Navigation – Plan du site

Katja Ritari, Saints and Sinners in early Christian Ireland. Moral theology in the Lives of Saint Brigit and Columba

Marie-Céline Isaïa
Référence(s) :

Katja Ritari, Saints and Sinners in early Christian Ireland. Moral theology in the Lives of Saint Brigit and Columba, Turnhout, Brepols, 2010, 202p.

ISBN 978-2-503-53315-5.

Texte intégral

1Pour apprécier le travail de Katja Ritari, qui publie ici les résultats de sa thèse, le lecteur doit admettre deux définitions liminaires : on considérera la « théologie » comme l’étude des attitudes de l’homme devant Dieu, oscillant entre culture, spiritualité et mentalités religieuses, et « l’hagiographie » comme un discours visant, par l’exemplarité des comportements présentés, à avoir un effet pédagogique et moral sur son auditeur ou son lecteur. Partant de ces deux définitions discutables, l’auteur n’a pas de mal à affirmer que les Vies présentent de la « théologie sous forme narrative » (p. 8) – disons que l’hagiographie, loin de relever du folklore et du récit merveilleux, n’entre pas en contradiction avec l’enseignement chrétien fondamental et peut refléter la foi de ses auteurs. K. Ritari n’a pas de mal à le prouver : dans la Vie de Brigitte de Cogitosus (BHL 1457, VIIe siècle), la Vie de Colomba d’Adomnan (BHL 1886, VIIe siècle) et l’autre Vita de Brigitte (BHL 1455-1456, datée ici du VIIIe siècle), elle peut mettre en évidence des idées religieuses communes à des auteurs monastiques de l’Irlande des VIIe et VIIIe siècles. Ils croient par exemple que les anges comme les démons sont actifs dans le monde – les anges viennent en particulier y chercher les âmes des défunts destinés au Royaume (p. 154) ; que les saints sont capables d’exercer une perception différente de la perception ordinaire des sens et que leur perfection terrestre leur ouvre, par moment, l’accès au monde céleste ; ils affirment que le baptême est nécessaire au salut, y compris pour des païens de bonne volonté (p. 155). Certes, des idées similaires apparaissent dans la Bible, puis les œuvres de Sulpice Sévère, Jean Cassien, Augustin, Grégoire le Grand... K. Ritari ne dit pas s’il faut en conclure que les hagiographes ont lu les Pères dont ils partagent les idées, s’ils prétendent les faire connaître à leurs lecteurs par l’hagiographie ou bien s’ils ont simplement en commun avec eux l’héritage de l’Écriture et de la Tradition. Accoler deux citations n’est pas décisif : par exemple, quand Adomnan écrit qu’il faut faire pénitence « dans l’affliction et les larmes », peut-on vraiment rapprocher ce cliché du baptême des larmes prêché par Grégoire de Nazianze (p. 137-138) ? Parfois, l’auteur reconnaît avec bon sens que [telle idée] « est si attendue (basic) qu’on peut s’attendre à la trouver dans n’importe quelle opinion chrétienne... » (p. 167). L’hagiographie reste alors théologiquement correcte, mais notre connaissance de la théologie irlandaise progresse peu.

2Du point de vue moral, les hagiographes enseignent encore que les saints font preuve de charité, d’humilité, de sagesse, de générosité envers les pauvres et les malades. Ils placent la virginité consacrée au sommet de l’échelle des vertus, mais reconnaissent le bien-fondé d’un mariage légitime ; la sainteté est donc accessible aussi aux laïcs. Le portrait de saint Colomba cependant laisse une plus grande place aux vertus monastiques – c’est un abbé, il fait preuve de prudence et de clairvoyance et se laisse peu approcher par des laïcs, a fortiori des femmes –, tandis que le portrait de sainte Brigitte, ne pouvant être celui d’un clerc, offre un modèle de charité féminine compatissante imitable par tous les états de vie. L’idéale société chrétienne où ces vertus s’épanouiraient a néanmoins un revers et les trois Vitae dénoncent aussi des vices : outre le fait de ne pas témoigner assez de respect au saint personnage, ces vices sont l’orgueil et la richesse, la violence et l’impureté sexuelle qui conduit les laïcs jusqu’à l’inceste, les meurtres. Les femmes se distinguent par leur propension naturelle à la légèreté et à la bêtise, qui constituent peut-être des circonstances atténuantes à leurs écarts sexuels, peu condamnés quand il s’agit de la simple fornication. Aucune de ces observations n’est radicalement fausse, et encore moins surprenante : la société irlandaise apparaît ici à travers le prisme limité d’une littérature chrétienne normalisée.

3Les chapitres 5 et 6, consacrés au principe de rémunération ante ou post mortem, sont davantage prometteurs : les trois Vies en question exposent en effet un système complet sur la pénitence, de l’importance d’un aveu détaillé des fautes jusqu’aux moyens de la satisfaction, qui nous plongent en pleine chrétienté irlandaise. Ces passages sont judicieusement rapprochés du Pénitentiel de Finnian et du Pénitentiel de Cummean, qui remettent les mêmes péchés selon les mêmes tarifs (voir p. 156 sur la négligence de baptême). Les observations sur la différence de gravité entre les offenses – les laïcs se rendraient coupables de péchés plus graves que les clercs, a fortiori les moines d’Iona – ne sont pas étonnantes ; on retiendra en revanche que les pécheurs que sainte Brigitte rencontre sont davantage incités à la conversion que ceux que Colomba croise, qui sont punis pour leurs fautes (p. 147). Il y a là un partage des tâches de réconciliation qui semble assez nettement sexué. Le destin des pécheurs non-réconciliés est clair : ils sont promis à la damnation, qu’une mort violente inaugure en général, et qui plonge la localisation de leur tombe dans l’oubli. Ils ne sont en effet pas destinés à connaître la résurrection de la chair, que les sauvés attendent pour le Jugement dernier, selon l’enseignement du pape Grégoire, connu et reçu par Adomnan. Il reste difficile de concilier alors deux positions présentes dans les Vitae, l’idée d’un jugement personnel immédiat et binaire – Enfer ou Royaume – et l’idée augustinienne que les suffrages pour les morts peuvent être efficaces (p. 167). La théologie des hagiographes semble moins systématique que prévu...

4Au terme de l’étude, si les convictions de trois hagiographes sont mieux cernées, c’est au détriment d’une connaissance approfondie de l’hagiographie : la réduire à une littérature de vulgarisation théologique, où les personnages secondaires laïcs incarneraient un discours sur les vices et les vertus, est une régression curieuse quand on s’intéresse à des sources aussi historiographiques que la Vie de Colomba ou la première Vie de Brigitte. L’intérêt majeur de l’hagiographie est d’être de la théologie historique et historiographique, bien loin de la littérature édifiante que K. Ritari y discerne.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Céline Isaïa, « Katja Ritari, Saints and Sinners in early Christian Ireland. Moral theology in the Lives of Saint Brigit and Columba », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12195

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org