Navigation – Plan du site

Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry

Julien Véronèse
Référence(s) :

Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry, Paris, CNRS, 2010, 271p.

ISBN 978-2-271-06859-0.

Texte intégral

1Le dominicain Bernard Gui († 1331) doit pour beaucoup d’incarner presque à lui seul l’institution inquisitoriale médiévale à sa fameuse Practica inquisitionis, dont des extraits, de nombreuses fois réédités, ont été traduits au milieu des années 1920 par Guillaume Mollat sous le titre de Manuel de l’inquisiteur. Julien Théry livre aujourd’hui, selon les mêmes modalités, ce qui en est pour une bonne part la matrice, à savoir le Livre des sentences, un recueil de décisions de justice témoignant de la longue activité inquisitoriale de l’inquisiteur de Toulouse (1307-1323), conservé dans un manuscrit de la British Library (Add. 4697), redécouvert en 1973, dont l’édition moderne a été publiée en 2002 par Annette Pales- Gobilliard. À la mise en ordre didactique qu’est le Manuel s’ajoute donc désormais, pour le lecteur français, le document non moins ordonné de la pratique, que l’on rêverait de posséder pour d’autres inquisiteurs, tels le non moins célèbre Catalan Nicolas Eymerich († 1399).

2Et quel document ! Un registre de 940 sentences pour 636 personnes jugées (p. II) – ce qui en fait l’une des sources essentielles de l’abondant corpus d’archives laissé par l’inquisition languedocienne dès les XIIIe-XIVe siècles – qui entretient des liens avec d’autres registres ou fragments de registres connus (p. V) et rend compte, pour un bon demi-siècle, de la mémoire documentaire sur laquelle reposait la traque des « hérétiques ». Compilé durant la période d’activité de l’inquisiteur, achevé avant le 19 juin 1323, complémentaire des procès-verbaux réalisés au cours des interrogatoires, et précédé d’index des noms de lieux et des personnes citées en facilitant l’usage, il se décompose en 21 unités (p. XX) : une majorité de sermons généraux (11), cérémonies publiques durant lesquelles, dans l’église ou le cimetière, étaient rendus aux yeux de tous les sentences pouvant engager plusieurs centaines de personnes ; mais aussi des sentences « individuelles » (8) et des décisions (2) concernant une communauté (le bourg fortifié de Cordes) et les livres des juifs de Toulouse, brûlés le 28 novembre 1319.

3Les extraits proposés laissent deviner en creux le formalisme de la procédure (ouverture du temps de grâce, recueil des dépositions-confessions au gré des monitions, sentences) et, au vu de la chronologie de certaines affaires, la longue mémoire de l’institution inquisitoriale : ainsi, par exemple, Phélipa de Toumis (p. 17-22) est-elle condamnée comme relapse le 3 mars 1308 en l’église cathédrale de Toulouse après qu’elle a été une première fois condamnée à des pénitences en mai 1274 et qu’elle en a obtenu la levée. Aussi surprenant que cela puisse paraître au lecteur non averti, les sentences elles-mêmes témoignent, de manière générale, de la volonté de « réconciliation » et de la « bienveillance » de l’inquisiteur, dont le tribunal, en fonction du degré d’implication de l’accusé(e), octroie des pénitences allant du port des croix jaunes (marques infamantes) à la prison à perpétuité (peine la plus fréquente), et dispense parfois des grâces, placées de manière symbolique en tête des sermons généraux. L’inquisiteur entend ainsi, en usant de son pouvoir de lier et de délier, reconstruire la communauté, de nouveau placée, par son action rédemptrice et purgative, sous le sceau de la vraie foi et de l’obéissance. Le bûcher, délégué au pouvoir séculier, est réservé aux relaps dont le serment bafoué n’a plus aucune valeur, et concerne dans le registre quelque 43 personnes, soit 6,7% des accusés. Dans quelques cas, cette sentence frappe les ossements d’individus devenus hérétiques peu avant leur mort, comme par exemple Ricarda Doumergue et Guilhem Ysarn (p. 22-24), dont les maisons sont en sus détruites.

4Alors même que leur éradication est en bonne voie en ce premier XIVe siècle, la majorité des accusés (78,5 %) sont des cathares (le terme en tant que tel n’apparaît jamais), le plus souvent des amis des « bons hommes » ou de ceux que le registre appelle encore des « manichéens ». Les autres sont des Vaudois (1321, p. 175-184) ou des béguins (1322, p. 194-219) adeptes d’une Église pauvre et des spéculations eschatologiques du Spirituel franciscain Pierre de Jean Olivi († 1298). Les sentences, reprenant les aveux recueillis durant l’enquête, en dénoncent parfois les erreurs doctrinales et leurs conséquences sur le plan social (notamment pour l’Église et sa hiérarchie), comme dans le cas des cathares Estèva De Proaudo (p. 25-28) en 1308 et Ameil de Perles (p. 127-131) en 1309, ou du vaudois Jean de Vienne (p. 175-179). Elles dénoncent encore, notamment les plus anciennes, le caractère secret et occulte de la « secte » hérétique (p. 14, 17, 18, etc.) et de ses crimes « énormes », révélé et mis en lumière par l’enquête et l’énoncé public de la sentence, sans toutefois surenchérir dans la diabolisation. Surtout, elles montrent à l’envi tout le poids qu’accorde l’institution inquisitoriale à la confession et au serment dans la recherche de la « vérité » – une confession qu’elle espère immédiatement pleine et entière –, auquel répond in fine le pouvoir d’exclusion ou d’inclusion, temporaire ou définitif, dont est investie sa propre parole. Si le voile se lève en général progressivement au fil des interrogatoires, d’aucuns parviennent, en dépit de la torture (jamais évoquée dans le cadre des sentences) et des monitions, à ne jamais reconnaître de valeur sacramentelle et juridique à cette mécanique de l’aveu et à la refuser de manière farouche, comme c’est le cas notamment du vaudois Jean de Vienne précédemment cité et de son épouse Huguette.

5Le livre de Julien Théry permet ainsi à un large public d’appréhender de manière aussi claire que concrète, par le jeu d’une sélection représentative de cas, la logique en tout point spécifique de la justice inquisitoriale au temps des premiers papes avignonnais.

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12143

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org