Navigation – Plan du site

Florence Alazard, Le Lamento dans l’Italie de la Renaissance. « Pleure, belle Italie, jardin du monde »

Benedikte Andersson
Référence(s) :

Florence Alazard, Le Lamento dans l’Italie de la Renaissance. « Pleure, belle Italie, jardin du monde », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 266p.

ISBN 978-2-7535-1024-1.

Texte intégral

1Florence Alazard consacre son étude, Le Lamento dans l’Italie de la Renaissance, à un corpus foisonnant et a priori hétérogène, les lamenti italiens composés et imprimés entre 1453 et les années 1630-1650 – lamenti storici, parodiques, satiriques et musicaux. Elle s’attache à en saisir la cohérence à travers une enquête qui s’appuie sur une vision historique très large, de l’Antiquité à nos jours, et qui ouvre mainte perspective nouvelle sur la civilisation de la Renaissance. Menant sa démonstration en trois temps, l’historienne s’interroge dans une première partie sur « La voix des lamenti », premier jalon pour éclairer l’ensemble de ces textes, si souvent composés sous forme de prosopopée. Elle s’intéresse ensuite au « lamento, entre pratiques savantes et cultures populaires », travaillant plus précisément sur l’inscription sociale des textes. Dans la dernière partie, « Politique des lamenti », elle établit les enjeux politiques du lamento, à travers une réflexion sur la dimension positive de la plainte, conçue comme ressort d’une action politique. De cette progression qui emporte l’adhésion, ressort ainsi une thèse forte, celle de l’historicité de la valeur accordée à la plainte et plus précisément sa capacité à porter, dans l’Italie de la Renaissance, les ferments d’une conscience de l’unité italienne.

2Soulignant d’abord l’héritage grec, et plus précisément celui des lamentations de femmes en tragédie, Florence Alazard analyse dans le premier chapitre, « Une voix féminine », l’énonciation féminine comme archétype de la plainte. Elle distingue trois grands types de voix féminines. Tout d’abord, elle examine la figure de « l’amante abandonnée », associée par les musicologues au lamento musical et au procédé du tétracorde descendant. Cette figure s’incarne en effet dans une expression essentiellement musicale. Elle obéit à aux grands modèles d’Olympe et d’Isabelle, fournis par l’Arioste et diffusant l’image d’une souffrance débouchant sur la folie, et à celui d’Ariane, traité par Monteverdi et à forte teneur politique. La plainte est alors souvent associée à la colère et possède une fonction « curati[ve] » (p. 50). Si ces lamenti, d’inspiration humaniste par leur dette envers Virgile ou Ovide par exemple, touchent davantage les élites, le deuxième grand type de figure féminine, la prostituée, ou la courtisane, bien souvent syphilitique, relève d’une culture populaire. La plainte n’a plus pour vertu de relever de la déchéance, mais elle met en garde le public, dans un discours moralisateur, pédagogique et satirique, notamment contre les atteintes du « mal français », arrivé avec les armées de Charles VIII. Le lamento peut alors aussi prendre une dimension politique, comme en témoigne également la représentation de l’Italie ou de Venise en prostituée. La troisième figure, celle de la mère, permet d’approfondir encore la portée politique de la plainte féminine. Comme le rappelle l’auteure, les personnifications maternelles de la patrie ne sont ni cantonnées à la péninsule, ni nouvelles à la Renaissance. Elles sont ici porteuses d’une « communauté de pensée propre à la péninsule et qu’on n’appelle pas encore l’italianità » (p. 51) et dont les lamenti sont un moyen d’expression privilégié. Particulièrement présente dans les lamenti storici, la personnification de l’Italie en mère déplorant conflits et trahisons familiales donne lieu à des représentations complexes des liens familiaux, images même de la singularité politique de la péninsule. Faisant une place aux autres voix féminines recensées dans les lamenti, celles de la mal mariée, de la paysanne accablée de travail, de la veuve, de l’empoisonneuse de mari, de la morte, Florence Alazard remarque combien souvent l’opposition entre un heureux passé et un misérable présent vient dans bien des cas légitimer la plainte et surtout combien les lamenti constituent d’abord des « Histoires de femmes » : le statut social des femmes les réduisant à « une minorité sociale et économique » (p. 61) justifie leur plainte et les soude dans un sentiment de communauté propre au lamenti.

3Le deuxième chapitre, « L’espace sonore du lamento », étudie d’abord « La vocalisation de la souffrance », à travers le bruissement des soupirs et les sanglots des pleurs que fait entendre de manière répétitive et monotone le lamento ainsi que sa variante, le pianto. Les verbes à l’impératif invitent public, personnages et entités collectives suscités par le discours à répandre de mêmes pleurs, tandis que le lamento revêt une dimension cathartique. Les « Onomatopées et interjections », marqueurs stylistiques de ces textes, introduisent la notion d’« indicible » (p. 79) : face aux désastres, notamment ceux des guerres d’Italie, la parole laisse place au cri émotif, à la profération affective, rejoignant un procédé de la tragédie grecque. Se construit alors une ritualisation qui fait déboucher la plainte sur une forme d’acceptation, la tourne vers un avenir et trace un parcours « Du cri au chant ». Composé principalement en ottava rima, strophe invitant à une performance orale, accompagnée ou non de musique, le lamento est en effet doté d’une musicalité. L’attestent également maints intitulés renvoyant au répertoire musical de chanteurs de rue ou l’activité musicale de certains auteurs. L’enquête établit que le lamento doit peu à la tradition sacrée et liturgique de la lamentation, même si Le Livre des Lamentations, attribué à Jérémie, fournit un modèle pour déplorer, à partir du sort de Jérusalem, la chute de Constantinople ou les sacs des guerres d’Italie (en particulier celui de Rome). Excepté le lamento à partition, proprement musical, gouverné par la figure de l’« amante abandonnée » et développant des procédés musicaux d’expression de la plainte – « ostinato et ornements » – le lamento présente une musicalité hybride : « Ni texte chanté, ni chanson parlée, il signale la diffusion des pratiques de l’art vocal et confirme la perméabilité des frontières entre l’écrit et l’oral, entre le chant et la parole » (p. 89).

4Au-delà de sa musicalité, le lamento se présente comme « un objet », un texte imprimé, dont le développement suit les progrès de l’imprimerie. En général publié dans le format in-octavo, format fréquent, maniable et modeste, le lamento compte ordinairement huit pages. Il paraît aussi parfois comme extrait choisi et peut également assez souvent être publié en association avec d’autres textes, dès lors fréquemment conçu comme passage obligé d’une écriture de la plainte, de l’actualité ou du quotidien. Les publications se distinguent en outre par la présence d’une illustration suivant le titre. Le livre de Florence Alazard en fournit 21 reproductions. Certaines images sont manifestement des réemplois et une seule représente une déploration proprement dite. Certaines sont ornementales, d’autres figurent le sujet, l’énonciateur, l’origine, et plus généralement les thèmes de la plainte. Les représentations de villes illustrent fréquemment les lamenti sur les sièges ou les sacs. Autre caractéristique formelle, l’usage de l’ottava rima, strophe chère à la littérature chevaleresque de la Renaissance, situe le lamento à un carrefour « Entre poésie narrative et canzone, entre fiction et réalité ». Il touche un cercle de contemporains par le récit d’actualité, et, en raison de sa dimension poétique et émotive et de sa dette à l’égard de la littérature chevaleresque, marquée dans quelques illustrations, il est lu par la postérité, ainsi que l’atteste la pratique de la réédition. S’appuyant sur les vertus et les exigences morales de la chevalerie romanesque, il accueille l’imaginaire du « parfait chevalier » (p. 118) et construit « la figure d’un nouvel homme de guerre » (p. 120) en réponse au nouvel âge militaire qu’ouvrent les guerres d’Italie. Il ménage des espaces merveilleux ou exotiques, paradoxalement porteurs d’un réalisme analogue à celui des récits de voyage. Il laisse place à un enchevêtrement d’histoires et de voix qui trament une histoire collective.

5Dans un même souci de préciser la réception du lamento, le quatrième chapitre, « Les formes hybrides du lamento », examine le corpus comme expression d’une « culture partagée » entre élites et classes populaires. Bien des lamenti sont publiés sans nom d’auteur, selon un usage encore fréquent mais également en accord avec la fiction de la prosopopée. Par ailleurs, ils représentent moins des textes d’hommage à un protecteur que des marchandises à vendre. Lorsque les auteurs des lamenti peuvent être identifiés, ils se révèlent tantôt appartenir à la catégorie des chanteurs de rue, proches des petits métiers urbains, tels maître Andrea le Vénitien, Giulio Cesare Croce ou Paolo Britti,tantôt à celle des marchands, tel le joaillier Alessandro Caravia. De telles inscriptions sociales n’excluent pas les références lettrées. Si la diffusion d’une culture savante dans les milieux populaires s’accélère à la Renaissance, Florence Alazard affine l’hypothèse d’une sophistication de la culture populaire en jeu dans les lamenti. Les polygraphes, acteurs privilégiés des transferts culturels à la Renaissance, représentent aussi un maillon essentiel dans la diffusion des lamenti. Ainsi l’Arétin accorde au lamento une place de choix dans son œuvre et lui assure le statut d’intertexte. La Cortegiana et les Ragionamenti témoignent à la fois de la diffusion des lamenti, présumés connus du public, de leur portée politique et polémique, et de la réception qui est la leur en termes de littérature : « ce qui compte, c’est qu[e le lamento] raconte une histoire et qu’il n’est pas écrit en prose » (p. 145). « La question de la langue » éclaire également le partage culturel qui se joue dans les lamenti. Peu de textes recourent exclusivement au dialecte. Beaucoup usent d’ « une langue essentiellement toscane » (p. 156) mâtinée de particularismes linguistiques locaux, voire d’argot. Ainsi se conjuguent, d’une part, sentiment d’une communauté politique et culturelle, que recueille le fréquent florentin, et, d’autre part, à travers le recours à d’autres idiomes plus marqués, souci d’un lectorat populaire, recherche sur l’écriture du quotidien et expression d’un fort ancrage géographique et social.

6Le chapitre « De la plainte à la revendication » prolonge et approfondit la réflexion sur la valeur politique des lamenti. Ils apparaissent comme les moyens d’expression « des sans et des petits » (p. 171), si rarement représentés en littérature et touchés par la crise entre la deuxième moitié du XVIe siècle et le début du XVIIe. Les petits métiers urbains sont représentés, parfois inventoriés, ainsi que les travailleurs des campagnes ou encore « L’Italie des marges », celle des assassins et des brigands. Si les lamenti déplorent la misère du peuple, ils formulent aussi une condamnation moralisatrice du banditisme. Chez Britti et chez Croce par exemple, ils sont au service des intérêts des classes moyennes urbaines. Ils constituent « Une force d’intervention » en ce qu’ils construisent, dans la plainte et les pleurs partagés, une identité commune et populaire, énoncent une autre vie possible à l’intérieur des cadres sociaux existants, invitent parfois à la révolte et contribuent à aviver la conscience de la crise.

7Les lamenti sont aussi « Une arme pour la pacification du monde politique italien », notamment lorsqu’ils traitent d’assassinat politique. Lieu d’une réflexion sur la « Fragilité de l’homme d’état », ce sont souvent des œuvres de propagande. « Le cas Lorenzaccio » en témoigne : deux lamenti rédigés par Lorenzo Ghibellini campent la figure de l’assassin en traître, condamnent l’assassinat politique et visent à légitimer le règne de Côme Ier, le nouveau duc. Plus largement, la violence politique est un aspect de la violence du monde à laquelle répondent les lamenti qui se lisent comme un « manuel […] pour vivre en ces temps difficiles » (p. 212). La mort est au cœur des textes, qu’elle soit occasion d’une leçon quasi matérialiste débouchant sur une forme d’épicurisme, qu’elle soit conçue comme une délivrance des épreuves de la vie ou qu’elle donne lieu au repentir ou à la rédemption. Son omniprésence correspond à une réalité démographique : « les grands lieux de production des lamenti […] sont […] souvent des espaces de récession démographique » (p. 215). Les lamenti expriment ainsi le sentiment d’hommes confrontés à des guerres, à des famines, à des épidémies. Le thème de la mort va de pair avec une prise de conscience des enjeux terrestres de l’existence selon une perspective sociale et politique, celle de « L’évitement des conflits ». Ainsi les lamenti réservent à la violence un traitement toujours négatif. Encore que certains puissent témoigner à propos de l’ennemi ottoman d’un « esprit de croisade » (p. 216), le traitement des guerres d’Italie révèle une « idéologie de la paix » (p. 216). L’appel aux différentes entités géographiques et puissances politiques, cher au lamento, témoigne alors de l’ambition pacificatrice de l’italianità qu’il porte en germe.

8Au terme de sa démonstration, Florence Alazard peut souligner la dimension historique des enjeux et des valeurs de la plainte et contribuer efficacement à éclairer les rapports qu’entretiennent l’agir et l’écrire : doté de fonctions carthartiques, le lamento fait pleurer, apaise, libère, mobilise, prévient. Sa plasticité et son caractère hybride en font un ensemble aussi contradictoire que riche. Ainsi, il représente notamment un témoignage précieux sur les classes populaires de l’Italie de la Renaissance tout comme il permet d’explorer les liens qui unissent à cette époque parole vive et texte imprimé.

9On ne saurait énumérer les qualités d’une telle étude, tournée à l’image de son objet vers un public très large. L’analyse historique de la civilisation italienne de la Renaissance embrasse les domaines linguistique, littéraire et musicologique et l’auteure dialogue avec les hellénistes, les philosophes ou encore les gender studies. Les perspectives très larges, nourries par des travaux récents, vont de pair avec un examen de détail très rigoureux au service d’une réflexion forte, qui se construit progressivement, avec logique et clarté. Ce souci du lecteur, sensible dans le traitement des citations, traduites dans le corps du texte, mais conservées en note dans leur langue originale, lui permet d’entrer de plain pied dans l’Italie de la Renaissance. Comme sait si magnifiquement le montrer Florence Alazard, le corpus auquel elle s’attache est en effet profondément ancré dans la réalité historique dont il constitue, par son hybridité, une caisse de résonance incomparable.

Pour citer cet article

Référence électronique

Benedikte Andersson, « Florence Alazard, Le Lamento dans l’Italie de la Renaissance. « Pleure, belle Italie, jardin du monde » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12140

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org