Navigation – Plan du site

Aux origines de la géologie, de l’Antiquité au Moyen Âge, éd. Claude Thomasset, Joëlle Ducos et Jean-Pierre Chambon

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Aux origines de la géologie, de l’Antiquité au Moyen Âge, éd. Claude Thomasset, Joëlle Ducos et Jean-Pierre Chambon, Paris, Champion (« Sciences, techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières » 12), 2010, 518p.

ISBN 978-2-7453-1915-9.

Texte intégral

1L’ouvrage se présente accompagné d’un environnement qui en rend l’abord déconcertant. Son titre couvre une tranche chronologique qui n’est pas celle du colloque dont il est issu (l’Introduction, p. 9, en rappelle sans autre explication la désignation, Aux origines de la géologie. De l’Antiquité à l’Âge classique), ni celle de la collection où il paraît (…du Moyen Âge à l’aube des Lumières). Son terminus ad quem est donc le terminus a quo de la collection, tandis que le terminus ad quem du colloque s’insère entre celui du livre et celui de la collection. Quelle est, de ces trois couvertures chronologiques, celle qui correspond le mieux aux périodes effectivement traitées dans ces pages ? Une fois la lecture terminée, quelques évidences s’imposent, certaines d’entre elles étant contradictoires. Il faut écarter le terminus a quo de la collection et retenir celui du colloque et du livre. Quant au terminus ad quem, il varie selon les trois parties de l’ouvrage. Pour la première, Le savoir des théoriciens. Le savoir dans les textes littéraires, celui du livre est approprié, mais pour seulement huit des dix contributions qu’elle réunit (voir plus bas). Pour la deuxième partie, Vers le savoir des praticiens, c’est celui de la collection qui prend le dessus, encore doit-il être repoussé jusqu’à la fin des Lumières. Enfin, pour la troisième et dernière partie, Géologie et linguistique romane, il convient de le repousser cette fois jusqu’au XXIe siècle. Il reste donc les deux dernières contributions de la première partie, de Jean Céard (« Les gemmes à la Renaissance ») et de Mireille Huchon (« Palissy et un monde journellement renouvelé : rêverie sur le psaume 104 et les coquilles ») : elles imposent leur singularité dans cet ensemble en appartenant à la période intermédiaire entre le Moyen Âge et l’Âge classique, alors que la Renaissance en tant que telle n’apparaît dans aucun des quatre libellés – dans le titre du livre et celui de ses parties, dans la désignation du colloque et celle de la collection. Ces deux contributions auraient pu être réunies à la première de la deuxième partie, celle de Paul Benoît (« Savoir théorique et savoir pratique dans la géologie de Georgius Agricola »), pour former un ensemble qui illustrait la polyphonie de la Renaissance. Je reviens plus bas sur le titre des deux premières parties du livre.

2La raison de ces variations chronologiques se laisse deviner au fil des pages. Peut-on faire l’histoire d’une série de pratiques intellectuelles en les rassemblant sous le nom exclusif d’une science qui a reçu sa désignation sur le tard, au moment où elle se mettait en place en tant que telle, soit vers la fin du XVIIIe siècle ? La réponse se devine à la lumière des approximations qui viennent d’être relevées. Bien qu’axé sur une époque déterminée, le classique A Source Book in Medieval Science avait en son temps résolu l’indétermination lexicale que je viens d’évoquer en intitulant un de ses chapitres Geology, Geography, and Oceanography. À défaut d’être élégante, une telle annonce cumulative témoigne d’un certain scrupule, sans être d’ailleurs tout à fait exacte ; dans sa présentation d’un des extraits retenus, Edward Grant renvoie à un autre qui appartient au chapitre Alchemy and Chemistry. De fait, l’ouvrage sous recension touche à ces cinq disciplines, et à d’autres encore : à l’agronomie, à la minéralogie, à l’exégèse biblique ; elle ne privilégie une géologie en voie de constitution qu’à l’approche du siècle des Lumières. En bref, objet quelque peu insaisissable, le livre sous examen offre une série de variations sur le thème des constituants d’un globe terrestre perçu de plus ou plus nettement en lui-même et conçu de plus en plus clairement dans son dynamisme millénaire et dans sa structure. La géologie est une science trop complexe, et éclose trop tardivement, pour que ses prémisses se révèlent aux époques anciennes. Pour désigner les pratiques intellectuelles successivement examinées dans ce livre, il aurait été plus judicieux de se fier au programme avancé naguère dans Par les mots et les textes : reprendre le vocabulaire qui a cours à chacune des étapes envisagées et trouver un titre synthétique qui tienne compte de ce lent cheminement à travers les mots et les représentations.

3L’ouvrage se distribue en vingt contributions, qui sont donc regroupées en trois parties, le tout étant encadré par une Introduction de Claude Thomasset et une Conclusion de Joëlle Ducos. La première partie réunit à elle seule la moitié des contributions. Je ne suis pas apte à porter un jugement en toute connaissance de cause sur les deux premières : Didier Marcotte, « Straton et l’histoire naturelle de la Méditerranée » ; et Michèle Fruyt, « La dénomination des sols et des terres en latin. L’apport du lexique à la connaissance des notions géologiques » (il s’agit du latin classique). Elles m’ont paru excellentes, en étant aussi exhaustives que minutieuses.

  • 1  James K. Otte, « The Role of Alfred of Sareshel (Alfredus Anglicus) and His Commentary on the Meth (...)

4La suivante – Carmela Baffioni, « La science des pierres précieuses dans l’Épître des Ikhwān al-Ṣafā’ : entre les catalogues encyclopédiques et le commentaire philosophique » –, pour intéressante et documentée qu’elle soit, est perdue dans un ensemble centré sur l’Europe. Une étude consacrée à l’Avicennae de congelatione et conglutinatione lapidum aurait été plus opportune. Cette traduction d’un résumé d’une section du Kitāb al-Shifā’ d’Avicenne a circulé chez les Latins en formant trois chapitres du livre IV des Météorologiques d’Aristote, qui, à partir du milieu du XIIIe siècle, furent inscrits au programme de la Faculté des Arts de Paris (ce traité aristotélicien contient, on le sait, des passages sur les minéraux et les phénomènes géologiques). C’est dire l’influence du résumé avicennien qui est passé jusqu’au XVIe siècle pour être d’Aristote1.

  • 2  Rappelons que Duhem est mort en 1916. La date d’édition de ce t. IX (que Joëlle Ducos donne, p. 14 (...)
  • 3  Jean-Patrice Boudet, Joël Chandelier et Nicolas Weill-Parot, « Un médiéviste historien des science (...)
  • 4 Robert Kilwardby, De ortu scientiarum, éd. Albert G. Judy, Londres / Toronto, The British Academy / (...)
  • 5  Olga Weijers, Le maniement du savoir. Pratiques intellectuelles à l’époque des premières universit (...)

5Avec la contribution d’Isabelle Draelants (« La science encyclopédique des pierres au XIIIe siècle : l’apogée d'une veine minéralogique »), le monde latin revient aussitôt sur le devant de la scène. Ayant rappelé et ordonné la triple tradition des lapidaires haut-médiévaux (chrétiens, astrologiques, didactiques), l’historienne étudie l’avènement, au Moyen Âge central, d’une nature envisagée en elle-même, à partir des passages minéralogiques de sept œuvres de même genre ; la plupart d’entre elles sont datées du milieu du XIIIe siècle (Alexandre Nequam, De naturis rerum; Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum; Barthélemy l’Anglais, De proprietatibus rerum; Arnold de Saxe, De floribus rerum; un pseudépigraphe albertien, Liber aggregationis; Vincent de Beauvais, Speculum naturale; Albert le Grand, De mineralibus). Il fallait une grande familiarité avec cette littérature pour en montrer les nuances sur le thème choisi, tout en soulignant l’apport différencié des œuvres retenues, ainsi que leurs interactions. Quatorze pages d’annexes résument sous forme de tableaux l’essentiel de la contribution. Un grand article, qui épuise, me semble-t-il, le sujet. Suit Joëlle Duclos (« Albert le Grand et la connaissance des sols »), qui aurait pu être, pour le médiéviste, le morceau de choix du volume. Bien qu’elle intègre la bibliographie subséquente relative aux écrits d’Albert sur le sujet annoncé, l’auteure reste encore trop dépendante de l’analyse menée il y a maintenant près d’un siècle par Pierre Duhem, dans Le système du monde, t. IX, chap. XVIII, « Les petits mouvements de la terre et les origines de la géologie »2. Or ce chapitre du Système est conçu comme une machine de guerre dirigée contre les païens et les infidèles, adeptes de l’astrologie, et comme une apologie du christianisme, farouche adversaire des influences astrales. À chacun de construire la mythologie de ses pulsions ! Un tel chapitre mériterait d’être analysé à la lumière du jugement que Guy Beaujouan portait sur Duhem : Duhem n’est pas un historien, mais un scientifique qui s’est intéressé à l’histoire des sciences ; il est de surcroît un ultra-catholique3 (ce qui, ajouterais-je, ne garantit pas la sérénité de ses analyses). Le travail d’historiographie que j’appelle de mes vœux serait d’autant plus utile que Duhem continue à servir de référence aux historiens de la géologie peu au fait des études médiévales. Joëlle Ducos néglige le milieu professionnel d’Albert. Quand elle aborde les classifications médiévales des sciences, elle s’en tient (p. 143, n. 1) à celles du XIIe siècle (Hugues de Saint-Victor et Dominique Gundisalvi) ; elle néglige les travaux menés sur celles du XIIIe siècle par Claude Lafleur et Olga Weijers. Elle ignore l’édition du De ortu scientiarum d’un contemporain d’Albert, Robert Kilwardby, un dominicain comme lui4, alors que de nombreux « éléments familiers (…) [y] ont été incorporés dans un schéma systématique, original et bien conçu, qui comprend toutes les sciences et dans lequel toutes ont un lien logique les unes avec les autres »5. Elle ne dit rien sur l’institutionnalisation universitaire d’Aristote à laquelle le XIIIe siècle procède, et qui est l’un des principaux ressorts de la pensée du dominicain. Pour être un auteur hors du commun, Albert n’est pas coupé de son époque : il en exprime le meilleur. Encore faut-il, pour saisir cette pointe, ne pas délaisser le sol qui l’a nourrie.

  • 6  En présentant le livre dans la Conclusion, Joëlle Ducos, p. 492, insère justement Hildegarde entre (...)

6Le lecteur abandonne les sommets avec Christine Silvi (« Exposer un savoir élémentaire dans une encyclopédie dialogale : la terre vulgarisée dans le Placides et Timeo »), qui s’attache à décortiquer deux passages de cette œuvre de deuxième ordre relatifs à l’œuf cosmique et à l’arc-en-ciel. Le modeste artien anonyme de cette encyclopédie a droit à plus de deux fois plus de pages qu’Albert, qualifié de Grand : 43 contre 19 – outre l’insigne honneur d’avoir une de ses phrases placée en exergue du volume. Je ne vois pas en quoi cette œuvre de vulgarisation résume le sens et la portée de l’aventure géologique. Il m’avait semblé que la substantielle contribution d’Isabelle Draelants suffisait à comprendre l’esprit nouveau qui, au XIIIe siècle, soufflait même dans les œuvres mineures. Curieusement, la contribution suivante, de Laurence Moulinier (« La terre vue par Hildegarde de Bingen (1098-1179) »), opère un double retour en arrière : dans la chronologie et dans la problématique6. L’historienne se révèle une incomparable experte de l’œuvre de la célèbre abbesse, dont elle retrace, sur le thème retenu, le cheminement intellectuel en retrouvant les lectures qui l’ont nourrie. Même si ses qualités agricoles ne sont pas oubliées, la terre de Hildegarde est peu géologique : elle est vue à partir d’un ciel spéculatif, nourri de méditations sur le récit biblique de la Création.

7Après avoir fait un pas en arrière, le livre en fait deux en avant avec Fleur Vigneron, « La nature et la qualité des sols dans Le Livre des prouffitz champestres et ruraulx de Pierre de Crescens » ; soit une traduction anonyme commandée en 1373 par Charles V du Liber ruralium commodorum de Pierre de Crescens (écrit entre 1305 et 1309), qui est ici étudiée à partir de son incunable (1486). Le livre 2 de ce premier traité d’agriculture en français, et le résumé de celui-ci dans le livre 11, offrent une matière de choix pour l’étude des diverses natures des sols, devant lesquels l’agriculteur adopte une attitude active afin d’en tirer le meilleur parti. Une annexe lexicographique résume l’essentiel de l’analyse. Viennent ensuite les contributions déjà citées de Jean Céard et de Mireille Huchon. Celle-là est une délicieuse promenade à travers les gemmes qui ont fasciné les lettrés du XVIe siècle (Jean de la Taille, Remy Belleau, Camille Leonardi, Jérôme Cardan…). Celle-ci, un non moins délicieux dérapage qui conduit de l’intérêt pour les fossiles à une rêverie métaphysique sur le temps et les éléments.

8La deuxième partie conduit en quatre étapes à l’avènement de la géologie au sens strict. J’ai déjà cité la contribution de Paul Benoît. Elle fait utilement le point sur la vie et l’œuvre de Georgius Agricola, et insiste sur deux aspects des travaux du célèbre Saxon : la minéralogie – Georges Cuvier et Abraham Gottlob Werner au XVIIIe siècle et James Dwight Dana au XIXe ont reconnu l’apport de leur devancier à cette discipline – et la gîtologie – où, selon l’historien, le rôle d’Agricola n’est pas encore reconnu à sa juste valeur. Paul Benoît s’attache également à la qualité démonstrative des trente-deux figures qui illustrent le De re metallica; sept d’entre elles sont reproduites dans le livre.

9Ania Guini, dans « Prospections et géologie dans le rapport de Colbert », suit les pérégrinations que les architectes du roi, membres de l’Académie royale d’architecture, accomplirent à l’instigation du contrôleur général des finances, du 13 juillet au 22 septembre 1678, de carrières en carrières, abonnées ou exploitées, et de monuments en monuments ; soit au total cent vingt-cinq sites expertisés, situés pour l’essentiel dans la région parisienne, avec des prolongements vers Rouen, Chartres et les bords de l’Oise. Le but de la mission était de sélectionner les meilleures pierres et d’en imposer l’usage aux entrepreneurs, selon des spécifications précises. Le calendrier de ces visites est donné en annexe. Ce type de visite se maintient jusqu’en 1793, date de la suppression de l’Académie. C’est dire l’importance de l’initiative de Colbert dans l’analyse des monuments architecturaux de la période.

10Jean Gaudant et Geneviève Bouillet (« Les origines de la paléontologie : de la Renaissance à l’Âge classique ») présentent, et au besoin commentent, la trentaine de publications qui conduit directement à l’avènement de la géologie, en distinguant deux champs de la réflexion : d’une part les fossiles, qui renvoient à la fois à une histoire de la terre qui défie l’expérience commune et à des réactions chimiques qui sont loin d’être alors maîtrisées ; et d’autre part au témoignage biblique du déluge que certains tentent d’insérer dans l’histoire de la terre en cours d’écriture. La géologie s’épanouit lorsqu’au début du XIXe siècle, le mot fossile abandonne définitivement son sens ancien de « tout corps extrait du sol » – avec ses deux catégories complémentaires, « les fossiles naturels » que sont les minéraux et les métaux et « les fossiles étrangers à la terre » que sont nos fossiles – et se fixe par conséquent dans son sens actuel de « restes d’êtres vivants conservés dans les roches ».

  • 7  Philon d’Alexandrie, De Aeternitate mundi, introd. et notes par Roger Arnaldez, trad. par Jean Pou (...)

11Cette deuxième partie se termine avec Gabriel Gohau, « Essai d’une préhistoire de la géologie. De l’équilibre de la terre aux époques de la nature ». « L’équilibre de la terre » ainsi mis en avant serait celui théorisé par Aristote et Théophraste (voir plus bas, sur l’usage du conditionnel). Quant « aux époques de la nature », ce sont évidemment celles que, chacun de son côté, Georges Buffon et Nicolas Desmarest théorisent dans leurs livres éponymes parus respectivement en 1778 et 1779. Pour finir, Gabriel Gohau s’attarde sur la « première histoire d’une région » (p. 355), publiée en 1669 par un savant danois installé en Toscane, Nicolas Sténon. Celui-ci élabore trois principes (de faciès, de superposition et de tectonique) qui lui permettent « de lire les archives et d’écrire une première véritable histoire de la terre (p. 356) ». Cette très intéressante contribution est gâtée par son recours à Pierre Duhem. Les deux longues citations données aux p. 350 et 351, qui sont censées résumer l’enseignement géologique de Théophraste, se contentent de reprendre le Système du monde (t. IX, p. 242-243 et 243-244), où Duhem lui-même reprend, en les traduisant en français, deux passages d’une édition latine de 1527 du De aeternitate mundi de Philon d’Alexandrie (alors intitulé De mundo). À la suite du traducteur gréco-latin, Guillaume Budé, puis des travaux de Léopold Cohn (1896), Duhem estime cet écrit apocryphe. Gabriel Gohau aurait pu se préoccuper des avancées des études philoniennes et, tournant le dos à Duhem, consulter le volume 30 des Œuvres de Philon, dont les responsables estiment cette œuvre authentiquement philonienne7. L’édition des textes a ses propres sédimentations, qu’un esprit averti sait discerner.

12J’ai rencontré au cours de la lecture de la première partie de nombreux esprits spéculatifs mais rarement les « théoriciens » annoncés par le titre ; et la notion de « textes littéraires » qui a été retenue pour désigner cet ensemble traduit très imparfaitement la diversité des textes examinés tour à tour. Quant aux « praticiens » mis en valeur dans le titre de la deuxième partie, ils m’ont paru portés assez souvent sur la spéculation. L’histoire est au final plus complexe que ces étiquettes portent à le penser.

13La troisième partie réunit des contributions qui sont toutes consacrées à la linguistique romane. Ce domaine m’est trop étranger pour que je puisse en proposer des résumés pertinents. Je me contente d’en donner la suite : André Thibault, « Les gallicismes de l’espagnol dans le champ sémantique de la géologie et leur traitement dans la lexicographie historique » ; Max Pfister, « La désignation des roches dans les langues romanes » ; Frankwalt Möhren, « Deux sciences auxiliaires : philologie et géologie historiques. Le cas de l’alun » ; Ottavio Lurati, « Toponymie et géologie » ; Patrice Brasseur, « Noms de roches en Normandie » ; Jean Germain, « De la houille au chantoir. Quelques termes du sous-sol wallon connus et moins connus ».

14L’ouvrage se termine par trois index : Index des auteurs et œuvres anonymes ; Index des mots français ; Index des mots grecs, latins, arabes et européens. Quelques pointages m’en ont montré les lacunes : Cicéron (mentionné aux p. 34, 43, 60 et 61) y est oublié, tout comme Épiphane de Salamine (p. 98, 256), l’auteur du plus ancien lapidaire chrétien conservé ; Ératosthène également (p. 17-18), ainsi que les traducteurs arabo-latins Gérard de Crémone (p. 174, 175) et Michel Scot (p. 425) ; ou encore Pausanias (p. 22), Ristoro d’Arezzo (p. 141), Thomas d’Aquin (p. 229), Varron (p. 27, 28, 29, 32, 35, 37, 60, 61, 71), etc. L’Index des auteurs ne distingue pas les attributions authentiques des pseudépigraphes : il laisse échapper un phénomène important de la culture médiévale. Le mot aimant n’est pas retenu à l’Index des mots français, bien qu’il apparaisse aux p. 19, 98, 103 (alors que magnes qui apparaît à cette page l’est dans l’Index des mots grecs, latins…), 110, 114, 116. La langue française est malmenée à plusieurs reprises. Que penser, p. 146, de « … la sciencia mineralia (…) ne recouvre que très partiellement la connaissance des sols et encore plus le champ de la géologie » ? Ou, p. 158, de « … l’observation lui fait préférer la théorie d’Aristote au profit de celle de Ptolémée… » ?

  • 8  Je cite la plus synthétique et la plus équilibrée : Luca Bianchi,Censure et liberté intellectuelle (...)
  • 9  Voir la bibliographie des études consacrées à Suarez à l’URL http://scholasticon.ish-lyon.cnrs.fr/ (...)

15Je ne peux pas terminer sans épingler la plus belle ânerie contenue dans ce livre, p. 324 : « Or, à cette époque, le paradigme dominant était l’aristotélisme que l’Église imposa progressivement au cours du XVIe siècle ». Faut-il rappeler que l’aristotélisme a été imposé au XIIIe siècle à l’université médiévale par des esprits d’avant-garde qui ont eu à lutter contre le légat du pape et contre les évêques des lieux d’implantation de l’alma mater ? Que ces péripéties ont fait l’objet de maintes études8 ? En se mettant à l’école d’Aristote, les clercs médiévaux ont découvert ce qu’était un système de pensée. Plus tard, au XVIe siècle, c’est la philosophie naturelle de l’aristotélisme qui a sombré dans la routine ; sa métaphysique et son ontologie restaient encore à cette époque des sources fécondes d’inspiration, comme le montre, au tournant des XVIe et XVIIe siècles, Francisco Suarez9. L’Introduction parle, p. 9, du « dialogue entre les historiens de la géologie, les spécialistes de la littérature scientifique, les linguistes et tout particulièrement ceux de la linguistique romanes » que le colloque voulait instaurer. Le mot « dialogue » revient à la p. 11. Il s’agit manifestement d’une clause de style. Selon son degré d’exigence, le lecteur trouvera que le livre est une demi-réussite ou un demi-échec.

Notes

1  James K. Otte, « The Role of Alfred of Sareshel (Alfredus Anglicus) and His Commentary on the Metheora in the Reacquisition of Aristotle », Viator, VII (1976), p. 197-209.

2  Rappelons que Duhem est mort en 1916. La date d’édition de ce t. IX (que Joëlle Ducos donne, p. 141, n. 1), 1958, ne doit pas faire illusion ; il s’agit d’un écrit posthume inachevé. Voir le compte rendu d’Emmanuel Poulle, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XXIII (1961), p. 167-168.

3  Jean-Patrice Boudet, Joël Chandelier et Nicolas Weill-Parot, « Un médiéviste historien des sciences. Entretien avec Guy Beaujouan »,Médiévales, 47, 2004, p. 153-172 ; accessible à l’URL http://medievales.revues.org/828.

4 Robert Kilwardby, De ortu scientiarum, éd. Albert G. Judy, Londres / Toronto, The British Academy / The Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1976.

5  Olga Weijers, Le maniement du savoir. Pratiques intellectuelles à l’époque des premières universités (XIIIe-XIVe siècles), Turnhout, Brepols, 1996, p. 196.

6  En présentant le livre dans la Conclusion, Joëlle Ducos, p. 492, insère justement Hildegarde entre l’Épître des Ikhwān al-Ṣafā’et les encyclopédies du XIIIe siècle. Pourquoi s’être au final écarté de cet ordonnancement cohérent ?

7  Philon d’Alexandrie, De Aeternitate mundi, introd. et notes par Roger Arnaldez, trad. par Jean Pouilloux, Paris, Éditions du Cerf, 1969. Sur les difficultés que pose ce texte : David T. Runia, « Philo’s De aeternitate mundi : The Problem of Its Interpretation », Vigiliae Christianae, 35 (1981), p. 105-151.

8  Je cite la plus synthétique et la plus équilibrée : Luca Bianchi,Censure et liberté intellectuelle à l’Université de Paris (XIIIe-XIVe siècles), Paris, Les Belles Lettres, 1999.

9  Voir la bibliographie des études consacrées à Suarez à l’URL http://scholasticon.ish-lyon.cnrs.fr/Information/ Suarez_fr.php.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Aux origines de la géologie, de l’Antiquité au Moyen Âge, éd. Claude Thomasset, Joëlle Ducos et Jean-Pierre Chambon  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12168

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org