Navigation – Plan du site

Jonathan A. Reid, King’s Sister – Queen of Dissent. Marguerite of Navarre (1492-1549) and her Evangelical Network

Gary Ferguson
Référence(s) :

Jonathan A. Reid, King’s Sister – Queen of Dissent. Marguerite of Navarre (1492-1549) and her Evangelical Network, Leyde, Brill, 2009, 2 vol.

ISBN 978-90-04-17497-9.

Texte intégral

1L’étude de Jonathan A. Reid – à l’origine une thèse d’histoire préparée sous la direction de Heiko Oberman – nous offre un vaste panorama du « réseau » évangélique de Marguerite de Navarre, et entend démontrer que les idées religieuses de celui-ci, son programme de réforme et ses activités politiques, depuis les années 1520 jusqu’à la mort de la reine en 1549, étaient collectifs et cohérents. Pour J. Reid, Marguerite et ceux de son cercle en France poursuivaient avant tout un projet de réforme de l’Église gallicane menée sous l’autorité du roi François Ier, selon le modèle d’Henri VIII d’Angleterre et des Princes protestants en Allemagne. Dans cette perspective, les membres du réseau qui ont fait le choix de ne pas rompre avec l’Église de Rome se voient disculpés des accusations, lancées par Calvin et répétées depuis par un certain nombre d’historiens, d’avoir agi par intérêt personnel ou par lâcheté. À la question de savoir s’il y a eu une Réforme en France avant les années 1550, J. Reid répond donc par l’affirmative, désignant Marguerite comme l’acteur principal d’un mouvement qui, grâce à la fondation et au soutien de communautés évangéliques dans plusieurs villes, aurait préparé le terrain pour l’implantation d’églises réformées, dans la deuxième moitié du siècle, sous la tutelle de Calvin et de l’Église protestante de Genève.

2Les onze chapitres qui suivent l’introduction décrivent une trajectoire chronologique, situant le mouvement évangélique qui débute vers le tournant des années 1510-1520 par rapport aux mouvements de réforme catholique du XVe siècle, et traçant son parcours en dents de scie depuis « l’expérience » de Meaux (1521-1525) jusqu’à la disparition de sa première protectrice et la consolidation de l’autorité de Calvin par la suite. Les six premiers chapitres concernent le début du règne de François Ier, les liens noués entre la famille royale et Lefèvre d’Étaples, l’affaire des Madeleines, la constitution et la dissolution du groupe de Meaux sous le patronage de Guillaume Briçonnet. La captivité de François Ier à Madrid après la défaite de Pavie, l’ambassade de Marguerite auprès de l’empereur, et le lancement d’une première « campagne » de publication évangélique en 1525 forment le sujet des chapitres 7 et 8. La décennie de 1530 à 1539 est traitée au chapitre suivant, notamment les événements critiques de 1533-1534 : les sermons de Gérard Roussel au Louvre et de Nicolas Cop devant l’université de Paris, l’affaire des Placards et ses suites. La production littéraire qui fleurit à cette époque est examinée dans le chapitre 10. Le dernier chapitre, qui porte sur les années 1540-1549, est consacré d’une part aux projets d’alliance entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne protestante, rapprochement éventuellement scellée par une rupture de François Ier avec la papauté – que soutenait, d’après les documents cités, surtout la maîtresse du roi, la duchesse d’Étampes ; d’autre part aux activités domestiques, notamment celles de Gérard Roussel, aumônier de Marguerite, dans son diocèse d’Oloron en territoire navarrais.

3Un tel résumé schématique est loin de pouvoir rendre justice à la richesse de la documentation analysée, qui fait que chaque chapitre offre une présentation très complète des événements concernés, à la fois résumant nos connaissances historiques et y apportant de nouveaux éléments. Un des points forts de l’étude est la reconstitution minutieuse par l’auteur d’un certain nombre de situations et d’événements – par exemple, la poursuite judiciaire d’hérétiques à Alençon en juin 1533. À travers un examen croisé de nombre de sources inédites, J. Reid montre à quel point Marguerite s’était engagée, avant les faits, à promouvoir dans la capitale de son duché la formation d’une communauté évangélique, et combien, par la suite, elle est intervenue pour essayer de protéger les accusés, de les secourir, ou, dans le cas de ceux qui ont été exécutés ou bannis, de venir en aide à leur famille. Le travail de l’historien avec les sources est non moins évident dans les deux amples et précieux appendices qui achèvent son livre : une liste augmentée et corrigée de la correspondance de Marguerite de Navarre et un catalogue chronologique d’ouvrages, publiés ou manuscrits, qu’on peut rattacher au mouvement évangélique.

4Si J. Reid montre clairement que Marguerite s’est fortement engagée pour la cause du renouveau religieux au centre d’un réseau de clients, d’associés et de correspondants, on peut se demander en revanche à quel point tous les acteurs impliqués formaient, sur toute la période examinée, un groupe bien défini, poursuivant un programme de réforme systématique et unifié. En prolongeant son propos au-delà des années 1523-1535 (examinées par Isabelle Garnier-Mathez) et en mettant en valeur les liens de certains membres du milieu évangélique avec les réformateurs à l’étranger et avec d’anciens collaborateurs qui, comme Guillaume Farel, les avaient rejoints, la présente étude soulève à nouveau la question de la cohérence dogmatique du « réseau de Navarre ». On peut se demander, par exemple, si toutes les idées d’un Farel auraient été partagées par les frères Du Bellay. J. Reid fait l’analyse des doctrines exprimées dans des œuvres d’un certain nombre de poètes évangéliques (chapitre 10). Il propose également une lecture détaillée de deux écrits tardifs de Gérard Roussel, pour montrer l’influence sur l’évêque d’Oloron de la théologie de Calvin et plus précisément celle de l’Institution de 1543/1545. En ce qui concerne l’eucharistie, cette influence semble indéniable et on pourrait ajouter qu’en ayant recours au verbe exhiber pour décrire la relation entre le pain et le vin liturgique et le corps et le sang du Christ, Roussel fait écho à un vocable latin que, dans le même contexte, on trouve souvent sous la plume du réformateur genevois – celui-là même qui, en 1540, lui avait permis de signer la version révisée de la Confession d’Augsbourg (la Variata). Mais il peut y avoir aussi des différences entre Roussel et Calvin sur des questions qui vont au-delà de la décision de se séparer ou non de la communion catholique, comme celle du traitement des bonnes œuvres. De même, dans un certain nombre de situations, comme la fameuse affaire des placards, des divergences de doctrine étaient sans doute un facteur non moins important que les différences de tempérament et de stratégie adoptée, soulignées ici. N’entrent pas non plus dans le cadre de cette étude toutes les relations que Marguerite a entretenues avec l’Église catholique, par exemple, avec des ordres religieux, dont les moniales de Tusson, chez qui elle passa cinq mois après la mort de son frère en 1547. Même si, donc, dans le contexte d’une discussion de l’héritage du mouvement évangélique dans la deuxième moitié du siècle, il est bien fait mention d’un certain nombre de personnalités appartenant aux rangs des catholiques modérés, J. Reid se distingue surtout en démêlant et en suivant les fils du réseau de Marguerite, qui, à court ou à long terme, éloignent de Rome.

5Ne prétendant pas à une exhaustivité impossible, King’s Sister – Queen of Dissent est une contribution d’érudition digne du protagoniste qui en forme le principal sujet, une œuvre magistrale que tout spécialiste de Marguerite de Navarre ou du fait religieux du XVIe siècle se devra de lire. Si certains arguments sont susceptibles de susciter le débat, aucun lecteur ne partira les mains vides. Et il y a peu de risques désormais que quiconque hésite encore à accorder à cette femme exceptionnelle l’« énergie masculine » que lui avait refusée si notoirement Pierre Jourda.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gary Ferguson, « Jonathan A. Reid, King’s Sister – Queen of Dissent. Marguerite of Navarre (1492-1549) and her Evangelical Network », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12137

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org