Navigazione – Mappa del sito
Élections et pouvoirs politiques II

Les élections dans l’ordre de la noblesse à la jurade de Bordeaux (de 1550 à 1789)

Laurent Coste
p. 197-210

Abstract

Second order in the kingdom, the nobility plays a leading political role throughout the “Ancien Régime”, be it at a national, regional or local level, so that Bordeaux, like many other cities of the kingdom, grants a preeminent place to men of aristocratic descent within its municipal authorities. When there is a mayor in charge, he is always of noble extraction. Nobles also occupy the first and the fourth rank within the “jurade”, but on the other hand disdain the less prestigious function of “prudhomme”. Coming from the social ranks of royal officers until 1667, or from small landed country squires, the gentlemen who often came into conflict  during electoral competitions throughout the eighteenth century set up a mode of nomination which did not diminish the honor of  unsuccessful candidates. But, like the other orders, they did not hesitate to request external interventions to support their access to power, given the considerable advantages linked to the function.

Torna su

Testo integrale

  • 1  B. de Monluc, Commentaires 1521-1576, édition établie et annotée par P. Courteault, Paris, Gallima (...)
  • 2  Bordeaux est la seule ville dans ce cas avec Rouen, la cour souveraine provençale se trouvant à Ai (...)

1« La noblesse s’est faict grand tort et dommage de desdaigner ainsi les charges des villes, principalement des capitales comme Thoulouse et Bourdeaus »1 peut-on lire dans les Commentaires de Montluc. Telle n’est pourtant pas l’impression qui ressort de la consultation des listes consulaires et scabinales des villes d’Ancien Régime. Dans la plupart des villes de Provence et de Languedoc, le premier chaperon est réservé aux gentilshommes qui peuvent aussi parfois obtenir le deuxième comme à Arles, Aix-en-Provence ou Marseille avant 1660. Dans les villes où il y a une plus grande liberté de choix, on a pu même parler « d’invasion nobiliaire » à certaines époques comme à Lille à la fin du XVIIIe siècle. Le cas de Bordeaux est intéressant car la capitale de Guyenne est, en dehors de l’aire des consulats et de leur répartition par échelle, l’une des rares villes du royaume à partager les charges municipales à parité entre différents corps ou milieux et ce, en accordant une place de choix au second ordre en vertu d’une pratique coutumière. Il n’est pas anodin en effet de réserver les premières places aux nobles, ceux-ci se distinguant des autres ordres représentés, les avocats et les bourgeois, par une pratique électorale sensiblement différente. Quant au résultat des élections, il montre la variété de l’ordre de la noblesse dans une grande ville provinciale, à la fois grand port de commerce et capitale judiciaire2.

L’importance de la noblesse dans le corps de ville

2Avant d’aborder les modalités électorales, il n’est pas inutile de s’interroger sur les raisons qui ont pu pousser un certain nombre de gentilshommes du Bordelais à accéder à la municipalité. Ces raisons sont multiples et tiennent aux caractéristiques majeures de la capitale de la Guyenne. Certains faits imposent la présence de nobles, d’autres attirent les nobles à l’hôtel de ville.

Tenir une place stratégique

  • 3  Ph. Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais 1600-1789, Bordeaux, Mollat, 2001, p. 12‑15.
  • 4  A.-M. Cocula, Montaigne, maire de Bordeaux, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1992, p. 19 et 22.
  • 5  Livre des privilèges, Bordeaux, Gounouilhou, 1878, p. 589.
  • 6  Ibid., Doc. n° LIV, p. 380.
  • 7  En 1654, il devenait lieutenant général pour la Guyenne puis était nommé ambassadeur en Angleterre (...)
  • 8  L. Coste, Messieurs de Bordeaux. Pouvoirs et hommes de pouvoir à l’hôtel de ville 1548-1789, Borde (...)
  • 9  Ibid., p. 42-43.

3Située non loin de l’estuaire, le long de la Garonne, la ville de Bordeaux occupe une place stratégique s’il en est. De nombreux textes, arrêts du conseil, correspondance des administrateurs royaux, insistent sur l’importance qu’occupe la ville dans le sud-ouest du royaume. C’est la principale ville située entre le Sud, la frontière espagnole et le cœur du royaume, c’est aussi la porte d’accès au pays de la moyenne Garonne pour tout envahisseur venu par l’estuaire. Or au cours des XVIe et XVIIe siècles, la France a été régulièrement en guerre contre l’Espagne et l’Angleterre, puissances qui disposaient de flottes de guerre importantes et qui n’hésitaient pas à opérer des descentes sur les côtes françaises comme le montre l’épisode du siège de La Rochelle en 1627-28. En outre, depuis la division de la Chrétienté au XVIsiècle, la ville de Bordeaux, dotée d’un archevêché et siège d’une multitude d’institutions religieuses, se trouve de fait un bastion du catholicisme au sein d’une région gagnée par les idées de la Réforme, non loin du Béarn passé au calvinisme3. La province de Guyenne fut d’autre part confiée dans la seconde moitié du XVIe siècle à un gouverneur réformé, Henri de Navarre, qui ne put jamais entrer dans sa ville capitale et séjourner dans le fort du Hâ, résidence du gouverneur4. La ville de Bordeaux, de ce fait, peut occuper à certains moments une place importante dans la politique nationale et le pouvoir royal considère à raison qu’il doit tenir la ville pour pouvoir contrôler la région. Dans ces conditions, la noblesse, ordre militaire par excellence, ne peut donc être écartée du gouvernement de la ville. La présence d’édiles issus de la noblesse est ainsi attestée depuis au moins le début du XVe siècle, avec des représentants des familles de Gassies, de Carles, de Lavie, du Sault, d’Agassac ou d’Agès. À la lecture des mémoires de l’époque, il paraît indispensable que des représentants du second ordre occupent une place déterminante dans la municipalité, avec pour tâche essentielle la sécurité et le maintien de l’ordre. Cette répartition des tâches, d’abord informelle, eut tendance à s’institutionnaliser progressivement, en 1674 d’abord puis en 1759 ; le texte de répartition des fonctions de 1759 entérine, bien que tardivement il est vrai, un usage bien ancré à l’hôtel de ville. L’arrêt du 6 avril décide en effet que « les jurats gentilshommes seront députés nés du corps de ville pour tout ce qui a apport aux hôpitaux, aux spectacles, aux troupes bourgeoises, au guet à pied et à cheval, et pour tout ce qui concerne les visites et cérémonies où les jurats ne vont que par députation »5. L’on pourrait objecter que la tâche de commandement militaire aurait pu être confiée à un maire. Tel fut souvent le cas même si la situation de Bordeaux est à bien des égards assez originale. Elle a été dirigée aux XVe et XVIe siècles par des maires issus de familles de la noblesse d’épée, assez énergiques comme Jean de Durfort de 1480 à 1485 et de 1495 à 1515, Armand de Gontaut de Biron de 1577 à 1581, Jacques Goyon de Matignon de 1585 à 1597 ou Alfonso d’Ornano de 1599 à 1610 mais la charge a été supprimée par le roi Louis XIII en 1620. L’absence de premier magistrat et l’élection d’un faible nombre de nobles d’épée au cours de la première moitié du siècle expliquent sans doute le revirement du pouvoir royal, sans doute échaudé par les émeutes de 1635 et la Fronde. « Les derniers mouvements survenus en nostre ville de Bourdeaux nous ayant faict cognoistre combien il est important à nostre service, et au comung repos des habitans de la dicte ville, reconnaît Louis XIV, de ne la laisser plus longtemps destituée d’une personne d’authorité, pour y faire la charge de maire (..), nous avons jugé à propos de la restablir »6. Le 10 octobre 1653, Godefroy d’Estrades, maréchal de camp et gouverneur de Dunkerque, était nommé maire, charge qui resta dans sa famille jusqu’en 17687. Mais comme, jusqu’à la Révolution, la plupart des maires ne vinrent qu’épisodiquement à Bordeaux, le choix des jurats nobles ne fut pas sans conséquence. C’est d’ailleurs en partie pour cela sans doute qu’après 1667, il n’y eut plus aucun officier élu à la jurade8. Le pouvoir royal tenait à ce qu’un gentilhomme distingué, reconnu par ses pairs, exerce une fonction prééminente à l’hôtel de ville, ce qui explique aussi le choix, à partir de 1704, d’un lieutenant de maire au sein du second ordre, en grande partie pour pallier l’absence du maire9.

Se prévaloir des privilèges de la ville

  • 10  Livre des Privilèges, Bordeaux, Gounouilhou, 1878, p. 3-26.
  • 11  Archives Municipales de Bordeaux BB 27 fol. 302r, BB 28 fol. 22r. La clause concernant l’union ave (...)

4Du fait de sa position stratégique et de son rôle économique, la ville de Bordeaux jouissait depuis l’époque médiévale d’un très grand nombre de privilèges juridiques, fiscaux, économiques et militaires. Ces privilèges avaient été précisés par Louis XI en 1462 et par Charles VIII en 148310. L’intérêt manifesté par la noblesse bordelaise pour l’exercice des charges municipales s’explique notamment par la possibilité de jouir de ces avantages, dans des conditions dérogatoires aux règles communes. En effet les privilèges les plus importants, notamment ceux concernant le commerce des vins, étaient réservés aux bourgeois de Bordeaux, c’est-à-dire aux habitants qui avaient reçu de l’hôtel de ville le privilège de bourgeoisie. Il fallait depuis 1375 remplir un certain nombre de critères, de naissance, de domicile, de patrimoine et après une enquête de bonnes vie et mœurs être reçu par les jurats. Le 27 juin 1622, un règlement local fixait les modalités d’accès au corps : les étrangers devaient résider en ville dix ans sans discontinuer et avoir épousé une Bordelaise. L’arrêt du conseil du 20 août 1622 approuva le texte en le modifiant légèrement : il fallait pour être reçu avoir habité cinq ans consécutifs et posséder en ville une maison valant au moins 1500 livres11. Or, les nobles de la sénéchaussée de Bordeaux pouvaient contourner ces exigences en étant élus à l’hôtel de ville. En effet, chargés de diriger la ville et de défendre ses privilèges, les jurats devenaient en quelque sorte ipso facto bourgeois de la ville et étaient, sauf rarissimes exceptions, exemptés des procédures normales d’accès à la bourgeoisie. Ce procédé n’était pas exclusivement réservé aux nobles mais l’on constate que l’accès à la bourgeoisie de la noblesse bordelaise est plus souvent passé par l’accès à la jurade que dans les autres corps. Ainsi, comme l’indiquent les données recueillies dans les grandes enquêtes de vérification des titres, si 7,1 % des bourgeois-marchands et 19,1 % des avocats devaient leur bourgeoisie à leur élection à la jurade, c’étaient le cas de près de la moitié (47,6 %) des nobles.

  • 12  Livre des bourgeois (XVIIIe siècle), Bordeaux, 1897, p. 190.

5Régulièrement, lors de l’examen de la liste des bourgeois, nombreux étaient les nobles qui alléguaient leurs ascendants dans la jurade pour confirmer leur bourgeoisie ou pouvoir y accéder. Il ne leur était pas nécessaire de remplir les conditions, il leur suffisait d’apporter les preuves de leur filiation. Lors de l’enquête lancée en 1761-1763, Jean, Urbain, Alphonse et Joseph de Boucaud prouvèrent qu’ils étaient les descendants d’Alphonse de Boucaud, jurat en 1595, Pierre et Léon de Bordes fournirent leur généalogie jusqu’à Guillaume de Bordes qui avait été jurat en 1552, Etienne de Spens d’Estignols de Lancre se fit reconnaître comme descendant d’un prévôt de l’Ombrière qui avait droit d’assister aux assemblées de l’hôtel de ville et Jean-Baptiste Michel de Montaigne fit valoir qu’il descendait de Pierre Eyquem, sieur de Montaigne et maire de Bordeaux au XVIe siècle12. En revanche, comment l’indiquent avec regret les jurats à Monsieur sous le règne de Louis XVI :

  • 13  Archives Municipales de Bordeaux BB 159 s.d.

Cette grande ville, si importante à tous égards, n’a pas le privilège de plusieurs autres bien moins considérables, notamment celle de Toulouse, de transmettre la noblesse à ceux de ces citoyens qui occupent successivement la magistrature13.

La procédure électorale :

  • 14  Formule provençale qui peut être adaptée à la plupart des villes pratiquant la cooptation. J. Dumo (...)

6Sur le plan réglementaire, la procédure électorale bordelaise reste assez simple, caractérisée par une très forte cooptation, réservant, comme le dit un adage de l’époque, le choix de ceux qui doivent conduire le navire à ceux qui tiennent le gouvernail14. Les gentilshommes ne procèdent pas de manière très différente de leurs collègues avocats et bourgeois mais ils disposent d’une certaine prééminence puisqu’ils opinent en premier et que, au cours de l’époque moderne, ils ont pu se distinguer par des procédures légèrement différentes, liées à leur statut noble.

La constitution du corps électoral

  • 15  X. Védère, Inventaire sommaire des registres de la jurade, vol. 8, Bordeaux, Castéra, 1947, p. 331
  • 16  Des conditions particulières étaient prévues en cas de vacances d’un jurat par mort ou absence. Vo (...)
  • 17  Archives Départementales de la Gironde C 908 n° 56.

7À partir de 1551, l’élection annuelle passa du 25 juillet au 1er août. Il s’agissait dans un premier temps pour le conclave de procéder à la constitution du corps électoral. Les six jurats étaient en effet entourés par vingt-quatre prudhommes pour constituer une assemblée de trente personnes, parmi les plus réduites du royaume. Les prudhommes appartenaient à l’élite de la société urbaine et en ce qui concerne les nobles, deux arrêts du Parlement de Bordeaux, du 31 juillet 1630 et du 6 août 1643, prévoyaient de les recruter parmi les « nobles d’extraction, officiers du roi en la chancellerie… »15. L’on procédait à la désignation par ordre, en commençant par le premier jurat, représentant la noblesse, puis venaient le deuxième de l’ordre des avocats, le troisième jurat pour les bourgeois, le quatrième jurat noble, le cinquième jurat avocat et le sixième jurat bourgeois. Dans un premier temps, chacun des six jurats présentait huit candidats et se retirait pour que ses collègues puissent désigner quatre d’entre eux comme prudhommes mais, comme généralement il avait indiqué que son choix portait sur les quatre premiers, au cours du règne de Louis XIV le greffier de la ville renonça à indiquer les huit noms se contentant d’indiquer les quatre finalement retenus16. La noblesse représentait rarement un tiers des prudhommes et ce pour deux raisons semble-t-il. D’une part parce que la fonction n’apparaît sans doute pas assez prestigieuse mais surtout, comme l’indique une lettre de l’intendant au garde des sceaux au XVIIIe siècle, parce que « la plupart des gentilshommes se tenant à leur campagne la plus grande partie de l’année et surtout au mois d’août qui est le temps de l’élection », on renonçait à les porter sur les listes17.

  • 18  En effet, la part des nobles désignés à la prudhommie par leurs pairs passa de 34,7 % en 1721-30 à (...)

8Au début des années 1730, Chauvelin recommanda aux jurats de désigner un maximum de prudhommes au sein des anciens jurats des trois ordres mais la noblesse resta faiblement représentée malgré une augmentation provisoire du nombre de ses membres (voir schéma). Dans la seconde moitié du siècle, les jurats nobles renoncèrent à désigner des membres de leur ordre le 1er août18.

Part des gentilshommes parmi les prudhommes (1721-1760)

Part des gentilshommes parmi les prudhommes (1721-1760)
  • 19  Les différents serments des magistrats et des prudhommes furent élaborés pour l’essentiel dans le (...)

9Une fois l’élection des prudhommes terminée, le corps de ville les envoyait chercher et l’on se rendait en groupe à l’église de la jurade, située non loin de la maison commune, près des fossés de l’hôtel de ville, l’église Saint-Éloi où l’on assistait à une messe du Saint Esprit. Une fois la messe finie, le clerc de ville faisait prêter serment aux électeurs de respecter les statuts de la ville19 et l’on retournait à la mairie pour déjeuner avant de s’isoler pour le conclave.

Le choix des candidats

  • 20  Sur cette séparation, lire Y. Déloye et O. Ihl, L’acte de vote, Paris, Presses de Sciences Po, 200 (...)

10Le clerc de ville enfermait les électeurs et deux délégués du parlement dans une salle puis fermait la porte à clé, séparant ainsi, physiquement mais aussi symboliquement, le corps civique des électeurs du monde extérieur, marqué bien souvent par la violence à l’époque20. Un plan, non daté mais vraisemblablement du XVIIIe siècle, montre clairement la disposition des lieux, les prudhommes adossés aux murs de la pièce, les jurats en position centrale, le premier d’entre eux tenant la droite du maire ou de son lieutenant.

La salle du conclave

La salle du conclave

(Cl. Arch. Mun. Bordeaux IX-N/6).

  • 21  L. Coste, op. cit., p. 121.
  • 22  P. Perrineau, D. Reynié (sous la direction de), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001, p. 942.
  • 23  Archives Municipales de Bordeaux BB 37 (foliotage brûlé).
  • 24  Archives Municipales de Bordeaux BB 61 fol. 3v.

11Les opérations étaient théoriquement secrètes mais en vertu d’un arrêt du Parlement du 30 juillet 1567 le clerc était dans l’obligation de tenir un registre très détaillé des élections. Malheureusement une grande partie des opérations électorales  a disparu dans l’incendie de la mairie en 1862. Si la municipalité conservait le détail des opérations, les édiles rechignaient toujours à transmettre ces détails aux autorités supérieures, et des tensions assez fortes opposèrent la jurade et l’intendant Tourny à ce sujet en 175221. Les opérations électorales furent modifiées profondément en 1683. Jusque-là, chacun des trois jurats sortants proposait le nom de son candidat, en commençant par le premier jurat noble. Il laissait les cinq autres jurats puis les vingt-quatre prudhommes donner leur opinion, le tout à haute voix comme cela se pratiquait régulièrement à l’époque22. Il était alors d’usage de faire un discours, assez convenu pour vanter les qualités de celui qui était proposé. C’est ainsi que le 1er août 1637, Jean de Tortaty déclare, après avoir « jetté l’œil sur plusieurs gentilshommes habitans en cette ville », que le meilleur candidat lui paraît être « M. de Belcier de Genssac, gentilhomme d’honneur, petit-fils de M. le président de Belcier »23. En 1667, Jean de Pontac vante François de Vivey, trésorier de France, « dans la connoissance qu’il a des affaires de finances et comme estant une personne d’inteligence »24. Les procès-verbaux restent très succincts sur ce point alors que l’avocat Donnadieu, prudhomme en 1703, prouve dans son journal intime que l’on ne se contentait pas d’enregistrer les votes :

  • 25  Livre de raison de Donnadieu, avocat-prudhomme en 1703. Bibliothèque municipale de Bordeaux Ms 167 (...)

M. Darsac premier jurat qui devoit sortir dit qu’ayant rempli son temps et étant à la fin de sa course, il ne pouvoit mieux faire que de choisir trois bons sujets qui répareront par leur aplication les manquements qu’il auroit pu faire pendant sa jurade et nomma M. de Cabanac, M. de Gassies et M. Canteloup. M. Maignol dit que quand il n’auroit pas l’honeur de conoitre ces trois gentilshommes, il ne croiroit point se tromper en les nommant après le choix que M. Darsac en venoit de faire, il conoissoit le poids de la jurade et de quelle importance il étoit pour le public d’y mettre des personnes de mérite et qu’aussi il ne faisoit aucune difficulté de nommer ces trois Mrs de Cabanac, Gassies, Canteloup. Mrs les jurats et les prudhommes de suite chacun dit son avis et deux mots d’éloge en passant. Je dis que M. Darsac avoit fait paroitre trop de prudence et de sagesse durant son gouvernement pour manquer dans un choix aussi important pour le bien public et qu’ainsi je nomois volontiers25.

12À partir de 1683, la procédure fut modifiée et placée sous le contrôle royal, officiellement pour contrer l’intervention du gouverneur de la province. Désormais, chacun des trois sortants devait proposer trois noms pour lui succéder. Les électeurs pouvaient confirmer les noms et l’ordre, modifier l’ordre ou le nom des candidats. On peut le voir sur ce fragment de l’élection de 1782 réchappé de l’incendie de 1862 : il apparaît que le clerc de ville dressait un tableau, en indiquant à gauche le nom des électeurs, à droite celui des trois candidats pour qui ils se prononçaient, avant de récapituler le total des voix (90) en bas de page.

Fragment de l’élection de 1782

Fragment de l’élection de 1782

(Arch. Mun. Bordeaux BB 158)

13La liste était ensuite envoyée à Versailles et le roi faisait connaître sa décision par une ordonnance quelques semaines plus tard.

  • 26  Archives Municipales de Bordeaux BB 157.
  • 27  Ce fut notamment le cas en 1706 lorsque le Premier Président dénonça le caractère d’Alphonse de Go (...)

14Pour les nobles comme pour les autres corps ou états représentés, il n’y avait pas de conditions particulières, si ce n’est être natif de la ville de Bordeaux, du Bordelais ou de France et d’avoir plus de 25 ans, et ce, depuis le règlement de 1375. On avait toutefois coutume d’élire un gentilhomme soit de la ville soit des environs, notamment de l’Entre-deux-Mers comme les Gères de Camarsac afin qu’ils puissent venir siéger plus facilement à l’hôtel de ville, mais il arrivait parfois que l’on fasse appel à des nobles résidant dans les sénéchaussées limitrophes, ce qui fut le cas par exemple de l’Agenais Pierre de Secondat de Rocque en 1622 ou du Périgourdin Jean de Foucault de Lardimalie en 1627. On s’efforçait de choisir des familles connues et on sait par exemple qu’en juin 1757 le ministre demanda aux jurats de se guider sur deux critères « l’ancienneté de la noblesse (…) l’expérience dans les affaires publiques »26. Certains témoignages laissent à penser qu’il y avait aussi des conditions liées au caractère, et au tempérament des candidats compte tenu du rôle prééminent des nobles. On s’efforçait de trouver des gentilshommes calmes, conciliants plutôt que violents et emportés, afin de ne pas troubler le fonctionnement de la municipalité27.

Le dessous des cartes

15La procédure est une chose, la réalité en est une autre. On a pu gloser sur la perte de pouvoir des autorités municipales face à un renforcement du pouvoir royal. Certes, les responsabilités et la marge de manœuvre des magistrats municipaux se restreignent avec l’essor de la monarchie administrative, sans que l’on puisse vraiment prouver que leurs pouvoirs réels étaient beaucoup plus importants auparavant. Toujours est-il que devenir jurat n’est ni une sinécure ni une fonction fantôme vu les remous que l’élection suscite. Même si les procès-verbaux sont relativement succincts sur ce point, on peut déceler des tensions internes au corps de la noblesse pour accéder aux responsabilités, sans oublier les multiples interventions extérieures qui peuvent jouer dans l’élection.

Les luttes intestines

  • 28  Un mémoire de la fin du XVIIe siècle précise que « L’usage est, de tous les temps, que, pour évite (...)

16Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’élection n’est pas acquise et le fait d’être présenté par le sortant à l’assentiment du collège électoral n’implique pas un accès automatique au corps de ville. Certes, il est d’usage dans les pratiques de l’époque de ne pas se diviser et donc de proposer des candidats qui peuvent faire consensus, d’autant que des rencontres discrètes avaient lieu avant le 1er août28 mais dans certaines circonstances, l’unanimité ne pouvait être atteinte. Les procès-verbaux des élections sont à cet égard décevants car ils sont souvent très brefs, très laconiques et lorsque l’on dispose de sources parallèles, ce qui est relativement rare, l’on peut constater des différences très importantes, et toujours dans le sens d’une atténuation des tensions ayant agité les dirigeants. Tous les procès-verbaux n’ayant pas été conservés, on peut diviser l’époque moderne en plusieurs périodes.

Répartition des votes à l’élection du jurat noble

Répartition des votes à l’élection du jurat noble
  • 29  Les sources officielles (rapports des intendants) rapportent quelques mécontentements.
  • 30  Archives Départementales de la Gironde C 908 n° 61.
  • 31  Archives Départementales de la Gironde C 909 n° 64.

17Dans un premier temps, entre 1623 et 1648, sous le règne de Louis XIII, l’on constate que les élections à l’unanimité sont minoritaires au sein de la noblesse avec 41,7 % des scrutins, l’élection à la majorité des voix en représentant la moitié. Dans ce cas-là, et la noblesse n’est pas dans une situation exceptionnelle, lorsque des divergences se manifestent entre les électeurs, le candidat du sortant était généralement élu à la quasi unanimité. Au cours de la période suivante, entre 1656 et 1682, le choix des jurats nobles se fit dans trois élections sur quatre à l’unanimité mais parallèlement le pourcentage de refus eut tendance à augmenter. À partir de 1683, les perspectives générales évoluent puisque un plus large éventail de choix est laissé aux électeurs. La noblesse n’est pas touchée par trop de tensions puisque deux fois sur trois le choix du jurat noble se fait à l’unanimité ; quant au pourcentage des refus, il reste à peu près stable. Toutefois, la noblesse étant très sensible à la notion d’honneur, un certain nombre de jurats n’avaient pas apprécié de voir leur choix contesté. Il en avait été de même parmi les candidats dont certains proposés puis rejetés par l’assemblée électorale firent savoir qu’ils ne souhaitaient plus que l’on fasse appel à eux29. Les gentilshommes bordelais trouvèrent alors un modus vivendi. En 1721, ils obtinrent de l’intendant Boucher et du commandant en chef Berwick que « les gentilshommes qui seroient éleus une année, le seroient la suivante et seroient jurats à la troisième »30. Désormais, un noble porté sur la liste des candidats en troisième place savait qu’il serait l’année suivante porté au deuxième rang et qu’au scrutin suivant le premier rang que lui donneraient les électeurs lui vaudrait nomination royale. Cependant, alors que ce système avait été conçu de manière consensuelle, la période 1722-1746 ne fut pas exempte de tensions car tous savaient que l’élection à la troisième place signifiait ipso facto l’accès au corps de ville dans les deux ans et que l’on ne pouvait remettre en question le résultat. Il fut bien question d’abroger cet usage en 1732, mais en vain et le 17 août 1746 d’Argenson informait l’intendant Tourny que le roi souhaitait désormais « qu’il en soit usé à l’égard des gentilshommes comme dans les deux autres rangs et comme avant 1722 »31. Ce retour à l’ancien usage ressuscita naturellement les blessures d’amour-propre.

18En août 1747, Tourny écrivit en effet à Saint-Florentin :

  • 32  Archives Départementales de la Gironde C 909 n° 86.

Il ne conviendroit point de donner encore cette année à Monsieur de Gères le désagrément de n’être pas nommé, celuy qu’il en eut l’année dernière luy a été sensible au point de luy faire souhaiter dans cette élection qu’on ne songeat point à luy32.

Les interventions extérieures

  • 33  On lira sur ce point A. Jouanna, Le devoir de Révolte. La noblesse française et la gestation de l’ (...)
  • 34  J. de Gaufreteau, Chronique bordeloise, Bordeaux, Gounouilhou, 1878, T. 1, p. 304.
  • 35  L. Coste, Les jurats nobles…, opus cit., p. 149.
  • 36  X. Védère, op. cit., p. 327-328.

19De même que les élections suscitaient des compétitions internes au sein des élites bordelaises, elles attiraient l’attention de puissants personnages. Les souverains en personne, notamment lorsqu’ils étaient de passage à Bordeaux, comme notamment Charles IX lors de son tour de France, Louis XIII à l’occasion de son mariage et des guerres civiles dans le Midi et Louis XIV en route vers les Pyrénées, les ministres, les grands, les gouverneurs de la province, les premiers présidents au Parlement ne se privèrent pas d’intervenir dans le processus électoral. Les preuves formelles sont limitées mais les traces qui ont été conservées laissent supposer que de telles pratiques étaient relativement fréquentes. Compte tenu de son rôle au sein de la municipalité, la noblesse était particulièrement visée par cette immixtion dans les affaires électorales. Si l’on peut supposer que dans la plupart des cas il s’agit d’interventions orales, quelques traces écrites nous sont parvenues. On constate notamment que les gouverneurs de la province ou les commandants en chef en l’absence des premiers eurent à de nombreuses occasions la possibilité d’intervenir pour contrer l’élection d’un personnage qui leur déplaisait ou qui déplaisait à leurs proches ou pour imposer le choix de leurs fidèles. Les travaux d’Arlette Jouanna ont bien montré l’importance des réseaux de fidélité et pour un grand, notamment pour les gouverneurs de province, avoir des fidèles et des proches au sein de la municipalité pouvaient être toujours utile33. Les deux ducs d’Épernon successifs, au tempérament assez impulsif et volontiers autoritaires, ne s’en sont pas privés. Il faut toutefois nuancer les propos de certains mémorialistes de l’époque et notamment de Jean de Gaufreteau pourtant habituellement bien informé. Évoquant dans sa chronique l’alternance qui semblait s’être installée pour le premier chaperon entre les officiers du roi et les gentilshommes, il écrit : « M. d’Espernon a aujourd’hui passé par dessus cette ordonnance, car il ne met que des espées pour premier jurat, et notamment celles qui l’ont servi »34. En effet, entre 1622, date de la nomination du gouverneur, et 1639, date de la mort de Gaufreteau, sur treize jurats nobles identifiés, on comptait quatre officiers et neuf gentilshommes35. On pourrait ainsi multiplier les exemples. Toutefois certaines interventions trop visibles et trop appuyées pouvaient entraîner l’effet inverse et voir les édiles se cabrer sur leur indépendance. L’intervention du comte d’Harcourt, en août 1643, fut un échec36.

  • 37  Ibid., p. 348 ; Archives Municipales de Bordeaux BB 52 fol. 1r, 1er août 1657.

20Il faut reconnaître cependant que, lorsque les jurats se risquaient à braver ces aimables recommandations, ce n’était jamais pour très longtemps. Après avoir reçu le 28 juillet 1657 une lettre d’Armand Ier de Bourbon, prince de Conti, en faveur d’Henri de Gères de Camarsac, Jean Hugon et Paul Lestrilles, les jurats protestent de leur fidélité mais ne défèrent pas aux ordres. Si Jean Hugon du Cros obtient les voix des six jurats et de douze prudhommes, les deux autres candidats de Conti sont distancés : Arnaud Pineau l’emporte sur Paul Lestrilles avec deux jurats et vingt prudhommes. Quant à Camarsac, avec quatre jurats et dix prudhommes, il est devancé par Ram de Maniban qui avait reçu le soutien de deux jurats et de quatorze prudhommes37. L’année suivante, les jurats s’empressèrent cependant de satisfaire aux desiderata du prince :

  • 38  Archives Municipales de Bordeaux BB 53 fol. 13r.

L’eslection qui a este faicte de messieurs de Camarsac, Grenier et Pol Lestrilles fera sans doute cognoistre à vostre Altesse Sérénissime, avec combien de respect et d’obéissance nous avons déféré à la créance que monsieur de Chanay avoit de vostre part38.

  • 39  Archives Nationales G 7 143 p. 158.
  • 40  Citons cet exemple : Depuis Paris, il écrit aux jurat le 20 juillet 1765 : « Je vous recommanderay (...)

21Ses interventions et celles de ses successeurs, le duc d’Epernon à nouveau, le comte de Moissans et le duc de Roquelaure, incommodèrent les intendants dont l’influence devint prépondérante à partir de Colbert. Profitant d’une vacance de gouvernement, après la mort de Gaston Jean-Baptiste de Roquelaure, en mars 1683, l’intendant Charles de Faucon de Ris obtint du conseil un arrêt supprimant la procédure électorale traditionnelle trop sujette à des interventions des gouverneurs39. Mais, malgré les tentatives pour restreindre leur influence, les gouverneurs et leurs représentants ont été tentés, avec plus ou moins de succès, d’intervenir dans le choix des jurats comme le montrent les exemples du maréchal de Montrevel à la fin du règne de Louis XIV ou celui du duc de Richelieu sous celui de Louis XV40.

  • 41  Comme le procès-verbal se contente du patronyme, il n’est pas possible d’identifier précisément l’ (...)

22Ainsi, le corps de ville de Bordeaux fait-il la part belle aux nobles. Certes, l’âme de la jurade est constituée par les avocats qui, outre leurs compétences juridiques occupent les places de procureur syndic et de clerc de ville, mais la noblesse n’est pas en reste. Le maire, le lieutenant de maire, le premier et le quatrième jurat sont issus du second ordre, ce qui assure à ce dernier la prééminence en dignité mais aussi une part non négligeable du pouvoir. Il reste toutefois quelques zones d’ombre. Beaucoup de ces gentilshommes venant de la campagne restent fugitifs dans la capitale provinciale ; beaucoup n’ont pu être identifiés sans compter ceux qui n’ont pu accéder au pouvoir. Cette exclusion porte autant sur les patronymes connus que sur d’autres, moins célèbres. Ainsi chez les nobles, les Gourgues, les Pichon Longueville, les Lestonnac, les Gascq, les Canolle, les La Chassaigne ou les Lamartonie ne purent jamais accéder à la jurade après 1684, et ce, pour des raisons qui n’ont pu être éclaircies41. Les réseaux à l’œuvre, tant locaux qu’extérieurs, n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

Note

1  B. de Monluc, Commentaires 1521-1576, édition établie et annotée par P. Courteault, Paris, Gallimard, 1964, p. 685.

2  Bordeaux est la seule ville dans ce cas avec Rouen, la cour souveraine provençale se trouvant à Aix et non à Marseille. Quant à Nantes, le prestige de la chambre des Comptes n’égale pas celui de la cour de Rennes.

3  Ph. Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais 1600-1789, Bordeaux, Mollat, 2001, p. 12‑15.

4  A.-M. Cocula, Montaigne, maire de Bordeaux, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1992, p. 19 et 22.

5  Livre des privilèges, Bordeaux, Gounouilhou, 1878, p. 589.

6  Ibid., Doc. n° LIV, p. 380.

7  En 1654, il devenait lieutenant général pour la Guyenne puis était nommé ambassadeur en Angleterre. Il est promu maréchal de France en 1675. F. Bluche (sous la direction de), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 554.

8  L. Coste, Messieurs de Bordeaux. Pouvoirs et hommes de pouvoir à l’hôtel de ville 1548-1789, Bordeaux, CAHMC-FHSO, 2006, p. 229.

9  Ibid., p. 42-43.

10  Livre des Privilèges, Bordeaux, Gounouilhou, 1878, p. 3-26.

11  Archives Municipales de Bordeaux BB 27 fol. 302r, BB 28 fol. 22r. La clause concernant l’union avec une Bordelaise était conservée.

12  Livre des bourgeois (XVIIIe siècle), Bordeaux, 1897, p. 190.

13  Archives Municipales de Bordeaux BB 159 s.d.

14  Formule provençale qui peut être adaptée à la plupart des villes pratiquant la cooptation. J. Dumoulin, Le consulat d’Aix-en-Provence. Enjeux politiques 1598-1652, Dijon, Centre Georges Chevrier, 1993, p. 133.

15  X. Védère, Inventaire sommaire des registres de la jurade, vol. 8, Bordeaux, Castéra, 1947, p. 331.

16  Des conditions particulières étaient prévues en cas de vacances d’un jurat par mort ou absence. Voir L. Coste, op. cit., p. 121.

17  Archives Départementales de la Gironde C 908 n° 56.

18  En effet, la part des nobles désignés à la prudhommie par leurs pairs passa de 34,7 % en 1721-30 à 65 % en 1731-40, avant de retomber à 55,7 % en 1741-50 et à 26,2 % en 1751-60.

19  Les différents serments des magistrats et des prudhommes furent élaborés pour l’essentiel dans le dernier quart du XIVe siècle. Prononcés à l’origine en gascon, ils furent francisés. Voir H. Barckhause, Le Livre des Bouillons, Bordeaux, Gounouilhou, 1867, Doc. N° CXLII, p. 495-497.

20  Sur cette séparation, lire Y. Déloye et O. Ihl, L’acte de vote, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 50-53.

21  L. Coste, op. cit., p. 121.

22  P. Perrineau, D. Reynié (sous la direction de), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001, p. 942.

23  Archives Municipales de Bordeaux BB 37 (foliotage brûlé).

24  Archives Municipales de Bordeaux BB 61 fol. 3v.

25  Livre de raison de Donnadieu, avocat-prudhomme en 1703. Bibliothèque municipale de Bordeaux Ms 1670 fol. 118r-119. Élection du 1er août 1703.

26  Archives Municipales de Bordeaux BB 157.

27  Ce fut notamment le cas en 1706 lorsque le Premier Président dénonça le caractère d’Alphonse de Gombaut, « peu convenable aux conjonctures des temps et à la douceur qui doit être la première qualité d’un magistrat municipal ». Archives Nationales. G 7 141 n° 410.

28  Un mémoire de la fin du XVIIe siècle précise que « L’usage est, de tous les temps, que, pour éviter les divisions et le scandale qui pourroient arriver le jour de l’élection, les jurats s’assemblent quelques jours avant celui-là, et tâchent de se concilier ». A. M. de Boislille, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants de province, Paris, 1883, t. 2, p. 342.

29  Les sources officielles (rapports des intendants) rapportent quelques mécontentements.

30  Archives Départementales de la Gironde C 908 n° 61.

31  Archives Départementales de la Gironde C 909 n° 64.

32  Archives Départementales de la Gironde C 909 n° 86.

33  On lira sur ce point A. Jouanna, Le devoir de Révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Paris, Fayard, 1989.

34  J. de Gaufreteau, Chronique bordeloise, Bordeaux, Gounouilhou, 1878, T. 1, p. 304.

35  L. Coste, Les jurats nobles…, opus cit., p. 149.

36  X. Védère, op. cit., p. 327-328.

37  Ibid., p. 348 ; Archives Municipales de Bordeaux BB 52 fol. 1r, 1er août 1657.

38  Archives Municipales de Bordeaux BB 53 fol. 13r.

39  Archives Nationales G 7 143 p. 158.

40  Citons cet exemple : Depuis Paris, il écrit aux jurat le 20 juillet 1765 : « Je vous recommanderay comme à mon ordinaire le choix des meilleurs sujets pour remplacer les jurats qui doivent sortir [partie brûlée] Il me semble aussy que le sieur Agard est un bon sujet et qu’il étoit le premier sur la liste l’année dernière ». Archives Municipales de Bordeaux BB 157.

41  Comme le procès-verbal se contente du patronyme, il n’est pas possible d’identifier précisément l’identité du candidat rejeté.

Torna su

Indice delle illustrazioni

Titolo Part des gentilshommes parmi les prudhommes (1721-1760)
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12222/img-1.jpg
File image/jpeg, 56k
Titolo La salle du conclave
Credits (Cl. Arch. Mun. Bordeaux IX-N/6).
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12222/img-2.jpg
File image/jpeg, 808k
Titolo Fragment de l’élection de 1782
Legenda (Arch. Mun. Bordeaux BB 158)
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12222/img-3.jpg
File image/jpeg, 332k
Titolo Répartition des votes à l’élection du jurat noble
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12222/img-4.jpg
File image/jpeg, 93k
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Laurent Coste, « Les élections dans l’ordre de la noblesse à la jurade de Bordeaux (de 1550 à 1789) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 20 | 2010, 197-210.

Notizia bibliogafica digitale

Laurent Coste, « Les élections dans l’ordre de la noblesse à la jurade de Bordeaux (de 1550 à 1789) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [Online], 20 | 2010, online dal 30 dicembre 2013, consultato il 23 settembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12222 ; DOI : 10.4000/crm.12222

Torna su

Autore

Laurent Coste

Bordeaux 3-CEMMC

Torna su

Diritti d'autore

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Torna su
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org