Recherches de la France, éd. M.-M. Fragonard et alii, Paris, Champion, 1996). Marie Bouhaïk-Gironès se penche ici sur un « monument, monstrueux et extraordinaire » (p. 122), à savoir le fameux Recueil général des sotties d’Émile Picot qui s’intègre dans un mouvement fort de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, voulant absolument classifier et découper le théâtre médiéval en genres stricts. L’article commence par quelques pages de biographie qui mettent en valeur les qualités d’un autodidacte et le rôle que purent jouer en premier lieu James de Rotschild, ainsi que le duc d’Aumale dans la vie et le travail de Picot. On est frappé par les capacités de travail et de lecture de cet autodidacte – « de ses contemporains, sans doute (…) celui dont la pensée scientifique fut le moins encombrée de présupposés académiques » (p. 134) –, particulièrement sévère envers lui-même (cf. l’extrait de ses notes autobiographiques, p.125-126). Ces considérations biographiques posées, Marie Bouhaïk se penche sur le Recueil, considéré comme un « corps de doctrine », dont elle retrace la genèse et les éléments de sa construction (voir aussi l’annexe pour plus de détail sur les différents volumes). Ce recueil, en dépit de ses défauts et de ses impasses, reste essentiel parce qu’il pose les bases les plus lourdes d’un débat qui est loin d’être tranché au sujet d’un ‘genre’ particulièrement difficile à cerner, qui est celui de la sottie (cf. l’exemple cité de la Sottie de l’astrologue) ; et, comme le note l’auteur en conclusion, il convient de relire encore Émile Picot.

6L’article d’Élisabeth Lalou sur Petit de Julleville, qui retrace la carrière de l’érudit, et montre bien tout ce que les études sur le théâtre lui doivent, me laisse sur un malaise. D’un côté en effet, cet article contient d’intéressantes informations, fruit d’une enquête bien menée (même si la conclusion paraît un peu plate en regard d’une introduction ‘enflammée’), mais combien est-il aussi orienté par des considérations académiques, sectaires. Je le regrette fort, mais je me dois de dénoncer ce type de remarques. D’un côté, dans ce recueil, l’on montre combien certains de nos prédécesseurs étaient par trop conditionnés par des considérations idéologiques, mais divers propos de cet article montrent bien que, à un autre niveau certes, la critique scientifique peut encore être le support de revendications qui n’ont rien de scientifique. Je lis par exemple, page 110, « il a vu les manuscrits, ce qui est remarquable pour un ‘littéraire’ ». Plus, loin, « Petit de Julleville a fait œuvre d’historien dans Les Mystères ; nous pouvons toutefois aujourd’hui y trouver des défauts ». Je retrouve ici, dans un recueil qui se veut ouvert, et qui, au demeurant, rend hommage à ces ‘pères’ qui sont quasiment tous des ‘littéraires’, ce genre de clivage qui est un obstacle à la recherche, fruit d’un académisme étroit bien français. D’un côté, élevés sur un piédestal lumineux, les historiens, les vrais, de l’autre, ces pauvres littéraires incapables de lire un manuscrit ! Heureusement que des quantités de « littéraires » ont travaillé et travaillent sur des manuscrits, sinon, déjà, ce recueil n’aurait guère de raison d’être, car ce sont encore, que je sache, les « littéraires » qui éditent les manuscrits contenant les textes « littéraires », en particulier le théâtre ! Est-ce qu’un jour disparaîtront enfin de nos pratiques ces sectarismes qui font se quereller les historiens « purs » et les historiens de l’art, les musicologues, les archéologues, les littéraires, etc., chacun se pensant supérieur à l’autre, mais tous étant dans le même navire que bien des pouvoirs tentent de couler, probablement en se gaussant des divisions imbéciles qui accélèrent encore le processus !

7Ce petit message utopique me permettra de conclure sur une note positive ; car, justement, ce recueil, dont il n’était guère possible ici de relater tous les articles, apporte la preuve, une de plus, de la richesse de rencontres entre spécialistes de différentes disciplines, ayant des approches et méthodes différentes ; ces approches se complètent, mais se heurtent aussi, ce qui ne peut que provoquer des élans positifs pour la recherche. Et certaines formulations malheureuses que j’ai soulignées ici montrent combien les résistances sont fortes, combien il est difficile de véritablement travailler dans et hors des frontières à la fois. Mais en acceptant de regarder vers le passé pour aller de l’avant dans la recherche actuelle, M. Bouhaïk, J. Koopmans et V. Dominguez, ont réuni un beau volume, dans lequel l’on apprend bien des choses intéressantes. Je me permets donc de recommander ce livre, surtout peut-être aux non-spécialistes du théâtre médiéval ; le regard sur le passé fonctionne ici, à mes yeux, comme un appel à la lecture des textes du théâtre médiéval. Quant au spécialiste, il trouvera bien des sujets de réflexion pour ses propres travaux.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Les Pères du théâtre médiéval. Examen critique de la constitution d’un savoir académique, éd. Marie Bouhaïk-Gironès, Véronique Dominguez et Jelle Koopmans », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12268

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org