Navigation – Plan du site

Isabelle Cani, Le Graal en question. Un mythe pour sortir de la modernité

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Isabelle Cani, Le Graal en question. Un mythe pour sortir de la modernité, Paris, Dervy (« Bibliothèque de l'hermétisme »), 2005, 395 p.

Texte intégral

1Il est bien difficile de rendre compte, en peu d’espace, du beau travail d’I.C. On aurait envie de dire simplement au lecteur : « lisez donc ! ». C’est en effet une très belle étude qui nous est ici offerte, érudite et assortie de remarques profondes, novatrices qui, même si elles n’emporteront pas toutes l’adhésion du lecteur, l’interpelleront pour le moins et stimuleront son sens critique. Le point de départ de l’étude repose sur une mise en perspective du sacré et du séculier, selon le point de vue d’une modernité dans laquelle il est difficile de véritablement définir et trouver le sacré. La question est finalement de savoir ce qui a pris la place du mythe dans la société moderne, problème complexe car, comme le note justement I.C., « le monde moderne démystifie d’une main ce qu’il remythifie de l’autre ». On assisterait donc à une resacralisation des mythes qui s’accomplit, non dans le domaine des croyances effectives, mais dans celui de l’imaginaire. I.C. se propose donc « d’éclairer la resacralisation des mythes avec la logique qui déplace ces derniers, et le sacré avec eux, dans un monde où rien ne paraît avoir vraiment de poids ; le but est aussi de comprendre la fonction de ces mythes littéraires ou passés en littérature dans la vie spirituelle de l’homme moderne » (p. 12-13). Dans cette problématique, le Graal, « mythe qui illustre littéralement la recherche d’un sacré insaisissable » (p. 14) offre un exemple particulièrement intéressant. Si le mythe s’efface à l’âge classique, il réapparaît chez les Romantiques et, surtout, il est « partout » au XXe s, grâce à ce qu’I.C. nomme son « pouvoir rassembleur ». Le Graal s’inscrit dans une quête, parti du silence (celui de Perceval) dans une recherche continue d’un sacré qui semble toujours fuir en voulant se recréer. Ainsi, l’homme moderne et surtout post-moderne cherche à sortir de sa modernité pour retrouver un sacré qu’il a lui-même chassé. Le recours au mythe du Graal se dit comme attachement à une valeur absente, comme recherche d’un vrai spirituel, même s’il se dit par de faux objets supportés par le vecteur essentiel de cette resacralisation qu’est la fiction, « refuge ambigu du sacré, qui relève à la fois du leurre et du laboratoire » (p. 360). Ces éléments passionnants de réflexion, I.C. les éclaire par un parcours comparatiste dans un ensemble impressionnant de textes, de Cervantes à J. Tarr, en n’oubliant ni la B.D. ni le cinéma. Si, personnellement, je ne suis pas totalement convaincu par le paragraphe de réflexion sur Hegel, le parcours analytique d’I.C. me paraît dans l’ensemble convaincre de l’importance du mythe du Graal dans un phénomène de déconstruction / reconstruction qu’opère la modernité sur le mythe. En conclusion, un très beau travail, particulièrement stimulant et dont on ne peut que recommander la lecture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Isabelle Cani, Le Graal en question. Un mythe pour sortir de la modernité », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/122

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org