Navigation – Plan du site

Formes strophiques simples / Simple Strophic Patterns, éd. Levente Seláf, Patrizia Noel Aziz Hanna et Joost van Driel

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Formes strophiques simples / Simple Strophic Patterns, éd. Levente Seláf, Patrizia Noel Aziz Hanna et Joost van Driel, Budapest, Akadémiai Kiadó, 2010, 258p.

ISBN 978-963-05-8818-8.

Texte intégral

1Ce beau volume – qui conduit le lecteur dans un voyage à travers toute l’Europe, avec des contributions en français, en anglais, en espagnol et en italien – est consacré à l’étude des « formes strophiques simples », c’est-à-dire essentiellement, comme l’explique L. Seláf dans son introduction, des formes qui se définissent, par comparaison avec celles issues de la « poésie provençalisante », par le recours à des schémas métriques (plus ou) moins complexes mais relativement figés et non exclusifs de la poésie lyrique, qui peuvent trouver leur origine aussi bien dans la poésie latine que dans le fonds « autochtone » de telle ou telle littérature vernaculaire (cf. p. 8-9) ; le tout dans une large perspective comparative, puisqu’on touche ici, du XIIe au XVIe siècle, aux domaines aussi bien latin que français et occitan, allemand, néerlandais, anglais, espagnol, italien et enfin hongrois.

2De poésie latine, il est en effet question – en ouverture du volume, logiquement, puisque selon le mot de D. Norberg, « latin poetry was the point of departure for all Romance versification » (cité p. 17) – dans la contribution de F. Stella, qui consiste en une présentation du Corpus Rhythmorum Musicum Saec. IV-IX. De poésie française, dans les articles de J. Cerquiglini-Toulet, sur « La question de l’alexandrin au Moyen Age », mètre qui se signale par « son caractère monumental et structuré » (p. 62) ; de L. Seláf, consacré à la fameuse strophe d’Hélinand, forme « à la fois simple et sophistiquée » (p. 73-74) dont le succès ne s’est pas démenti du XIIIe au XVe siècle ; et de C. Dauphant, qui s’intéresse aux phénomènes d’hétérométrie et d’isométrie dans la ballade à la fin du Moyen Age. De poésie occitane, dans la contribution de D. Billy, à propos « Des formes poétiques simples dans le traité des Flors del Gay Saber ». De poésie allemande, dans celle de P. Noel Aziz Hanna, qui se demande « What Constitutes Anacrusis ? Clause Openings, Kuhn’s Law, and the Changing Shape of Germanic Syntax ». De poésie anglaise, dans l’article de F. Yeager, qui se penche sur les « Formes Fixes in Late Medieval English Literature », en particulier dans les œuvres de Chaucer et de Gower. De poésie en moyen-néerlandais, dans l’étude de J. van Driel consacrée à la poésie strophique de Jacob van Maerlant. De poésie galégo-portugaise et castillane, dans les deux contributions de S. Gutiérrez García (« Paralelismo y refrán en la configuración de los géneros líricos gallegoportugueses ») et de F. Baños Vallejo (« La fe en la dialefa. A propósito de la composición y la edición de los Milagros de Berceo y la cuaderna vía del siglo XIII »). De poésie italienne, avec M. Praloran et ses « Riflessioni sul rapporto tra forme metriche e discorso nella tradizione italiana », consacrées notamment à l’ottava rima. Enfin le domaine hongrois est abordé à travers les études d’I. Horváth (« Métrique comparée génétique ou régionale : l’exemple hongrois ») et de P. Bognár (« The Origin of the Hungarian Dodecasyllable (Hypothesis) »).

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Formes strophiques simples / Simple Strophic Patterns, éd. Levente Seláf, Patrizia Noel Aziz Hanna et Joost van Driel  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 novembre 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12133

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org