Navigation – Plan du site

Trois tragédies humanistes : Achilles d’Antonio Loschi, Progne de Gregorio Correr, Hiensal de Leonardo Dati, éd. et trad. Jean-Frédéric Chevalier

Alain Cullière
Référence(s) :

Trois tragédies humanistes : Achilles d’Antonio Loschi, Progne de Gregorio Correr, Hiensal de Leonardo Dati, éd. et trad. Jean-Frédéric Chevalier, Paris, Les Belles Lettres (« Les Classiques de l’humanisme »), 2010, 402p.

ISBN 978-2-251-34495-9.

Texte intégral

1Au début du XIVe siècle, le premier humanisme italien découvre la tragédie à l’antique. Une nouvelle lecture de Sénèque permet de redéfinir un genre qui se distingue, tant par la forme que par le fond, de la poésie épique. L’Ecerinis d’Albertino Mussato, qui ouvre la voie en la matière, restaure le modèle ancien, mais sans rompre avec les réalités tragiques du monde contemporain. Il en résulte une écriture plus nuancée qu’il n’y paraît, la vision d’un univers dans lequel la Providence divine est tout autant que Jupiter capable de contenir les abominations humaines et les coups du destin. Les trois pièces latines qui sont ici présentées se situent directement dans la lignée de Mussato. Tout en traitant de sujets mythologiques ou historiques, avec de fortes réminiscences littéraires, ces œuvres de jeunesse s’inscrivent aussi dans un certain cadre social et politique.

2Originaire de Vicence, Antonio Loschi (c. 1368-1441) a fréquenté les cercles littéraires et mené une carrière de secrétaire courtisan, bénéficiant surtout de la protection des Visconti, qui ont exercé leur domination sur plusieurs grandes villes du nord de l’Italie jusqu’au milieu du XVe siècle. C’est peut-être en leur honneur qu’il composa vers 1390 son Achilles, tragédie en cinq actes qui doit beaucoup à la manière sénéquienne mais bien peu à la légende homérique. Il y relate la mort du héros en se conformant aux versions romanesques tardives qui ont circulé au Moyen Âge. Au premier acte, on voit Hécube, ravagée par la mort d’Hector, qui pousse Pâris à tendre un piège à Achille : il s’agit de l’attirer pour l’abattre dans le temple troyen d’Apollon, en lui laissant croire que la princesse Polyxène, dont il s’est épris, lui sera donnée en mariage comme signe de réconciliation. Au cours de l’acte II, Achille, qui a vaincu ses scrupules, se laisse conduire vers le temple par un émissaire. Dans l’acte suivant, alors qu’il est déjà tombé, victime d’une flèche décochée par Pâris, Hécube et Priam savourent leur victoire sans prêter attention aux prophéties de Cassandre. Au cours de l’acte IV, le chœur des Grecs apprend d’un messager la mort d’Achille. Le dernier acte montre Agamemnon et Ménélas, éclairés par le devin Calchas, qui expriment leur détermination nouvelle et s’assurent de leur victoire, tandis que le chœur rappelle pour finir le cours imperturbable des destinées. Forcément incantatoire, la pièce n’est pas pour autant statique. D’une part, les protagonistes ne dialoguent pas inutilement et l’action progresse. D’autre part, l’intensité dramatique y est sensible, car en voyant aboutir le piètre complot des Troyens on comprend que leur satisfaction irréfléchie va être vite submergée par l’offensive du camp adverse qui, une fois la tristesse surmontée, sera comme galvanisé par la perte d’Achille. On sait aussi que celui-ci s’unira malgré tout à Polyxène qui, après avoir été un appât dérisoire, deviendra alors un enjeu d’outre-tombe. Mais ici tout n’est pas dit et, avec une sorte d’intuition heureuse, Loschi ne nous montre jamais la jeune fille. Il invente, à sa façon, le silence tragique, ce qui n’est pas particulièrement sénéquien.

3La seconde pièce, Progne, est sans doute, tant par sa structure que par ses personnages monstrueux, beaucoup plus proche des modèles latins. Elle reflète l’inspiration profondément humaniste de son auteur, le Vénitien Gregorio Correr (1409-1464), qui cultiva ses goûts littéraires avant de se consacrer, pendant la seconde moitié de sa vie, à une carrière religieuse. Deux versants qui ne furent pas tout à fait opposés, car il arrive bien souvent que les écrits palinodiques conservent des accents très profanes, tandis que les poèmes de jeunesse sont empreints de spiritualité. C’est le cas de cette Progne, qui emprunte à Ovide le mythe de Philomèle en le nourrissant d’influences diverses, en l’enrichissant de significations allégoriques et en substituant aux métamorphoses lyriques attendues des mutations moins spectaculaires mais autrement plus violentes qui étoffent le genre tragique. La pièce de Correr, qui vise à établir un paroxysme de la fureur, est d’une vertigineuse rapidité. Le chœur y trouve à peine le temps de lamenter et son rôle final est escamoté. La tragédie s’achève par des éclats de voix de plus en plus brefs, un échange qui s’exténue entre Procné et son époux Térée, comme marqué par l’épuisement d’une rivalité et d’une jouissance inhumaines. Tout compte fait, on se demande si le personnage qui a subi la plus effroyable métamorphose n’est pas au fond Philomèle. Ovide avait pris soin d’en faire une jeune fille riche et belle que Térée s’efforçait vainement de séduire ; à la fin, gênée d’être devenue malgré elle rivale de sa sœur, elle participait au meurtre de façon mécanique, comme pour se racheter. Chez Correr, elle se fait également complice de sa sœur, mais le contraste est d’autant plus saisissant qu’elle nous était d’abord apparue sous les traits d’une vierge martyre. La sainteté devient ainsi plus immonde que la maternité. L’horreur est ici, au-delà du meurtre, celle du sacrilège.

4Composée vers 1440 par le Florentin Leonardo Dati (c. 1408-1472), peut-être à l’occasion d’un concours poétique, la tragédie Hiensal s’inspire de quelques chapitres de Salluste. Elle relate la rivalité de deux demi-frères, Jugurtha et Hiempsal, qui se disputent le trône de Numidie. Cette pièce bavarde et démonstrative, à l’opposé des deux précédentes, semble beaucoup plus proche de Sénèque le philosophe que de Sénèque le tragique. La présence de nombreux personnages allégoriques l’apparente aux anciennes moralités, mais sans l’arrière-fond du christianisme médiéval. Ces abstractions, à savoir Envie, Ambition, Modestie, Discorde ou Perfidie, qui s’agitent sur scène comme des divinités subalternes et qui courent des cieux aux enfers, ne semblent pas obsédées par les destinées humaines, même si elles peuvent les modifier. En somme, elles ne constituent pas un destin mais sont simplement facteurs de désordre. L’argument tragique en témoigne, puisque l’on assiste à un étonnant retournement : plein du fiel de l’envie, Hiempsal complote contre Jugurtha qui incarne, par sa bravoure, le prince idéal, mais à la fin c’est Jugurtha, plus ou moins complexé par sa naissance obscure, qui fait assassiner Hiempsal et ses proches. Surenchère de l’envie en quelque sorte, qui débouche sur la désolation et annonce la ruine du royaume numide. Le cinquième acte réitère les inquiétudes des prêtres et des prophétesses, fait entendre la clameur de divers messagers et la plainte des mères dont les fils sont tombés sous les armes de Jugurtha. En définitive, on ne peut pas dire que les hommes aient été victimes d’une aveugle fortune ou d’un ordre divin. Ils ont simplement été taraudés par l’Envie, qui n’est ni péché ni passion, mais qui leur est si commune qu’elle semble être une force extérieure funeste qui les visite et les accable tour à tour. Ce n’est pas la moindre originalité de Dati que d’avoir donné ici une pièce qui n’est ni chrétienne, ni sénéquienne, ni même strictement tragique.

5On le voit, ces trois œuvres italiennes des XIVe et XVe siècles, assez proches par le contexte, présentent de considérables différences, offrant des perspectives expérimentales, constituant une sorte de laboratoire de la tragédie moderne. On mesure difficilement leur réception au cours des deux siècles suivants. L’Achilles, sans être attribuée à Loschi, n’a été publiée qu’en 1636. La pièce de Correr, imprimée d’abord à Venise en 1558, a eu plus d’audience. Celle de Dati est restée manuscrite. En revanche, avec notre goût renouvelé pour tout ce qui relève de la tragédie humaniste, elles ont fait toutes trois l’objet d’éditions critiques au cours de ces dernières décennies et ont été traduites en anglais, en italien ou en allemand.

6En réunissant ce corpus, Jean-Frédéric Chevalier prend une part active aux chantiers ouverts. Déjà vulgarisateur et traducteur de Mussato (Les Belles Lettres, 2000), auteur de nombreux articles sur ces questions, il nous propose ici une édition à la fois accessible et savante. Les textes sont d’abord établis selon les critères scientifiques requis, après réexamen de toutes les versions imprimées et manuscrites. De nouvelles recherches sur les sources, l’intertextualité et les loci similes donnent ensuite un plus vif éclairage sur l’environnement culturel des auteurs. Enfin, et ce n’est pas un maigre avantage pour ceux qui goûtent au latin sans toutefois le lire couramment, le texte porte en regard, et pour la première fois, une traduction en français, aussi précise que limpide.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cullière, « Trois tragédies humanistes : Achilles d’Antonio Loschi, Progne de Gregorio Correr, Hiensal de Leonardo Dati, éd. et trad. Jean-Frédéric Chevalier  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12156

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org