Navigation – Plan du site

Daniel Cachedenier, Initiation à la langue française (Introductio ad linguam gallicam, 1601), éd. Alberte Jacquetin-Gaudet et Colette Demaizière

Gérard Milhe Poutingon
Référence(s) :

Daniel Cachedenier, Initiation à la langue française (Introductio ad linguam gallicam, 1601), éd. Alberte Jacquetin-Gaudet et Colette Demaizière, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance » 162), 2010, 977p.

ISBN 978-2-8124-0079-7.

Texte intégral

1Noble lorrain contraint à l’exil pour ses convictions calvinistes, Daniel Cachedenier, seigneur de Nicey, « l’un des premiers nobles à délaisser le service traditionnel des armes pour celui des lettres sous sa forme alors jugée la plus humble », comme le précisent Alberte Jacquetin-Gaudet et Colette Demaizière, a enseigné en Allemagne, où certains princes avaient la volonté d’apprendre le français. Cachedenier se fait manifestement une haute idée de sa fonction de pédagogue. Sa grammaire, écrite en latin, est une manière d’exprimer sa gratitude aux « très nobles jeunes gens » qui l’ont accueilli durant quatre années. Tout au long de l’ouvrage, un recours constant à l’allemand souligne ce souci, tout en ayant l’intérêt d’établir une perspective comparatiste entre cette langue, le latin et le français.

2L’ouvrage comporte plus de 400 pages, le double de la grammaire de Ramus par exemple, ce qui est considérable pour l’époque. Réticent à l’égard des novateurs, notamment sur les questions d’orthographe (Peletier, Des Autels, Baïf…), Cachedenier apprécie les autres auteurs de grammaires pour germanophones, comme Pillot, Jean Garnier, et surtout Serrier, dont il semble se faire l’émule voire le concurrent.

3Strictement grammatical, excluant donc les considérations sur la poésie, l’ouvrage est constitué de trois livres. Le premier, Des lettres, porte sur les questions de phonétique. Cachedenier cherche à déterminer avec précision les éléments d’une prononciation correcte. Son originalité « réside dans l’illustration des phénomènes phonétiques, et le nombre des exemples qui s’accroît tout au long de l’exposé fait penser à une sorte de ‘lexique’ classé d’après les sons ». De fait, l’ouvrage propose une nomenclature sur le modèle de la grammaire de Pillot, qui consigne toutes sortes d’exemples tirés du Dictionnaire français-latin de Robert Estienne. Le second livre, De la variation des mots, analyse les faits de morphologie selon une classification habituelle, en huit parties du discours : l’article, le nom, le pronom, le verbe, l’adverbe, le participe, la conjonction, la préposition. Intégrant l’interjection à l’adverbe, Cachedenier peut en effet ajouter l’article tout en respectant le nombre traditionnel de huit parties du discours (alors qu’un Cauchie sera conduit à en distinguer neuf). Le troisième livre, De la syntaxe, traite les structures du discours. C’est à la syntaxe que Cachedenier consacre l’essentiel de sa réflexion. Les remarques intéressantes sont nombreuses, notamment sur le nom commun, qu’il analyse dans ses analogies avec le nom propre.

4L’édition d’Alberte Jacquetin-Gaudet et Colette Demaizière offre le fac-similé puis la traduction de cette grammaire. Auparavant, une introduction de 32 pages expose la biographie de l’auteur, mal aisée à restituer à cause de la rareté des documents, puis examine méthodiquement le contenu de chacun des trois livres de cet ouvrage que l’on peut à juste titre nommer, avec Alberte Jacquetin-Gaudet et Colette Demaizière, une « somme », qui était injustement tombée dans l’oubli et qu’il était temps de réhabiliter.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Milhe Poutingon, « Daniel Cachedenier, Initiation à la langue française (Introductio ad linguam gallicam, 1601), éd. Alberte Jacquetin-Gaudet et Colette Demaizière  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/12173

Haut de page

Auteur

Gérard Milhe Poutingon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org