Navigation – Plan du site

Le rommant de l’abbregement du siege de Troyes, éd. Stefania Cerrito

Laurent Brun
Référence(s) :

Le rommant de l’abbregement du siege de Troyes, éd. Stefania Cerrito, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence (« Senefiance » 55), 2010, 360p.

ISBN 978-2-85399-731-7.

Texte intégral

1On oublie parfois que la collection « Senefiance », bien connue pour la publication des actes du colloque annuel du CUER MA, accueille également des monographies ou des éditions critiques. Ces éditions ont toutes pour mérite de tirer de l’oubli un texte dont l’édition est trop ancienne ou, comme dans le cas du texte publiée par S. Cerrito, de faire connaître un texte jusqu’ici inédit et à peu près inconnu.

2S’inscrivant dans le vaste corpus de textes français portant sur le mythe troyen, Le rommant de l’abbregement du siege de Troyes a bien sûr été commenté par Marc-René Jung dans sa Légende de Troie en France au Moyen Âge (Tübingen / Basel, Francke, 1996), mais celui-ci lui avait déjà consacré une étude beaucoup plus détaillée dans la revue Pluteus (6-7, 1988-1989, p. 5-44), étude qui comprend aussi une transcription des 900 premiers vers.

3L’ouvrage de S. C. propose tout ce qu’on est en droit d’attendre d’une édition soignée qui cherche à présenter le texte sous ses aspects essentiels. Après une description détaillée du manuscrit unique (Valenciennes, BM, 461), l’éditrice présente rapidement les quatre œuvres qui s’y trouvent : Le roman de Mélusine par Coudrette (f. 3r-125r) ; Le rommant de l’abbregement du siege de Troyes (f. 127r-200r) ; L’abbregiet des cronicques de Troyes (f. 201r-205r), œuvre rebaptisée L’abrégé du siège de Troie par S. C. ; et Le livre des deduis du roy Modus et de la royne Ratio par Henri de Ferrières (f. 208r-333r), sans la partie intitulée Le songe de pestilence, qui accompagne généralement le texte.

4Dans le chapitre « Contexte historique », l’éditrice replace les textes du manuscrit de Valenciennes dans leur contexte à la cour de Bourgogne peu de temps après la création de l’Ordre de la Toison d’or en 1430 et les conquêtes des Turcs au Proche-Orient. La Toison d’or occupe en effet une place centrale au sein de l’État bourguignon, en ce que cet ordre de chevalerie joue un rôle unificateur essentiel à l’égard des diverses possessions bourguignonnes en apaisant et contrôlant les velléités et ambitions des princes placés sous l’autorité du duc de Bourgogne. L’ordre cultive ainsi un idéal où la figure païenne de Jason incarne le modèle ultime de chevalerie en même temps que la piété de la cour s’exprime à travers les projets de croisade qui visent la reconquête des lieux saints, tombés aux mains des Turcs. C’est dans cet esprit qu’est célébré le Banquet du Faisan à Lille en 1454, un an à peine après la prise de Constantinople, fête où les personnages mythiques sont à l’honneur, tout particulièrement les héros troyens (Jason, Hercule, etc.) et Mélusine, ce qui n’est pas sans rappeler le choix de textes du manuscrit de Valenciennes.

5En qui concerne le manuscrit, S. C. conclut le chapitre 3 en avançant qu’il aurait été commandé pour un jeune membre de la famille de Croÿ (p. 30) et réalisé dans le Hainaut (p. 31, note 1). Ces hypothèses s’appuient essentiellement sur trois faits : 1) il y a une communauté d’idées entre les textes du manuscrit et le Banquet du Faisan ; 2) la langue picarde du manuscrit pourrait être celle du Hainaut ; 3) Charles de Croÿ en est le premier possesseur connu. Toutefois, dans l’état des connaissances, cette interprétation des faits ne peut être qu’hypothétique : en effet, 1) la probabilité que ce soit le hasard qui ait amené les quatre textes du manuscrit à être copiés ensemble est tout de même assez importante, d’autant plus que le traité d’Henri de Ferrières ne possède pas de relation particulièrement étroite ni avec les autres textes ni avec le contexte bourguignon ; 2) la langue est picarde, mais elle ne présente aucun trait spécifiquement hennuyer ; 3) le premier possesseur connu n’est pas nécessairement le commanditaire du manuscrit, celui-ci ayant pu être acheté hors du Hainaut. Même si cela n’affecte guère notre compréhension du texte ici édité, ces remarques se veulent tout de même un appel à davantage de précautions dans la formulation de conclusions sur l’origine du manuscrit et du texte.

6Le chapitre « Langue », qui présente une étude linguistique approfondie du Rommant, s’insère curieusement entre l’étude du texte et de son contexte, alors qu’il aurait certainement été plus judicieux de le réserver, comme on le fait habituellement, à la fin de l’introduction, avant les critères d’édition. Cette étude distingue avec raison les traits imputables au copiste de ceux qui sont dus à l’auteur. Très souvent, l’éditrice joint aux phénomènes constatés une mention sommaire de la fréquence de chacun d’eux, ce qui permet de se faire une bonne idée de la régularité (ou de l’irrégularité) des phénomènes en question. Malheureusement, les fréquences n’apparaissent pas toujours, comme dans le cas de « a + yod latin ou roman > a », « Deus, -(a)eus », « e ouvert libre > -ie- -e- », « melius », etc. Dans certains cas, il est toutefois possible, grâce au glossaire exhaustif, de retrouver la fréquence, mais c’est là un exercice quelque peu fastidieux pour le lecteur. Si les notes de ce chapitre sont dans l’ensemble très riches et pertinentes, il semble, par contre, qu’il faille souligner l’utilisation plutôt ambiguë du substantif « confusion » et du verbe « confondre » ; on trouve par exemple la remarque suivante :

7« Confusion de -mbl- avec -mpl-. On observe la rime temple : ensamble (3117-3118). Sans écarter la possibilité que cette rime soit défectueuse, on peut aussi considérer l’hypothèse que l’auteur confonde les deux groupes consonantiques soit par le voisement de -p-, soit plus probablement par le dévoisement de -b- ».

8Quel sens revêtent « confusion » et « confonde » dans ce contexte ? Entend-on que l’auteur ne perçoit aucune différence entre les deux groupes consonantiques ou bien qu’il fasse le choix conscient de les considérer comme des équivalents phonologiques à la rime ? Il est plus probable que ce soit plutôt un effort délibéré de forcer la rime étant donné la rareté des termes en -mpl- car, en effet, dans le reste du texte, on trouve de nombreux exemples de rimes en -mbl- mais très peu en -mpl-.

9Après un aperçu détaillé du contenu du poème, l’éditrice présente de façon quelque peu désordonnée une étude qui aborde assez longuement les principaux aspects du texte, notamment son inscription dans la tradition des ouvrages portant sur la matière troyenne, ses caractéristiques formelles, les techniques d’abréviation employées par l’auteur.

10Sur le plan de la forme, l’ouvrage est soigneusement présenté, les coquilles sont rares, les styles adoptés sont appliqués de façon rigoureuse et les systèmes de renvois sont précis et efficaces. Si le choix des polices et la disposition des notes laisse à désirer (ce qui n’est, du reste, qu’une question de goût), on peut par contre se demander s’il n’aurait pas été plus judicieux de numéroter les chapitres, d’une part, et, d’autre part, de ne pas numéroter individuellement les 4712 vers du texte mais plutôt de les numéroter de quatre en quatre afin d’alléger la mise en page.

11Le fait que notre critique ne porte que sur des points très mineurs de l’ouvrage en question est tout à fait révélateur de sa très grande qualité et de son extrême rigueur. S. C. nous offre ici un texte sûr, une riche introduction et des notes précises et pertinentes qui permettent au lecteur d’aborder en toute confiance Le rommant de l’abbregement du siege de Troyes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Brun, « Le rommant de l’abbregement du siege de Troyes, éd. Stefania Cerrito », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12154

Haut de page

Auteur

Laurent Brun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org