Navigation – Plan du site

Mythes à la cour, mythes pour la cour (Courtly Mythologies), éd.  A. Corbellari, Y. Foehr-Janssens, J.-C. Mühlethaler, J.-Y. Tilliette et B. Wahlen

Estelle Doudet
Référence(s) :

Mythes à la cour, mythes pour la cour (Courtly Mythologies), éd.  A. Corbellari, Y. Foehr-Janssens, J.-C. Mühlethaler, J.-Y. Tilliette et B. Wahlen, Genève, Droz (« Publications romanes et françaises » 248), 2010, 375p.

ISBN 978-2-600-01392-5.

Texte intégral

1Les actes du XIIe colloque de la Société Internationale de littérature courtoise (Lausanne et Genève, 29 juillet-4 août 2007) rassemblent vingt-quatre articles de chercheurs internationaux en langue anglaise, française et allemande. Les contributions sont organisées en quatre parties, alternant imaginaires courtois et mises en scène curiales. Le premier ensemble introduit une réflexion sur le fonctionnement des figures mythiques créées ou véhiculées par la littérature courtoise européenne. On y revient sur la définition de « personnage mythologique » souvent donnée aux héros masculins, de Tristan (J.-D. Müller) à Merlin (A. Berthelot), ou aux héroïnes ambiguës que sont Morgane (V.-M. Sasu) ou Didon (très bel article de M. Bridges sur l’ambiguïté du lit pour les héroïnes féminines). La deuxième partie propose un ensemble de pistes sur les mises en scène curiales qui tendent à se constituer en rituels narratifs dans les textes. Plusieurs articles questionnent la relation qui se construit entre des cours mythiques, arthurienne (A. Faems) ou troyenne (B. Reich), et des cours réelles, comme celle de Rome (A. Paravicini Bagliani). L’offrande du livre au commanditaire n’est-elle pas un mythe réflexif, placé à l’orée de nombreuses œuvres curiales et fondateur d’une légitimité culturelle pour l’écrivain ? C’est ce que démontrent deux études complémentaires menées par C. Thiry et C. Prud’homme. Le troisième ensemble se penche sur les figures exemplaires construites au carrefour des romans courtois et des réalités de la cour. Ce sont les cas de Gérard de Nevers dans le Roman de la Violette (F. Mora), de l’empereur Conrad / Baudouin 1er dans Guillaume de Dole (C. van Coolput-Storms), ou de Charles VII sous la plume de Jean de Bueil (M. Szkilnik). Les frontières de la fiction, dont la définition problématique fait aujourd’hui l’objet de fructueuses recherches dans le champ des littératures modernes et post-modernes, sont ainsi mises en lumière dans leur porosité à l’époque pré-moderne. Enfin, le débat étant l’un des fondements de la culture courtoise / curiale, c’est au geste de relecture et de récriture qui accompagne l’héritage de la courtoisie qu’est consacrée la dernière section du recueil. Elle s’organise autour de l’étude de deux œuvres « mythiques », le Roman de la Rose (A. F. Harris) et La Belle Dame sans Mercy d’Alain Chartier (E. Cayley) et de leurs échos, de Marguerite de Navarre (N. Frelick) à J. Lacan (S. Kay).

2L’abondance des pistes proposées par les contributions empêche de donner de chacune une lecture critique. Nous proposons donc ici d’éclairer seulement quelques articles choisis pour la perspective originale qu’ils offrent ou pour le rôle encadrant qu’ils assument au sein du recueil.

3Le travail d’A. Berthelot sur les amours de Merlin en est un exemple. Il souligne la difficulté que pose aux auteurs l’intégration dans un cadre courtois d’un personnage défini par des traits  essentiellement cléricaux. Ce geste nécessite de leur part des stratégies inspirées par d’autres modèles. Les relations érotiques du maître et de la disciple peuvent suivre un schéma que la chercheuse appelle « abélardien » ; elles peuvent aussi emprunter à des structures narratives caractéristiques des contes féeriques mis en lumière par les travaux de L. Harf-Lancner. Le travail de mythification courtoise passe ainsi par la sollicitation d’autres « mythologies » littéraires ou historiques.  

4Ouvrant la deuxième partie du volume et inspirant les perspectives de l’intéressant article de C. Prud’homme sur Froissart, la contribution de C. Thiry sur la présentation du livre au prince est, sans nul doute, d’une grande importance scientifique. Elle se penche sur un trait curieux des narrations historiographiques de la fin du Moyen Âge, en particulier à la cour de Bourgogne : la réticence des chroniqueurs à décrire les rites curiaux auxquels ils pouvaient assister. Les lecteurs familiers de ce type de littérature ne peuvent en effet manquer d’être frappés de ces stratégies d’évitement parfois complexes, paragraphes escamotés, chapitres manquants, renvois à des textes ultérieurs qui n’existent pas. C’est un trait qui contredit nettement la présentation que l’on fait habituellement de ces textes dans lesquels on voit, depuis J. Huizinga, des machines à « mythifier » ou à « ritualiser » le réel. Or l’un des rares « rituels » narratifs privilégiés par ces auteurs est la scène liminaire de présentation du livre au prince. C. Thiry distingue deux dynamiques différentes dans ce topos : la mise en scène d’une commande auquel l’écrivain se soumet et qui imprime à l’œuvre un caractère de work in progress ; la dédicace qui fait du livre un présent séduisant par sa dimension travaillée et achevée. Dans les deux cas, la mythification porte sur l’écriture elle-même et sur la relation qu’elle tisse entre écrivain et prince, légitimant le statut de la littérature de cour.

5La question des figures exemplaires et du rôle qu’elles jouent dans l’édification des « frontières de la fiction » est particulièrement mise en valeur à travers l’étude de M. Szkilnik. Elle s’intéresse au personnage de Charles VII dans le Jouvencel de Jean de Bueil. Le statut particulier de ce texte, entre chronique d’actualité et traité didactique à l’usage des jeunes chevaliers, imprime une certaine complexité à la représentation du roi contemporain. Comment édifier un mythe à partir de la connaissance familière qu’a le serviteur de son maître ? Comment rendre exemplaire un prince que l’on souhaite également décrire dans son contexte historique propre ? Ces questionnements, qui sont déjà dans une certaine mesure ceux de Joinville, demeurent des pierres de touche pour les écritures romanesques et historiques qui se développeront au 16e siècle.

6La question de l’héritage des mythes courtois ou curiaux fait l’objet de la dernière partie du recueil. On peut retenir en particulier l’enquête stimulante que mène S. Kay sur la fameuse scène de la fontaine-miroir dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris. Cette description, « mythique » s’il en est pour ses conséquences sur la culture littéraire postérieure, est réévaluée à l’aune des connaissances optiques du 13e siècle. Elle est ensuite mise en relation avec les théories lacaniennes dites du « bouquet renversé » développées dans le Séminaire 1 et publiées en 1975. Une rencontre inattendue mais stimulante, qui suffit à démontrer combien les mythologies courtoises  médiévales continuent à façonner les imaginaires modernes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Mythes à la cour, mythes pour la cour (Courtly Mythologies), éd.  A. Corbellari, Y. Foehr-Janssens, J.-C. Mühlethaler, J.-Y. Tilliette et B. Wahlen  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/12181

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org