Navigation – Plan du site

Études rabelaisiennes. Tome L

Alice Vintenon
Référence(s) :

Études rabelaisiennes. Tome L, Genève, Droz (« Travaux d’humanisme et renaissance » 470), 2010, 115p.

ISBN 978-2-600-01426-7.

Texte intégral

1Les cinq contributions du volume L des Etudes rabelaisiennes composent un ensemble pluridisciplinaire, qui propose successivement l’étude d’un phénomène d’intertextualité, d’un cas d’histoire du livre, l’analyse littéraire de quatre chapitres du Tiers Livre, un travail sur les influence de l’écriture de Rabelais sur la traduction du Baldus de Folengo, et une étude historique sur la réception de Rabelais en Espagne. Enrichi par ces différences méthodologiques, l’ouvrage présente néanmoins une remarquable unité, car toutes les contributions apportent un éclairage sur la manière dont l’œuvre de Rabelais a pu être lue et interprétée dès le XVIe siècle.

2Stéphan Geonget met en lumière un nouvel aspect de l’influence de l’esthétique de la farce sur l’écriture de Rabelais : il montre que la farce de Mardi-Gras intitulée La dure et cruelle bataille du glorieux sainct Pensard à l’encontre de Caresme, composée entre 1520 et 1530, met en scène des personnages dont Rabelais retient non seulement les noms, mais également les connotations comiques. Rabelais se souvient ainsi de « Commentenon », qui combat aux côtés de Mardi-Gras et incarne les plaisirs charnels proscrits lors du Carême. Il pourrait en outre avoir emprunté à la farce son interprétation burlesque du terme « architriclin » qui, dans la Bible, désigne l’organisateur des cérémonies : dans la Bataille de sainct Pensard, Architriclin est l’allié de Mardi-Gras et favorise les buveurs assoiffés par Carême. L’étude souligne que la guerre évoquée dans le prologue du Tiers Livre,dans lequel le narrateur est surnommé « Architriclin », pourrait, à la lumière de sa source farcesque, être lue comme un combat de l’Abondance et du Manque. La démonstration nuancée de Stéphan Geonget ne se contente donc pas de mettre en évidence l’une des sources possibles de certains termes rabelaisiens : l’étude lexicale sert l’interprétation dans la mesure où l’histoire des mots confirme la coexistence de plusieurs sens dans un texte aussi complexe que le Prologue du Tiers Livre.

3La question de l’interprétation du texte rabelaisien est également centrale dans l’article d’Eliza Zingesser, intitulé « Rabelais et Ésope en images », et consacré à l’édition non-autorisée des œuvres de Rabelais donnée à Valence par Claude La Ville en 1547. La plupart des gravures qui accompagnent cette édition sont imitées de l’édition illustrée des Fables d’Ésope publiée par Denis Janot en 1542. E. Zingesser s’emploie à montrer que la reprise de ces gravures ne s’explique pas seulement par des impératifs économiques, mais que l’intertexte ésopique rappelé par ces images éclaire le sens et l’esthétique de Rabelais. Cette hypothèse séduisante et novatrice s’appuie sur plusieurs exemples très pertinents. Ainsi, l’illustration accompagnée de la maxime « N’estre corrompu par aucun don » semble n’avoir pas été choisie au hasard pour illustrer le chapitre de Pantagruel dans lequel Rabelais dénonce la pratique des indulgences. Cependant, dans certains cas, le rapport entre le texte et les illustrations ésopiques semble un peu forcé : ainsi, la reprise d’une même illustration ésopique dans plusieurs chapitres pourrait parfois être simplement expliquée par des contraintes économiques. Certains des passionnants présupposés de l’article pourraient ouvrir la voie à des travaux de fond, notamment lorsque E. Zingesser suppose chez le lecteur du XVIe siècle une mémoire visuelle assez aiguë pour qu’il se rappelle l’origine et le contexte des illustrations empruntées à des ouvrages antérieurs. De même, il serait intéressant de voir si la fonction de glose assignée à l’image par E. Zingesser correspond à une pratique courante dans l’édition de livres illustrés au XVIe siècle.

4Bernd Renner entreprend, dans une contribution intitulée « Provocation et perplexité », de montrer que l’éloge paradoxal des dettes prononcé par Panurge dans le Tiers Livre constitue « un éloge paradoxal de la rhétorique [qui est] à la fois outil et cible » (p. 48). Après avoir proposé des remarques de synthèse sur la tradition de l’éloge paradoxal (en particulier sur la pratique lucianesque de ce genre sériocomique), et sur les apports des différents travaux critiques consacrés à l’éloge paradoxal rabelaisien, l’auteur montre que « le sens littéral de l’éloge est injustifiable » et qu’il s’agit donc d’un éloge sophistique, dans lequel la rhétorique est sollicitée pour démontrer l’indémontrable. De ce fait, l’éloge est le vecteur d’une « condamnation de la langue par la langue ». Cette hypothèse de lecture gagnerait peut-être à être exposée de manière plus synthétique, mais l’auteur souligne de manière convaincante, à l’appui de sa démonstration, que Panurge allègue des autorités suspectes, comme celle de l’Université de Paris, ou qu’il a tendance à tenir des propos contradictoires.

5Dans une étude rigoureuse et détaillée, Carole Primot montre que le style de Rabelais imprègne la traduction du Baldus de Folengo, publiée en 1606 sous le titre d’Histoire macaronique de Merlin Coccaie. La critique a déjà montré que le Baldus était à juste titre considéré, dès le XVIe siècle, comme le« prototype de Rablais ». Mais les commentateurs n’ont fait qu’ébaucher l’étude de l’influence de l’hypotexte rabelaisien sur la rédaction de la traduction. Le travail entrepris par Carole Primot est donc très précieux, et l’on peut tout particulièrement saluer le minutieux relevé des termes rabelaisiens utilisés par le traducteur. L’étude montre en outre que le paratexte de l’Histoire macaronique entretient des parentés thématiques et stylistiques avec les prologues de Rabelais. Enfin, l’influence des romans de Rabelais se traduit par des « distorsions du texte original » (p. 82) de Folengo, dont le traducteur a tendance à accentuer la dimension scatologique et burlesque. L’étude se clôt par une discussion sur l’identité de l’auteur de la traduction, parfois attribuée à Robert Angot de l’Eperonnière. L’étude stylistique menée par Carole Primot montre cependant très bien que les œuvres d’Angot, la traduction du Baldus et les textes rabelaisiens ont peu de parentés lexicales, et qu’Angot, pourtant adepte du pastiche, n’a jamais imité Rabelais dans son œuvre. L’auteur conclut que l’attribution de la traduction à Angot est d’autant moins probante que certaines problématiques centrales de l’œuvre de Rabelais, comme celle de l’interprétation, ne semblent pas avoir intéressé Angot.

6Également consacrée à la réception de l’œuvre de Rabelais, l’étude d’Alicia Yllera s’intéresse à la fortune espagnole des Chroniques, en affirmant d’emblée que celles-ci n’ont exercé quasiment aucune influence sur la littérature espagnole. Ce phénomène apparaît comme l’une des conséquences d’une désaffection pour la littérature française, à laquelle les écrivains espagnols préfèrent les lettres latines et italiennes. A cette tendance historique s’ajoutent des facteurs propres à l’écriture de Rabelais, jugée impie et plus appréciée dans les pays protestants que dans les pays catholiques. L’auteur de l’article infirme les analyses selon lesquelles Rabelais aurait eu une influence sur certains auteurs espagnols, et montre que l’écrivain, connu tout au plus par « de rares érasmiens » (p. 112) est surtout évoqué comme un repoussoir. Ce n’est qu’au XXe siècle que l’œuvre de Rabelais a fait l’objet de traductions, et l’article évoque les personnalités de leurs auteurs.

7De la compréhension du « plus haut sens » des textes rabelaisiens à leur « diabolisation » espagnole, en passant par la fortune du savoureux lexique des Chroniques, ce recueil d’études de qualité met en évidence la dimension plurielle des niveaux de lecture de l’œuvre de Rabelais, et de ses modes d’influence.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Vintenon, « Études rabelaisiennes. Tome L », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12165

Haut de page

Auteur

Alice Vintenon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org