Navigation – Plan du site
Élections et pouvoirs politiques II

Schisme impérial, schisme pontifical

Le regard des sources françaises sur les élections doubles dans la première moitié du XIVe siècle
Gilles Lecuppre
p. 145-161

Résumés

Les chroniqueurs français du XIIIsiècle ont peu à peu perdu de vue l’Empire germanique et ont imputé sa lamentable propension au désordre et à la guerre civile à ses subtilités constitutionnelles – en un mot, à la désignation élective de ses rois. Assez étonnamment, leurs successeurs de la première moitié du XIVe siècle prêtent une attention plus soutenue à l’histoire allemande et font évoluer leur opinion au sujet des schismes impériaux. C’est que la monarchie française a entre-temps connu un épisode quasi électif et désire ardemment se trouver un allié contre Édouard III dans le cadre de ce qui va devenir la guerre de Cent Ans.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France. XIIIe-XVe siècle, Paris, (...)
  • 2  Une approche globale de la période : P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. (...)

1Pour les historiens, chroniqueurs et poètes du royaume de France, la monarchie germanique présente aux XIIIe et XIVe siècles un bien curieux visage. Certes, leurs préoccupations ne sont pas comparables à celles des canonistes, des juristes ou des théoriciens du politique, pour qui la place de l’Empire et le système électif constituent de fameux cas d’école1, mais la fréquence des déchirements liés aux élections doubles des rois, notamment, pourrait donner matière à des considérations d’ordre à la fois constitutionnel et moral. Or, tandis que le royaume de France opte résolument pour la transmission dynastique au XIIIe siècle, le voisin allemand choisit l’orientation opposée, ne combinant même plus, après 1254, élection et hérédité, et prenant le risque, en multipliant les potentiels candidats au trône, de pérenniser les crises constatées dès avant le Grand Interrègne. De fait, entre 1250 et 1350 environ, aucune dynastie ne s’impose durablement sur le trône des Romains et le rôle des sept électeurs, dont la liste est fixée par la coutume, s’en trouve renforcé2.

  • 3  G. Lecuppre, « Ordre capétien et confusion germanique. La compétition royale dans les sources fran (...)

2Les présentes pages prennent en quelque sorte la suite d’une enquête que j’avais consacrée au regard porté par les sources narratives françaises sur les élections doubles germaniques du XIIIe siècle3. Il me faut en livrer brièvement les principales conclusions, qui fourniront un point de départ et un élément de référence. Elles sont au nombre de trois :

– Tout d’abord, il importe de noter à quel point l’Empire jadis glorieux s’est contracté en une Allemagne exotique, dont l’historiographie moyenne peine à comprendre les jeux politiques trop complexes. Seules quelques catégories de chroniqueurs démêlent correctement l’écheveau : ceux qui s’inscrivent dans le droit fil de l’histoire universelle de Sigebert de Gembloux, ceux qui s’intéressent de près à l’actualité pontificale, et enfin les chroniqueurs flamands et hennuyers en raison de leur proximité.

– Le mode électif concentre le feu des critiques : il provoque la division, la guerre civile ; il est gangrené par la corruption ; il favorise les interventions étrangères, qu’il s’agisse de la papauté ou des souverains anglais et français.

– Enfin, l’histoire comme elle s’écrit relaie et amplifie les positions des Capétiens, quand toutefois ils en ont à propos des affaires germaniques, et plus globalement de  l’idéologie anti-impériale.

  • 4  Les événements peuvent être appréhendés dans leur contexte naturel à travers la biographie de H. T (...)
  • 5  Là encore, je ne sélectionne pour plus de clarté qu’une biographie au sein d’une pléthore : H. Sto (...)

3Il s’avère que la première moitié du XIVe siècle offre aux commentateurs le même spectacle de désunion et de cacophonie. En 1314, on assiste à la désignation simultanée de deux rois des Romains, Frédéric le Beau, duc d’Autriche de la maison des Habsbourg, et Louis IV de Bavière4. Ils se livrent une guerre acharnée, à laquelle la victoire de Louis sur le champ de bataille de Mühldorf et la capture de Frédéric ne parviennent même pas à mettre un terme véritable en 1322. Avant la mort du Habsbourg, en 1330, le couronnement impérial du Bavarois s’était accompagné de l’apparition à Rome d’un antipape, Nicolas V. Comme aux plus beaux jours de la querelle du Sacerdoce et de l’Empire, un schisme pontifical venait donc dédoubler le schisme impérial. En 1346, le fils du roi de Bohême, Charles de Luxembourg, est élu pour faire pièce à Louis5. Une fois Louis décédé, un ultime antiroi, Gunther de Schwarzburg, est suscité contre Charles IV, durant quelques mois en 1349. Ainsi, quatre situations de compétition royale résultent d’une élection.

4Cela nous amène à nous interroger sur la réception de ces événements au royaume de France. L’état des connaissances et du simple intérêt pour les questions lointaines est-il toujours aussi délabré ? Est-on plus que jamais convaincu de l’excellence d’un système et d’une race ? Possède-t-on une doctrine sur l’élection royale ? Je propose au lecteur d’apprécier dans un premier temps la qualité du compte rendu des institutions et des événements, avant de considérer la capacité à dégager un avis sur la pratique élective et sur les hommes qui lui donnent sens.

Une meilleure appréhension des institutions et des événements

5Premier sujet d’étonnement, la description des réalités allemandes se révèle plus détaillée et mieux maîtrisée qu’au demi-siècle antérieur. Tous les secteurs du commentaire ont d’ailleurs progressé, qu’il s’agisse de la procédure dans sa nature et dans sa symbolique, du déroulement des faits ou de la position des principaux acteurs.

  • 6 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de (...)
  • 7  Le duc de Saxe-Wittenberg et Henri de Carinthie, qui se considérait comme le roi de Bohême, se son (...)

6Chacun a assimilé le caractère primordial de l’assemblée des électeurs de l’Empire. Un seul se hasarde, en revanche, à en suggérer la composition, le second continuateur de la chronique de Guillaume de Nangis, assurément le meilleur connaisseur en ce domaine6. Selon lui, le corps électoral comprend six membres : les archevêques de Mayence, Trèves et Cologne et « trois autres ducs ». Sans doute a-t-il de quelque manière appris qu’un des électeurs, en l’occurrence un éventuel représentant du margraviat de Brandebourg, n’avait pas pris part au vote. Il faut en outre lui pardonner une méprise sur la répartition des voix : il en annonce cinq pour Louis, une seule pour Frédéric, celle de Cologne, contre quatre partout en vérité. L’effort de précision, quoique débouchant sur un résultat erroné, est louable : comment lui reprocher d’ignorer que deux principautés avaient donné lieu à deux votes différents7 ?

  • 8  A. Diverrès, La chronique métrique attribuée à Geoffroy de Paris, Paris, Société d’édition les Bel (...)
  • 9 Chronique et annales de Gilles le Muisit,abbé de Saint-Martin de Tournai (1272-1352), éd. H. Lemaît (...)
  • 10  Contentons-nous de cinq extraits, reflets d’obédiences diverses. Continuation anonyme de la chroni (...)
  • 11 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op. cit., p. 17 : Circa fere eadem tempo (...)

7Tout au moins, la plupart des plumes françaises s’accordent sur le désaccord. Maquillant peut-être sa préférence, Geoffroy de Paris, dans sa Chronique métrique, établit la désignation irénique et mondaine du seul Frédéric d’Autriche, sanctionnée par un plantureux banquet8. Gilles le Muisit ne sait manifestement pas qu’un conflit s’est produit et installe naïvement Louis sur le trône des Romains9. Partout ailleurs, on enregistre la « controverse », la « discorde », la « contradiction », le « désaccord », le « desconfort »10. Ces notions sont d’ailleurs compatibles avec l’assertion d’une élection « paisible » ou « pacifique » chez les mieux informés, qui se font l’écho, par ces formules, du point de vue de Louis de Bavière, qui estime l’avoir emporté en nombre de suffrages11 ; la notion de majorité arithmétique, si importante dans la future Bulle d’Or, suit son chemin… paisiblement.

  • 12  Les Istore et croniques de Flandres, op. cit., reprennent (p. 337) l’allusion déjà dispensée par l (...)

8Enfin, trace de réflexes lignagers ou marque de réprobation subliminale, certains textes notent en passant que les deux élus sont cousins12.

  • 13 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op. cit., p. 6-7 : Quo facto caeteri pri (...)
  • 14  Voir par exemple, aux côtés des chroniques flamandes, le texte de la Continuationis chronici Guill (...)

9La séquence et les lieux, en un mot les aspects rituels du processus de désignation et d’accession au pouvoir, retiennent l’attention de quelques observateurs. Le second continuateur de Guillaume de Nangis note avec soin ce qui se rapporte à la norme cérémonielle ou s’en écarte. Si on le suit, on apprend que Francfort est le cadre traditionnel de l’élection, que le couronnement doit avoir lieu à Aix, sous les auspices de l’archevêque de Cologne, et que la première cour royale se tient à Nuremberg. La légitimité de Frédéric d’Autriche, couronné à Bonn, et non à Aix, ou celle de Louis, consacré par le mauvais prélat, se trouve affectée par ces distorsions13. Dans un ordre d’idée voisin, l’enchaînement des honneurs semble connu : le parcours complet, quoique scandaleux, de Louis de Bavière est correctement saisi dans sa logique – la couronne des Romains, reçue à Aix, prélude à la couronne de fer, celle des Lombards, ou d’Italie, que ses affidés lui remettent à Milan, et enfin à la couronne impériale, qu’on s’imagine volontiers en or, par opposition à la précédente14. Ces scrupules ne s’étendent pas à la dénomination officielle du monarque, pour laquelle on trouve pêle-mêle et en dehors même de toute polémique « roi des Romains », « roi d’Allemagne », « empereur ». En cela, le léger manque de rigueur des contemporains, qui contournent l’expression rex in imperatorem electus ou promovendus, a fait des émules parmi les historiens médiévistes d’aujourd’hui, qui sont presque excusables, à leur tour.

10Il se dégage en tout cas de ces chroniques qui font meilleur cas des affaires allemandes une insistance sur la connaissance des coutumes spécifiques de cet espace. Dominer la consuetudo germanique revient tout à la fois à laisser entendre la finesse de l’information dispensée et à souligner l’altérité profondément ancrée de ces usages.

L’élection : une pratique dangereuse, débattue, puis réintégrée

11Appréhendée dans ses modalités avec un peu plus d’acuité qu’auparavant, la pratique de l’élection royale est également envisagée sous un angle plus conjoncturel. Les jugements portés sur elle évoluent insensiblement entre les années 1320 et les années 1340. Initialement condamnée, entre les lignes, pour sa dangerosité, elle est ensuite reconsidérée au sein du débat dont elle fait l’objet entre la monarchie germanique et la papauté avignonnaise ; les critiques à l’endroit du système électif s’éteignent vers le milieu du siècle, en dépit de la persistance des rivalités pour la suprématie en Allemagne.

  • 15  Frédéric est occasionnellement représenté comme ayant refusé la médiation de Jean de Bohême – Chro (...)
  • 16 Grandes Chroniques de France, op.cit., t. VIII, p. 349 : « Et en yce temps, entre Loys duc de Bavie (...)
  • 17 Ibid., p. 53-54. Chronicon Girardi de Fracheto, op.cit., p. 49. Grandes Chroniques de France, op.ci (...)
  • 18 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 54 : Fredericus vero dux Aus (...)
  • 19 Ibid., p. 74. Chronicon Girardi de Fracheto, op.cit., p. 67-68. Grandes Chroniques de France, op.ci (...)
  • 20  L’auteur est certes liégeois et, partant, plus sensibilisé aux problèmes germaniques. Chronique de (...)

12Au commencement, tout est conforme aux indications fournies au XIIIe siècle : l’élection est un élément intrinsèquement fauteur de guerre civile. Ici ou là, la responsabilité des combats ou de leur prolongation est rejetée sur le comportement superbe et hautain de Frédéric le Beau, qui refuse de transiger15, mais, pour l’essentiel, le désastre est inscrit dans les dissensions du collège électoral. Curieusement, les auteurs retrouvent des accents pathétiques depuis longtemps oubliés pour déplorer les effets dévastateurs de la mésentente : des régions entières sont ruinées ; incendies, crimes, exils volontaires, rapines et pièges ponctuent le discours16. Comme on pouvait s’y attendre, sur un fond d’hostilités continue, la mentalité épique des Grandes Chroniques de France et de quelques autres se plaît à détacher l’épisode de la bataille, du reste extrêmement meurtrière, jugement de Dieu auquel l’un et l’autre compétiteurs aspireraient, sans toutefois que la défaite sans appel de Frédéric suffise à résoudre le problème, comme on a vu17. Des incursions ultérieures de Léopold, frère du Habsbourg captif, enveniment encore la querelle18. Il faut ni plus ni moins qu’une intervention divine, touchant secrètement le cœur du vainqueur, pour que son adversaire soit relâché et se soumette19. De là à conclure à un désordre structurel en Germanie, directement imputable aux institutions, il n’y a qu’un pas, que franchit explicitement Jean le Bel au terme de sa description des échauffourées entre Louis et Charles, puis Gunther et Charles : « On n’a mie souvent veu que le roy d’Allemaigne puist demourer en paix quant il veult corriger et remettre à point tous les meffaitz d’Alemaigne »20.

  • 21 Secunda vita Joannis XXII, p. 143.
  • 22 Continuation anonyme de la chronique de Jean de Saint-Victor, op.cit., p. 684. Grandes Chroniques d (...)
  • 23 Cf. supra, note 11.
  • 24 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 14-15 et 74-76. Grandes Chro (...)

13Au-delà des inévitables tensions entre princes et rois, entre élus et électeurs, la forte implication de la papauté dans le jeu politique allemand n’échappe à personne. Car cet autre pouvoir universel, qui éprouve le besoin de s’affirmer après sa migration en Avignon, profite incontestablement de la faiblesse permise par la division pour rappeler sa vocation d’arbitre, que nos chroniqueurs, comme un seul homme, disent fort ancienne. Qu’un Bernard Gui, biographe de Jean XXII, fonde sur la donation de Constantin le droit des pontifes à juger de la validité de l’élection et de la dignité de l’élu, cela n’est pas pour nous surprendre21. Cependant, l’argument figure également chez le pseudo-continuateur de Jean de Saint-Victor et forme un paragraphe développé qui introduit tout un chapitre des Grandes Chroniques de France22! On mesure l’identité de vues entre le Saint Père et le monarque capétien, puis Valois, que les chroniques désavouent rarement, mais aussi le succès de cette propagande subordonnant le principe impérial à l’examen du pape. Il convient toutefois de rendre cette justice à nos historiographes qu’ils exposent, parfois a minima, il est vrai, le point de vue symétrique. Louis de Bavière, appuyant son avis sur l’histoire de la royauté des Romains, estime que les circonstances pacifiques de son élection lui permettent largement de se comporter en roi et de mériter ipso facto la bénédiction pontificale23. Le renouveau de la pensée gibeline et impériale est également pris en compte, à travers le résumé des thèses de Jean de Jandun et de Marsile de Padoue, qui inversent le rapport hiérarchique entre papauté et empire au profit de ce dernier24. Tous nos auteurs abhorrent ces positions extrêmes et concèdent, sans caricature, que Louis de Bavière les accueille sans les partager pleinement. Malgré leurs efforts d’objectivité bien tempérée, les chroniqueurs français ne vont pas jusqu’à signaler le spectaculaire renfort reçu par l’empereur à Rhens, en juillet 1338, où les électeurs assemblés abondent dans son sens en déclarant que l’élection suffit à faire le souverain légitime.

  • 25 Chronographia regum Francorum, éd. H. Moranvillé, t. I, 1270-1328, Paris, H. Laurens, 1896, p. 264  (...)
  • 26 Istore et croniques de Flandres, op.cit., p. 338 : « Li rois de France, qui n’estoit mie lies de so (...)
  • 27 Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 208 : « Et peu après morut pappe Jehan qui estoi (...)
  • 28  La meilleure source latine sur les événements de 1328 est du reste la seconde continuation de Guil (...)

14Dans ce qui a tout l’air d’une réactivation d’un vieux contentieux entre la papauté et l’Empire, des traces de la position française se laissent deviner. Significativement, avant que le motif, désamorcé, ne chemine en fin de siècle vers la Chronographia regum Francorum25, c’est en périphérie, dans les chroniques hennuyères et flamandes que des signes de l’agacement ou de l’intervention de Charles IV le Bel et Philippe VI de Valois se font jour. Philippe œuvre contre Louis de Bavière avant sa descente en Italie et le pape, consécutivement, lui refuse sa grâce et l’excommunie26. Dans la langue sans circonlocution du Bourgeois de Valenciennes, le roi de France fait le pape, qui défait, ou tente de défaire, l’empereur. Le roi de France, toujours en embuscade, désigne ses ennemis et ses amis parmi ses homologues germaniques27. En embrassant l’ensemble des sources, on entrevoit néanmoins que les récriminations ordinaires contre la monarchie élective cèdent peu à peu la place à des critiques plus ciblées des personnalités en cause. C’est qu’entre-temps est survenue la transition de la dynastie des Capétiens directs à celle des Valois, qui a dû en passer par une forme de validation non dénuée d’une certaine parenté avec la solution élective28.

Déplacement des critiques du système vers les individus

15Dès lors, les hommes, surtout, sont en ligne de mire, qui peuvent ou non faire un bon usage de la décision électorale. Envisageons les portraits contrastés de Louis, de sa créature, l’antipape Nicolas V et des rois de Bohême Jean et Charles, devenus champions de la cause française dans l’Empire.

  • 29  Chronique de Gilles le Muisit, op.cit., p. 189 : Anno supradicto videlicet quadragesimo septimo, c (...)
  • 30 Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 263 : « Après avint le joeudy après le Saint-Den (...)
  • 31 Secunda vita Joannis XXII, p. 143.
  • 32  Tous les récits, même les moins attentifs aux péripéties allemandes consignent les excommunication (...)
  • 33 Chronique de Berne, op.cit., p. 560. Istore et croniques de Flandres, op.cit., p. 373 et 442. Récit (...)
  • 34 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 208 : Eodem anno Ludovicus B (...)
  • 35  J.-M. Moeglin, « Nouvelles d’Allemagne en France aux XIVe-XVe siècles. L’empereur Louis de Bavière (...)
  • 36  De son côté, Chris Jones penche pour une condamnation mitigée de Louis dans l’historiographie dion (...)

16Louis de Bavière ne laisse pas souvent indifférent. Le relatif désintérêt de Gilles le Muisit, qui se contente de dire que la réputation d’empereur lui était restée attachée malgré les procès de la curie romaine29, est contrebalancé par des admirateurs zélés et, beaucoup plus nombreux, des détracteurs résolus. Admiré en Hainaut, parce qu’il a épousé la fille du comte Guillaume, il y est considéré comme « roi d’Allemagne et empereur des Romains », auteur de « grands et hauts faits d’armes à son honneur »30. Les autres sont unanimes à lui décerner des titulatures et des épithètes peu flatteuses. Le « Bavarois » se donne publiquement le titre de roi ou d’empereur, se comporte comme tel, mais il n’est au fond qu’un usurpateur. La plus belle charge, celle de Bernard Gui, puise dans l’arsenal usuel de l’imprécation romaine : « Louis habitué au conseil pervers des méchants, se dressa à de nombreuses reprises de manière barbare, contre […] le Saint-Siège et l’unité de l’Eglise »31. Son attitude scandaleuse vis-à-vis de l’orthodoxie est partout dénoncée : il s’est entouré de franciscains spirituels avec qui il a partagé les vues relatives à la pauvreté du Christ condamnées par Avignon, il a plusieurs fois appelé au concile ou tenté de déposer les pontifes francophiles, recourant au placardage de ses opinions impies en plein Paris, exemplairement livrées à l’autodafé, tandis que les autorités ecclésiastiques réitéraient sa condamnation devant la foule, ce qui a visiblement marqué les chroniqueurs32. Au début du conflit entre les rois de France et d’Angleterre, il a pris le parti d’Édouard III, dont il a fait très solennellement son vicaire d’Empire. Là encore, l’événement est largement relayé, décrit par le menu dans les régions septentrionales33, tandis que son revirement final en faveur de Philippe passe totalement inaperçu. Pour couronner sa sombre carrière, il est mort de manière ignominieuse en pleine chasse au sanglier, activité honnie des gens d’Église. Les témoignages les plus dignes de foi en Allemagne le montrent terrassé par une crise cardiaque, là où les sources françaises dispensent les détails de sa fracture des cervicales34 ! Dans un article centré sur l’historiographie royale, Jean-Marie Moeglin note le désintérêt final de Richard Lescot pour la conversion tardive de Louis de Bavière à la cause française, qu’il explique en quelque sorte par la désaffection dont souffre l’Allemagne auprès des historiens français du XIVe siècle35. Le retournement d’alliances offrait pourtant une matière de quelque intérêt à un polémiste anglophobe et cette absence de symétrie étonne. Il faut supposer que les chroniqueurs lisaient avant tout l’histoire avec des yeux de moralistes et qu’il leur en aurait beaucoup coûté de retoucher le portrait si patiemment dessiné du mauvais gouvernant, surgi de la discorde, ennemi du Saint-Siège, hôte des hérétiques et ami des Anglais36. Louis devait rester uniformément mauvais, jusqu’aux circonstances imaginaires de sa mort.

  • 37  Sa carrière est retracée dans l’ouvrage de G. Mollat, Les Papes d’Avignon (1305-1378), 10e éd., Pa (...)
  • 38 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 88 : Asserunt tamen nonnulli (...)
  • 39 Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 337. Le passage correspondant du manuscrit retenu (...)
  • 40 Istore et croniques de Flandres, op.cit., p. 339-340 : « Quant Loys de Bavière et li citoien de Rom (...)
  • 41 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 87-88 : Quod verbum toti pop (...)
  • 42 Secunda vita Joannis XXII, p. 143 : Veniensque Romam, quemdam pseudoantipapam Rome fieri fecit legi (...)
  • 43 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 116-117. Surtout, Secunda vi (...)

17Pierre Raynalucci, ou Ranuche, resté dans l’histoire sous le nom de Pierre de Corbara ou de l’antipape Nicolas V37, n’est guère épargné par les mêmes auteurs qui ont voué le Bavarois aux gémonies. Ce franciscain falot, poursuivi devant la justice de l’évêque de Rieti par son ancienne femme, est fréquemment, jusque dans la syntaxe, présenté comme agi plutôt que comme agent. L’empereur Louis l’a fait, à en croire la majorité des récits, même si certains, plus méticuleux, lui dénient ce plan38. La foule romaine, qu’un manuscrit des Grandes Chroniques de France nomme « concile général »39, l’a créé, tout au moins, après avoir été travaillée par des démagogues40. La forme ancienne de l’élection par acclamation se voit refuser toute valeur juridique par le continuateur de Guillaume de Nangis41, alors que, décidément très en forme, Bernard Gui joue sur les mots sacrari et execrari pour tourner en dérision cette cérémonie d’un autre âge42. Après s’être livré à quelques désignations de cardinaux, le simple Cordelier se rend odieux, avec son maître Louis, par le train de vie qu’il mène et les exactions qu’il impose. Chassé, errant dans les villes gibelines, puis définitivement abandonné à son triste sort par l’empereur retourné en Germanie, le pauvre hère n’a plus qu’à se livrer à la cour d’Avignon, où il est réintégré dans la foi de l’Église au prix d’une confession dûment consignée ou tout au moins résumée par nos chroniqueurs43.

  • 44  Sur les mariages croisés entre les deux familles et sur la place des Luxembourg dans la vie politi (...)
  • 45  La Chronique de Berne, op.cit., p. 523-524, pose Jean en médiateur, puis en chef militaire brave e (...)
  • 46 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 123 : Circa idem tempus rex (...)
  • 47 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 207-208 : Circa dictum tempu (...)
  • 48 Chronique de Jean le Bel, op.cit., p. 221-222 : « L’an de grâce mil CCC XLV trespassa l’empereur Lo (...)
  • 49 Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 208-209 : « L’an de grâce mil III c et XLVI, env (...)

18C’est à propos de la famille de Luxembourg que ceux-ci témoignent de la plus criante partialité ou laissent planer les silences les plus coupables. La culture française et l’amitié des monarques français pour Jean et Charles de Bohême sont sans doute dans tous les esprits44. Aussi, dans chacune de ses interventions, Jean s’avère puissant, décisif, héroïque. Il fait pencher la balance en faveur de Louis de Bavière par la prouesse des armes45. Plus tard, sa trahison n’est pas présentée en tant que telle : Jean est comme spontanément porté par les villes gibelines d’Italie, qui reconnaissent en lui le fils de l’empereur Henri, aux dépens de Louis, dont la réputation et la fortune déclinent inexorablement46. Le coup d’État, l’élection de son fils Charles comme antiroi, est escamoté à moindres frais : les chroniques françaises ne présentent pas Charles sous les traits d’un rebelle et tendent à faire de la succession dans cette période un processus pacifique47. Elles méconnaissent aussi l’épisode de la sécession de Gunther de Schwarzburg, dernier baroud des Wittelsbach. Au lieu de cela, Charles est bien vite couronné empereur, comme si neuf années n’avaient pas séparé son élection de sa consécration romaine, et qualifié de pacificateur. En première analyse, la nouvelle de la résistance de quelques semaines de Gunther de Schwarzburg, au fond anecdotique, peut fort bien n’avoir jamais atteint les auteurs de notre corpus. À la réflexion, le doute s’installe, pourtant, car Jean le Bel, qui écrit à la demande d’un cadet de la maison de Hainaut une histoire plus anglophile, a eu vent des déboires de Charles. Il le peint élu à l’initiative de son père, à Coblence et pas à Francfort, mal couronné, ailleurs qu’à Aix, et en butte à l’hostilité de certains électeurs et d’un concurrent désigné48. Quant au Bourgeois de Valenciennes, il le met en fuite devant Liège, contraint d’abandonner les bannières impériales, puis le transporte déconfit au soir de la déroute de Crécy49. Certaines coupes sombres s’avéraient nécessaires pour conserver au candidat chéri des Valois un minimum de lustre.

  • 50  J.-M. Moeglin, « Nouvelles d’Allemagne », op.cit., p. 39.

19Pour conclure, saluons la meilleure connaissance des choses germaniques chez les chroniqueurs français, bien que leurs progrès souffrent de la confrontation avec des traditions historiographiques voisines. Jean-Marie Moeglin, dans un article récent, répertorie trois types de nouvelles susceptibles d’intéresser l’historiographie royale française à la fin du XIIIe et dans la première moitié du XIVe siècle : « les décès et avènements de souverains ; les événements concernant directement les relations entre souverains allemands et français ; les événements qui concernent les territoires de l’Empire proches du royaume de France », auxquels il ajoute la catégorie des « événements sensationnels de la lutte entre l’empereur et le pape »50. Par chance pour nous, les élections font partie des éléments structurants de la vie politique germanique qui retiennent l’attention. Il est effectivement probable, en outre, que la querelle renouée entre l’Empire et la papauté, devenue française, a joué un grand rôle dans la redécouverte de la Germanie. Il faut assurément y ajouter le destin de la famille affectionnée des Luxembourg. Enfin, la prise en compte de chroniques venues de la périphérie modifie sensiblement le résultat d’investigations de cette nature.

  • 51  R.E. Giesey, Le Rôle méconnu de la loi salique. La succession royale. XIVe-XVIe siècles, Paris, Le (...)

20Au terme de ce demi-siècle, le regard sur l’Allemagne a assurément changé : là où on affectait de ne voir qu’une terre de confusion, on cherche maintenant avec fébrilité un adversaire ou un partenaire dans le conflit entamé contre l’Angleterre. Le regard sur l’élection des rois a également évolué : on ne se gausse plus depuis qu’on a eu recours à une consultation des grands pour transmettre la couronne. La société politique française, si sûre de la précellence de ses coutumes au XIIIe siècle, doit se résoudre à reconnaître les ratés de la dévolution dynastique : il a fallu improviser, écarter les femmes de la succession, puis les fils des femmes51. Bientôt, les partisans de Charles de Navarre prôneront un retour à la légitimité capétienne contre l’introduction de la dose élective mortelle qui a abouti à l’avènement des Valois, tandis que ces derniers, exaltant la fonction des pairs de France, s’efforceront de créer une unanimité qui n’est pas sans rapport avec l’esprit de l’élection germanique.

Notes

1  Voir J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France. XIIIe-XVe siècle, Paris, Gallimard, 1993, mais aussi, pour la période antérieure, W. Kienast, Deutschland und Frankreich in der Kaiserzeit (900-1270), t. II, Weltkaiser und Einzelkönige, Stuttgart, A. Hiersemann, 1975.

2  Une approche globale de la période : P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter 1250-1490, Berlin, Propyläen, 1985. Sur l’élection des rois des Romains : H. Mitteis, Die deutsche Königswahl. Ihre Rechtsgrundlagen bis zur Goldenen Bulle, réed. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1975.

3  G. Lecuppre, « Ordre capétien et confusion germanique. La compétition royale dans les sources françaises au XIIIe siècle », Convaincre et persuader : communication et propagande aux XIIe et XIIIe siècles, dir. M. Aurell, Poitiers, Université de Poitiers/CNRS/CESCM, 2007, p. 513-531.

4  Les événements peuvent être appréhendés dans leur contexte naturel à travers la biographie de H. Thomas, Ludwig der Bayer (1282-1347). Kaiser und Ketzer, Ratisbonne/ Graz/ Vienne/ Cologne, F. Pustet, 1993.

5  Là encore, je ne sélectionne pour plus de clarté qu’une biographie au sein d’une pléthore : H. Stoob, Kaiser Karl IV. und seine Zeit, Graz, Styria, 1990.

6 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368, éd. H. Géraud, t. II, Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, Paris, J. Renouard, 1873, p. 6 : Anno Domini millesimo trecentesimo decimo quarto, post mortem inclytae recordationis Henrici imperatoris, electores regis Alemanniae, tres scilicet archiepiscopi Magontinensis, Trevirensis et Coloniensis, cum tribus aliis ducibus in Francfornt supra Monavum fluvium causa electionis sunt ad invicem congregati ; quorum  quinque unanimiter Ludovicum regem Bavariae in regem Alemanniae elegerunt, solo Coloniensi archiepiscopo Fredericum ducem Austriae eligente. (« En l’année du Seigneur 1314, après la mort de l’illustre empereur Henri, les électeurs du roi d’Allemagne, à savoir les trois archevêques de Mayence, Trèves et Cologne se rassemblèrent avec les trois autres ducs à Francfort-sur-le-Main en vue de procéder à l’élection. Cinq d’entre eux élurent à l’unanimité Louis, duc de Bavière,  comme roi d’Allemagne, le seul archevêque de Cologne élisant le duc d’Autriche »).

7  Le duc de Saxe-Wittenberg et Henri de Carinthie, qui se considérait comme le roi de Bohême, se sont prononcés pour Frédéric, tandis que leurs rivaux, le duc de Saxe-Lauenburg et Jean de Luxembourg, lui aussi roi de Bohême, ont préféré Louis de Bavière.

8  A. Diverrès, La chronique métrique attribuée à Geoffroy de Paris, Paris, Société d’édition les Belles lettres, 1956, p. 200, v. 5771-5784 : « En cel an fu en Alemaingne / Un roy nouviau, qui que s’em plaingne, / Et ce fu le roy d’Otheriche, / Qui n’estoit ne aver ni chiche, / De touz fu la chose ordenee / Qu’a lui la coronne donnee / Seroit et qu’il en fu seingnor. / Neïs le filz l’empereor / Qui mort estoit et sa puissance / Furent touz a ceste acordance. / A Pasques la feste en fu fete, / Qui fu large, non pas estrete, / Et plainne de grant compaignie / Et de tout largement servie ».

9 Chronique et annales de Gilles le Muisit,abbé de Saint-Martin de Tournai (1272-1352), éd. H. Lemaître, Paris, H. Laurens, 1906, p. 83-84 : Eodem anno in die beate Katherine, dominus Ludovicus, frater ducis Bavarie, electus ab electoribus fuit in regem Alemannie et apud Ays coronatum. (« La même année, au jour de la Sainte-Catherine, le seigneur Louis, frère du duc de Bavière, fut élu par les électeurs roi d’Allemagne et couronné à Aix »).

10  Contentons-nous de cinq extraits, reflets d’obédiences diverses. Continuation anonyme de la chronique de Jean de Saint-Victor, éd. J.-D. Guigniaut et N. De Wailly, Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. 21, Paris, 1855, p. 684 : « car il [Louis] avoit esté esleuz en descorde, et puis avoit eu guerre et bataille contre le duc d’Austeriche, esleu de l’autre partie » (I. Guyot-Bachy a pu déterminer avec précision les circonstances de la rédaction de cette continuation des Grandes Chroniques de France par un proche de Charles de Valois : I. Guyot-Bachy, « La diffusion du Roman des roys avant la guerre de Cent Ans : le manuscrit de Pierre Honoré, serviteur de Charles de Valois », The Medieval Chronicle II. Proceedings of the 2nd International Conference on the Medieval Chronicle, Driebergen/Utrecht, 16-21 July 1999, dir. E. Kooper, Amsterdam/New York, Rodopi, 2002, p. 90-102). Secunda vita Joannis XXII auctore Bernardo Guidonis, episcopo Lodovensi, Vitae paparum Avenionensium,éd. É. Baluze, nouvelle éd. par G. Mollat, t. I, Paris, Letouzey et Ané, 1914, p. 143 : « Celui-ci également intenta de nombreux procès contre Louis, duc de Bavière, qui avait été élu à l’empire dans la contradiction ». Istore et croniques de Flandres, d’après les textes de divers manuscrits, éd. Kervyn de Lettenhove, t. I, Bruxelles, F. Hayez, 1879, p. 337 : « En ce temps li esliseur d’Alemaigne s’assemblèrent pour faire empereur, mais il ne se peurent accorder ». Chronique anonyme conservée dans la Bibliothèque de la ville de Berne, ibid.,p. 523 : Praetera quoque electores Almaniae, cum convenirent simul ad eligendum regem, nequiverunt concordari quia una pars elegit ducem Austriae, alia vero elegit Ludovicum consobrinum ejusdem.(« En outre, les électeurs d’Allemagne, lorsqu’ils s’assemblèrent pour élire un roi, ne parvinrent pas à s’accorder, puisqu’une partie élut le duc d’Autriche, tandis que l’autre élut son cousin Louis »). Récits d’un bourgeois de Valenciennes (XIVsiècle), éd. Kervyn de Lettenhove, Louvain, P. et J. Lefever, 1877, p. 133 : « Dont il avint qu’après la mort de l’empereur Henry furent eslevés à roy d’Allemaingne en desconfort de l’élection et ne se peurent accorder à une personne ».

11 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op. cit., p. 17 : Circa fere eadem tempora, Bavarus, audiens Papam sibi imperialem benedictionem renuere, cum tamen sibi de jure deberetur, ut dicebat ; tamen, quia majorem partem eligentium habebat pro se, se electum pacifice reputabat. (« À peu près à cette époque, le Bavarois, apprenant que le pape lui refusait la bénédiction impériale, alors qu’elle lui était due de droit, à ce qu’il disait, ne s’en déclarait pas moins, au prétexte d’avoir la majorité des électeurs pour lui, élu pacifiquement »). Les Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, t. VIII, Paris, Honoré Champion, 1934, p. 344, en sont la traduction, à quelques nuances près : « Et en ce temps, Loys de Baviere oy dire que le pape li avoit refusé la beneïçon emperial, laquelle li estoit deue de droit si comme il disoit ; car il se reputoit avoir esté esleu paisiblement ; et pour ceste cause il li apartenoit de recevoir et de distribuer les honneurs de l’Empire par la manière de ses predecesseurs ».

12  Les Istore et croniques de Flandres, op. cit., reprennent (p. 337) l’allusion déjà dispensée par la Chronique de Berne, cf. note 10 : « L’une partie eslut le duc d’Ostriche, et l’aultre partie eslut Loys, frere du duc de Bavière, qui estoit son cousin germain ». Les querelles familiales, toujours enregistrées avec horreur, sont une caractéristique bien connue des Wittelsbach. Je renvoie en dernier lieu à ce propos à la communication de J.-M. Moeglin, « La discorde dans les familles princières de l’Empire : essai sur sa portée politique », La Parenté déchirée : luttes intrafamiliales au Moyen Âge, dir. M. Aurell, Turnhout, Brepols, 2010, p. 279-291.

13 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op. cit., p. 6-7 : Quo facto caeteri principes Ludovicum praedictum Aquisgrani ducentes, ubi soliti sunt reges Alemanniae coronari, super sedem magnifici imperatoris Karoli Magni circa beatae Mariae virginis nativitatem eum statuentes, in regem Romanorum regali diademate coronaverunt. Coloniensis vero archiepiscopus Fredericum ab eo electum circa sequens festum Pentecostes non Aquisgrani, sed in villa quae Bona [dicitur], quatuor leucis Colonia distante, coronavit. Ludovicus vero, qui pro se majorem partem eligentium habuisse potior videbatur, de coronatione reversus apud Nuremberg, ubi reges Alemanniae, post coronationem suam in regem Romanorum, primam sedem suam ponere consueverunt, fecit curiam suam publice proclamari […]. (« Cela réalisé, les autres princes, conduisant le susdit Louis à Aix-la-Chapelle, où il est d’usage de couronner les rois d’Allemagne, l’installèrent sur le trône du magnifique empereur Charlemagne, aux environs de la fête de la Nativité de la Vierge et le couronnèrent du diadème du roi des Romains. Mais l’archevêque de Cologne couronna Frédéric élu par lui peu après la fête de la Pentecôte, non pas à Aix-la-Chapelle, mais dans une ville appelée Bonn, située à quatre lieues de Cologne. Or, Louis, qui semblait supérieur pour avoir obtenu la majorité des électeurs, repartant du lieu de son couronnement pour Nuremberg, où les rois d’Allemagne tiennent d’ordinaire leur première cour après leur couronnement comme rois des Romains, fit publiquement proclamer sa cour, recevant les hommages de l’Empire, exerçant les droits et juridictions temporelles, confirmant les privilèges et accomplissant les autres actes royaux qui lui incombaient en vertu du droit impérial et royal, et qui paraissaient devoir et pouvoir lui incomber »).

14  Voir par exemple, aux côtés des chroniques flamandes, le texte de la Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op. cit., p. 82 : [Louis est arrivé à Milan.] Et ibidem permanens, et cum praedictis nobilibus de rebus suis disponens, in octavis Epiphaniae in imperatorem corona ferrea coronatur. (« Et demeurant en cet endroit, et réglant ses affaires avec les nobles susdits, il fut couronné empereur à l’Épiphanie par la couronne de fer » – notons la relative incorrection de ces derniers mots) et p. 86-87 : Quod audientes cives Romani ultra modum gavisi sunt, et eidem venienti cum apparatu et ingenti gaudio occurrerunt. Quem cum hymnis et canticis usque ad ecclesiam sancti Petri tam clerus quam populus perducentes, assensu omnium, imperator semper augustus est nominatus : et sic consummato toto mysterio quod in coronatione imperatorum consuetum est fieri, eum ad imperiale palatium perduxerunt. (« À cette nouvelle, les citoyens de Rome se réjouirent outre mesure et vinrent à sa rencontre en grand apparat et dans une liesse énorme. Les clercs comme le peuple le conduisirent au son des hymnes et cantiques à l’église Saint-Pierre, où il fut appelé, avec l’assentiment de tous, empereur toujours auguste, et ainsi, quand fut consumé tout le mystère qui préside d’ordinaire au couronnement des empereurs, ils le menèrent au palais impérial »).

15  Frédéric est occasionnellement représenté comme ayant refusé la médiation de Jean de Bohême – Chronique anonyme conservée à Berne, op. cit., p. 524 : Sed dux Austriae superbe respondit quod nichil faceret, sed, si victoria potiretur contra dictum Ludovicum, eumdem regem, guerris impugnaret et regnum ejus devastaret. (« Mais le duc d’Autriche répondit avec superbe qu’il n’en ferait rien, mais que, s’il l’emportait sur le champ de bataille contre ledit Louis, il porterait la guerre chez ce même roi et dévasterait son royaume »). Plus fréquemment, l’acharnement des frères de Frédéric, Henri et Léopold, est implicitement responsable d’une amplification du conflit (Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 14 : Capto Frederico duce Austriae, et Henrico fratre ejus in bello campestri per ducem Bavariae electum in regem Romanorum, ut praemissum est, iterum dux Leopoldus, dicti Frederici frater, nitens fratrem de manibus Bavari eripere, terras ejus multipliciter incursat. Sed Bavaro sibi viriliter resistente, regeque Bohemiae auxilium ferente, deficit ab intento. (« Après la capture de Frédéric, duc d’Autriche et de son frère Henri à la bataille remportée par le duc de Bavière élu à la royauté des Romains, comme  il est rapporté plus haut, le duc Léopold, frère dudit Frédéric, s’efforçant d’arracher son frère des mains du Bavarois, pénétra de nouveau sur ses terres à plusieurs reprises. Mais le Bavarois lui ayant virilement résisté, avec l’aide du roi de Bohême, il renonça à son dessein »). Voir aussi le continuateur de Géraud de Frachet, Chronicon Girardi de Fracheto et anonyma ejusdem operis continuatio, éd. J.-D. Guigniaut et N. De Wailly, Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. 21, Paris, 1855, p. 67.

16 Grandes Chroniques de France, op.cit., t. VIII, p. 349 : « Et en yce temps, entre Loys duc de Baviere et Ferri duc d’Austrie et ses freres, Lepodum, Henri Othone et Jehan, pour l’occasion de l’eslection entre les II dux faite et celebrée en grant discorde, sont nez très griez perilz de mort ; car l’un ardoit la terre de l’autre, il roboient l’un l’autre, moult de leurs citoiens firent mourir, et ceulz qui estoient riches furent mis par eulz à povreté. Le second continuateur de Guillaume de Nangis n’y revient pas moins de quatre fois (Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 7, 22, 53 et 72).

17 Ibid., p. 53-54. Chronicon Girardi de Fracheto, op.cit., p. 49. Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 29. Chronique anonyme conservée à Berne, op. cit., p. 523-524. Istore et croniques de Flandres, op.cit., p. 337-338. Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 133 et 139.

18 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 54 : Fredericus vero dux Austriae per duos annos et septem menses apud Bavarum captus continue detinetur ; sed non obstante captione ducis Frederici, dux Leopoldus frater ducis, et caeteri fratres ejus a frequentibus bellorum incursibus contra Bavarum nullatenus quieverunt : unde ducis captivitas guerram non abstulit, sed potius aggravavit. (« Or, Frédéric, le duc d’Autriche, fut retenu prisonnier deux ans et sept mois sans interruption chez le Bavarois. Mais sans tenir compte de la détention du duc Frédéric, le duc Léopold, frère du duc, et ses autres frères ne cessèrent de mener de fréquentes incursions militaires contre le Bavarois, de sorte que la captivité du duc ne suspendit pas la guerre, mais l’aggrava plutôt »).

19 Ibid., p. 74. Chronicon Girardi de Fracheto, op.cit., p. 67-68. Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 57-58.

20  L’auteur est certes liégeois et, partant, plus sensibilisé aux problèmes germaniques. Chronique de Jean le Bel, éd. J. Viard et E. Déprez, vol. I, Paris, H. Laurens, 1904, p. 226-227.

21 Secunda vita Joannis XXII, p. 143.

22 Continuation anonyme de la chronique de Jean de Saint-Victor, op.cit., p. 684. Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 37-38 : « Comme l’emperere Constantin eust donné à l’eglise de Rome et à Saint Sylvestre la dignité de l’Empire perpetuelement à tenir et possider es parties d’Occident, lequel est establi à estre ordené par I prince seculier esleu par les electeurs d’Alemaigne qui à ce faire sont ordenez et deputez, desquiex l’eslection, combien que elle soit justement faite et celebrée, doit estre offerte à l’examination de la court de Rome, et la persone de l’esleu doit estre examinée en la foy crestiene, et savoir de lui se elle a entencion de garder et deffendre de tout son pooir les drois de l’Eglise. Et après ces choses, receu du Saint Père le serement de l’emperere, le pape le doit confermer et li enjoindre l’office et l’administracion de l’Empire. Lesquelles choses, en l’eslection dudit Loys de Baviere furent defaillans et delaissiées ».

23 Cf. supra, note 11.

24 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 14-15 et 74-76. Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 58-60.

25 Chronographia regum Francorum, éd. H. Moranvillé, t. I, 1270-1328, Paris, H. Laurens, 1896, p. 264 : Porro rex Francie, qui non gaudebat de coronatione sui, procuravit apud Papam taliter quod Papa denegavit ei gratiam quam postulabat. (« D’autre part, le roi de France, qui ne se réjouissait pas de son couronnement, fit en sorte que la pape lui refusât la grâce qu’il lui avait demandée »).

26 Istore et croniques de Flandres, op.cit., p. 338 : « Li rois de France, qui n’estoit mie lies de son couronnement, fist tant par-devers le pape qu’il refusa sa grâce ».

27 Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 208 : « Et peu après morut pappe Jehan qui estoit dechà les mons ; et adont fist le roy Philippe le Bel [sic, mais le Bourgeois pensait aussi que c’était Jean XXII qui avait remis à Louis la couronne impériale !] de France pappe Bénédic, lequel pappe, par l’accord du roy de France, fist escommenyer le pappe que l’empereur avoit fait delà les mons. Et de nouvel, puis la mort du pape Bénédic, le pappe Clément que le roy Philippe avoit fait, a jetté sentence, par le consentement du dit roy, sur le dit Loys de Bavière, et le condempna le jour du blanc joeudy absolu l’an de grâce mil III c et XLVI, et en ala l’escommeniement par toute la France. Et ce fut la raison et cause pour quoy on le dénonchoit et excommenioit ainsy. L’an de grâce mil III c et XLVI, environ le jour de la Magdalaine, il advint que pappe Clément et le roy de France et aultres avoec eulx firent et constituèrent empereur des Romains et d’Allemaingne Charles de Behengne, filz au bon roy de Behengne qui fut. Et encore estoit l’autre empereur en vie Loys de Bavière sans ce que Charles de Behengne n’estoit encore roy d’Allemaigne, ne confermés par les électeurs d’Allemaigne ».

28  La meilleure source latine sur les événements de 1328 est du reste la seconde continuation de Guillaume de Nangis, qui décrit correctement les débats au sein de l’assemblée amenée à trancher entre les prétendants à la régence (en attendant la naissance du dernier enfant de Charles IV). Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 82-84.

29  Chronique de Gilles le Muisit, op.cit., p. 189 : Anno supradicto videlicet quadragesimo septimo, circa festum beati Remigii, mortuus est Ludovicus qui fuit rex Alemannie. Et se gerebat pro imperatore, Romana curia contradicente ; pro qua causa facti sunt plures processus contra eum, et tamen vulgus promiscuum et fama eum imperatorem reputabant. (« L’année susdite, à savoir quarante-sept, aux alentours de la fête de Saint-Remi mourut Louis, qui fut roi d’Allemagne. Et il se comportait en empereur, malgré l’opposition de la curie romaine ; pour cette raison, plusieurs procès ont été menés contre lui, et cependant les gens du commun et la fama générale le tenaient pour empereur »).

30 Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 263 : « Après avint le joeudy après le Saint-Denis et Saint-Guillain l’an mil III c et XLVII, que Loys de Bavière, roy d’Allemaingne et empereur des Romains, conte de Haynault et de Holande de par l’empereys Margueritte sa femme contesse de Haynau et de Holande, ala de vie à mort ; et estoit moult anchien, et avoit esté en moult de batailles et de grans et haulx fais d’armes à son honneur ».

31 Secunda vita Joannis XXII, p. 143.

32  Tous les récits, même les moins attentifs aux péripéties allemandes consignent les excommunications (Fragment d’une chronique anonyme finissant en MCCCXXVIII, éd. J.‑D. Guigniaut et N. De Wailly, Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. 21, Paris, 1855, p. 155. A. Molinier, « Fragments inédits de la chronique de Jean de Noyal, abbé de Saint-Vincent de Laon (XIVe siècle) », Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1883, p. 252 : « Il maintint et recommença les procès contre Loys de Bayviere que ses predecesseurs avoient maintenus. Car, combien que le roy de France Phelippe meist painne à li faire sa pais à l’Eglise, il ne requist pas sa absolucion en la manière que il la devoit requerir, et pour ce lui, sa femme et ses adherenz furent denonciez pour excomuniez, et telement que sa femme, qui estoit niepce le roy de France Phelippe, en icil temps, vint en France devers le roy ; mais, en tous les lieux où elle passoit ou arrestoit, on cessoit pour le jour et pour le temps que elle y estoit à faire le service divin, et meismes en la presence du roy ». ). Les sources parisiennes donnent un témoignage très vivant de l’affaire des placards, dans le sillage du second continuateur de Nangis (Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 96. Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 93 et 106. Chronique de Richard Lescot, religieux de Saint-Denis (1328-1344), suivie de la continuation de cette chronique (1344-1364), éd. J. Lemoine, Paris, H. Laurens, 1896, p. 8 et 14) ou en raison de leur qualité de témoin direct (A. Hellot, « Chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339 précédée d’additions à la Chronique française dite de Guillaume de Nangis (1206-1316) », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 11, 1884, p. 114, 116, 126 et 135).

33 Chronique de Berne, op.cit., p. 560. Istore et croniques de Flandres, op.cit., p. 373 et 442. Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 164-166. Les trois passages rivalisent d’admiration pour la majesté impériale signifiée au cours de cette cérémonie.

34 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 208 : Eodem anno Ludovicus Bavarus qui se dixerat per multos annos imperatorem, et imperium contra voluntatem Ecclesiae usurpaverat, mala morte interiit ; nam supra equum sedens venationi intendens cecidit, et fractis cervicibus exspiravit excommunicatus, et propter excommunicationis contumaciam aggravatus. (« Cette même année, Louis de Bavière, qui s’était dit depuis de nombreuses années empereur et qui avait usurpé l’Empire contre la volonté de l’Église, périt de male mort, car il chuta de son cheval au cours d’une partie de chasse et, le cou rompu, il expira excommunié et, pire encore, contumace dans son excommunication »). Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 314. Chronique de Richard Lescot, op.cit., p. 81 : Ludovicus Bavarus, usurpator imperii, dum, venationi insistens, aprum insequeretur, equo cespitante, cecidit et fracto cervice expiravit. (« Louis le Bavarois, usurpateur de l’Empire, ayant pris part à une chasse et poursuivant un sanglier, tomba de son cheval, qui avait trébuché et expira pour s’être brisé la nuque »).

35  J.-M. Moeglin, « Nouvelles d’Allemagne en France aux XIVe-XVe siècles. L’empereur Louis de Bavière dans l’historiographie royale française », Regnum et imperium : Die französich-deutschen Beziehungen im 14. und 15. Jahrhundert. Les relations franco-allemandes au XIVe et au XVe siècle, dir S. Weiss, Munich, R. Oldenbourg, 2008, p. 9-40, ici plus précisément p. 26.

36  De son côté, Chris Jones penche pour une condamnation mitigée de Louis dans l’historiographie dionysienne, qui lui prêterait tout au moins quelques circonstances atténuantes. D’où les nuances apportées ici ou là – Louis aurait été mieux élu que Frédéric, il ne partagerait pas les sentiments excessifs des tenants de la pauvreté absolue ou de l’indépendance de l’empereur face au pape. Chris Jones donne à cette clémence deux raisons : le pape Jean XXII lui-même a déjà créé la polémique avec ses théories sur la vision béatifique, condamnées par l’université de Paris et par le roi de France en personne ; Jean de Bohême, aimé des Français, a longtemps été l’allié de Louis, ce qui aurait valu à ce dernier quelque ménagement pendant la plus claire partie de sa carrière (C. Jones, Eclipse of Empire? Perceptions of the Western Empire and its Rulers in the Late-Medieval France, Turnhout, Brepols, 2007, p. 127-137). Cette impression reste relative, corrigée par les sources extérieures à Saint-Denis et limitée dans le temps. Comme nous avons vu, au bout du compte, Louis laisse un souvenir déplorable. Certes, l’opposition des Luxembourg, Jean puis Charles de Bohême, l’a desservi à Paris, mais même son rapprochement diplomatique avec Philippe VI ne lui a pas permis d’éviter le sanglier sorti tout exprès du bois de fantaisie pour l’envoyer dans l’enfer historiographique !

37  Sa carrière est retracée dans l’ouvrage de G. Mollat, Les Papes d’Avignon (1305-1378), 10e éd., Paris, Letouzey et Ané, 1965, p. 343-372.

38 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 88 : Asserunt tamen nonnulli quod hujusmodi non papae sed antipapae electio, de Ludovici ducis assensu et conscentia non processit ; sed nequiens tumultuationem tumultuantis populi sedare, quod voluit populus facere, necessitate magis quam voluntate compulsus, toleravit. (« Quelques-uns assurent néanmoins que cette manière d’élection, non d’un pape mais d’un antipape, n’eut pas lieu avec l’approbation et l’accord du duc Louis, mais que, n’étant pas en mesure de calmer le tumulte d’un peuple tumultueux, il toléra la volonté du peuple, mû davantage par la nécessité que par la volonté »).

39 Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 337. Le passage correspondant du manuscrit retenu par les éditeurs se situe pour sa part aux p. 75-76.

40 Istore et croniques de Flandres, op.cit., p. 339-340 : « Quant Loys de Bavière et li citoien de Romme l’entendirent, si prinrent un conseil contre Sainte Eglise, par l’acord de deux clers de Romme, dont li uns fu frères mineurs, et l’appeloit-on : Bonne-grâce, et li autres fu appelés : maitre Jehan Gandin, et estoit lorrains, et par l’engin de ces deux fu li peuples de Romme esmus, et disoient de commune voix : ‘Nous volons avoir pape !’ et eslurent un frère-mineur, qui moult estoit simples homs, que on apeloit : frère Jehan de corbaire et le portèrent en la chaire saint Pierre, et luy vestirent le paillon et luy mirent le diadème sur son chief, et le nommèrent : Nicolas, et crièrent à haulte voix : ‘Vive le pape !’ ».

41 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 87-88 : Quod verbum toti populo placuit, et sic ad electionem alterius papae processerunt, et quemdam fratrem minorem, qui dicebatur frater Petrus Rainalutii, unanimiter licet nequiter elegerunt, et electum consecraverunt, et in cathedra sancti Petri honorifice, quomodo solitum est aliis papis antiquitus fieri, posuerunt. (« Ce mot fit plaisir au peuple tout entier et ainsi, ils procédèrent à l’élection d’un autre pape et élurent un certain frère mineur, qu’on appelait frère Pierre Rainalutii, à l’unanimité bien qu’illégalement, et ils consacrèrent l’élu, et l’intronisèrent avec tous les honneurs dans la cathédrale Saint-Pierre, comme on avait jadis coutume de le faire pour les autres papes »).

42 Secunda vita Joannis XXII, p. 143 : Veniensque Romam, quemdam pseudoantipapam Rome fieri fecit legibus et ordine perversis et execratis orationibus execrari potius quam sacrari anno dominice incarnationis MCCCXXIII in mense maii : cui antipape ipse Ludovicus reverentiam exhibuit tanquam summo pontifici, et tanquam papam manutenuit et deduxit in grave scandalum Ecclesie Domini Jhesu Christi. (« Venant à Rome, il y fit vouer à l’exécration plutôt qu’à la consécration un certain pseudo-antipape au moyen de lois et d’un rituel pervertis et de prières maudites, l’année de l’Incarnation du Seigneur 1323 au mois de mai : Louis lui-même montra à cet antipape la révérence due au souverain pontife, le maintint en tant que pape et s’en fit accompagner au grave scandale de l’Église du Seigneur Jésus-Christ »).

43 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 116-117. Surtout, Secunda vita Joannis XXII, p. 143-151.

44  Sur les mariages croisés entre les deux familles et sur la place des Luxembourg dans la vie politique française, voir M. Margue, « Jean de Luxembourg et les rois de France », Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême. 1296-1346, dir. M. Margue et J. Schroeder, Luxembourg, CLUDEM, 1996, p. 51-86, et P. Contamine, « Politique, culture et sentiment dans l’Occident de la fin du Moyen Âge : Jean l’Aveugle et la royauté française », Johann der Blinde, Graf von Luxemburg, König von Böhmen, 1296-1346 : Tagungsband der 9es journées lotharingiennes, 22.-26. Oktober 1996, Centre universitaire de Luxembourg, dir. M. Pauly, Luxembourg, Section historique de l’Institut du Grand-Duché du Luxembourg, 1997, p. 343-361.

45  La Chronique de Berne, op.cit., p. 523-524, pose Jean en médiateur, puis en chef militaire brave et terriblement efficace. Les chroniques de Saint-Denis lui donnent un beau rôle totalement fantasmatique dans la défaite infligée à un Frédéric d’Autriche conduisant des armées en partie composées de Sarrasins (Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 14 et 53-54 ; Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 29).

46 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 123 : Circa idem tempus rex Bohemiae, magis, ut asserunt, causa curiositatis et patriae videndae quam alia quacumque ratione, Italiam intravit. Quem videntes Italici guibelini, et agnoscentes eum fuisse Henrici Pii imperatoris ultimo defuncti filium, eum cum gaudio et magno honore susceperunt, et se sibi, aburgato et Bavaro et ejus dominio, cum pluribus civitatibus subdiderunt. Ab illo vero tempore multum incoepit fortuna Bavari discurrere, et jam de eo fama pauca vel nulla currere videbatur, ipso de die descendente in diem, Theotonicorum semper consuetudo fuerit, quod nullum libenter sequitur, in cujus fortuna secunda non est. (« À peu près à la même époque, le roi de Bohême, davantage par curiosité et pour revoir sa patrie, dit-on, que pour tout autre motif, entra en Italie. Les gibelins d’Italie le voyant et reconnaissant en lui le fils du défunt empereur Henri le Pieux, l’accueillirent avec joie et grand honneur et, abandonnant le Bavarois et sa seigneurie, se soumirent à lui en même temps que plusieurs cités. Àpartir de cette période, la fortune du Bavarois commença à décliner fortement et déjà sa réputation semblait faible ou nulle, décroissant de jour en jour, puisque la coutume des Teutons n’a jamais été de suivre qui que ce soit qui n’ait l’appui de la fortune »). Voir aussi Grandes Chroniques de France, op.cit., t. IX, p. 122.

47 Continuationis chronici Guillelmi de Nangiaco pars altera, op.cit., p. 207-208 : Circa dictum tempus, scilicet anno MCCCXLVII, Karolus de Boemia, filius illius regis Boemiae qui caecus obiit in conflictu de Cressiaco, fuit in imperatorem Romanum electus, et per Ecclesiam confirmatus et coronatus in villa quae Boenna dicitur, prope Aquisgranum, Ludovico Bavaro adhuc imperium usurpante. […] Et tunc Karolus rex Boemiae jam in imperatorem antea electus, fuit in Aquisgrani pacifice coronatus. Qui quidem ivit postea Romam pro corona altera, et alibi prout imperatores facere consueverunt. (« Vers ladite époque, à savoir l’année 1347, Charles de Bohême, fils de ce fameux roi de Bohême qui mourut aveugle à la bataille de Crécy, fut élu à l’Empire romain, confirmé par l’Église et couronné dans une ville qu’on appelle Bonn, près d’Aix-la-Chapelle, alors que Louis le Bavarois avait jusque là usurpé l’Empire […]. Alors, Charles de Bohême, élu peu auparavant à l’Empire, fut couronné pacifiquement à Aix. Et il se rendit ensuite à Rome pour obtenir la seconde couronne»).Ce que Richard Lescot résume ainsi : Dominus Karolus, rex Bohemie, filius regis Boemie qui bello Creciascensi occisus fuerat, in imperatorem est electus, et postmodum a Summo Pontifice coronatus. (« Le seigneur Charles, roi de Bohême, fils du roi de Bohême qui avait été tué à Crécy, fut élu à l’Empire, puis couronné par le Souverain Pontife »), (Chronique de Richard Lescot, op.cit., p. 82).

48 Chronique de Jean le Bel, op.cit., p. 221-222 : « L’an de grâce mil CCC XLV trespassa l’empereur Loys de Baviere, tantost pourchassa aprez luy le plus nobles roy qui fut le roy de Boheme, par sons sens que messire Charles, son asné filx, fut eslut par la plus grande partie des esliseurs du roy d’Alemaigne, et par le consentement du pape Clement VI et par toute la court de Romme ; mais il eust depuis assez à faire et de contraire fortune, aprez la mort de sondit père, le roy de Boheme, qui moru à la bataille qui fut à la Blanche Tache, assez prez de Crecy en Ponthieu […]. Cil messire charles, esleu à roy des Rommains, ainsy que dit est, ne poeut estre couronné si tost comme il voulsist à Ayz, aprez la mort de son gentil père, ains le convint couronner en la ville de Zantes, qui siet sur le Rin, car il avoit II de ses esliseurs contraires qui avoient esleu ung aultre à Frankenwort, là où l’en debvoit, par coustume ancienne, eslire les roys d’Alemaigne, si comme ilz disoient, et on avoit eslut messire Charles à Couvalence sur le Rin, par quoy ledit messire Charles ne poeut, si tost comme il voulsist, estre couronné à Aiz par paix, ains luy convint longuement guerrier, car ces II esliseurs, c’est assavoir le duc de Baviere et le marquis de Brandebourch luy estoient moult durement contraires. A la parfin, lui convint faire paix avecques eulx, et prist à femme le seur du joeune duc de Baviere, et fut, par commun accord, recouronné à Aiz, et sa femme, la joeune royne, et tous les haults barons d’Alemaigne y furent en grand estat. Ce fut l’an de grâce mil CCC XLIX, ou moys d’aoust ».

49 Récits d’un bourgeois de Valenciennes, op.cit., p. 208-209 : « L’an de grâce mil III c et XLVI, environ le jour de la Magdalaine, il advint que le pappe Clément et le roy de France et aultres avoec eulx firent et constituèrent empereur des Romains et d’Allemaingne Charles de Behengne, fils au bon roy de Behengne qui fut. Et encore estoit l’autre empereur en vie Loys de Bavière sans ce que Charles de Behengne n’estoit encore roy d’Allemaingne, ne confermés par les électeurs d’Allemaigne. Et lequel Charles encharga tantost les armes d’Allemaingne l’aigle à II testes comme empereur, lesquelles armes il emploia moult mal au premier commenchement, ainsy comme vous porez oyr ci après » ; p. 213 : [après un combat à Liège] « Et quant l’évesque de Liège et les aultres barons virent celle desconfiture, adont n’y eult sy hardy qu’il ne tournast en fuitte sans attendre l’un l’autre, et se ne les cachoit, ne siévoit nulluy. Et monseigneur Charles de Behengne le nouvel empereur s’en fuy, et toutes ses nouvelles banières d’Allemaigne, dont ce fut grant honte pour luy et moult grant déshonneur à la première fois ». Il est vrai que Charles remet le couvert à Crécy, p. 236, faisant partie des seigneurs « moult courouchiés et dolens et fort esbahis de ce qu’il leur estoit advenu et de la grande perte qu’ils avoient eue ».

50  J.-M. Moeglin, « Nouvelles d’Allemagne », op.cit., p. 39.

51  R.E. Giesey, Le Rôle méconnu de la loi salique. La succession royale. XIVe-XVIe siècles, Paris, Les Belles Lettres, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Lecuppre, « Schisme impérial, schisme pontifical », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 20 | 2010, 145-161.

Référence électronique

Gilles Lecuppre, « Schisme impérial, schisme pontifical », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 20 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12216 ; DOI : 10.4000/crm.12216

Haut de page

Auteur

Gilles Lecuppre

Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, CHISCO (Centre d’Histoire sociale et culturelle de l’Occident)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org